Partagez | 
 

 NOAH ♠ terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 21:10






Icône



Je fais partie des Mafia

Poste Vacant Scénario Inventé

"Je suis un artiste et mon œuvre c’est moi."

Description physique
La pourriture qui s'insinue à l'intérieur de toi n'a aucunement altérée ta beauté extérieur. Bien heureusement pour toi d'ailleurs autrement tes cheveux bruns seraient devenus rêches et gris poussière et tes yeux bleus aciers seraient d'un jaune sale et délavée par tes actes plus immonde les uns que les autres. Tu serais ridiculement petit et bedonnant et non pas grand et musclé. Ton teint bronzé par les heures passées à la plage serait cadavérique. Tu serais un véritable macchabée ambulant et aucun tatouage ne serait ancré dans ta peau.3 Rien, tu serais une enveloppe vide où transpirait ta douleur et ta rancoeur. Seul point commun entre ces deux corps serait la longue cicatrice qui court le long de tes abdominaux, merci du cadeau Mirko.
Caractère
Passé d'un type sympa, drôle, joueur et naïf en un enculé, tueur, drogué, sarcastique et hautain.. Envoila une prouesse Noah. Tu es devenu la décadence de la décadence. Le jouet d'une mafieuse, l'esclave. Et toute cette rancoeur, toute cette douleur se retranscrit lorsque tu obéis, lorsque tu fais payer à chaque petit con de cette ville d'être venu au monde. L'amitié ? bidon ? L'amour ? Le rêve de quelques idiots. Le bonheur ? Tu ris. Arrêtons là les conneries. Tu serais prêt à vendre ta mère et ton père pour ne plus rien lui redevoir. Pour ne plus être à sa botte. Pour être à nouveau libre même si ca veut dire crever la dalle.

Noah Bushnell-Harrison


L'histoire

Ta lame brille à la lueur du feu. Le vieux Jujube l'a allumé à l'instant, il brûle si fort devant la baraque que sa chaleur te chauffe la joue. Tu sens peser sur toi le regard des anciens, des "Ceux", des enfants, et le sien. Seul le bruit de crépitement règne, même les enfants ont bouclé leurs gueules. C'est un beau soir. Mirko sort son couteau, il est sans doute rouillé ou... Ou est-ce du sang que tu vois ? Tu déglutis péniblement. Tu t'es déjà battu, surtout contre ces putains Yougoslaves, ils avaient crevé les pneus de Ceux de la Perle alors un coup de main était de rigueur. Mirko avance, le gravier sous son pas rugit férocement dans le silence... Tu ne peux plus reculer. Une vieille femme en jupe verte tousse sur ta droite... C'est le moment, tu bondis vers lui, ta lame cherche la chair, le sang. Elle ne trouve que le vide. Mirko a esquivé d'un pas sur le côté, son couteau avance et touche tes côtes... Pas suffisamment pour te tuer mais assez pour te faire lâcher un juron "- Putain..". Tu recules vivement, ne lui tournant plus le dos. Quelqu'un pleure derrière, peut-être pense-t-ils que tu vas crever. Peut-être que tu vas crever. Peut-être que c'est Anizia qui sanglote. Cependant tu ne peux pas t'arrêter pour penser, tu dois agir... Agir malgré le sang qui s'échappe de ta plaie, de la terrible brûlure... Tu ne dois plus te tromper ou ce sera la fin. Noah.. Tu dois réussir. Mirko sourit de ses dents jaunes, un putain de rictus où coule un peu de salive. Tu ne flanches pas, tu le regardes droit dans les yeux alors qu'il fonce. Tu l'attends, son couteau s'approche... Tu fais un pas sur le côté, évitant l'attaque mais percutes son corps de plein fouet. Tu restes de marbre alors qu'il recule déséquilibré. Tu esquive un léger sourire alors que tu attrapes sa main comme pour l'aider... Mais il ne se laisse pas prendre à ton jeu et il t'attire dans sa chute. Vous vous écroulez au sol, rapidement tu lui donnes un coup de genoux dans l'estomac cherchant du regard sa lame... C'est ton salut, dans la chute elle est tombée près du feu. Trop loin pour qu'il ne la reprenne. Or, la tienne est toujours dans ta main. Jamais tes chances de gagner n'ont été aussi importante. Cependant, Mirko ne perd pas le nord, le bougre. Son pied percute ton ton tibia, te faisant légèrement perdre prise... C'est ta vie en jeu Noah ! Réveilles toi ! Bordel, tout ça pour un coup de bite... En même temps tu aurais pu en baiser une autre que sa femme. Mais putain, avec leurs menstruations, faudrait en avoir trois de femmes pour en avoir une de baisable. Mirko te file un coup de poing dans le plexus, il se débat, il essaye d'attraper ta lame... Rien a faire, tu le surpasses en force. Fini les conneries, tu abrèges rapidement avant que la chance change de main. Ton couteau s'enfonce plusieurs fois dans son estomac, le vermeil coule à flot alors que l'adrénaline baisse. Ta blessure hurle son mal alors que tu te détache du cadavre. Tes vêtements poissent de sang alors que tu essuie avec son tee shirt ton poignard. Tu pousses un long soupir alors que aucun bruit ne se fait. " - Il n'y a personne d'autre ?! ". Personne ne se manifeste alors tu t'éloigne de la dépouille, les pleures reprennent de plus belle. Tu sais, Noah, que tu vas devoir partir. Ici, les gens sont rancuniers.

