Partagez | 
 

 Tell me, would you kill to save a life ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Tell me, would you kill to save a life ?   Dim 30 Mar - 9:59


Kendall & Connor ❧ Tell me, would you kill to save a life ?


*Installée derrière le volant de sa voiture, la jeune italienne patientait tranquillement. Ça n'était pas dans ses habitudes de venir traîner aussi au sud de Los Angeles, mais elle y était pour le travail. Enfin, tout était relatif, puisque son véritable travail était sa librairie.
Non, là, elle était dans son deuxième travail, celui que la MIA lui donnait. Elle se contentait de prendre le dossier et les instructions, puis d'hocher simplement la tête avant de s'y mettre. C'était presque devenu une routine. Sauf que ce jour là, c'était un peu spécial. Il s'agissait plutôt d'éliminer quelque chose qui était dérangeant aux yeux des dirigeants. Ou plutôt quelqu'un.

Ce n'était pas le genre de mission qu'elle préférait bien sûr, mais son oncle préférait l'envoyer puisque selon 'son air angélique rendait impensable le fait qu'elle puisse tenir une arme'. Or Kendall faisait tout de même partie de la mafia, mais soit, elle suivait les instructions.
Sur le siège passager, elle ouvrit une dernière fois le dossier pour se remettre en mémoire le visage de l'homme. Puis elle saisit l'arme qui se trouvait dans sa boîte à gants qu'elle mit dans la poche arrière de son short. Grâce à son haut qu'elle rabattit par dessus, il était quasiment impossible de l'apercevoir. D'habitude, ce n'était pas le genre d'habit qu'elle mettait (ici), mais son oncle lui avait dit "Tu seras la dernière chose qu'il verra au monde, autant qu'il puisse en profiter un peu". Certes. Elle n'allait pas non plus se mettre nue, mais néanmoins, elle avait fait un effort et mettre un haut aussi transparent que celui là, c'était le maximum qu'elle faisait.

L'Alestra consulta une nouvelles fois sa montre et se rendit compte qu'il ne devrait plus tarder. Prenant un coup d'inspiration, elle ouvrit sa portière et sortit de l'habitacle. Son regard balaya de droite à gauche, mais aucune voiture en vue.
Préférant profiter de l'air libre, l'italienne décida de se poser contre le capot de sa voiture, un pied caler sur ce dernier, à l'affût de la moindre arrivée.

Elle sentait que ça n'allait pas être facile, mais de toute façon, elle ne pouvait pas y couper. Il fallait juste qu'elle s'assure que le travail avait bien été fait, le confronter aux accusions dont l'organisation l'accusait, et l'exécuter. Simple, et réglé sur un timing parfait.
En ce qui concernait de cacher les preuves, deux hommes de mains de la MIA devaient passer juste après qu'elle ne les aient appelé pour donner son feu vert. *

©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Dim 13 Avr - 10:47


Tell me, would you


kill to save a life ?

