Partagez | 
 

 Tel Chien, Tel Maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Tel Chien, Tel Maître   Mer 23 Oct - 11:52



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Aujourd'hui, comme à chaque fin de semaine, je me fais traîner dans ce parc par Tobby. Même si je l'adore, je commence à en avoir assez. Je décide à chaque fois que nous sortons seulement pour une petite marche et lui décide de me traîner au parc. De force. Il court un peu partout, me tirant derrière lui, visitant tout les coins "intéressants" du parc. Cette sale bestiole me tombe sur les nerfs des fois, je vous jure ! Ma mère aurait du m'offrir un caniche ou un border collie, par un danois ! Ça deviens énorme c'est chien-là ! Et c'est énormément puissant. Autant qu'un petit cheval. D'habitude, je finis par réussir à le ramener chez moi au bout d'une heure ou deux, mais ça fait trois heures qu'il court partout. J'ai hâte d'aller me coucher en travers de mon sofa et de regarder n'importe quelle merde abrutissante qui peut bien jouer à la télévision.

Je tiens la laisse, le bras tendu comme un arc, regardant la croupe tachetée de mon Danois arlequin. Un jour la laisse va... Et voilà ! Elle a lâchée ! Je regarde d'un air désespéré Tobby qui part à la course sans le lien qui l'empêchait de partir à l'aventure jusqu'à maintenant. Merde. Merde, merde, merde ! Je pars à la course derrière lui en l'appelant. Naturellement, il m'ignore royalement. Il disparaît tout à coup de mon champ de vision en tournant dans un bosquet. Oh non, je sais où il va. À l'étang. Non, non, non, non, non ! Il va se jeter à l'eau ! Il va sentir le chien mouillé et se jeter sur moi aussitôt qu'il le pourra ! Je déteste ce chien.

Je tourne le coin et arrive juste à temps pour voir Tobby, complètement trempé, se jeter sur un homme. Oh meeeeeeeerde ! Super, vraiment  
super !

"TOBBY ! RAMÈNE TES FESSES ICI !"

Et cette fois, il m'obéit, naturellement. Il viens s'asseoir à mes pieds, gentiment, en battant de la queue, en me faisant des yeux de chien battu. Oh non ! Ça ne marchera pas cette fois ! Je lui remets sa laisse en grommelant contre la stupidité innée des chiens et me dirige ensuite vers l'homme trempé. Hum, il est plus vieux, peut-être la mi-trentaine, et plutôt sexy. Ce chien pourrait peut-être avoir de bons côtés alors. Sauf que dix pourcent de la population est homosexuelle, ça laisse donc 90 pourcent d'hétérosexuels. Les chances pour que cet homme joue dans mon équipe sont plutôt minces et disons que j'ai arrêté d'espérer ce genre de choses.

"Je suis vraiment, profondément, sincèrement, désolé."
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Jeu 24 Oct - 5:30


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

J'ai toujours trouvé ça fascinant. Le fait que l'on puisse éprouver de la satisfaction dans l'exercice de son métier. Et ce peu importe la nature de ce dernier. Autant, pour certaines choses, c'était parfaitement compréhensible, et presque naturel je dirais, autant pour d'autres activités, la chose semblait plus difficile à cerner. Comme pour la vie que je menai par exemple.
Ça faisait longtemps que mes mains n'étaient plus tachées de sang. J'avais appris à faire les choses autrement, et j'en étais fier. Malgré mon arme, toujours plaquée contre mon cœur. Cependant, parfois, comme je le disais, les choses sont assez difficiles à appréhender. Je m'explique.

C'était la semaine dernière. Je m'étais rapproché d'un type pour lui soutirer quelques informations, pour le compte de la mafia, qui voulait vérifier certaines choses à propos de ma cible. Et comme d'habitude pour ce genre d'affaires, ils ont fait appel à moi. Je les soupçonne d'ailleurs de vouloir me recruter de façon plus définitive. Mais ça, c'est une autre histoire.
Pour le coup donc, il s'avérait que le mec que je filai était un grand ami d'un des big boss de la mafia. Mais aussi une vieille connaissance d'un de ses plus vieux ennemis. Mon patron à durée déterminée n'a pas vraiment apprécié la nouvelle. Ni toutes les choses qui en découlaient. Mais pour la suite, c'était pas mes affaires. J'avais d'autres chats à fouetter, et d'autres contrats sur le feu.

Aujourd'hui, donc, j'avais reçu mon paiement pour cette filature. Une belle liasse de billets qui avaient un certain poids dans la main. C'est ce que j'aime avec la mafia. Ce sont d'honnêtes hommes. Ils ne mentent pas quant ils vous donnent un prix, et le payent de bon cœur. Si seulement tout le monde pouvait être pareil.
J'étais donc rentré chez moi pour déposer mon pactole et m'ennuyer pour le reste de la journée. Seulement, il faisait plutôt beau dehors. Malgré l'automne et le vent qui commençait à être vraiment froid. Je me suis donc décidé à sortir.
Je marchai sans but précis, sans destination à atteindre. Je dérivai au gré des rues que je traversai. Avant de me retrouver dans un parc devant lequel était installé un kiosque à journaux. En gros titre était indiqué le meurtre d'un homme, assassiné par la mafia, qui avait utilisée sa méthode habituelle; sa marque de fabrique. J'achetai donc un exemplaire, avant de continuer ma route, m'arrêtant devant un étang.

D'après le journal que je lisais, et surtout la photo de la victime, l'homme qui avait été tué était celui que j'avais filé. Et j'étais étrangement fier de mon œuvre. Ce sentiment ne m'envahissait quasiment jamais lorsque j'étais obligé de tuer. Mais là, étrangement, je ressentais une certaine satisfaction à voir cet homme mort, et mes mains propres. Ça m'arrivait parfois. Comme ça. Sans prévenir. Et dans ces moments, je me faisais presque peur.
Pour m'éviter certains désagréments, je pliai le journal en boule avant de le jeter assez violemment dans la poubelle la plus proche. Je ne gagnai pas ma vie de façon " honnête ", certes, mais ça ne voulait pas dire que j'étais un tueur. Ni même que je prenais plaisir à tuer. Et surtout que...

Un chien trempé me fit sortir de ma réflexion. Me sautant dessus, il m'avait plaqué au sol sans que j'ai pu le voir venir et me léchait maintenant allègrement le visage. Il manquait plus que ça ! C'est ainsi que je tentai de repousser l'animal, sans succès. Lorsque son maître arriva.
Appelant son chien, qui revint vers lui, et grommelant sur le manque de bon sens de son compagnon, l'homme s'approcha de moi tandis que je me relevai, époussetant mes vêtements, pour la plupart complètement mouillés. Ce chien ne m'avait pas raté, c'est le moins qu'on puisse dire !
Le maître de l'animal s'approcha donc, et s'excusa. Un charmant jeune homme. A tous les sens du terme. Il était plus jeune que moi, assez grand, mignon, et... et avait un chien. Pour le moment, c'était tout ce que je savais de lui.

Après avoir remis mes vêtements en place, car quand un chien vous saute dessus, ça froisse un peu, aussi bien les habits que la dignité d'ailleurs, je me dirigeai vers l'inconnu, tout sourire, en passant un main dans mes cheveux pour me recoiffer.

" Vous en faites pas pour moi. J'adore les chiens. Et la natation aussi. Après, j'admets que le mélange des deux n'a pas une odeur très agréable. Je pense que je ferai mieux d'aller me changer avant de tomber malade. Vous savez s'il y a des taxis dans le coin ? J'ai fait une sacré trotte depuis chez moi et je préférerai éviter de rester dans le froid pour ne pas tomber malade. Mais ça, vous le savez déjà, je viens de vous le dire. Désolé. Je dois être un peu sonné. Votre ami est... très amical. "

Malgré moi, je restai sur place, fixant l'homme droit dans les yeux en souriant bêtement. Son chien était assis et haletait, brisant le silence qu'il y avait entre son maître et moi.

