Partagez | 
 

 Tel Chien, Tel Maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 26 Mar - 15:29


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Je souris largement lorsque Scott pose ses mains sur les miennes. Quelques frissons me parcourent le corps. La même envie que j'avais ressentie pour lui, avant que l'on ne se donne l'un à l'autre sans même se poser la moindre question, cette même envie revient au galop. Mais je m'efforce de la contenir, quitte à éloigner un peu mon bassin du jeune homme afin d'éviter qu'il ne se rende compte de quelque chose. Mes mains, quant à elles, ne peuvent cependant s'empêcher, l'une de descendre sur le bas du ventre de Scott, et même plus bas encore, et l'autre de monter caresser l'une des ses clavicules du bout des doigts. Alors je stoppe mon mouvement de balancier, tentant de faire le vide dans mon esprit. Je respire lentement, par grandes inspirations, expirant l'air chaud sur le corps de Scott. Et lorsqu'il s'adresse à moi, tournant la tête avec un grand sourire à mon attention, je dépose un baiser dans son cou, avant de changer de côté pour lui chuchoter quelques mots à l'oreille, histoire de penser à autre chose. Je dois parvenir à me contenir. Je ne sais pas ce qui me prend. Je ne suis pas si... si entreprenant d'habitude. Une seule fois me suffit. Mais là c'est comme si j'en voulais plus, et j'ai comme une drôle d'impression.

" Je pense que t'as rien à perdre. Pour avoir été dans une chorale étant gamin, je pense même pouvoir te dire que t'as tout à y gagner. "

À nouveau, j'embrasse mon partenaire, sur la joue cette fois. Un baiser aussi doux que chaud, déposé en fermant les yeux. Puis je glisse le long de son corps, pour me mettre face à lui. Ma main gauche attrape la sienne, tandis que ma main droite rejette mes cheveux sur le côté avant de se déposer sur la joue humide de Scott. Je le regarde dans les yeux un moment, laissant mon pouce jouer sur les formes du visage du jeune homme. Je m'approche alors de lui, sans un mot. Seul le jet d'eau qui continue de couler semble rompre le silence, et pourtant apporter tellement de choses à la scène qui se déroule en cet instant. Mais je n'ai d'yeux que pour Scott, tandis qu'un sourire charmeur s'étire doucement le long de mes lèvres.

" En plus de ça, t'es vraiment canon. "

Ni une, ni deux, mes lèvres viennent prendre celles de mon amant, et je l'embrasse langoureusement. Ma main droite passe dans sa nuque, pour qu'il ne s'écarte pas, et ma main gauche, elle, se cale dans le dos de Scott, dans le creux de ses reins. Je suis à nouveau tout contre lui, empêchant presque l'eau de ruisseler entre nous deux. Je profite de cet instant au maximum, puis je me retire, un peu brusquement peut-être, rompant tout contact physique avec le jeune homme. Je le regarde ensuite, un peu gêné. Je remue un peu d'un pied sur l'autre, ne sachant pas trop quoi dire, ni quoi faire. Puis enfin je m'arrête de bouger, me grattant simplement la joue gauche de la main droite, laissant quelques gouttelettes d'eau s'échapper de ma barbe de trois jours. Puis je fixe Scott droit dans les yeux, l'air comme perdu.

" Désolé. C'est peut-être étrange ou normal, mais j'ai jamais... j'ai jamais pris de douche avec quelqu'un d'autre. C'est un peu mon petit moment de solitude. Même si être avec toi ne me dérange pas. C'est même le contraire. En tous cas, je me dis que c'est peut-être aussi ton moment de solitude à toi et... et je ne veux pas te déranger. Surtout si c'est pour encore te sauter dessus. Une fois par jour ça suffit, non ? Sauf si tu veux... Enfin, tout ça pour dire que je ne sais pas vraiment ce que je suis en train de faire. Je dois avoir l'air d'un parfait idiot. "

Je souris légèrement, à la fois amusé et gêné par mes propres paroles, tout en regardant tour à tour le sol de la douche et les magnifiques yeux de Scott. Je suis vraiment déstabilisé face à lui. Je perds la plupart de mes moyens. Parce que je ne sais pas vraiment quel comportement adopter. Celui du petit-ami parfait ? Celui de l'amant qui chauffe encore et toujours son partenaire ? De nouvelles questions m'assaillent, et une fois de plus, je ne peux rien faire pour y répondre. Je me contente donc de poser ma main sur mon bras opposé, barrant mon torse de mon avant-bras, et me grattant doucement le bras de haut en bas, la tête soudain baissée, ne se relevant pas. Pourquoi est-ce que je dois toujours tout compliquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 30 Avr - 13:53



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Un énorme sourire transperce mon visage. Je regarde avec amusement la main de Connor descendre sur mon ventre et plus bas encore avec un léger frisson qui n'est pas dû au froid, loin de là. Même s'il fait probablement tout pour que je ne m'en aperçoive pas - j'ai bien sentit son bassin s'éloigner du mien et sa respiration s'accélérer contre ma nuque - je sais qu'il est prêt pour un autre round et je le suis tout autant. Pourtant, il s'en tient à notre conversation et je trouve cela vraiment mignon de sa part.

Tien donc, il a fait la chorale ! Faudra que je pense à le faire chanter un de ces jours. Si j'aime chanter, j'aime autant écouter les autres performer, même si je ne peux que difficilement m'empêcher de chanter avec eux. Je trouve amusant qu'il dise que j'ai tout a y gagner ; je sais parfaitement ce que j'ai à retirer d'un lancement en musique. De l'argent, la reconnaissance des fans, la fin de ma vie privée, les paparrazzis... Il y a autant de bons que de mauvais côtés.