Kendall & Connor

J'avais fait mon boulot. Je me sentais bien. Enfin débarrassé. Je m'étais même déjà payé un petit quelque chose avec la première partie de mes honoraires. J'adorai bosser avec la mafia. Sincèrement. Ils sont toujours prêts à me payer très, très honnêtement. Et cher. Bien que lorsque l'on me proposait des contrats contre une des mafias qui sévissaient en ville, et que la récompense était à six chiffres minimum, alors je ne disais pas non. Bien évidemment, je me gardai de le dire à qui que ce soit. En particulier aux intéressés. Mais aujourd'hui, la question n'était pas là. Non. La question était plutôt de savoir pourquoi, pour une fois, la mafia avait décidé du lieu de rendez-vous à ma place. Sans doute pour des raisons pratiques les concernant. Une affaire à régler dans le coin, sur laquelle je n'étais qu'une courte étape. Honnêtement, j'en avais rien à faire, du moment que je pouvais avoir mon sac de billets verts. Amplement mérité, soit dit en passant.
Durant les semaines qui avaient précédées, j'avais suivis, pour mes chers patrons amateurs de pizzas, un homme haut placé dans les réseaux de gangs à l'intérieur de Los Angeles. En quelque sorte le banquier des truands, qui blanchissait l'argent d'une bonne partie des organisations criminelles de la ville. Sauf qu'apparemment, il avait déconné. Ses clients pensaient qu'il prenait sa part sur les billets qui passaient entre ses mains. Mais pour en avoir le cœur net, la mafia m'avait engagé. Et, oh, surprise, ce type bossait pour une autre personne. Un Russe, me semblait-il. Enfin, ça avait entre peu et pas d'importance. En tous cas, la mafia aimait pas tellement le nouveau patron du Banquier. Du coup, avant-hier, ce type a été zigouillé. J'étais fier de mon travail, mais pas vraiment d'avoir participé à ça, d'autant que les méthodes de certaines organisations comme mes chers européens ont certes une certaine élégance dans le fond, mais la forme n'est pas ce qu'il y a de plus ragoutant. Loin de là même...

Finalement, j'arrivai sur les lieux du rendez-vous. Une femme était déjà là, prenant le soleil, appuyée sur le capot de sa voiture. Si elle n'avait pas été seule ici, et que j'avais eu le choix, ce n'était certainement pas elle que j'aurais pointé du doigt comme étant membre de la mafia. Cependant, il n'y avait personne d'autre à l'horizon, et connaissant mes patrons, ils étaient toujours sur place en avance. Alors je posai le pied par terre, à trois mètres à peine devant la jeune femme. Descendant de ma moto, j'enlevai mon casque, le posant sur le siège, et je m'avançai vers mon rendez-vous, affichant un large sourire tout en enlevant mes gants. Durant les quelques secondes que je mis à rejoindre la jeune femme, je n'arrivai pas à détacher mes yeux de tout son corps. Travaillait-elle vraiment pour la mafia ? Dans une tenue pareille ? Je comprenais très bien l'avantage qu'elle offrait à ce genre d'organisations. Qui penserait que c'est une criminelle ? Certainement très peu de monde. Voire personne.
Juste en face de la jeune femme, je penchai légèrement la tête sur le côté pour mieux examiner l'envoyée de la mafia. Puis je regardai ma moto, l'espace d'un instant, avant de commencer la moindre conversation. Je parlai donc ensuite en pointant mon bolide de la main.

" Buongiorno ! Dites-moi, elle vous plait ? C'est votre patron qui me l'a payé. Enfin, pour être plus précis il m'a payé moi qui me la suis acheté. D'ailleurs, en parlant d'argent, il me semble que vous avez quelque chose pour moi. "

Souriant toujours plus, l'air à la fois charmeur et innocent, je me disais que cette journée allait sans doute être excellente. Après tout, j'allais être suffisamment payé pour ne pas avoir à travailler pendant un ou deux mois. Je menai toujours la belle vie après un contrat pour la mafia. Des voyages, des costumes sur mesure, ce genre de choses. Rares étaient ceux qui payaient autant et toujours aussi honnêtement. C'était sans aucun doute ce que j'appréciai le plus chez cette organisation. Enfin, ça et le fait qu'ils avaient assez confiance en moi pour ne pas vérifier que je travaillai contre eux à l'occasion. Du moins l'espérai-je...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Mer 16 Avr - 12:28

J'ai mit deux ** à côté du nom, parce que j'étais pas sûr qu'il leur ai donné leur vrai nom, alors tu me diras et je changerais :33



Kendall & Connor ❧ Tell me,would you kill to save a life ?