" J'y vais. Ravi de vous avoir rencontré. "

Mais je ne bougeai toujours pas. En fait, je ne savais pas par où aller. J'avais si peu fait attention à mon chemin en venant que maintenant, j'étais perdu. Ou alors je voulais juste rester un peu plus longtemps avec le bel inconnu. Eh puis zut ! J'avais besoin de me changer les idées, surtout après l'annonce du journal et ce que j'avais ressenti.
Je tendais donc la main au maître du chien, tout en affichant un large sourire amical.

" Au fait, je m'appelle Connor. "


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Jeu 24 Oct - 9:54



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


La honte de ma vie. Je n'arrive pas à croire que Tobby m'ait fait un truc pareil. Ce n'était jamais arrivé avant, alors pourquoi maintenant ? Et pourquoi sur ce très bel homme ? J'aimerais que mon chien collabore un peu avec moi quelques fois. Je lance d'ailleurs un regard noir à ce chien sagement assit à mes pieds, haletant d'avoir couru.

Quand l'homme me réponds, je soupire presque de soulagement ; Il n'a pas l'air fâché. En fait, il dit même aimer les chiens et... la natation. Mouais, disons qu'il est plutôt trempé, en fait, plus que je l'aurais cru possible. Et c'est quand même l'automne, il fait froid ! Pauvre homme... Il va tomber malade et c'est la faute de ce saleté de... ! Ah la la, il y a des jours où j'adore ce chien et d'autres...

Il faut que cet homme se change ; il veut un taxi... Taxi, taxi, où y a-t-il des taxis ? Merde, j'en ai aucune idée. Je ne vais pas pouvoir l'aider... Oh, mais, en fait, oui ! Je peux bien faire quelque chose pour cet homme au joli sourire. À cet homme qui dit sans aller, sans faire le moindre mouvement pour partir. Qui me tend la main en se présentant.

"Et moi Scott, dis-je en lui serrant la main.

Je jette un autre coup d’œil à mon chien "amical". Je dirais plus stupide, oui. Ou peut-être trop intelligent. Ce foutu chien serait bien capable d'avoir retenu mes goûts en matières d'hommes et d'avoir agressé celui-ci en sachant parfaitement ce qu'il faisait. Mais peut-être que je surestime l'intelligence de Tobby aussi. Peut-être que je donne du sens à des choses qui n'en on pas. C'est un chien, il s'amuse, c'est tout.

"En fait, si vous voulez, j'habite à deux pas. Vous faites presque la même taille que moi, je vous prêterai quelque chose à vous mettre sur le dos et vous pourrez appeler un taxi.

Je me sentirais infiniment mal si cet homme, Connor, devait tomber malade à cause de moi. Et si je n'espère pas qu'il soit gay, ou même bisexuel, je ne passerais quand même pas à côté de la chance de passer plus de temps avec ce bel homme.


Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Jeu 24 Oct - 10:41


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Je gardai ma main serrée sur celle de Scott pendant une bonne dizaine de secondes avant de la ramener vers moi. Je ne savais pas trop quoi en faire d'ailleurs. Je mis donc mes deux mains dans mes poches tout en écoutant la proposition de mon nouvel ami.
L'inconnu me proposait de venir chez lui pour me changer et appeler un taxi. Je ne savais pas trop quoi en penser. A vrai dire, j'étais peut-être un peu parano. Ce qui est tout à fait normal quant on sait ce que j'ai pu vivre. Les pièges de ce genre, je les connais bien. Et même trop bien en fait. D'où ma longue réflexion. Après, je ne dis pas que Scott était malhonnête. Au contraire, il avait presque l'air de ne pas vouloir m'offenser, comme si j'allai le tuer pour un si petit incident.
Oui, je l'avoue, en d'autres circonstances, j'aurais certainement pété un plomb. Il faut dire que j'étais loin d'être de bonne humeur aujourd'hui. Mais j'avais tellement l'habitude de cacher qui j'étais que ça ne se voyait même pas.

La grande question que je me posai était donc d'accepter ou non l'offre du jeune homme. Du séduisant jeune homme plus précisément. Et plus les secondes passaient, plus je me prenais à avoir des idées en tête pour Scott et moi, qui ne relevaient aucunement d'une quelconque conversation. Mais je m'égare. Encore et toujours.
Finalement, est-ce que ce ne serait pas là la réponse à ma question ? Enfin, sa question. Ce chien m'avait vraiment secoué. A tel point que je ne savais même plus où j'en étais du coup.
Tout bien considéré, donc, il m'était d'avis que l'idée de cet homme n'était pas si mauvaise. Il n'avait pas l'air de quelqu'un avec de mauvaises intentions. Cependant, dans le cas contraire, j'étais prêt à toute éventualité.

" Oui. Je veux bien. Si ça ne vous dérange pas. C'est vraiment très sympa de votre part. Par contre, il faudra peut-être me rappeler de vous rendre vos vêtements. J'ai tendance à avoir la tête ailleurs. Surtout aujourd'hui. J'ai eu une dure journée. Enfin, jusqu'à ce qu'on se rencontre. "

Je me suis rendu compte à ce moment du ton charmeur que j'avais adopté sur ma dernière phrase. J'étais vraiment irrécupérable. Mais d'un autre côté, c'est lui qui avait commencé. A vouloir m'inviter chez lui ! Bien que j'entrai volontiers dans son jeu. Ce qui n'était pas une raison pour faire n'importe quoi.

" Par rapport à votre aide. Que j'apprécie beaucoup d'ailleurs. Non pas que je ne vous apprécie pas, vous. Ce que je veux dire, c'est qu'on se connaît à peine et... en tout cas c'est vraiment... très gentil à vous. Et quand je pourrai, je trouverai bien un moyen de vous renvoyer l'ascenseur. Peut-être plus tard dans la journée même, qui sait. "

J'hésitai entre me tirer une balle tout de suite ou me pendre plus tard. J'étais pitoyable. Cet homme m'offrait son aide en tout bien tout honneur, et moi j'étais en train de... je ne sais même pas ce que j'étais en train de faire exactement.
Quoi qu'il en soit, ce qui était dit était dit. Quant à ce qui allait se passer par la suite, je n'en avais aucune idée. Mais j'espérai que la chute ne serait pas trop rude...


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Jeu 24 Oct - 17:27



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Je me retiens de rire en jetant un regard noir à Tobby. Ce sale cabot me regarde joyeusement en haletant et en battant de la queue. Comme il y a des jours où je l'adore, il y a ceux où je le déteste... Et aujourd'hui, je n'arrive pas à décider quel jour c'est.

Je ne dois pas rire, parce que ce serait irrespectueux. Même si cet homme, ce Connor, est vraiment étrange. Un instant suspicieux, un instant séducteur et puis finalement presque timide. Pas que je ne sois pas bizarre moi aussi, à ma façon, mais pas aussi bizarre. Enfin, je crois. Je suis quand même un chanteur populaire gay à la recherche d'un gang ayant tué mon ancien petit ami pour les tuer à mon tour. Oh, et je chante des chansons prônant la paix, la non-violence et la tolérance. Je suis peut-être bizarre, donc. Mais ne sommes-nous pas tous bizarre à notre façon ?

Je suis vraiment amusé par cet homme. D'habitude, les hommes plus âgés sont plus sûr d'eux, mais cela ne semble pas être le cas de Connor. Le regarder avoir de la difficulté avec les mots c'est tout simplement... hilarant. Et j'apprécie beaucoup l'idée de devoir lui rappeler de me rendre mes vêtements. Ça signifies d'échanger nos numéros de téléphone et de se revoir au moins une autre fois. Ce qui sonne merveilleusement bien à mes oreilles. Ça et le retour d’ascenseur, ça aussi, ça sonne bien. Cette journée pourrait bien se terminer mieux qu'elle n'a commencée.

"Je n'ai aucun problème à vous rappeler de me rendre mes vêtements, j'ai une excellente mémoire. Et... Ma journée aussi, va de mieux en mieux."

Ma dernière phrase, je l'ai dite sur une copie de son ton séducteur, pour rire un peu. Sauf que je n'ai pas trop le temps de rire, parce que Tobby s'impatiente drôlement. Il est parfaitement remit de sa course et souhaite repartir, il commence à tirer sur la laisse d'un côté et de l'autre.  Et comme je ne l'ai que vaguement rattaché, J'ai peur qu'il ne s'enfuisse encore.  

