Partagez | 
 

 On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   Mer 28 Jan - 16:43


   

   
   

On dit souvent que la mort est un état irréversible



   


   Huit mois... Mon absence avait duré huit longs mois. Enfin, mon absence. Ma mort plutôt. Mon supérieur avait obtenu du haut dirigeant du FBI que je passe pour morte le temps que Morgewood ne soit retrouvé. J'avais donc reçu une autre identité et j'étais parti vivre en Angleterre pendant huit mois. J'étais devenu simple secrétaire dans une société de la city mais je devais dire que ma vie d'avant me manquait. Aussi bien mon métier que mes amis. Surtout mes amis. Enfin, dans les amis, je parlais surtout de Juan et de Marilyn. Il ne se passait pas un jour sans que je ne pense à eux deux, eux qui m'étaient si chers et qui avaient du mal supporter mon enterrement. Mais voilà, j'avais quitté l'Angleterre avec un allé simple pour les Etats-Unis. Je rentrais chez moi. Quatre jours plus tôt, j'avais reçu un coup de fil de l'agent Winchester qui m'annonçait qu'ils avaient retrouvé Morgewood mais qu'ils avaient été obligé de l'abattre car il refusait de coopérer et avait directement menacé le FBI. J'étais libre, plus rien ne me retenait à Londres et j'avais alors attendu le billet d'avion que Winchester m'avait promis. J'avais donné ma démission du pseudo travail que j'avais occupé et j'avais fait ma valise, tournant comme un lion en cage dans le petit appartement. Mais rapidement, l'heure de mon retour à Los Angeles sonna.

Le trajet en avion avec mon escale à Washington fut long et difficile. Je portais une perruque ainsi qu'une paire de lunette de soleil pour ne pas être reconnu. Une fois arrivée dans ma ville natale, je fus accueilli à l'aéroport par Winchester. Lui qui n'était pourtant pas si démonstratif me prit dans ses bras en me souhaitant un bon retour. Il me conduisit jusqu'à la morgue pour que je puisse voir le corps de mon père et décider de ce que j'allais en faire. Une fois là bas, je pus voir que le corps de Morgewood était criblé d'au moins une dizaine d'impact de balles. Je pris la décision de faire incinérer son corps et de jeter ses cendres dans une fosse commune pour que l'on ne puisse pas venir se recueillir sur sa tombe comme des fanatiques. Winchester me fit quitter la morgue et me proposa de venir m'installer chez lui, vu que mon appartement avait été vidé et était désormais reloué. Mais j'avais une dernière chose à faire. Dans la voiture, j'enlevais ma perruque et mes lunettes tout en demandant à Winchester de prendre la direction de Westside. Marilyn habitait là bas et je voulais absolument la voir, ma meilleure amie m'avait trop manqué.

Moins de dix minutes plus tard, le 4x4 du FBI se gara devant la maison de ma meilleure amie. Winchester voulut me mettre en garde sur le fait que Marilyn ne serait peut être pas ravie de me voir revenir d'entre les morts mais je n'en avais que faire. Je voulais la voir, ne serais ce que pour voir si elle allait bien. Ouvrant la portière, je quittais l'habitacle tout en serrant mon sac à main contre moi. Plus j'approchais de la maison, plus je me sentais angoissé de la réaction de ma meilleure amie. Mais une fois devant la porte, je n'avais plus la possibilité de faire demi tour. Prenant donc mon courage à deux mains, je toquais légèrement à la porte, espérant que Lyn soit chez elle.