Mais je ne peux que difficilement me concentrer sur ce que mon amant me dit, parce que ses mains n'arrêtent pas de me caresser et qu'il m'embrasse doucement la joue, avant de se glisser devant moi. Je le laisse prendre ma main droite avec un sourire plein d'anticipation et presse mon visage contre la main qui vient la caresser. Il n'y a pas une parole, pas un mot, je n'entends même pas nos respiration, seulement l'eau qui frappe le sol de la douche et ruisselle sur nos corps. Je ne perçois que l'odeur de son essence, ne vois que son sourire. Je n'entends presque pas le compliment qu'il me fait, tout mon être étant concentré sur ses lèvres qui fondent sur les miennes. Je me perds un instant en lui, ne remarquant pas sa main sur ma nuque, me pressant contre lui, sa main dans mon dos, collant nos corps de manière à ce qu'une goutte d'eau ne puisse s'y faufiler. Je n'en ressens que plus encore son absence lorsqu'il s'éloigne abruptement. Là où son corps touchait le mien -à peu près partout-, ma peau me brûle, encore frémissante de son contact.

Je suis plutôt surprit quand je remarque qu'il est gêné. Il n'a pourtant rien fait de répréhensible, loin de là ! Sauf qu'il s'explique et c'est mon tour d'être confus. Il pense vraiment m'avoir dérangé ? C'est à peine si je ne lui ai pas ordonné de venir me rejoindre dans la douche ! Et, sincèrement, j'avais l'air de ne pas apprécier ? Et qu'est-ce qu'il raconte ? Une fois par jour, ça suffit ? Peut-être, parfois. Mais présentement, je suis loin d'être contre un autre tour de piste et lui non plus apparemment, alors où est le problème ? N'a-t-il jamais eu personne qui en voulait plus d'une fois ? Au fond, c'est peut-être moi qui n'est pas normal ? Non, je sais que j'ai un appétit des plus normal, peut-être au-dessus de la moyenne, mais pas de beaucoup.

Retour de mon sourire amusé. J'imagine que je vais devoir lui montrer que, non, une fois par jour, ça ne suffit pas. Pas pour moi. Je penche légèrement la tête, me retenant de rire pour ne pas le vexer. Je m'approche de lui, réduisant cette distance qu'il a mit entre nous jusqu'à ce qu'elle soit quasi-inexistante. De la main droite, je relève son menton pour qu'il cesse de regarder le plancher tout à fait ordinaire de la douche et qu'il plonge ses yeux dans les miens. Je déplace ma main, la faisant glisser sur sa nuque, empoignant doucement ces cheveux et je l'embrasse avec toute la passion que je peux y mettre. Je fais durer le baiser quelques secondes et je m'éloigne, mes lèvres à un souffle des siennes.

-Si je ne voulais pas que tu me saute dessus, tu serais le premier au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 13 Mai - 14:05


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Restant immobile, fixant toujours le sol, j'appréhende la réaction de Scott. Je ne veux pas qu'il se sente gêné. Pas comme moi en cet instant. Alors je ne bouge pas, écoutant seulement le son de l'eau qui coule, et sentant mon cœur battre de plus en plus vite. Je me dis que tout ceci était une erreur. Cette journée. Accepter l'aide de ce jeune homme. Je ne me contrôle plus en sa présence. Je perds tous mes moyens. Décidément, je n'aurais jamais dû sortir de chez moi aujourd'hui. J'aurais certes déprimé tout seul, mais au moins je n'en serais pas là, sous une douche en compagnie d'un autre homme, alors que ça ne m'est jamais arrivé auparavant. Enfin, pas d'avoir passé un bon moment avec un autre individu du même sexe. Mais juste d'être... dans cette situation précise. Ce qui ne fait que me perturber encore plus, me faisant ainsi peu à peu entrer dans un cercle vicieux. Du moins, jusqu'à ce que Scott ne m'attrape le menton pour me relever le visage.

La tête relevée, je ne peux plus fixer que le regard de mon amant. Je suis comme hypnotisé. Je commence à respirer par grandes inspirations, ne sachant pas trop ce que je dois faire, alors que le jeune homme s'avance doucement vers moi. Glissant sa main dans mon cou, Scott m'attrape délicatement les cheveux, avant de m'embrasser passionnément. Ne réfléchissant même pas, je ferme les yeux, posant mes mains sur ses hanches, le tirant un peu plus vers moi. Mais bien trop tôt, bien trop vite, mon partenaire libère mes lèvres. Ils les garde cependant près des siennes, me chuchotant quelques mots qui déclenchent en moi d'incontrôlables frissons. Je reste donc un instant immobile, laissant mon regard vagabonder sur le corps de Scott, le tenant toujours près de moi. Avant de prononcer quelques mots, d'une voix qui trahissait toutes les pulsions que je retenais en moi.

" Je n'en attendais pas moins de toi. "


Ni une, ni deux, je plaque mon amant contre le mur froid de la douche, avant de me coller contre lui, réchauffant nos deux corps déjà bien brûlants. Prenant le jeune homme par la taille, je l'empêche de s'éloigner tandis que, sauvagement, mes lèvres vont rencontrer les siennes. Ma langue se fraye un passage jusque dans sa bouche, dans un baiser plus langoureux que jamais. Doucement, ma main droite remonte le long du torse de Scott, le caressant légèrement, avant de se fixer d'une poigne ferme sur sa nuque. Et, continuant de l'embrasser fougueusement, je laisse mon bras gauche se tendre en suivant les lignes des muscles de la cuisse du jeune homme. M'arrêtant derrière son genou, je le remonte jusqu'à ma hanche, collant sa jambe contre la mienne, caressant la moindre parcelle de peau qui m'est accessible. Finalement, je relève mon bassin dans un large geste droit devant moi, en restant toujours appuyé contre le corps de Scott. Comme si nous étions soudés ensemble, lui et moi. Je retire enfin ma langue de la bouche de mon amant, gardant mon visage tout près du sien, lui susurrant quelques mots.

" J'espère que tu as encore assez de force, parce que je suis plus chaud que jamais. "
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 20 Mai - 13:31



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Ciel, cet homme me rendra complètement fou ! Un instant timide, l’instant suivant chaud comme de la braise, il est plus inconstant qu’une girouette ! Pas que je m’en plaigne, loin de là. Sa réponse me fait d’ailleurs vibrer profondément, bien que ce soit probablement dû au son de sa voix plus qu’à ses mots. C’est une voix qui promet bien des plaisirs. Et ce regard… Une vierge catholique fondrait sous un tel coup d’œil, alors moi… Disons que je n’ai pas non plus l’envie d’y résister. Je suis un pauvre homme faible face à l’appel du sexe, qui puis-je ?