"Je crois qu'il va falloir y aller, avant que mon chien ne re-brise sa laisse. Et, surtout, avant que vous n'attrapiez froid."
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 25 Oct - 4:56


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Je ne sais pas pourquoi, mais en y repensant, cette conversation me rappelait un peu une autre rencontre que j'avais faite quelques années plus tôt, avec une jeune femme tout à fait charmante. Dont j'ai d'ailleurs oublié le nom, bien que je sais que j'ai gardé son numéro de téléphone quelque part chez moi. Quant à savoir où exactement...
En tout cas, la différence principale entre ces deux moments de ma vie se faisait par le fait que, la dernière fois, je faisais exprès de passer pour quelqu'un d'un peu timide. Il parait que les filles aiment bien ce genre de choses. Les garçons maladroits quant ils draguent. Personnellement, je ne vois pas bien en quoi c'est " mignon " ou je ne sais quoi d'autre. Ou en tout cas je ne le voyais pas à ce jour.
Ce jour là justement, en ce moment particulier, j'étais moi-même. Et c'était peut-être là tout le problème. J'avais tellement l'habitude de refouler qui j'étais au profit de nombreux autres personnages distincts que je ne savais même plus jouer mon propre rôle. Avec de vrais sentiments.

Il faut dire ce qui est. Scott ne me laissait pas indifférent. Après ce que j'avais lu dans le journal, après ce que ça m'avait fait, cet homme était tout ce que j'avais envie d'être. Vrai. Honnête. Heureux. Ainsi je fus soulagé lorsque mes petites divagations passèrent, non pas inaperçues, mais plutôt bien auprès du bellâtre. Qui d'ailleurs adopta par la suite un ton semblable au miens.
Scott se moquait-il gentiment ? Ou alors m'envoyait-il un message plutôt clair ? Quelle que fût la réponse, je ne pu m'empêcher d'afficher un autre sourire en lâchant un léger rire avant de regarder à nouveau le bel homme droit dans les yeux. Et d'un coup, j'avais vraiment envie de le suivre jusque chez lui. En espérant qu'il avait raison et qu'effectivement, la journée irait de mieux en mieux. Et pour le moment, tout portait à le croire.

Mon bon samaritain me fit sortir de mes pensées lorsque son chien s'agita. Le maître de l'animal tentait de le retenir tandis que ce dernier remuait de plus en plus au bout de sa laisse. Scott prit donc la parole, indiquant qu'il serait temps de partir, avant que son chien ne s'échappe à nouveau. Et surtout avant que je ne tombe malade.
Cette dernière phrase ne fit faire qu'un tour à mon sang. Je n'étais pas sous le choc ou je ne sais quoi d'autre. J'étais seulement étonné. Et honoré. On se connaissait à peine, que déjà Scott m'invitait chez lui, me prêtait des vêtements, et faisait passer mon intérêt avant celui de son chien qui, je le présume, devait être l'un de ses plus fidèles compagnons.
Pour le coup, je ne parvins pas à réagir tout de suite. J'étais à nouveau perdu dans mes pensées. Avec Scott.

" Oui, il vaudrait mieux ne pas traîner, en effet. Même votre chien semble presser de rentrer. Comment s'appelle-t-il d'ailleurs ? "

Vérifiant rapidement le contenu de mes poches, pour être sûr de ne rien avoir perdu dans ma chute, je fermai mon blouson jusqu'en haut. Bien qu'il était mouillé à l'extérieur, l'intérieur était intact, ce qui me tiendrait un peu plus chaud, le temps du trajet. Pour mon pantalon, par contre, je ne pouvais pas faire grand chose, malheureusement.
Une fois prêt, nous commençâmes à marcher, et je ressentis soudain le besoin de rajouter une petite phrase, un petit quelque chose tout à fait digne de ma réputation en ce qui concerne les relations amoureuses. C'est donc sur un ton charmeur, encore une fois tout sourire, et incroyablement sûr de moi, que je m'adressai à nouveau à Scott.

" Et, au fait, concernant vos vêtements, je précise aussi que vous n'avez pas à hésiter à me les réclamer. Et ce, quand vous le voudrez. "


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 25 Oct - 11:21



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Et revoilà le visage charmeur. J'aime bien ce visage-là, mais je dois avouer que j'aime bien le côté timide aussi. C'est... mignon. Il me rappelle quelqu'un... Un homme aux cheveux blonds et aux yeux bleus...

Un frisson me parcours. Il me rappelle un peu Matthew. Lui aussi agissait souvent ainsi, un instant sûr de lui, un instant incertain et gêné. Physiquement, ils ne se ressemblent pas du tout, mais mentalement... Jusqu'à présent, ils sont semblable à ce niveau.

Je me souviens de notre premier rendez-vous. Nous étions encore si jeunes. Il m'avait demandé de sortir avec lui avec assurance et tact, mais, durant la fameuse soirée, il s'était montré si maladroit et peu sûr de lui que je n'avais pu m'empêcher de tomber complètement amoureux de lui. Il avait ce même sourire parfois charmeur et parfois gêné. Ce même regard perçant. Mais je ne dois pas les comparer, ce n'est pas bien, ni juste. Ni pour moi, ni pour Connor. Je dois me concentrer sur autre chose. Il m'a demandé comment mon chien s'appelle.

"Tobby, son nom, c'est Tobby. Et il est surtout pressé de rentrer parce qu'il sait qu'il sera l'heure de manger pour lui. C'est un estomac sur pattes."

Comme nous commençons à marcher, il rajoute une phrase qui me fait délicieusement sourire. Le côté charmeur refait surface. Quand je le veux, hum ? Je pourrais bien le prendre au mot...  

"Je m'en souviendrai"
, me contentais-je de répondre sur le même ton.
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 25 Oct - 13:30


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Scott ne semblait pas enclin à engager une conversation. Ou peut-être n'avait-il simplement rien à dire ? Ou alors était-il gêné ? Pas d'après le ton de ses réponses. Quoiqu'en fait, je n'en savais strictement rien. Les relations humaines et moi, ça faisait deux. Artie était plus doué pour ça. Arthur Feltz. Un de mes personnages. Un psychologue. Je l'avais incarné durant... sept mois, si mes souvenirs sont bons.
Lui, il s'y connaissait en rapports entre humains. Il avait lu des dizaines de livres sur le sujet, et était absolument incollable. Le meilleur psy de tous les temps. Malheureusement, je veillai à séparer mes rôles de ma vie réelle. Et au final, Artie s'avérait être un beau spécimen d'abruti. Mais ses connaissances m'auraient été d'un grand secours en ce moment.

En terme d'histoires d'amour, parce qu'apparemment c'était presque ce qui était en train de se passer, du moins j'avais l'impression que c'est ce que je ressentais, je n'avais aucun talent non plus. Je savais caresser dans le sens du poil et dormir gratuitement chez quelqu'un le temps d'une nuit, si vous voyez ce que je veux dire, mais en ce qui concernait les relations à durée indéterminée, généralement, j'évitai. Ça m'était déjà arrivé. Deux fois seulement. Et je dois dire que j'en gardai autant de bons souvenirs que de mauvais. Ce qui était extrêmement agaçant.
Il m'était impossible de revivre les moments les plus beaux de ma vie sans avoir, en fond de toile, la mort, la douleur, le désespoir, la tristesse et la solitude. Sans compter sur ma cicatrice qui ne manquait pas de me gratter à chaque fois.
Heureusement aujourd'hui, toutes ces histoires appartenaient au passé. Et si je ne me tournai pas vers le futur, je risquai de ne plus vivre grand chose de bien passionnant. Tant que ma vie de nuit et mes nombreux personnages restaient dans l'ombre, je n'avais pas à craindre la lumière du jour. Et encore moins de faire de belles rencontres.