   
© .pinklemon

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   Jeu 29 Jan - 22:31

Le réveil, quelquefois, peu s'avérer des plus compliqués. Aujourd'hui en se levant, Marilyn est prise de vertiges, d'un mal de crâne abominable. Portant une main à sa tête, elle se masse un peu, les yeux encore à demi-clos, en baillant. Un regard pour le réveille-matin indique qu'il est déjà 11 heures. Posant un pied à terre, la demoiselle ressent une vive douleur dans le pied droit et un regard lui permet de voir un verre brisé sur le sol. La chambre empeste l'alcool, en plus. La main de la brune se glisse alors sur la table de nuit, pour y prendre un paquet de cigarette. En prenant une, la jeune femme encore à demi-nue quitte la pièce pour aller au salon, prendre place sur le canapé. Depuis quelques mois maintenant, la vie de la jeune femme a totalement changée. Entre la mort de son époux, cet Alexandre qui la prend pour la femme qu'il a perdu, la fille de ce dernier qui semble avoir des soucis et, depuis huit mois maintenant, la mort de sa meilleure amie, on ne peut pas dire que la vie soit belle. Marilyn a bien changé, ses habitudes aussi et dans le voisinage on se demande même comment elle n'est pas devenue folle, quoiqu'elle ai prit de mauvaises habitudes toutefois, comme celle de boire et de fumer, ce qu'elle ne faisait pas neuf mois auparavant. On ne parlera pas d'ivrogne, mais quand même.

Une fois habillée, la jeune femme quitte sa demeure et saute dans sa voiture de manière à se rendre chez un fleuriste. Elle a l'idée de prendre des fleurs, avant d'aller se recueillir sur la sépulture de son amie, comme elle le fait assez souvent depuis le décès de cette dernière. Il faut avouer que la brunette n'a désormais plus personne. Sa vie est vide, complètement. Ses fleurs achetées, la jeune femme constate qu'elle doit faire un saut à la maison... pour prendre une clope, ayant oublié son paquet là-bas. Le regard dans le vide, la belle conduit donc jusque chez elle avant de se garer.

Sortant du véhicule sans remarquer un second, stationné non-loin devant, la jeune femme avance en direction de son chez elle. Quelqu'un est déjà devant. Une silhouette de dos. Une silhouette inespérée, que la brunette ne reconnait d'abord pas. Et comment le pourrait-elle ? Toutefois, quand cette blonde se retourne, et que Marilyn peut voir son visage, elle en laisse tomber le bouquet de fleur qu'elle avait sortit de la voiture pour mettre dans un vase à déposer à son amie. Les fleurs se répandent par terre, tandis que la jeune femme bégaye sans pouvoir parler toutefois.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   Lun 2 Fév - 14:05


   

   
   

On dit souvent que la mort est un état irréversible



   


   Pendant tout le trajet jusqu’à Los Angeles, je n’avais fait que penser à ce que j’allais pouvoir dire à Marilyn sur le fait que je ne l’avais pas prévenu que j’étais vivante. Toutes mes excuses me paraissaient idiotes compte tenu de la souffrance qui avait dû être celle de ma meilleure amie lors de l’annonce de ma mort et de mon enterrement. Je savais que rien ne pourrait effacer les huit mois qui venaient de s’écouler mais j’allais tout faire pour que ma meilleure amie se change les idées. Pendant le trajet entre la morgue et le logement de Marilyn, j’essayais d’en savoir plus sur ce que j’avais raté en huit mois, surtout concernant ma meilleure amie et l’homme qui avait volé mon cœur. Mais l’agent du FBI refusa de me parler, disant que je verrai par moi-même. Rapidement, Winchester se gara devant chez Marilyn et je descendis du véhicule, marchant calmement jusqu’à la porte. Mais j’eus beau frappé, Marilyn ne semblait pas être chez elle. Soupirant, j’allais rebrousser chemin quand un véhicule s’arrêta devant la maison. Je me retournais pour voir ma meilleure amie s’approcher de chez elle, un bouquet de fleur dans les bras. Je l’observais alors qu’elle avançait. Elle semblait porter le poids du monde sur les épaules. Marilyn finit par redresser la tête et je croisais son regard. J’y lisais une grande tristesse mais également un grand vide. Quand elle remarqua ma présence, elle stoppa net et lâcha le bouquet de fleurs, juste capable de bégayer.