Subitement, son corps est contre le mien et il est drôlement temps. Il me plaque contre le mur de la douche et la différence de température entre son corps et la surface contre mon dos est délicieuse. Je me tortille doucement en sentant ses mains sur mes hanches, mais je m’immobilise bien vite quand ses lèvres viennent prendre les miennes. Sa langue pénêtre ma bouche et vient caresser la mienne, une main se frayant un chemin de mes reins jusqu’à ma nuque, caressant légèrement ma peau tout au long, provoquant d’intenses frissons sur son passage. Je vais enfouir une de mes mains, la droite, dans ses cheveux, m’y aggripant solidement pour l’empêcher de s’éloigner de moi. Je gémis doucement en sentant son autre main descendre le long de ma cuisse jusqu’à mon genou, qu’il remonte contre sa hanche. D’un grand mouvement des hanches, il ramène son bassin contre le mien, mettant fin à notre baiser d’un même geste tout en gardant ses lèvres près des miennes.

J’halète déjà, le cœur battant à tout rompre. Ses mots font aparaître un sourire amusé sur mes lèvres. Il me plait bien ce type. J’ai eu des amants ennuyants, d’autres vraiment amusants et il en fait partit. Il passe d’une émotion à l’autre, d’un état d’esprit à un autre, si facilement !

J’enroule la jambe qu’il a relevée contre lui autour de la sienne, calant mon genou contre ses fesses et d’un mouvement du bassin, j’imite son action précédente et vient frotter mon abdomen contre le sien, mon sexe contre le sien. En même temps, je passe ma main gauche sur sa poitrine, la glissant dans le peu d’espace qu’il y a entre nos deux corps pour caresser la moindre parcelle de peau à ma disposition. De ma poigne dans ses cheveux, je ramène ses lèvres aux miennes, prennant possession de sa bouche de ma langue, jouant, caressant la sienne un instant avant de me séparer de lui à regret.

-Me fais pas languir alors, je gronde contre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 27 Mai - 15:25


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Ma respiration se fait de plus en plus saccadée au fur et à mesure que le désir monte à nouveau en moi. Je ne sais pas ce qui me prend exactement. Ce qui m'arrive actuellement. Je sais juste que je ne peux rien y faire. Et je ne fais rien contre, non plus, soit dit en passant. Bien au contraire. Je continue de caresser Scott comme je le peux, alors qu'à son tour il réagit à mes avances, me parcourant de ses mains, laissant une trainée de frissons ardents sur son passage. Je me laisse prendre fougueusement les lèvres par le jeune homme qui, non content de m'avoir déjà pour lui tout seul, enroule sa jambe autour de moi pour m'empêcher de reculer. Comme si j'en avais la moindre envie...
Mes doigts s'enfoncent un peu plus dans sa chair brûlante tandis que son bassin commence à suivre le mouvement du mien. Je ne résiste pas, lâchant un gémissement de plaisir, tout en continuant moi-même ce mouvement. Mais c'est une sensation de grand froid qui finit par se faire sentir, alors que la bouche de Scott quitte la mienne.

Restant collé à mes lèvres, mon amant me susurre quelques mots qui font apparaître un large sourire d'anticipation sur mon visage. Moi qui me demandait ce que je faisais là, il y a quelques minutes, j'ai maintenant la réponse. Et je ne regrette rien. Comment, dans cette situation précise, pourrais-je regretter le moindre événement de cette douce journée ? Après tout, on ne tombe pas tous les jours sur un homme aussi séduisant que Scott. Et on finit encore moins dans son lit dans l'heure qui suit ! Je me fiche complètement de ce que ce jeune homme peut bien penser de moi, en revenant sur ce contexte. Tout ce qui importe, pour le moment, c'est lui et moi, dans cette douche, enlacés l'un contre l'autre. Et j'espère que plus rien d'autre n'aura plus jamais d'importance. Je passe donc tendrement une main dans les cheveux de mon partenaire, tandis que, doucement, mes lèvres viennent prendre les siennes avec passion.

Lentement, mes mains descendent sur le torse de Scott, puis sur son ventre. Mes lèvres suivent bientôt le même chemin, léchant, caressant, mordillant, embrassant chaque centimètre carré de peau à leur disposition. Finalement, je me retrouve à genoux, face à l'entre-jambe du jeune homme. Le jet d'eau chaude me frappe de plein fouet, ne faisant qu'augmenter la température, déjà bien assez élevée. Mes mains, posées sur les hanches du jeune homme, le tiennent fermement contre le mur. Bien que mes pouces bougent doucement le long de la peau mouillée de mon amant. Mais ce n'est pas ça qui m'intéresse. Non. Ce que je regarde, c'est uniquement le sexe de mon partenaire, au maximum de sa forme. J'approche alors doucement mes lèvres de l'objet que je convoite. Je le frôle d'abord de ma langue. Je laisse échapper de longs soupirs d'anticipation dessus. Je lèche le gland de Scott, doucement, avant de laisser ma langue se promener partout ailleurs sur le pénis de mon partenaire.

Jouant quelques temps de cette façon, mordillant, embrassant, léchant la moindre parcelle de l'imposante verge du jeune homme, je fini enfin par l'engloutir dans ma bouche, lâchant au passage un grand râle de plaisir. Et ma langue continue de la parcourir d'un bout à l'autre. D'en faire le tour. Mes dents la dévore de temps à autre. Ma tête, quant à elle, commence un mouvement de va et vient, comme par réflexe. Je ne contrôle plus rien. Je ne suis plus maître de moi-même. Je me contente de fermer les yeux, continuant mon acte.
Mes mains, cependant, commencent à remonter le long du corps de Scott. Je ne peux empêcher de nouveaux gémissements étouffés, face tout le plaisir que je ressens. Et plus je continue, plus je vais vite. Plus je vais vite, plus je ressens une montée d'adrénaline. Alors l'une de mes mains vient bien vite attraper mon propre sexe pour commencer à le masturber sans gêne, tandis que je me donne toujours plus à Scott...
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 30 Mai - 12:43



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Hm, la sensation de son sexe qui bouge en moi… Rien de plus délicieux. Ses coups de hanches sont brutaux et rapides, exactement comme je le souhaite. Ses cris résonnent à mes oreilles comme une douce mélodie et mes gémissements s’y joignent pour créer une harmonie. Le mur est si froid contre ma peau, mes mains, ma joue. En comparaison, le corps de Connor me semble brûlant, ardent. Et lorsqu’il jouit, sa semence se repend en moi comme une traînée de feu liquide. Je cambre le dos de plaisir, mais ce n’est pas suffisant. Il m’en faut plus cette fois.