Je suivais donc Scott. Enfin, en réalité j'étais à côté de lui. Et je le fixai tout en marchant. Bien que je faisais mine de regarder son chien, l'air pensif, lorsque je le soupçonnai de jeter un œil sur moi. Et moi non plus, je ne savais pas trop quoi dire. En fait, j'avais beaucoup de choses que j'aurais pu lui dire. Mais je préférai les garder pour moi. Du moins pour l'instant.
Finalement, je décidai de me jeter à l'eau. Ou en tout cas de tremper ma nuque. Je n'allai pas lancer de grand débat ou quoique ce soit. D'autant que nous allions bientôt arriver chez Scott. C'est ce que je pensai, étant donné qu'il m'avait dit qu'il n'habitait pas loin.

" Tobby. C'est un joli nom. C'est vous qui l'avez choisi ? Et vu comment il court, ça ne m'étonne pas qu'il soit affamé. Par contre à mon avis, il ne doit pas avoir soif avec toute l'eau qu'il a dû boire à l'étang. "

Je continuai de marcher, pensant à diverses choses et à d'autres, observant toujours Scott du coin de l’œil. Lorsqu'un événement hautement improbable se produisit. Une suite de coïncidences qui, bien qu'elle m'arrangeait un peu, n'était peut-être pas la plus appropriée à ce moment précis.
Je n'y avais pas fait attention à l'étang, mais Tobby m'avait écrasé le pied gauche lorsqu'il me léchait. Ce qui avait légèrement défait mon lacet. Et en marchant, j'avais fini le travail de l'animal. Peut-être que tout ça avait été écrit d'avance, mais je n'y pensais pas vraiment pour le moment. J'étais occupé. Préoccupé en fait.
J'avais donc marché sur mon lacet défait, ce qui m'avait fait glisser et tomber. Dans ma chute, je m'étais donc accroché à la première chose qui pouvait potentiellement m'empêcher de tomber, et ce par pur réflexe. Cette première chose, justement, n'était autre que la main de Scott. Celle qui ne tenait pas la laisse de Tobby.

J'avais donc fermement attrapé la main du séduisant jeune homme, ce qui ne m'empêcha pas de mettre un genou à terre. Et je restai dans cette position gênante quelques instants. Quelques secondes qui en parurent des milliers. Je me sentais rougir jusqu'aux oreilles. Alors je lâchai la main de l'homme avant de refaire mon lacet et de me relever.
Époussetant mes vêtements pour la seconde fois de la journée, je m'aperçus que le genou de mon pantalon, celui qui avait frotté contre le sol, était déchiré. J'enchaînai apparemment les mauvais moments. D'une certaine façon.

Regardant Scott tout en évitant de croiser ses yeux, je ne disais rien. J'étais terriblement gêné et mes mains tremblaient légèrement. Ça faisait des lustres que je ne m'étais pas senti aussi... mal ! Je m'en voulais de faire subir à ce charmant et serviable jeune homme, la peine de me supporter. Et pourtant, dans mes pensées les plus profondes, il n'y avait de place en cet instant que pour lui. Et moi.

" Hum... euh... je suis désolé. Excusez-moi. J'ai glissé et... je ferai plus attention à l'avenir. Il y a encore beaucoup de chemin jusque chez vous ? "

Je m'étais excusé comme je pouvais. Ce genre de choses, ce n'était pas mon fort. Au même titre que les adieux. Deux choses que je haïssais au plus haut point. Et à cela, je commençai à m'ajouter moi-même. J'avais assez honte pour ne plus oser croiser le regard de Scott. Si bien que je ne savais même pas ce qu'il pouvait bien ressentir en cet instant. Et quelque part, j'avais peur de l'apprendre.


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 29 Oct - 13:32



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Je dois avouer que, maintenant que nous nous dirigeons vers chez moi, je suis un peu nerveux. Est-ce que c'est une bonne idée finalement ? Je ne connais pas vraiment cet homme. Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est surtout ce qu'il en pensera. Je ne suis pas le genre de personne qui invite n'importe qui chez lui. Et encore moins à passer la nuit. Ce que j'étais vraiment en train de considérer faire. Mais est-ce que je vais le faire ? J'imagine que ça va dépendre de ce qui se passera. Est-ce que cet homme m'intéresse ? Mon dieu, oui ! Mais je ne suis pas une bête contrôlée par ses hormones... Du moins, j'essaies de m'en convaincre.

Je marche donc en regardant Tobby, fixant du coin du regard l'homme à mes côtés. Je sens comme un léger malaise entre nous deux et je ne sais pas s'il vient de moi, de Connor ou de nous deux. En fait, Connor semblait vouloir dire quelque chose et s'en empêcher à chaque fois. Je commençais à me demander plutôt sérieusement ce que ce bel homme souhaitait dire. J'eu quand même l'impression que ce n'était pas ce qu'il me dit alors. Je suis certain que Tobby n'était pas ce dont il souhaitait me parler, mais s'il décide que nous allons parler de mon chien, alors soit.

"Et bien, oui, c'est moi qui ai choisit le nom. Quand j'étais petit, j'aimais beaucoup le golden retriever du même nom, alors aussitôt que j'ai eu un chien, je l'ai nommé Tobby."

Je ne relève pas la remarque sur l'eau, je me sens déjà assez mal pour ce que mon chien lui a fait. La culpabilité est une chose à laquelle j'ai toujours été très sensible. Soudainement, je vois Connor perdre l'équilibre et tomber. Je n'ai aucune idée de se qui s'est passé, mais je ne serai pas assez rapide pour le rattraper. Cependant, Connor semble décidé à ne pas tomber et il attrape ma main -celle qui ne tien pas la laisse, heureusement- avant de poser le genou au sol, emporté par l'élan de sa chute.

J'aime bien l'idée d'avoir un homme à mes pieds... Et le visage rouge tomate de Connor fait s'envoler tout mes doutes. Si la gêne m'a enfin désertée, ce n'est pas le cas de Connor. Et je trouve ça absolument mignon. Il lâche d'ailleurs ma main avec empressement, rattache son soulier et se relève. Alors c'était cela, il s'était prit les pieds dans son lacet détaché. Une fois debout, il me regarde, mais sans jamais croiser mes yeux des siens. Mais ce qui me fait éclater de rire, c'est ce qu'il me lance ensuite.

"En fait, dis-je en pointant la maison à notre gauche, c'est juste ici."

Ma maison est petite, cossue, mais simple. Si j'ai les moyens d'en avoir une plus grosse et plus chère, j'aime bien celle-ci. Le voisinage est excellent et j'ai une cours assez grande pour que Tobby puisse y jouer à son aise. En plus, cette maison est relativement éloignée de celle de mes parents, mais surtout, de ma mère. Elle est devenue surprotectrice après le meurtre de Matthew, convaincue que mon homosexualité est la raison pour laquelle j'ai failli être tué.

Je guide donc Connor vers ma maison et lui ouvre la porte, lui faisant signe d'entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 30 Oct - 6:30


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Je me sentais toujours un peu mal à l'aise après ma chute. Et mon genou qui me brûlait légèrement ne faisait qu'empirer les choses. Mais heureusement, apparemment, Scott n'avait pas pris ma réaction aussi mal que ce fût possible. Je le soupçonnai même d'avoir presque apprécié. Mais dans mon état d'esprit, je ne voyais peut-être uniquement que ce qui m'arrangeait. Bien que ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Et que j'avais envie d'y croire. Simplement pour effacer cet air gêné de mon visage.
Décidément, sans rôle à jouer, même les choses les plus simples paraissaient incroyablement compliquées. Même un homme voulant me rendre service paraissait être une vraie énigme. Et pourtant, objectivement, il semblait être quelqu'un de simple, vivant dans une maison simple, ayant une vie simple, mais certainement pas un homme simple d'esprit. Et c'est sans doute pour ça que je l'appréciai tant.