*Au bout d'un moment, un bruit de moteur parvint aux oreilles de l'Alestra. Et quelques secondes plus tard, une moto déboula dans son champ de vision.  Les choses sérieuses allaient enfin commencer, et elle avait hâte que cela se termine. Elle l'observa descendre, et la regarder comme si elle venait d'une autre planète. Oui, c'était souvent le cas quand ils se rendaient compte que c'était elle, qui allait les exécuter.
Sans la moindre expression sur son visage, elle l'écoute déballer sa vie. Un léger sourire sarcastique se dessina sur ses lèvres. Elle inclina la tête pour voir la moto qui se trouvait derrière lui avant de revenir à lui. *

"J'ai toujours pensé que les mecs qui s'offraient ce genre de moto avaient un complexe à un certain niveau ..."


*Sans se départir de son sourire, elle croisa les bras sur sa poitrine et s'approcha un peu plus de l'homme. Elle n'avait pas envie de passer par quatre chemins et taper la discute avec lui, elle avait un travail à exécuter, et elle allait le faire.*

"Concernant l'argent, Mr Hartwell il va y avoir un petit problème."

*La jeune femme s'approcha de la moto, posa un doigt dessus et le fit glisser le long de la selle, laissant le temps à l'homme de digérer le fait qu'il ne verrait jamais le reste de son dû. *

"Ma question va être très simple. Avez-vous travaillez pour le compte d'un de nos ennemis pour tenter de faire abattre un des nôtres ?"

*L'Alestra releva la tête et fixa le jeune homme. Elle n'avait pas tellement envie de rire, celui qui avait faillit se faire tuer ne faisait pas partie de sa famille et elle ne l'aimait pas particulièrement, mais tout de même, ils faisaient partit du même clan. Elle finit par s'éloigner et retourna se positionner face au jeune homme, là où elle était quelques instants plus tôt.*

"En vérité, il n'y a pas besoin d'une réponse. Nous savons que vous avez bossé pour le compte d'un de nos ennemis, et cela, pendant que vous travailliez pour nous en même temps. Vous comprendrez qu'on ne peut pas tolérer d'avoir un être autant volage si près de nous."


*Un sourire désolée naquit sur son visage. Il était plutôt bel homme, et ça lui faisait de la peine de tuer un si charmant visage. Mais les règles étaient les règles. Et il aurait dû savoir qu'à force de jouer avec le feu, il finirait pas se brûler. C'était sûrement mieux pour lui que ce soit elle qui l’exécute, plutôt qu'un autre gang, ou une autre mafia ne lui tombe dessus.
Elle passa sa main droite derrière son dos et sortit son arme avant de la pointer sur lui. Elle désenclencha la sécurité, pour lui signifier qu'elle ne rigolait pas, et que c'était la fin. Le bras tendu, elle regarda par dessus son viseur.*

"Un dernier mot ?"

*En plus de ça, elle lui offrait une chance de dire ses derniers voeux. Elle se trouvait plutôt sympathique, comme bourreau.*


©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Sam 26 Avr - 6:46


Tell me, would you


kill to save a life ?

Kendall & Connor

J'écoutai attentivement la jeune femme qui, regardant derrière moi, détaillait ma moto dans ses moindres détails. Tout en y allant de son petit commentaire, qui semblait déjà annoncer la couleur de la conversation. Je ne réagis que par un petit rire étouffé, laissant couler. Après tout, je n'étais pas venu pour parler ni de mécanique, ni de ce que je peux bien avoir dans le pantalon. Alors j'attendais, toujours paisiblement, que mon sac de billets verts soit déposé à mes pieds. Seulement, avant ça, je devais supporter toute la mise en scène du contact envoyé par la mafia, qui, d'une part avait l'air d'apprécier la situation, et d'autre part m'annonçait en douceur que je pouvais toujours courir pour être payé. Et dire que je les prenais pour d'honnêtes gens ! Enfin, en un certain sens, évidemment. Parce que ce qu'ils faisaient la plupart du temps n'avait rien d'honnête. Je ne fouillai pas dans leurs placards, loin de là, mais quand je voyais le résultat de certains de mes contrats pour eux, je me doutais bien que les gens qu'ils me demandaient de suivre à la trace n'allaient pas juste recevoir un sermon. Tout comme moi en cet instant.
En effet, la jeune femme, s'éloignant de moi, pour se diriger vers ma moto, me posa une question. Une simple question qui me glaça le sang. Mon sourire s'effaça à son tour de mon visage, tandis que je restai immobile, attendant de voir la suite. Après tout, l'envoyée de la mafia allait sans aucun doute m'expliquer certaines choses à ce sujet. Sachant ce que eux savaient, j'avais une chance de rebondir. Enfin, peut-être une chance. J'imagine. Alors encore une fois, je laissai couler, patientant calmement que la séduisante mafieuse revienne se caler devant moi. C'est là qu'elle m'expliqua les choses. Et à vrai dire, elle n'était pas si loin de la vérité. Cependant, d'une elle ne devait avoir eu que des photos, si elle n'avait pas daigné chercher mon vrai nom, étant donné que j'en utilise un différent pour chaque client, et de deux elle ne devait pas avoir pris connaissance des dates, si elle pensait que je faisais ça en même temps que mon boulot pour la mafia. Enfin, à mon avis elle s'en foutait. Et ce qui me faisait dire ça n'était autre que le flingue qui se retrouva pointé sur mon crâne à peine quelques secondes plus tard. Mais pourquoi toutes les jolies filles de cette ville veulent me faire la peau !?