Changement de position. Connor prend ma place et je fais face à son dos, mes hanches contre ses fesses. Il n’aura pas besoin de me supplier pour que je lui donne ce qu’il veut, ce que je veux aussi. Je pose mes mains sur le haut de son dos et les laisse descendre le long de ses muscles jusqu’à ses hanches. Je recule mon bassin et le ramène en forçant pour le pénétrer avec le seul bout de ma verge. En quelques ondulations, je réussis à m’enfoncer jusqu’à la garde en lui, d’abord doucement et je perds le contrôle. Grognant de plaisir, je bouge de plus en plus vite, de plus en plus profondément et de plus en plus sauvagement. Je me fiche du reste, tout ce qui compte, c’est le plaisir que je prends à me ficher en lui.

Combien de temps cela dure-t-il ? Des heures ? Quelques minutes ? Tout ce que je sais, c’est que le plaisir augmente, encore et encore, jusqu’au point de non-retour. Je jouis en lui tout en continuant mes mouvements de bassin, ralentissant peu à peu alors que le plaisir va crescendo. Je viens poser mon front contre le dos de Connor en soupirant de bien-être. Cette soirée ne pourrait pas mieux aller.

Spoiler:
 


Dernière édition par Scott D. Sullivan le Mer 11 Juin - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Dim 1 Juin - 13:54


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Jamais je n'aurais un jour cru ressentir autant de plaisir à avoir le sexe d'un autre dans ma bouche. Et pourtant, cette chaleur, cette douceur, cette rugosité, tout ça me fait frémir. Tout ça me fait gémir. Je ne sais pas pourquoi. Tout ce que je sais, tout ce que je veux, c'est Scott. J'ai besoin d'oublier ma vie misérable. D'entrer dans la sienne pour me sentir bien. Et ce même si ça signifie que lui doit entrer en moi. Je m'en fiche. Ça me fait du bien. Ça lui fait du bien. Ça nous en fait à tous les deux. C'est tout ce qui compte. Alors je continue de sucer goulument la verge de mon amant, sans jamais m'arrêter. Mes mains parcourent son corps, tandis que mes yeux clos me permettent de me concentrer sur d'autres sens. Le toucher. Le goût. L'odorat. Et en parlant de toucher, je ne peux pas me retenir de lâcher un puissant grognement de plaisir au sentir de la main de Scott dans mes cheveux. Main qui, sans que je ne comprenne tout à fait pourquoi, me ramène doucement vers le haut.

Rouvrant les yeux, je me trouve de nouveau nez à nez avec mon partenaire. Le fixant droit dans les yeux, j'entrouvre la bouche lorsque sa langue vient me lécher les lèvres, alors que mes mains sont guidées par les siennes vers ses fesses, que je me fais un plaisir de serrer fermement. Je suis à tel point excité, tellement concentré sur l'acte sexuel, que je ne peux même plus parler. Je me contente de hocher la tête positivement au moment où le jeune homme me demande de le prendre. Je n'attends que ça. Que lui. Que nous. Et mon Dieu, que c'est bon de sentir son pénis contre le mien ! Et ces ondulations ! Ce jeu de bassin ! Je dois serrer les dents pour ne pas hurler de bonheur. Mais malheureusement, cet instant magique ne dure pas. Non. Scott se retourne, face au mur, se collant à moi. L'une de ses mains vient chercher mon dos pour m'amener à lui, et l'autre se cale sur ma nuque, envoyant mes lèvres tout droit vers les siennes, que je dévore avec appétit. Ce que mon amant attend de moi est parfaitement clair. Et je ne compte pas le faire patienter plus longtemps...

Posant mes mains sur les épaules de Scott, je le caresse d'abord doucement le long des bras. Puis je remonte vers ses épaules. Ses omoplates. Et je descends jusqu'à ses fesses, doucement, avant de fixer définitivement mes doigts sur sa taille. Alors seulement mes lèvres entrent en contact avec la peau humide du jeune homme. J'embrasse sa nuque. Je lèche ses omoplates. Je mordille ses flancs. Enfin, je repose mes lèvres dans son cou, continuant de le couvrir de douces caresses buccales. Et là, là, je pénètre Scott. Mon sexe, tout doucement, se colle contre ses fesses, avant de rentrer dans son corps magnifique. Je gémis. Mes mains se remettent en mouvement. Je glisse sur son ventre. Ses pectoraux. Je les malaxe un instant. Avant d'aller explorer son entre-jambe. Ma main droite s'amuse avec la verge de mon partenaire, tandis que les doigts de ma main gauche suivent les courbes de ses testicules. Mon bassin, quant à lui, commence à accélérer ses mouvements, au point de me faire ressentir une légère douleur. Mais je ne cacherai pas que j'aime ça.

Mes va et vient sont nombreux. Puissants. Je gémis. Je grogne. Je crie. Je hurle. Je ne suis plus l'homme doux que j'ai été jusque là. Non. Je prends mon pied. Je me fais plaisir. Je martèle cet homme, qui n'aurait sans doute jamais dû se mettre dos à moi s'il voulait s'assoir encore un jour dans sa vie. Mon sang me brûle de l'intérieur. L'eau qui coule sur nos corps en pleins ébats semble gelée. Mais ça ne suffit pas à refroidir l'atmosphère. Loin de là. Au contraire. Oui. Oui. OUI ! Je sens que ça vient. Je sens les frissons. Je sens les spasmes. Je sens la douleur multiple. L'une venant du fait que je me retiens pour tenir encore un moment. Pour finir de transpercer mon amant. Et l'autre étant due au fait que mon pénis a déjà servi au maximum de ses capacités une première fois, il y a de ça très peu de temps. Cependant, je ne lâche rien. Je garde mes mains sur les hanches de Scott, tout en continuant de le pénétrer, presque violemment. Et ce jusqu'à l'extase.