Fils de forain, forain. Sans identité véritable, sans véritable foyer. Le néant. Non, juste un casier judiciaire aussi long que la gaine de ta grande-mère. Aucun sous en poche, aucun avenir. Tu regardes le ciel, allongé dans un champs près du camp de L.A. Tu penses à Mirko, enterré six pieds sous terre, à Anizia qui pleure toujours, enfermée dans sa vieille roulotte. Tu as dû partir bien entendu, rester à San Fransisco aurait été une mission suicide. L'emplâtre verdâtre que t'ont foutu les anciennes te démange mais bon, la plaie plus profonde qu'il n'y paraissait, est déjà cicatrisé. Tu soupires, tu t'ennuie tellement ici. Plus de fête, plus de danse plus rien. Plus de passion, plus de feu. Le ciel est gris, couvert de nuage menaçant. Il va pleuvoir et tu portes seulement un vieux blouson en cuir, usé jusqu'au non retour. Tu fermes les yeux, fuyant cette vie de merde. Noah, t'as envie de tout faire sauter mais tu es trop lâche. Déjà que la castagne avec l'autre abruti t'as foutu les boules. vivre c'est mieux que toutes ces conneries de toute façon. Que ces clochards en caravane, ces marginaux crasseux, vulgaires, beuglants. Tu es des leurs. Tu sait à peine lire, tu es ignorant et brutal. Fier, voleur, gai, beau. Un peu sorcier quand tu danses... D'ailleurs, on dirait le printemps quand tu danses. Oh oui... Le printemps avec le soleil, la renaissance. Loin de ce foutu hiver, dans ce foutu merdier. Tu finis par te lever, Pryam aboi au loin et le vieux Kriss gueule en coup. Sa voix fatigué par la vie impose un instant le silence, puis rapidement les enfants recommence leur vacarme. Tu abandonne le champs pour retourner au camp, tu passes le long de la clôture, près d'elle une montagne de boite de conserve rouillée et vidée dévore l'espace. L'autre soir, Bénik a enrôlé les petits pour ramener tous les vieux pneus près du chemin. Bordel, ça fou un de ces bordels ! D'ailleurs, celui-ci enchaîne les bières. Tu le salues d'un hochement de tête, salut que lui même te rend avec un sourire tordu. Ici, tous savent ce qui c'est passé avec Mirko. Les bruits vont vites malgré ce que l'on peut penser. Ils n'ont pas peur bien entendu, mais on se méfie. On sait que t'es un homme. Cependant, une fille, deux couteaux, c'est un règlement de compte honnête ici, dans ton monde.