La jeune femme me demanda mes dernières paroles. Tout ça faisait très film de gangsters. Mais mon cœur battant à toute allure me disait bien que c'était pour de vrai. Malheureusement. Alors, réfléchissant, je veillai à bien choisir mes mots. S'ils devaient être les derniers, autant qu'ils soient profonds. Ou bien je pouvais m'arranger pour qu'elle baisse cette arme. Oui. C'était une excellente initiative. Par contre, comment faire, je n'en avais pas la moindre idée. Du moins pour le moment. J'essayai donc de fixer les yeux de la mafieuse, et non pas son flingue pointé sur moi. Lui, je faisais tout oublier qu'il était là. Filtrant son image pour qu'il n'arrive jamais à mon cerveau. Non, cette femme ne tenait pas d'arme à feu. Elle me tendait les bras. Voilà ce qu'elle faisait. Ou tout du moins je m'en persuadai tant bien que mal. Car sinon, j'aurais de nouveau paniqué. De nouveau pensé à une certaine soirée qui avait très mal tourné. Je ne commettrai pas la même erreur. Pas deux fois. C'était hors de question. Je fis donc un pas vers mon bourreau, hésitant. Puis un deuxième pas, plus fluide. Et ainsi de suite jusqu'à poser mon front sur le bout du revolver de la jeune mafieuse.
Fixant la femme droit dans les yeux, je souriais légèrement. Levant doucement ma main gauche, j'appuyai délicatement mon index sur le côté de l'arme. J'y mis petit à petit les autres doigts, doucement, avant de baisser l'arme vers la gauche, de sorte que mon bourreau se retrouvait avec le bras relâché, le long du corps. Glissant ma main du flingue vers son poignet, je me rapprochai à quelques centimètres de son visage, tentant de rester impassible. Du moment qu'elle n'entendait pas mon cœur battre à cent à l'heure, tout devrait bien se passer. Normalement. Je pris donc la parole, d'une voix presque amusée par la situation. L'air toujours légèrement charmeur, souriant en dévoilant mes dents, espérant calmer un peu les ardeurs de la jeune femme.

" Discutons de tout ceci comme deux personnes civilisées, vous voulez bien ? Premièrement, je ne travaille jamais sur deux contrats en même temps. Deuxièmement, je ne fais que ce qu'on me demande, sans m'inquiéter des conséquences de mon travail sur les autres. Troisièmement, si vous faites une enquête sur moi, alors voyez ce que j'ai pu découvrir sur vous comme ma propre investigation concernant votre organisation. Histoire que je sache un minimum qui sont mes patrons. Et enfin, quatrièmement, au sujet de ma moto, disons simplement que je dois être l'exception qui confirme la règle. Quitte à inspecter les moindres détails de ma vie, vérifiez aussi cette info par vous-même si ça vous tente. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Jeu 22 Mai - 17:36


Kendall & Connor-Tell me, would you kill to save a life ?