" Oh oui ! Oh, Scott ! Han ! Han ! HAN ! HAN ! HAN ! "

De nouveau, je me vide allègrement à l'intérieur du jeune homme, en hurlant à pleins poumons. C'est la première fois que je fais ça sous la douche. Et après ce que je viens de vivre, je compte bien faire en sorte que ce ne soit pas la dernière ! En particulier avec Scott. Ce jeune homme est formidable. Avec lui, je peux être moi-même. Je peux lui demander ce dont j'ai besoin. Je sais qu'il va me le donner. Parce que moi, je suis prêt à lui donner tout ce dont il a besoin. Tout ce que j'ai. Alors, une fois un peu plus calme, je me retire et, glissant contre mon amant, en l'embrassant dans la nuque et le cou sur mon passage, je me retrouve face à lui, dos au mur. Posant mes mains sur son visage, je fais entrer ma langue dans sa bouche, allant chercher la sienne. Et lorsque j'estime l'avoir assez excité par mon baiser langoureux, je me retourne, pour être à mon tour nez à nez avec le mur de la douche. Mes mains sont posées à plat sur le carrelage. Mes bras sont tendus de chaque côté de ma tête. Mes fesses s'amusent déjà avec le sexe de Scott. Avant même que ce dernier ne s'amuse avec elles...

" À ton tour, mon grand. Je veux savoir ce que ça t'a fait. Alors fais-le moi. Fais-moi tout ce que tu voudras. Et surtout, fais-le pour toi, Scotty. "
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 11 Juin - 14:40



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Hm, la sensation de son sexe qui bouge en moi… Rien de plus délicieux. Ses coups de hanches sont brutaux et rapides, exactement comme je le souhaite. Ses cris résonnent à mes oreilles comme une douce mélodie et mes gémissements s’y joignent pour créer une harmonie. Le mur est si froid contre ma peau, mes mains, ma joue. En comparaison, le corps de Connor me semble brûlant, ardent. Et lorsqu’il jouit, sa semence se repend en moi comme une traînée de feu liquide. Je cambre le dos de plaisir, mais ce n’est pas suffisant. Il m’en faut plus cette fois.

Changement de position. Connor prend ma place et je fais face à son dos, mes hanches contre ses fesses. Il n’aura pas besoin de me supplier pour que je lui donne ce qu’il veut, ce que je veux aussi. Je pose mes mains sur le haut de son dos et les laisse descendre le long de ses muscles jusqu’à ses hanches. Je recule mon bassin et le ramène en forçant pour le pénétrer avec le seul bout de ma verge. En quelques ondulations, je réussis à m’enfoncer jusqu’à la garde en lui, d’abord doucement et je perds le contrôle. Grognant de plaisir, je bouge de plus en plus vite, de plus en plus profondément et de plus en plus sauvagement. Je me fiche du reste, tout ce qui compte, c’est le plaisir que je prends à me ficher en lui.

Combien de temps cela dure-t-il ? Des heures ? Quelques minutes ? Tout ce que je sais, c’est que le plaisir augmente, encore et encore, jusqu’au point de non-retour. Je jouis en lui tout en continuant mes mouvements de bassin, ralentissant peu à peu alors que le plaisir va crescendo. Je viens poser mon front contre le dos de Connor en soupirant de bien-être. Cette soirée ne pourrait pas mieux aller.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 2 Juil - 8:42


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

D'abord je sens ses mains. Ses mains brûlantes qui se posent sur mon dos. Je respire bruyamment, profondément, alors qu'elles se déplacent, glissant le long de mon corps en suivant ses courbes. Je suis encore un peu désorienté après ce que je viens de faire. Une proie facile. Idéale. Je le sais. Scott le sait. Et il en profite. Il profite de ce que je lui donne, de ce que je le laisse me faire. Et ce serait mentir que de dire que ça ne me fait pas autant de plaisir qu'à lui. Son sexe qui rentre doucement en moi est pour le moins apaisant. Je gémis, jouant un peu du bassin pour l'aider à mieux me pénétrer. Je n'ai jamais réellement été un grand fan de ce genre de pratique sexuelle. Mais avec Scott, tout est différent. Je suis différent. Je suis prêt à tout. Prêt à me laisser emporter par la bête assoiffée de sexe qui vit là, tapie en chacun de nous. Et je ne regrette rien.

Pendant plusieurs minutes, mon amant me martèle de toute sa force. De toute son envie. Je grogne, je gémis, je serre les dents. Je souffre. Mais c'est une douleur qui, paradoxalement, me fait du bien. Sentir cet homme et toute sa puissance en moi, et être capable de le supporter, me confère un plaisir que jamais je n'aurais cru pouvoir ressentir un jour. Surtout dans cette situation. Mais j'en ai rien à faire. Scott est heureux, et moi aussi. C'est tout ce qui compte. Pour moi, durant tout le temps où nos deux corps sont liés par cette connexion pour le moins agréable, le monde ne se résume plus qu'à cette cabine de douche et tout ce qui s'y trouve. L'eau glacée qui coule sur nos corps. Nos cœurs battant à l'unisson. L'écho de nos cris de bonheur. Et la jouissance de mon partenaire qui se déverse en moi dans un flot de passion qui, de nouveau, m'arrache un long râle de plaisir.

Je respire lentement pour me calmer, tandis que je sens Scott qui se retire, posant sa tête bouillonnante contre moi. Tout doucement, je me retourne. Posant une main sur le torse de mon amant, et l'autre sur sa joue, j'amène ses lèvres aux miennes, sans un mot. Le tendre baiser que je lui offre suffit amplement à lui faire comprendre à quel point je lui suis reconnaissant du moment que nous venons de passer ensembles. Puis m'écartant un peu, à regret, du jeune homme, je viens prendre le savon pour m'en étaler sur tout le corps, me frottant avec les mains, faute d'autre chose. J'ai certes déjà utilisé cette douche, mais je ne veux pas que Scott pense que je squatte, au point de me servir de tout par moi-même. Alors je me lave en silence, tout en gardant le regard fixé sur mon amant. Je ne pense à rien. Juste à lui. Les images de notre soirée défilent dans ma tête, accompagnées du plaisir intact que les événements que je me remémore m'ont procuré. Je souris d'ailleurs légèrement en y repensant...