Les jours froids se sont envolés loin. Tes pieds soulèvent des nuages de poussières alors qu'a ton tour tu es prêt à voler. Le soleil tape fort, de son apogée il te nargue. Pourtant tu l'emmerdes, tu serais presque prêt à lui faire un doigt d'honneur. Ce n'est pas ton genre, d'ignorer la lourde impression de tout louper. Foutu destin, foutue hérédité. T'es toujours le premier à t'en plaindre à l'ordinaire or aujourd'hui tu avances sourire au lèvre. Peut-être est-ce dû au baluchon qui se balance sur ton épaule. Peut-être que tu quittes ce monde de merde enfin de compte. Tu ne veux plus cacher la vérité, tu veux montrer au monde que tu es doué. Plus besoin de caché ce monstre qui rugit en toi au moindre son de musique, cette bête qui t'ordonne de laisser ton corps agir... Maintenant plus besoin de se retenir. Tu enchaînes quelques pas de danse élégant en quittant définitivement le camps. Tu as réussi a empoché assez d'argent pour te casser du camp. Direction la ville, la mer, le soleil... Un nouveau départ. Et merde, peut-être ton rêve t'attend là bas ? Noah, qui t'a permis de rêver ainsi ? D'espérer ? Sans école, sans argent, sans identité réel que faire ? Tu repousses loin ces questions, préférant savourer ton bonheur.


Le froid mordant de l'hiver, un matelas poussiéreux posé sur le plancher, un verre à moitié plein, à moitié vide, le cadavre d'une bouteille de rhum bon marché, la fumée bleuâtre d'une cigarette entamée... Le parfait tableau. L'image même de la décadence de ce monde, de cette jeunesse qui part en cendre... comme cette cigarette entre tes doigts fins. Le jour fait semblant de se lever, mais tu sais que c'est la nuit pour toujours.... L'odeur du tabac mouillé ne fait pas frisonner ta narine, les yeux fermés, tu penses. Tu penses à la douleur qu'engendre la braise de ta marlboro sur ta main, tu penses au froid qui engourdi tes membres, mais plus encore, tu penses à l'avenir. Si près et si loin. Cette éternité de souffrance et d'ennuie qui t'es destiné... Seule ta lacheté t'empêche d'y mettre fin. Demain. Véritable cauchemar, poursuite d'une existence morne est inévitable. Demain. Demain, tu te lèveras avec le même poids sur le coeur, la même nostalgie. La faim aussi, le manque d'argent. La pursuite d'un rêve qui s'enfuit en fumé. Tu as beau refermé ta main dessus, tu n'attrapes que du vide. La vérité, belle connerie qui ne sers qu'à blesser. Et tu en as blesser des gens, tu en as déçu avec la vérité. La véritable arme de la haute société est la vérité aussi effrayante que merveilleuse. L'espoir aussi, aussi poignant qu'au premier jour puis plus rien.. La vérité qui vient te fracasser la gueule. La cendre tombe une fois de plus sur ta main, mais pas un soupire ne t'échappe. Rien ne t'importe mise à part la douleur causée par l'abandon, par la faim. La terrible faim. Le terrible abandon qui résonne encore en toi, ta famille, tes sois disant amis... plus rien. Même cette cigarette qui se meurt dans ta main est plus réel, Noah.

Jeune forain optimiste et ambitieux, pauvre crevard crevant de faim dans une ruelle. Puis riche mondain encerclé par le meilleur gang. Pourquoi ? Pour ton corps, une gonzesse qui passe et tout va mieux. Il parait que tu as tout  maintenant : tu es beau, jeune, riche. À un détail près : tu es beau, jeune, riche et lucide. Et c’est ce détail qui fout tout en l’air. Si tu n'es pas heureux, c'est que le bonheur n'existe pas, alors tu cours. Tu cours après ce tas de cock. Tu cours après le verre de trop. Tu roules à 200 dans L.A. Après quoi ? Tu ne sais pas. Pour fuir quoi ? Tu ne sais pas. Tu ne sais plus rien, mise à part que tu lui appartiens maintenant. Un filet de sang s'échappe de ta lèvre enflée. Un Cd tourne dans le lecteur, dégageant une douce mélodie. L.A. n'est jamais aussi obscure que ce soir. Je sais seulement que c'est la nuit pour toujours, et que ce connard de soleil qui se lève n'est qu'une ruse. Un soleil noir qui nous rappelle que l'espoir et le bonheur n'existe pas. Quoi ? Tu  as brisé leurs rêves ? Tant mieux, tu es un petit con et t'aimes ça. Emmerder le monde, se la péter avec tes nouveaux millions. Cette tonne de fric qu'elle t'a donné en échange de ta vie. Tu aurais dit non, tu serais crevé dans le caniveau. Plus de Noah, plus rien. Tout ça, que du vent. Que du vent pour voir dans leurs yeux pleins d'étoiles puis la dure vérité. Tout change de couleurs et de sens la nuit. Cependant, il arrivera quoi quand le jour ne reviendra pas ? Seul, assis dans ton Aston Martin DB7 vantage, seul... La musique douce empli l'espace vide. L.A., qui ne rêve pas de Los Angeles ? Foutu rêve. Foutue connerie. Il y a des troues dans ta chaire, et des tâches de sang sur ta chemise Ralph Lauren. Il parait que les riches sont enviés, je comprends pas pourquoi. Vous vous avez tous et ne savez pas quoi en faire, eux, ils n'ont rien et savent quoi en faire... Comme c'est con.