J’arrête un instant de respirer avant de souffler un grand coup, prenant mon courage à deux mains. Je descendis doucement le petit escalier avant d’avancer vers la jeune femme. J’étais soudain stressé. Comment Marilyn allait elle réagir face à ma présence, chose qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. Avançant, je n’arrêtais pas de jouer avec mes mains, ne sachant pas trop quoi faire de mes bras. Finalement, arrivée devant la jeune femme, j’ai l’impression que je n’arriverais pas à lui sortir ce à quoi j’avais pensé tout le long de mon retour, entre Londres et Los Angeles. Tout semble s’être évanoui, comme si les mots ne pourraient jamais soulager la tristesse que je lis dans le regard de Marilyn, ma meilleure amie que j’avais lâchement abandonnée à sa peine alors que j’aurai dû être là pour la soutenir, ne serais ce que la mettre au courant du subterfuge pour tromper mon père. J’avale difficilement ma salive avant d’ouvrir enfin la bouche, prenant enfin la parole.

« Marilyn… J’aurai tellement voulu te mettre au courant, te dire de ne pas t’inquiéter, que j’allais bien. Pourras-tu jamais me pardonner? »


   
© .pinklemon

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   Jeu 5 Fév - 13:11

Tu t'es vu quand t'as bu ? Tu fais toujours une tête bizarre. Sauf que là, en ce qui concerne Marilyn, cette dernière n'a pas but depuis plusieurs heures, quoiqu'elle ait clopé direct en se levant. Aussi ne peut-on pas mettre sur le dos de l'alcool la tête que tire actuellement la demoiselle et qui aurait tendance à faire rire pas mal de monde. Oui, elle aurait presque l'air pitoyable avec son teint, ses yeux fatigués. Et, d'un autre côté, elle semble porter le poids du monde sur ses épaules, si bien qu'elle pourrait aisément attendrir des cœurs en nombre, même parmi ceux qui sont réputés pour être normalement les plus sauvage. Que dire en pareille situation et que penser ?

Une larme commence à glisser sur la joue de celle qui s'imagine être la proie de son imagination. Comment pourrait-ce être autre chose qu'un coup tordu de son esprit névrosé, enfumé, alcoolisé ? La demoiselle n'ose pas croire que son amie puisse réellement être là, d'autant plus qu'elle a assisté aux funérailles, qu'elle les as vu de ses propres yeux et qu'elle a même participé à leur organisation.

Pourtant les mots de cette apparitions sont éloquents et feraient penser à la demoiselle que la vision qui s'impose à elle n'en est pas une. La demoiselle a du mal à ressentir la réalité des choses, de la présence de son amie mais dans un même temps, il y a un petit quelque chose qu'elle ne comprend pas tout à fait, qui lui fait penser que tout cela n'est pas irréel mais bien la vérité, que son amie en effet est bien là et que ni ses mots ni sa présence ne sont un coup de son esprit.

"- Comment... Comment est-ce possible ?" finit par murmurer, en hoquetant tant bien que mal, la jeune demoiselle qui n'ose pas accorder un regard à son amie de peur de fondre en larme ou de réaliser qu'un détail prouve l’irréalité de ce qui est en train de se produire. "Comment... J'ai vu... J'étais là pour... quand on t'as... quand tu as été... et j'étais là quand... on nous a apprit que tu... que tu n'avais pas survécut..." hoquète encore la demoiselle, des sanglots dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   Ven 13 Fév - 4:58


   

   
   

On dit souvent que la mort est un état irréversible



   


   Je vois bien que Marilyn a dû mal à croire que je suis bien là, présente, devant elle, en chair et en os. J'aurais tellement aimé la prévenir que je n'étais pas morte mais cela m'avait été interdit. Le patron du FBI de Los Angeles n'avait pas voulu prendre le risque que l'information sur ma nouvelle identité ne fuite et je n'avais donc pu prévenir personne. Seul l'agent Winchester était au courant de ma réelle identité de vivante alors que tous les autres me croyaient morte. Une larme coula sur la joue de Marilyn et je n'eus qu'une envie, l'essuyer. Cela n'effacerait pas le mal qui avait du s'abattre sur la jeune femme en face de moi à l'annonce de mon décès. Mais peut être comprendrait elle ainsi que j'étais réellement vivante. Et finalement, la jeune femme parvint à ouvrir la bouche. Elle posa la question à laquelle je m'attendais le plus: Comment cela était il possible.