Une fois rincé, je sors de la douche, frôlant Scott et le caressant d'une main. Fouillant un peu dans les placards, en hésitant, je fini par trouver une serviette. Je la sors et la pose à côté de moi, avant d'en tirer une seconde, que je mets en évidence, à disposition du jeune homme encore sous le jet d'eau. Je jette un coup d’œil vers lui l'espace d'un instant, avant de déplier ma serviette, de m'essuyer rapidement le visage et les cheveux avec, puis de la nouer autour de moi. Par la suite, je quitte la salle de bains, jetant un dernier regard à Scott. Je me demande ce que je peux bien faire. À quoi tout ceci peut bien rimer. Mais au fond je m'en fou complètement. Je suis ici, maintenant, et j'ai pris du temps pour moi. Quel bon temps, d'ailleurs ! Je suis soulagé d'être passé à l'action avec ce jeune homme. Vraiment. Surtout qu'encore plus tôt dans la journée, je n'étais pas de si bonne humeur. Là, c'est tout le contraire. Je souris, heureux.

" Je serai dans notre chambre, si tu me cherches. "

Sur ces mots, prononcés d'une douce et tendre voix, je m'éclipse, me dirigeant vers la chambre de Scott. Oui, la sienne. Et pas la nôtre. Je me rends compte alors de mon erreur, ce qui me laisse cloué sur place durant un instant. Je ne sais plus quoi faire. Je panique. Mais je secoue la tête avant de continuer ma route. Il n'a sans doute rien remarqué. Et au pire, je ne pense pas qu'il s'en formalisera. Ou tout du moins, je ne l'espère pas. Même si au fond ça m'inquiète un peu... Non. Pas la peine de s'en faire. Profiter du moment. C'est tout ce qui compte. Pour une fois que je m'échappe de ma vie de malfrat... C'est en tentant de faire le tri dans tout ceci que j'arrive dans la chambre. Les draps froissés me font sourire largement. Tout comme les vêtements de Scott, jetés au sol un peu partout. Je ramasse tout, y compris mon ancienne serviette, avant de poser ma charge sur une chaise, non loin de là. Je m'allonge enfin dans le lit, sur le dos, les mains croisées derrière ma tête, et les yeux fermés. Un sourire en coin, satisfait, se dessine sur mon visage, et je peine à le contenir. En même temps, je n'en ai pas la moindre envie. Je me laisse donc aller à rêvasser, malgré tout toujours éveillé. Ha, Scott...
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 4 Juil - 21:07



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


La bizarre de journée. Je sors promener mon chien, lequel s’enfuit, attaque presque un étranger après s’être roulé dans l’eau. Je ramène le séduisant étranger chez moi pour lui proposer ma douche et des vêtements secs et nous voilà tout les deux dans ma salle de bain après une séance de sexe torride dans mon lit, puis une autre encore sous la douche. Il y a de ces journées… Pas que je regrette moindrement. Du tout. Au contraire même. À quand le round 3 ? Pas de suite, bien sûr, parce que je ne crois pas être en état pour ça. Mais si j’ai de la chance…

Connor m’embrasse après s’être retourné face à moi. Puis il se lave. Comme ça, sans un mot. Et moi je le regarde faire, comme ça, sans un mot. Je profite du spectacle, comme on dit. Puis il m’abandonne sous l’eau glaciale pour fouiner –il n’est pas gêné celui-là –dans mes armoires pour en sortir deux serviettes. Il s’enroule dans l’une d’entre elles et s’en va dans notre chambre. Oui, oui, notre chambre. C’est très exactement ce qu’il a dit. Je cligne des yeux, interdit, toujours sous l’eau qui frôle le point de congélation. Notre chambre…? Je l’ai demandé en mariage et je ne suis pas au courant ?

J’éclate soudainement de rire sous l’eau, tout seul, en aillant probablement l’air d’un véritable malade mental. Heureusement que je suis seul donc. Je secoue la tête pour moi-même, amusé, et attrape le savon pour reprendre ma douche malgré l’eau qui est tout sauf chaude. Je me lave rapido presto et je saute hors de la cabine pour m’enrouler dans l’épaisse et douce serviette. J’essore mes cheveux rapidement, sans y faire vraiment attention. Je dors toujours avec les cheveux mouillés. Puis, la serviette autours de la taille, je reprend le chemin de ma chambre pour m’appuyer sur le cadre de la porte.

Il est chez lui partout ce mec. Il est simplement couché en travers de mon lit, les bras sous la tête, avec toujours rien de plus que la serviette sur le dos. En secouant toujours la tête avec amusement, j’entre dans la pièce et laisse tomber la serviette lorsque j’arrive devant ma commode. Dans le premier tiroir, je prends le premier caleçon qui passe et je l’enfile rapidement avant de me retourner vers mon lit.

Je me jette presque dans mon lit, la fatigue m’envahissant peu à peu. Partit comme il l’est là, j’imagine que Connor va passer la nuit à la maison. Pas que ça me cause problème. En fait, ça promet un réveil agréable. Sauf s’il se sauve à trois heures du matin. J’ai eu un amant qui faisait ça, c’était plutôt ennuyant. Un large sourire amusé étirant mes lèvres, je me tourne sur le côté, la tête appuyée dans une main, en direction de Connor.

-Alors, notre lit est-il assez confortable pour toi ?, je me moque.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Lun 14 Juil - 7:25


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Je rêvasse. Encore et toujours. Je pense à tout et à rien. À Scott. Je m'imagine certaines situations absurdes avec lui. En une soirée, je l'avais rencontré et terminé dans son lit par deux fois. Enfin, une fois dans le lit, et l'autre sous la douche. Alors je me dis, que peut-être... jamais deux sans trois ? Pas tout de suite, bien évidemment. Mais à notre rythme, d'ici la fin de la nuit, on aura tout fait, et ce dans toutes les pièces de la maison, et dans toutes les positions possibles et imaginables ! Et avec ce jeune homme, c'est le genre de choses qui est loin de me déranger. Bien  au contraire, même. Pour une fois, je me sens bien. De plus en plus à l'aise avec lui. Il semble plutôt attentionné, et n'a pas peur de me demander ce dont il a besoin. Alors il en va de même pour moi. Malgré tout, je me dis qu'on ne se connait pas encore très bien. Mais ça viendra, au fil de nos rencontres. Plus torrides les unes que les autres, j'espère...