Vivre de sexe, de vodka et de marlboro. C'est tout. Tu n'as besoin de rien d'autre. Ni d'amis, ni de copine, ni de parent... Et merde. C'est ele qui dicte ta vie, qui choisi pour toi. Tu envisages l'avenir comme une suite de toutes ces journées de merde. Comme une éternité de souffrance et n'ennui. Rien n'a d'intérêt. Plus rien n'a d'intérêt. Tu mêles l'alcool à la beuh, la beuh à la cock, la cock au sexe... Puis tout ce fini dans la voiture, Encore. A fond sur les routes. Tout ce que tu voulais au fond, c'était réussir. Montrer que tu n'es pas un merde, tu t'es trompé. Tu en es une.  Bien sûr, grace à elle, ca se voit moins. Elle est arrivée dans sa robe suintant le fric et la connerie. La connerie, les mensonges, le busness. Elle t'a regardé droit dans les yeux et Elle t'a donné ce que tu avais besoin.



Behind the computer

Prénom:Alison
Âge : 16 ans
Avatar choisi : Harvey Newton Haydon
Comment as-tu connu ce forum ? : par Cassidy
Ton avis (design, contexte, ...) : C'est un forum sympa et j'aime la fiche de présentation    
Présence sur le forum : 4/7
Autre(s) compte(s) : Aucuns.
Code du règlement :
Spoiler:
 


Dernière édition par Noah Bushnell-Harrison le Lun 8 Juil - 23:31, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fallen AngelsFallen Angels
avatar
Cassidy S. Mandrake
Date d'inscription : 05/09/2011
Messages : 803

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 21:15

Bienvenue

Tu me réserves un lien extra j'espère

_________________
- it's where my demons hide -
♪ Tu chasses les anges qui passent. C´est la peur du silence. Cette nuit la vie ta repris, la meilleure des amies. Une photo en souvenir. Une larme, un soupir. De cette nuit qui s´achève, elle te rejoint dans tes rêves ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lawar.forumactif.fr
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 21:22

Promis  
Revenir en haut Aller en bas
Fallen AngelsFallen Angels
avatar
Cassidy S. Mandrake
Date d'inscription : 05/09/2011
Messages : 803

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 21:25

Pourquoi tous les mecs me veulent dans leur pieu ? Oo

Ah ouaiie je sais.. j'suis trop sexxxy

_________________
- it's where my demons hide -
♪ Tu chasses les anges qui passent. C´est la peur du silence. Cette nuit la vie ta repris, la meilleure des amies. Une photo en souvenir. Une larme, un soupir. De cette nuit qui s´achève, elle te rejoint dans tes rêves ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lawar.forumactif.fr
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 22:48

Moi je le suis pas ? Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Fallen AngelsFallen Angels
avatar
Cassidy S. Mandrake
Date d'inscription : 05/09/2011
Messages : 803

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 23:50

En plus d'être sexy, t'es validé =D

_________________
- it's where my demons hide -
♪ Tu chasses les anges qui passent. C´est la peur du silence. Cette nuit la vie ta repris, la meilleure des amies. Une photo en souvenir. Une larme, un soupir. De cette nuit qui s´achève, elle te rejoint dans tes rêves ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lawar.forumactif.fr
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   Lun 8 Juil - 23:56

Ahn yeah merci  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: NOAH ♠ terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

NOAH ♠ terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Vieilles Présentations-