Scott me fit entrer chez lui, tout sourire. Je parcourais du regard l'intérieur de la maison. C'était plutôt accueillant. Tout comme l'homme qui y vivait. Le tout semblait bien entretenu et face à tout ça, il y avait moi. Moi. Trempé. Sentant le chien mouillé. Le pantalon déchiré. Un genou éraflé. Des restes de terre dans le dos et sans doute dans les cheveux. Quel bel exemple d'élégance !
Dans ce cas là, je n'avais pas trente-six solutions. Même si aller jusque là ne me plaisait que moyennement. J'avais presque l'impression d'abuser de l'hospitalité de Scott. Mais d'un autre côté, je ne pouvais pas rentrer chez moi dans cet état. A ce moment là, autant garder mes vêtements actuels, ce serait presque mieux. Mais quoi qu'il en soit, je me lançai d'une voix peu assurée, bien que j'essayai de la faire passer pour le contraire. Sans grand succès.

" Hum... est-ce qu'il serait possible que je me serve de votre douche ? Je ne voudrais pas abîmer vos vêtements, étant donné que je ne suis pas actuellement dans le meilleur des états. "

Scott m'indiqua donc la direction de sa salle de bain. Le remerciant, je m'y dirigeai, soulagé. Soulagé qu'extérieurement, cet homme sympathique l'ait plutôt bien pris. Soulagé aussi de ne plus être avec lui pour un temps. Le temps justement de me reprendre. Car la présence de ce charmant individu ne me dérangeait absolument pas. Bien au contraire, même, en un certain sens. Seulement, j'étais assez... déstabilisé.

Arrivé à destination, j'entrai dans la pièce et fermai la porte à clé. Je fis couler un peu d'eau sous la douche, pour trouver la température idéale, puis retirai mes vêtements, les déposant délicatement au sol, bien pliés. Malgré le fait que mon pantalon était irrécupérable. Chose qui était tout à fait à déplorer.
Je grimpai donc sous la douche, et sentis l'agréable glisse de l'eau chaude sur ma peau. Durant ce moment de détente, j'oubliai les gros titre du journal, les marques d'affection de Tobby, ma chute, ma gêne, mes problèmes d'interactions sociales. J'avais simplement la tête vide, emplie uniquement du son de l'eau qui coulait.
Je restai une dizaine de minutes sous la douche, me passant les mains sur le visage et dans les cheveux pour enlever les poussières qui s'y étaient déposées lorsque le chien de Scott m'avait sauté dessus, et m'occupant aussi de mon genou blessé. Je n'avais rien de grave. Juste une éraflure, qui ne piquait maintenant plus qu'à cause de la pression de l'eau.

Une fois que je fus ressourcé, je sortais de la douche, plus assuré que lorsque j'y étais entré. J'attrapai la première serviette que j'espérai pouvoir utiliser et la nouait autour de mes hanches. A l'aide d'une serviette supplémentaire, je m'essuyai le visage et les cheveux, me recoiffant rapidement à la main, étant donné qu'ils étaient encore un peu mouillés et donc plus facile à contraindre.
J'allai ensuite me rhabiller en mettant les nouveaux vêtements généreusement prêtés par Scott, lorsque je me rendis compte qu'il n'y en avait pas. Et je ne pouvais pas non plus remettre ceux que j'avais porté. Mais après tout, c'était évident. Tout se passait si bien jusque là qu'il devait forcément y avoir un os quelque part. Et je venais de mordre dedans à pleine dent

Faisant les cent pas pendant quelques instants dans la salle de bain, je me décidai enfin à agir. A mes risques et périls. Et c'est ainsi que je sortais de la pièce, une main tenant le nœud de ma serviette pour me permettre d'avancer sans craindre que la situation n'empire.
Marchant dans la maison, je trouvai enfin Scott. Tenant toujours la dernière gardienne de ma pudeur d'une main, je me passai l'autre dans la nuque, frottant légèrement cette dernière, avant de m'adresser au séduisant jeune homme qui m'avait accueillit. Et pour le coup, j'étais de nouveau un peu moins sûr de moi.

" Euh... Excusez-moi, Scott, mais j'étais peut-être un peu trop pressé de me débarrasser de mes vêtements et de me rafraichir un peu que je n'ai pas vraiment pensé à tout. Et vous avez certainement dû vous en rendre compte. Surtout maintenant, en me voyant comme ça. Du coup... est-ce que vous auriez des vêtements. Que je puisse vous rendre votre serviette au moins. Enfin, si vous la voulez maintenant, il n'y a pas de problème. Je veux dire que... eh bien... il fait chaud ici, non ? Et au fait, c'est plutôt sympa chez vous. "

Je tentai de lâcher un sourire naturel et décontracté. Mais je savais pertinemment que c'était raté. Tout comme mon rattrapage. Mais il y avait du positif dans tout ça. D'une certaine façon. En effet, la situation ne pouvait sans doute pas être pire...


Spoiler:
 


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Jeu 31 Oct - 12:06



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Je regarde l'homme entrer dans ma maison, ma si propre petite maison, couvert de poussière et de boue. Un frisson d'horreur me parcours à l'idée que Tobby est encore plus sale que Connor. Avec un soupir résigné, je laisse la bête entrer derrière lui. Je regarde les pattes les plus sales de l'univers glisser sur mon plancher en y laissant une couche bouetteuses. Et dire que j'ai tout lavé hier... Après être allé au studio pour l'enregistrement de mon prochain album. Je n'arrive pas à croire qu'il sera enfin terminé dans deux semaines et en magasin dans moins d'un mois. Ce sera mon deuxième album, le premier s'étant étonnamment bien vendu. En fait, mes fans ont commencé à me harceler pour que je fasse un deuxième album presque immédiatement après la sortie du premier. Je ne suis pas une vedette internationale comme Rihanna ou Eminem, mais disons que je n'ai aucun problème d'argent présentement.

Je suis un peu perdu dans mes pensées sur la tournée qui approche, la sortie de l'album et les chansons qu'il contient quand la voix peu assurée de Connor me ramène à la réalité. Je suis à cent pourcent d'accord avec l'idée qu'il utilise ma douche. Pour plusieurs raisons différentes. Déjà, pour mes vêtements, comme il l'a lui-même judicieusement fait remarqué. Ensuite, pour mon plancher. Et finalement, parce que c'est vachement sexy un homme propre et mouillé.

Je le même à la salle de bain, puis pars lui chercher des vêtements. Sauf que lorsque je reviens, je me rends compte qu'il ne m'a pas attendu et qu'il est déjà sous la douche. Je retourne porter les vêtements sur mon lit et pendant qu'il se lave, en essayant de penser à tout sauf à son corps nu sous l'eau, je sors la serpillière et je lave le plancher là où il a été sali. Je sors, naturellement, d'abord Tobby dans la cours. En cinq minutes top chrono, tout est parfaitement propre de nouveau.

Je n'attendais pas du tout impatiemment que Connor sorte de la douche. Du tout. En fait, oui. J'étais plutôt curieux de voir ce qui allait se passer, vu qu'il n'avait pas attendu mes vêtements propres. J'entends finalement l'eau arrêter de couler, puis un long silence. Je dois me retenir de rire. Vient-il de se rendre compte de son erreur ? Ah, mais je ne lui rendrai pas la tâche facile, oh non ! Je m'en vais donc dans la cuisine, l'endroit le plus éloigné de la salle de bain, endroit qu'il n'a pas encore vu, donc qu'il ne connait pas. Je fais mine de lire le journal encore ouvert sur l'îlot central. J'ai déjà lu cet article et, en fait, je ne fais que le regarder. Tout mon être est concentré sur les pas que j'entends se rapprocher.

Je lève la tête pour le voir entrer dans la pièce... Hmm. Self-control, self-control, où es-tu ? La serviette lui va vraiment bien, c'est le moins que je puisse dire. Je ne pense pas avoir de vêtements qui lui iraient mieux que ce bout de tissu. Mais il ne pense pas penser la même chose, en fait, il semble terriblement gêné. Puis il... en fait, j'ai l'impression qu'il me drague, tout en conservant son ton incertain. C'est bizarrement sexy. Dois-je jouer le jeu ? Peut-être bien. Je m'avance vers lui, le contourne de très près puis le tire derrière moi par un bout de serviette.

"J'ai des vêtements pour vous dans ma chambre, casa nova. Suivez-moi," dis-je en riant un peu.