Quand Scott revient, je l'entends juste, gardant les yeux fermés. Je ne sais pas trop ce qu'il fait, mais je le laisse s'occuper de ses affaires. Je suis chez lui, après tout. Même si un peu plus tôt j'ai presque sous-entendu le contraire. En fait il serait plus juste de dire que j'ai évoqué un juste milieu. Notre maison à tous les deux. Rien que d'y penser ça me fait bizarre. Je n'ai jamais vraiment été fait pour vivre en couple. Alors en plus, si je dois habiter avec mon compagnon... Je secoue un peu la tête. C'est débile. Je ne reverrais peut-être jamais cet homme. Enfin, non. Je veux le revoir. Souvent, même. Je ne sais pas pourquoi. J'en ai besoin, c'est tout. Mais besoin de quoi, exactement ? De sexe ? Un peu. Mais aussi de quelqu'un à mes côtés dans mon lit. Juste pour me tenir chaud. Je soupire donc longuement, en réfléchissant à tout ça. Quand je suis soudain un peu soulevé.

Remuant un peu, je reste malgré tout dans ma position actuelle. Du moins jusqu'à ce que Scott ne s'adresse à moi. Rouvrant donc les yeux, je me redresse en sursaut pour m'assoir, gêné. Je le fixe un instant, baissant la tête. Je me sens rougir. Je pensai qu'il ne dirait rien. Je me suis trompé. Bon, après il le fait sur le ton de la rigolade, j'imagine. Mais il n'empêche que je me sens incroyablement mal. Et stupide. J'ouvre un peu la bouche pour parler, mais aucun mot ne daigne en sortir. Je tente donc de fixer le jeune homme à côté de moi droit dans les yeux. Et étrangement, ça me calme un peu. Je me sens un peu plus en confiance avec lui. Lui souriant légèrement, je me rallonge, sur le côté, dans la même position que lui. Mon cœur bat vite. Je me rapproche de Scott, l'air visiblement désolé. Je détourne un peu le regard, jouant un peu avec ma serviette de ma main libre.

" Euh... Oui. Enfin, non... Je... Ton lit est très confortable, Scott. Je suis désolé. Je me suis laissé emporter. En même temps, après ton passage, qui peut m'en vouloir ? "

Rougissant un peu plus, je voudrais changer de sujet. Et vite, si possible. Alors je parcours les alentours du regard. Puis je tombe sur le caleçon de mon amant. Ouf, me voilà sauvé ! Souriant alors, taquin, en fixant le sous-vêtement, je me rapproche du jeune homme, jusqu'à être presque collé à lui. Passant mon index sous l'élastique, je le tire vers le haut, avant de l'amener vers le bas de la jambe de Scott, autant que je le peux. Je ne cherche pas à commencer un troisième round. Juste à détourner la conversation. Et accessoirement rendre cette nuit un peu plus chaude, certes. Je reste donc dans ma position tenant le boxer en tirant dessus vers le haut et vers le bas au niveau de la hanche de Scott, afin de laisser apparaître un peu de ce qu'il y a en-dessous. Mes yeux, charmeurs, reviennent alors vers ceux de mon amant. Je hausse un sourcil, souriant de plus belle. D'un coup j'en oublie ma maladresse. Tant mieux, parce que ce n'est pas fini...

" Pourquoi tu te cache ? Tu as peur de moi ? Je t'assure que tu as de quoi être fier de ce qu'il y a en-dessous ! Allez, enlève-le. Ça sert à rien avec moi. Et j'enlèverai ma serviette. Encore... "
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Dim 20 Juil - 12:40



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


-Shh ! Pas touche !, je rigole en tapant la main de Connor qui s’amuse avec mon caleçon.

Je ne suis pas contre un troisième tour, mais, ciel, pas tout de suite ! Je suis complètement mort, pour l’heure. Mais je l’aime bien ce Connor. Vraiment bien. Pas que je le connaisse vraiment bien non plus. Mais c’est quelque chose que je peux arranger ça. Oh, pas de suite ça non plus. J’ai bien trop envie de dormir pour prendre le temps de parler pendant des heures. Mais je peux bien lui faire plaisir. Je baisse mon caleçon et le jette sur mon bureau après l’avoir difficilement enlevé en me tortillant de manière très peu sexy sur la couverture. Puis je me colle contre lui pour l’embrasser légèrement.

-Satisfait ?

Je sais parfois être gentil. Comme maintenant alors que j’ignore délibérément ses divagations pas très claires sur notre chambre. Je sais bien que ce n’était qu’un lapsus, un lapsus intéressant, certes, mais un lapsus quand même. Je me demande ce que Freud en dirait…

Brr… Il fait pas chaud en tenue d’adam, surtout quand on est par-dessus les couvertures au lieu d’être dessous. Un léger frisson remonte le long de mon échine. Je déteste avoir froid. Alors je me colle encore plus sur Connor. Aller sous les couvertures risque d’être compliqué s’il reste couché dessus. Je lui souris avec amusement en tirant sur l’épaisse serviette.

-Enlève-moi cette chose et zou ! Sous les couvertures ! J’ai froid !