Je m'étais attendu à cette question et je ne pus retenir un sourire en l'entendant franchir les lèvres de ma meilleure amie. Oui, elle avait vécu ma mort très réellement et elle avait du mal à croire que j'étais vivante. Je détournais légèrement les yeux pour faire un petit signe de tête à Winchester, lui permettant de partir pour retourner au bureau, là où le reste de l'équipe des profilers l'attendaient. Je reportais mon regard sur Lyn avant de porter ma main à son visage pour essuyer les restes de la larme qui avait coulé sur sa joue.

« C'était l'idée de Winchester. Faire croire à tout le monde que j'étais morte pour éviter que Morgewood n'apprenne que j'étais vivante. Maintenant, Morgewood est mort, alors je peux revenir à la vie, si je puis m'exprimer ainsi. »


   
© .pinklemon

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   Mar 10 Mar - 19:16

La demoiselle avait veillé sa meilleure amie. Elle avait assisté à ses funérailles, elle avait vu le cercueil, la cérémonie… Non, elle ne pouvait pas croire que Yelena, de fait, se trouve vraiment devant elle et pourtant, cela avait l'air d'être réel. Terriblement réel. La jeune femme se faisait l'impression d'être on ne peut plus folle. Sa vie n'était jamais partie à ce point en vrille. Au moment où elle n'avait plus rien du tout, la vie lui apportait-t-elle enfin sa clémence et sa douceur ? La brunette n'osait pas croire à cela. Pourtant la réalité était là. Devant elle. A lui essuyer les larmes coulants sur sa joue.

Marilyn hoquette en relevant son regard pour le poser sur le visage de son amie qui lui explique plus ou moins ce qu'il s'est vraiment passé au sujet de sa mort. La jeune femme a soudainement l'envie de tuer l'agent Winchester pour l'idée qu'il a eut. Même si c'était pour le bien de son amie, la demoiselle aurait largement mieux aimé être au courant de cette affaire, cela lui aurait évité de souffrir autant, de mourir à petit feu pendant des mois. De se sentir si seule et si vidée au cours des dernières semaines, de survivre au lieu de vivre dans un monde qu'elle ne sentait presque plus fait pour elle.

Par réflexe, la brune attrape son paquet de clopes et commence à en fumer une, mauvaise habitude qu'elle a prit pour se calmer les nerfs depuis la disparition de son amie. Elle a besoin de quelque chose, un calmant, pour y voir plus clair et elle se figure que cette solution réside dans son tabac. Le regard rivé sur son amie alors qu'elle tire distraitement sur sa cigarette, la demoiselle ne sait plus que croire, que penser. Jusqu'à ce qu'elle finisse par murmurer, encore en proie à un doute immense

"- Alors… C'est vraiment toi ?" lance-t-elle d'un air qui indique bien qu'elle a encore du mal à croire à tout ça. Ou plutôt à le réaliser, davantage que le croire. Réaliser que oui, son amie est vivante…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn   

Revenir en haut Aller en bas
 

On dit souvent que la mort est un état irréversible | Marilyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Chevalier de la mort
» Chevaliers de la Mort et Cataclysm ?
» La mort du Roi-Liche, le RP et Kirin Tor.
» [Unité Spéciale ] Le Regiment de la mort. ... MUAHAHAH
» [Ouvrage] Non-vie, non-mort : des racines, des avenirs ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Westside :: Zone Résidentielle et Repère de Gangs-