Je le lâche ensuite et continu vers ma chambre. Je lui pointe la pile de vêtements en lui signifiant qu'il peut les enfiler.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 1 Nov - 6:19


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

J'étais relativement choqué. Incapable d'interpréter de façon claire et nette la réaction de Scott. Non pas que j'étais terrorisé, paralysé, ou quoi que ce fût. Non. Seulement, étant donné la situation présente et tout ce qui venait de se passer, ce choc n'était autre que du soulagement. Et je venais tout juste de m'en rendre compte.
Cette bouffée d'air frais venait du fait que jusqu'à maintenant j'avais sans doute eu peur d'être moi-même. Peur de contrarier quelqu'un qui m'aidait. Peur de ne pas être à la hauteur de mes personnages. Peur peut-être aussi de me tromper sur Scott. Mais en tout cas, lui ne se trompait pas sur moi. Le vrai moi.

Le séduisant jeune homme, que j'avais retrouvé dans sa cuisine, après avoir visité involontairement une bonne partie de la maison, muni d'une serviette pour seul vêtement, semblait prendre ma précipitation plutôt bien. Et même très bien.
Se levant et me contournant de très près, voire trop près diraient certains, Scott me tira à sa suite par la serviette. Le tout avec quelques mots qui ne me laissèrent pas indifférent et firent apparaître un léger sourire sur mon visage.
Peut-être qu'à ce moment, j'aurai dû resserrer l'étreinte sur le nœud que j'avais fait. Mais ma main ne bougea pas d'un poil. Ainsi mon magnifique vêtement que j'arborai avec si peu de fierté devant cet homme si charmant, se retrouva moins tendu et la partie que Scott avait tirée descendit un peu plus bas que celle que je tenais en main, me faisant porter la serviette de travers.

Pendant quelques secondes, je restai immobile. Affichant toujours mon sourire. Et un poids en moins sur les épaules. Puis je suivis Scott jusqu'à sa chambre, à l'intérieur de laquelle il me montra une pile de vêtements entassés sur son lit et qu'il m'autorisait à lui emprunter. Mais ce n'était pas ça que je regardai.
Mes yeux étaient posés sur le jeune homme. Et refusaient de s'en détacher. Je sentais mon cœur battre plus vite et mes mains trembler un peu. Et ce à quoi je pensais se voyait au niveau de ma serviette. Mais je n'en avais que faire. Et au bout d'un temps, je me décidai à foncer. Peu importait ce qui suivrait, ou ce qui ne suivrait pas. J'avais l'impression que je devais faire ça. D'autant plus que j'en avais besoin en ce moment.

Sans un mot, je m'avançai vers Scott, posai ma main libre sur sa joue, et l'embrassai sur la bouche, sans détour. J'avais soudain repris confiance en moi, plus que jamais, et je me sentais étrangement à ma place. Mais il a fallut que j'en fasse trop.
La main avec laquelle je tenais le nœud depuis maintenant plusieurs minutes vint se glisser dans le dos du jeune homme pour se caler sous ses côtes postérieures et le tirer en avant, vers moi. Et sur le coup, la serviette, déjà en partie défaite, tomba sur le sol, sans même que je n'ai le temps de la rattraper. Ce qui mit fin à mon baiser.
Je lâchai Scott et repris rapidement la serviette pour me l'attacher à nouveau autour de la taille. Et si plus tôt j'étais gêné, alors actuellement, je ne savais vraiment pas ce que je ressentais, mais une chose était sure : c'était bien pire que de la gêne ! C'était... de la honte. J'avais honte de ce que j'avais fait, honte de moi, et si jamais je devais rentrer chez moi sans même cette serviette, ce serait encore un sentiment très doux par rapport à ceux que j'avais en ce moment-même.

M'asseyant sur le lit, à côté de la pile de vêtements, ma serviette ne couvrant plus qu'une jambe, je dépliai les affaires de Scott pour vérifier qu'elles étaient bien à ma taille, toujours tremblant et sans un regard pour le jeune homme. Puis je laissai tomber ce que j'avais en main pour, à la place, attraper mon courage, et regarder cet individu droit dans les yeux, toute ma honte et tout mon plaisir réunis dans cette action qui paraissait pourtant si simple.

" Je suis vraiment, sincèrement, honnêtement, désolé. J'ai conscience d'être allé trop loin. Je n'aurai jamais dû faire ça. Je vais m'habiller et rentrer. Vous récupérerez vos vêtements dès demain. Et n'entendrez plus jamais parler de moi. "

Je restai là, sans bouger, attendant la réponse de Scott. Je savais qu'elle serait dure, mais j'avais agit de façon rationnelle avec ces excuses. Bien que depuis tout à l'heure, ce qui se passait sous ma serviette trahissait malheureusement mes pensées les plus profondes. Et je ne pouvais rien y faire. Juste laisser ce jeune homme me répondre, et ce qui me restait de dignité s'en aller peu à peu.


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 1 Nov - 10:45



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Je tente de mon mieux d'ignorer le regard de Connor, lequel ignore les vêtements que je viens de lui montrer et reste fixé sur moi. Hum, je suis un peu mal-à-l'aise, je dois l'avouer. Maintenant, je fais quoi ? Je sors ? Peut-être, je ne suis pas doué dans ses trucs-là. Depuis Matthew, disons que je n'ai pas vraiment eu besoin de charmer qui que ce soit. Les gens avec qui j'avais des relations... C'était des trucs d'une nuit, ou quelques nuits, sans plus. Et ils savaient déjà ce que je voulais, c'était ce que nous désirions tout les deux.

Je décide donc d'attendre qu'il s'intéresse à mes vêtements et qu'il détourne son regard de sur moi. Et j'essais de ne pas envoyer mon regard vagabonder au niveau de la serviette déformée par une bosse. Je regarde partout, partout sauf là. Même quand j'aperçois un mouvement de son côté, je ne regarde toujours pas. Et c'est pourquoi il me prend par surprise quand sa main attire mon visage vers le sien et que ses lèvres s'écrasent sur les miennes. J'en reste choqué. Complètement surprit. Je ne m'y attendais vraiment pas, c'est pour cela que, de prime abord, je ne répond pas à ses avances. Mais quand sa deuxième main vient se placer dans le creux de mes reins et que sa serviette tombe, je m'apprête à réagir, enfin sortit de mon hébétude. Mais il arrête, il ramasse sa serviette, l'enroule autour de ses hanches de nouveau et recule, l'air terriblement gêné. Plus gêné que je ne l'ai jamais vu. Honteux même.

Moi, de mon côté, je suis terriblement frustré. J'attends ce moment depuis que j'ai vu cet homme et, maintenant, après m'avoir aguiché, il arrête ? C'est totalement injuste ! Cruel même ! Et m'ignorer ainsi, en regardant les vêtements qu'il ignorait si bien un instant auparavant ! Mais lorsqu'il les poses et lève sur moi son regard honteux, je fonds. Je ne peux pas être fâché contre lui, pas longtemps en tout cas, pas devant ses yeux de chien battu. Je décide donc de mettre fin à ce petit jeu, mettre fin à toutes ces idioties. Je lance un regard noir à Connor.

"Si vous ne ramenez pas vos fesses ici terminer ce que vous avez commencé, je vous jette dehors. À poil."
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 1 Nov - 13:25


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Et dire que je pensais être trop entreprenant envers Scott ! En fait, maintenant, il s'avérait que c'était plutôt l'inverse. J'étais encore sous le coup de la surprise et de l'incompréhension. Enfin, si, je comprenais parfaitement la situation. Cependant, les choses avaient pris cette tournure si vite que je ne suivais plus le déroulement de l'action de cette journée tellement étrange.
Toute cette histoire m'en rappelait une autre que j'avais vécue deux ans auparavant. D'une certaine manière tout du moins. Pour faire court, j'étais en voyage en Chine, rien de bien spécial, seulement un contrat de surveillance. Le seul hic, c'est que deux heures après l'atterrissage de mon avion, j'étais dans une cave, attaché à une chaise et surveillé par deux types pas très commodes.
Bon, bien entendu, et comme d'habitude, je m'en suis sortis. Mais le plus important là-dedans, c'est qu'à l'époque, sur le moment, je n'arrivai pas à faire le lien entre tous les événements qui avaient conduits à ma situation déplorable. Un peu comme aujourd'hui. Malgré le fait que cette fois, j'étais loin d'être à plaindre.