Je n’attends pas et me tourne vers mon bord de lit pour me glisser sous le peu de couverture que je peux avoir tant que Connor sera dessus. Heureusement, il s’exécute et vient me rejoindre. Ah, douce chaleur ! Je soupire de bien-être en fermant les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 22 Juil - 14:09


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Souriant, je lâche le boxer, qui vient claquer contre la peau de Scott. Ce jeune homme est aussi joueur que moi, visiblement. Et, plus important encore, il n'a pas relevé ma remarque sur notre chambre. Enfin, si. Mais rien au sujet de ma réponse. Il est vraiment gentil. Il aurait très bien pu s'énerver et me virer de chez lui à poil. Mais non. Au lieu de ça il joue avec moi, alors que j'essaye de la manière la moins subtile qui soit de changer de sujet. Je ne fais donc que sourire un peu plus. Avant de regarder mon amant d'un air un peu confus alors qu'il se tortille dans le lit. Il parvient tout de même finalement à retirer son caleçon, le jetant sur son bureau. Lorsqu'il me demande si je suis satisfait, en se collant à moi pour m'embrasser, je hoche la tête en le détaillant de haut en bas avec avidité. Juste pour le plaisir des yeux. Je suis bien trop fatigué pour mener un troisième assaut ! Ou pour le mener tout de suite, en tous cas...

Je manque de serrer Scott contre moi tandis qu'il vient se blottir un peu plus. Mais rapidement, il se met à tirer sur ma serviette, m'invitant à la retirer. Puis il s'éloigne pour tenter de se cacher sous les couvertures. C'est vrai qu'il commence à faire un peu frisquet... Je me lève donc, lui libérant l'accès au dessous des draps afin qu'il puisse se mettre au chaud. Quant à moi, je fais quelques pas jusqu'à l'endroit où j'avais déjà posé ce qui trainait avant dans la chambre. Je retire sensuellement le bout de tissu attaché autour de ma taille, puis le dépose au-dessus de la pile de vêtements. Revenant ensuite lentement vers le lit, je me glisse sous les draps, rejoignant le jeune homme qui s'y trouve déjà. Je laisse échapper un léger soupir de bien-être, avant de me tourner vers Scott en souriant, toujours aussi taquin. Je le regarde un moment. Mon cœur bat plus vite. C'est drôle comme je me sens bien avec lui.

" Alors ? Satisfait ? "

Me penchant un peu, je passe un bras derrière mon amant afin de le tirer tendrement vers moi. Je l'embrasse sur la joue, le gardant contre mon torse. Un frisson me parcoure. Je ferme les yeux, caressant distraitement Scott d'une main. Un nouveau soupir de satisfaction s'échappe de mes lèvres. Je me sens bien. Vraiment. J'en oublie que ma journée a très mal commencé. J'en oublie que je ne sais même pas ce que je fais ici. Tout ce qui compte maintenant, c'est que j'y sois. Et qu'à mes côtés, collé à moi, se trouve un très séduisant jeune homme entièrement nu. Bon, ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. Mais j'ai comme l'impression que cette fois, tout est différent. Après, est-ce que cette intuition est fondée ou pas, je n'en sais strictement rien. Ou, plus précisément, j'en ai conscience, au fond de mon être. Le problème, c'est que je ne suis pas vraiment sûr de vouloir m'en rendre compte consciemment...

Peu à peu je sens le sommeil m'emporter. Un sommeil à la fois profond et fragile. Alors commence une longue nuit. Sans le moindre cauchemar. Mais pas non plus remplies de rêves aussi doux que la peau ou les cheveux de Scott. Non. Juste le silence. Mes légers ronflements. La respiration de mon amant. Je pouvais entendre tout ça. Sentir le corps chaud du jeune homme contre le mien. Ah, quelle soirée fantastique ! Ça fait bien longtemps que je n'ai pas aussi bien dormi ! Et ça n'a rien à voir avec le lit qui est, je dois bien l'avouer, très confortable... Non, c'est plutôt la présence d'une personne avec moi qui est rassurante. Cela fait trop longtemps que je dors tout seul, dans des draps froids, sans que quiconque ne vienne les réchauffer. Ni même me réchauffer moi. Quoi qu'il en soit, en cette nuit, je ne pense pas à tout ça ne serait-ce qu'une seule seconde. Tout ce que je sais, c'est que je suis bien. Que je suis moi-même. Que pour une fois dans ma vie, tout va pour le mieux.

*
* *

Le lendemain matin, je me réveille aux aurores. Un peu après sept heures du matin. Ouvrant doucement les yeux, je découvre Scott, toujours accroché à moi. Blottit contre mon corps nu. Je souris largement. Tendrement. Même s'il ne peut pas me voir à travers ses paupières closes. Il semble si calme. Si paisible. Dire que je l'ai connu bien plus actif dans ce même lit ! Je secoue un peu la tête pour me sortir de mes rêveries. Je me lève alors lentement, sans un bruit, m'arrêtant immédiatement de bouger à chaque grognement ou léger mouvement de mon amant. Finalement, je fini par me remettre debout, et marcher à pas de loups vers la pile de vêtements que j'ai faite la veille. M'habillant discrètement avec les habits du jeune homme endormi, préparés par ses soins, je sors ensuite de la chambre, en passant par la salle de bains. Je récupère mes propres vêtements abîmés, je me recoiffe en vitesse, et me dirige jusqu'à la porte d'entrée de la maison.

Au moment de sortir, je m'arrête. Non. Pas comme ça. Je veux faire les choses un minimum bien, cette fois. Faisant marche arrière, j'attrape un papier et un stylo dans la poche intérieure de mon blouson. J'y écris un petit mot, accompagné de mon adresse et de mon numéro de téléphone. Je pénètre ensuite silencieusement dans la chambre de Scott. Posant le papier sur sa table de nuit, je m'appuie ensuite d'un genou sur le lit, me baissant au niveau de mon amant. Je le fixe un instant, m'arrêtant même de respirer. Puis je viens prendre ses lèvres dans un baiser aussi langoureux que passionné. Je fais preuve d'une extrême douceur afin de réveiller le jeune homme le plus paisiblement possible. Là, c'est correct. Une fois qu'il a ouvert les yeux, je lui souris largement, lui faisant un petit signe de la main tout en sortant de la chambre en me retournant une dernière fois. Je marche jusqu'à la porte d'entrée, que je franchis, cette fois, pour de bon. Je prends alors la route de mon domicile, le sourire aux lèvres, heureux. C'est une nouvelle journée qui commence. Une excellente journée.

Contenu du message:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tel Chien, Tel Maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» chien sauvage nain ?
» Lucky Le Chien Roux comme Roy vient vous faire rire 8D[validé]
» Le petit chien est sur la pente fatale
» Le chien de garde du Roi
» Chien battu
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-