Scott avait l'air d'être entièrement d'accord avec ce que je venais de faire. Bien qu'au départ, j'avais bien senti une certaine réticence. Une gêne peut-être ? En tous cas, maintenant qu'il avait eu un aperçu de certaines choses et d'autres, soit dit en passant, il en réclamait plus. Enfin, du moins il en avait grandement l'air !
Ses paroles, qui suivirent les miennes à quelques instants d'intervalle, me firent bloquer un moment. Que signifiaient-elles ? Je veux dire, dans la forme. Parce que le fond, tout le monde était capable de le comprendre. Et j'avais très envie de partir explorer le susdit fond de la pensée du séduisant et bien bâtit jeune homme qui se trouvait en face de moi.
En fait, pour en revenir à mon petit blocage, je ne savais pas très bien si la réplique de Scott me mettait en garde d'une exclusion sans aucun vêtement, ou bien s'il s'agissait d'un ordre m'obligeant à tomber à nouveau la serviette. Peut-être était-ce ces deux propositions à la fois ? Mais quoi qu'il en fût, j'avais déjà ma réponse. Et ce depuis un bon bout de temps.

Je retrouvai au bout de quelques secondes un air neutre, qui passa, en même temps que je me levai, à un regard charmeur dans la direction de Scott. Je n'avais pas besoin de parler. Mes gestes en eux-mêmes signifiaient déjà que j'étais parfaitement enclin à finir le travail. Et sur le coup, j'étais extrêmement sûr de moi. Je vivais l'instant présent, sans même me demander si je ne faisais pas là la plus grande erreur de ma vie.
M'approchant de Scott, je retirai donc ma serviette pour la laisser tomber au sol. Encore. Et lorsque je fus à quelques centimètres seulement du visage du jeune homme, je le regardai dans les yeux tout en défaisant sa boucle de ceinture, le bouton de son pantalon, et la braguette de ce dernier.

" Désolé, mais je n'aime pas trop être en position d'infériorité face à quelqu'un, alors je suis obligé de t'enlever tout ça pour nous remettre sur un pied d'égalité. Si tu n'y vois pas d'inconvénient. "

J'adressai un clin d’œil à mon partenaire, quand j'eus soudain une idée qui, je l'espérai, lui plairait. Parce qu'il était hors de question que je fasse tout le boulot ! Pour plusieurs raisons différentes et inutiles à énumérer.
Alors que je passai délicatement mes mains sous le t-shirt de Scott afin de le lui retirer, je me penchai vers son oreille pour lui murmurer quelques mots sur un ton qui avait déjà fait ses preuves à de multiples reprises.

" D'ailleurs, j'y pense, ici on est chez toi. Tu joues à domicile. Et, tu ne le sais pas encore, mais je suis très joueur. Alors je suis tout à toi. La balle est dans ton camp. "

Je déposai un nouveau très court baiser sur les lèvres du jeune homme avant de faire quelques pas en arrière et de m'allonger sur le dos à la place que j'occupai plus tôt sur le lit de mon partenaire. Je croisai les bras derrière la tête et attendais que Scott daigne venir me montrer de quoi il était capable.


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 10:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 5 Nov - 15:33

ATTENTION : Le texte qui suit comporte des propos à caractère sexuel. Le lecteur poursuit et lit le texte suivant à ses propres risques et périls.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 6 Nov - 11:55

ATTENTION : Le message suivant contient des propos à caractère sexuel explicite. Toute personne ne se sentant pas capable de lire ce poste est priée de rebrousser chemin. Quant à celles et ceux qui ne suivent pas ce conseil, ils s'engagent à le faire en connaissance de cause et ne pourront en vouloir qu'à eux-mêmes.

Spoiler:
 


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 11:00, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 13 Nov - 13:17

ATTENTION : Le texte qui suit comporte des propos à caractère sexuel. Le lecteur poursuit et lit le texte suivant à ses propres risques et périls.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 19 Nov - 13:54

ATTENTION : Le message suivant contient des propos à caractère sexuel explicite. Toute personne ne se sentant pas capable de lire ce poste est priée de rebrousser chemin. Quant à celles et ceux qui ne suivent pas ce conseil, ils s'engagent à le faire en connaissance de cause et ne pourront en vouloir qu'à eux-mêmes.

Spoiler:
 


Dernière édition par Connor O'Donnell le Mer 15 Jan - 11:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 27 Nov - 12:08

ATTENTION : Le texte qui suit comporte des propos à caractère sexuel. Le lecteur poursuit et lit le texte suivant à ses propres risques et périls.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Ven 29 Nov - 13:02

ATTENTION : Le message suivant contient des propos à caractère sexuel explicite. Toute personne ne se sentant pas capable de lire ce poste est priée de rebrousser chemin. Quant à celles et ceux qui ne suivent pas ce conseil, ils s'engagent à le faire en connaissance de cause et ne pourront en vouloir qu'à eux-mêmes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Lun 20 Jan - 15:50

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Jeu 6 Fév - 12:44

ATTENTION : Le message suivant contient des propos à caractère sexuel explicite. Toute personne ne se sentant pas capable de lire ce poste est priée de rebrousser chemin. Quant à celles et ceux qui ne suivent pas ce conseil, ils s'engagent à le faire en connaissance de cause et ne pourront en vouloir qu'à eux-mêmes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 25 Fév - 16:45



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Le plaisir, toujours le plaisir. La douleur aussi, mais si moindre qu'elle se perd dans les méandres du plaisir. Une vague aux contours indéfinis me renverse, me consumant de désir et d'exaltation. Ma jouissance vient peu après celle de mon partenaire, m'arrachant un grognement rauque. Je rejette la tête contre mon matelas - que j'ai acheté à prix d'or il y a deux semaines sous garantis qu'il soit le plus confortable que j'ai jamais essayé et, jusqu'à maintenant, je n'ai pas à m'en plaindre - et ferme les yeux. Je souris comme un chat aux moustaches pleines de lait, j'en suis bien conscient, mais je suis trop occupé à empêcher le sommeil de m'emporter pour y prêter attention. C'est que le sport de chambre, ça épuise ! Mais je dois d'abord prendre une
douche, hors de question de me coucher sans m'être lavé. Et puis, je pourrais entraîner Connor avec moi sous le jet... Voilà qui promettrait bien d'autres plaisirs. Les brumes du sommeil post-coital, se lève peu à peu et je m'étire en ronronnant presque de contentement.

-C'était drôlement délicieux !, dis-je en lui volant un léger baiser.

Je le repousse ensuite et bondis hors du lit sans attendre, m'étirant les épaules encore un peu avant d'attraper ma robe de chambre et de me diriger vers la porte. Une main sur le cadre de ladite porte, je me retourne avec un demi sourire étalé sur le visage. Voilà un moment que je ne m'étais pas sentit aussi plein de vie ailleurs que sur une scène, ma guitare à la main - guitare qui traîne d'ailleurs juste à côté de mon lit avec une pile de partition à ses pieds.

-Si jamais tu me cherche, je serai dans la douche, chantonnais-je avant de poursuivre mon chemin vers la salle de bain.

Je ne prends même pas la peine de fermer la porte derrière moi et fais couler l'eau, la laissant se réchauffer un peu tout en me préparant deux serviettes - au cas ou - et une éponge propre avant de me glisser sous le jet en chantonnant la mesure d'une chanson entendu récemment à la radio. Je repousse tout souvenirs concernant Matthew, refusant de gâcher cette belle soirée avec des réminescences indésirables. Faisant face au miroir au fond de la douche - miroir déjà plein de buée - et dos à la porte, je commence par me laver les cheveux, me massant le cuir chevelu en chantant un peu plus fort le refrain de la chanson d'une de mes idoles musicales et très bel homme qui plus est, Adam Levine.
I am in misery - There ain't nobody who can confort me - why won't you answer me? - your silence is slowly killing me...
J'aime chanter, j'adore chanter en fait. Chanter me rend heureux, serein, et, inversement, quand je suis heureux, j'ai tendance à chanter. De fait, tout ceux qui me connaissent vraiment bien se plaindront que je suis toujours en train de chanter, même quand la situation ne s'y prête pas.

Je me rince les cheveux, la mousse se dispersant dans mon dos pour disparaître au fond de la douche. J'adore me laver les cheveux, encore plus quand c'est quelqu'un d'autre qui le fait. Je vais chez le coiffeur régulièrement uniquement pour pouvoir sentir des mains autres que les miennes sur mon cuir chevelu. Vaguement, je me dis qu'il est louche que Tobby se fasse oublier ainsi, qu'il aura probablement détruit le salon ou la cuisine et qu'il se cache pour éviter d'être puni. Ou alors peut-être est-il simplement épuisé après la promenade et est-il couché sur le divan. Mais j'en doute.
Revenir en haut Aller en bas
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mer 26 Fév - 10:01


Tel chien, tel maître

Scott & Connor

Je me permis d'afficher un grand sourire lorsqu'à son tour Scott en eut fini. Et alors que ses yeux étaient fermés et qu'il reprenait son souffle, je passai une main dans ses cheveux. Je me sentais réellement serein dans cette situation. Le calme revenait, mon cœur se remettait peu à peu à battre à une vitesse normale, et j'aurais très bien pu m'endormir là, ainsi posé sur le corps chaud de Scott. Ce dernier me sourit d'ailleurs largement en s'étirant avant de me complimenter. Mais sans que je ne puisse rien ajouter de plus, mon partenaire me repoussa pour se lever, prendre sa robe de chambre et sortir, après avoir déposé un dernier baiser sur mes lèvres. Quant à moi, je restai là, allongé sur le dos, la tête vide de toute pensée. C'est alors que je levai les yeux pour regarder et écouter le jeune homme qui semblait presque m'inviter à venir avec lui sous la douche. Honnêtement, j'hésitai pendant un bon moment. Je ne savais pas vraiment comment réagir à présent. D'habitude, je me rhabillai avant de m'en aller définitivement, mais cette fois les choses étaient bien différentes.
Assis sur le bord du lit, je prenais lentement une décision, tout en caressant de temps à autre les cordes de la guitare posée à côté de moi. Je n'osai pas la prendre. Premièrement, ça faisait bien longtemps que je n'en avais pas joué. Et deuxièmement, elle était à Scott, et je n'avais aucunement envie qu'il le prenne mal. Alors finalement j'abandonnai la chambre pour me diriger vers la salle de bains, dont je connaissais déjà le chemin, pour y avoir pris une douche plus tôt ce jour-là.

Une fois arrivé devant la porte, je n'entrai pas encore. J'entendais l'eau couler, et je savais que sous elle se trouvait Scott. Mais était-ce une bonne idée de retourner le voir une fois de plus ? Peut-être avait-il besoin d'un moment de solitude ? Cependant, je n'avais pas prononcé un seul mot depuis un moment déjà. Tandis que le jeune homme, lui, m'avait même complimenté. Alors maintenant, entrer dans cette pièce était pour moi un devoir. Et cette raison une excuse toute trouvée pour ne pas rester seul. De toutes façons, j'avais moi aussi besoin d'une douche, alors autant en profiter, n'est-ce pas ?
Je pénétrai dans la salle de bains, doucement, sans un bruit. Scott chantait sous l'eau qui coulait. Mon cœur recommençait à battre rapidement. Mais je ne me décourageai pas, et j'entrai dans la cabine de douche pour à mon tour me retrouver frapper par le jet d'eau chaude. Je plaquai mes mains sur les hanches de mon partenaire, en arrivant derrière lui. Et au fur et à mesure qu'elles glissaient vers l'avant, je me collai contre le jeune homme. Quand enfin mes bras entourèrent entièrement Scott, mes lèvres parcoururent sa nuque puis son cou, avant que mon menton ne se pose sur l'épaule de l'homme sur le dos duquel mon torse s'appuyait. Et là, je lui glissai quelques mots à l'oreille en fermant les yeux, tandis que mes doigts remuaient légèrement sur le ventre du jeune homme.

" Ça a pas été facile de me mettre à ton niveau tu sais ? Je comprends que tu chantes pour fêter ta victoire. Et d'ailleurs, tu as une voix magnifique, tu es au courant de ça j'espère ? "

Je parsemai à nouveau le cou de mon partenaire de quelques baisers, tout en me balançant légèrement de gauche à droite. Je ne sais pas ce que j'espérai. Je ne sais pas ce à quoi je m'attendais. À vrai dire, après ce que Scott et moi venions de faire, je n'étais plus capable de penser à rien. Seulement à fredonner la chanson que le jeune homme chantait, pour l'accompagner. Quant au savon qui était censé accompagner l'eau qui glissait sur mon corps, je n'y pensais même pas. J'étais complètement hors des choses. Sur un petit nuage. Je savais que tout ceci finirait bien par disparaître. Alors j'en profitai au maximum sans, pour une fois, penser à la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   Mar 25 Mar - 14:00



Tel Chien
Tel Maître




Scott & Connor


Un large sourire étire mes lèvres lorsque j'entends, par-dessus le bruit de l'eau qui fouette mon corps et le sol de la douche, les pas de Connor qui approchent. Sans cesser de chanter, sans rien laisser paraître, un doux frisson me parcourt cependant alors qu'il pose ses mains sur moi, collant son torse contre mon dos et sa tête contre mon épaule. Je descends mes mains pour les poser sur les siennes, mes cheveux étant absolument propre depuis un moment déjà.

Certaines de ses paroles me surprennent. Se mettre à mon niveau ? Que veut-il dire par là ? D'autres m'amusent. Alors comme cela je chante bien ? Ayant plusieurs albums à mon actif, lesquels se sont tous extrêmement bien vendu, plusieurs centaines de spectacles d'accomplis et tous autant à venir, j'espère bien avoir une belle voix ! Sinon, je serais sur la paille, n'est-ce pas ? Ah, et je ne comprends pas trop ce qu'il insinu par 'chanter ma victoire', mais je suis plutôt sûr que ce n'est pas le cas.

J'ai lu, il y a longtemps, une recherche scientifique qui expliquait pourquoi l'homme aime à ce point chanter. Apparemment, l'action de chanter est une des seules qui feraient travailler presque toutes les parties du cerveau en même temps et de par cela, menant à la sécrétion de dopamine, l'hormone du bonheur. Je n'ai pas l'esprit scientifique, mais je sais que je ne suis jamais plus heureux que lorsque je chante, sur scène ou pas.

Comme maintenant. J'en oublie tout, tout mes ennuis. J'oublie avoir déjà vu quelqu'un mourir, j'oublie que c'était une personne que j'aimais. J'oublie avoir failli mourir moi aussi. J'oublie posséder un chien complètement fou qui est probablement en train de détruire la maison à l'heure qu'il est. J'oublie avoir les deux parents les plus surprotecteurs au monde, j'oublie que ma mère doit être sur le point d'appeller la police puisque cela va faire deux jours que je ne lui ai pas donné de nouvelles. Il ne reste que moi, Connor et la chanson. Mais je m'arrête quand même de chanter pour tourner ma tête vers la sienne, le regard rieur.

-Tu trouve vraiment que je chante bien ?, je l'interroge. Je devrais tenter ma chance dans l'industrie de la musique selon toi ?

Il n'a pas besoin, pour l'instant, de savoir ce que je fais. C'est encore mieux s'il ne me connait pas, au moins, je sais qu'il n'en veut pas à mon argent. Si notre relation va plus loin, j'aurai amplement le temps de le lui dire. Pour l'instant, mieux vaut se concentrer sur le moment présent.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tel Chien, Tel Maître   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tel Chien, Tel Maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» chien sauvage nain ?
» Lucky Le Chien Roux comme Roy vient vous faire rire 8D[validé]
» Le petit chien est sur la pente fatale
» Le chien de garde du Roi
» Chien battu
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-