*La jeune femme haussa un sourcil lorsque l'homme en face d'elle s'avança. Etait-il réellement suicidaire ? Elle ne lui avait pas demandé de s'approcher ou quoi que ce soit, simplement ses dernières paroles. Peut-être avait-elle été trop gentille encore une fois, et aurait du simplement tirer une fois qu'il était descendu de sa moto ... Mais voilà, malgré le fait que ce ne soit pas la première fois qu'on lui confie ce genre de mission, elle avait du mal à juste appuyer sur la gâchette comme ça. Totalement décontenancée, elle le laissa faire lorsqu'il lui abaissa le bras, et l'arme, par la même occasion.

Elle l'écouta, impassible. Essayait-il de faire du charme ? Pour qui il la prenait ? Une fille facile rentrée dans la mafia et ne sachant pas comment s'y prendre avec les hommes ? S'il croyait qu'elle allait simplement lâché l'affaire pour ses beaux yeux et son sourire charmeur, il se foutait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Un soupire franchit les lèvres de l'Alestra, et elle embraya d'un air las, la conversation.*

"A vrai dire, que vous travailliez pour plusieurs personnes en même temps n'est pas un problème en soit, hormis lorsqu'il s'agit de fournir des informations concernant notre camp. Quand à votre travail, vous auriez dû être plus prudent, si ce n'est pas la MIA qui vous a, ce sera l'autre côté. Vous voyez, il faut savoir être ... sélectif, et surtout, discret."

*L'italienne fit un pas en arrière, de manière à creuser un fossé entre lui et elle. La proximité avec les autres n'a jamais été un point fort de la brunette, sauf s'il s'agit de clients à sa librairie, mais c'était tout autre chose.*

"Nous n'avons pas enquêté sur vous pour la bonne raison que cela ne nous intéresse pas. Par expérience, je dirais que Hartwell n'est pas votre vrai nom. Que vous vous appeliez Pierre, Paul ou Jacques, on s'en contre-fou, tant que vous faîtes votre part du boulot. Non, le problème c'est que vous ayez osé nous vendre, alors que le marché n'était pas totalement conclu."

*Soupirant, l'italienne haussa les épaules. Elle n'y pouvait rien, c'était les règles du jeu. Los Angeles est une ville sauvage, encore plus lorsqu'on fait partit du côté sombre de la ville. Devant son invitation, Kendall roula des yeux. Les mecs, tous les mêmes. Ils pensent qu'à faire des avances, les femmes vont céder facilement. Non, ça ne se passait pas comme ça, pas chez elle.*

"Ce que vous avez dans votre pantalon m'intéresse guère. Si vous avez besoin de vous envoyez en l'air, ne comptait pas sur moi pour vous faire ce plaisir."

*Son regard balaya les environs. A cette heure-ci, elle était sûre d'être tranquille pour accomplir sa mission. D'autant plus que personne n'osait s'aventurer par ici, de peur de tomber sur des gangs ou ce genre de scène, justement.*

"Les patrons qui vous ont employé vous avait confiance en vous, vous les avait trahit. A quoi vous attendiez vous en vendant des informations concernant une mafia ? Italienne, d'autant plus. Vous auriez dû vous renseigner et savoir qu'ils prennent très mal ce genre de trahison."

*Elle le savait par expérience. Elle avait tenté de refuser d'entrer dans l'organisation. Malheureusement, ils avaient des méthodes très persuasives et pas toujours très pédagogique ...*

©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Mer 28 Mai - 12:31


Tell me, would you


kill to save a life ?

Kendall & Connor

Il faut admettre que cette fille avait du culot. Enfin, certainement moins que moi, dans la mesure où je la provoquai malgré l'arme qu'elle avait dans les mains. Mais néanmoins une certaine capacité à la provocation. En effet, la jeune mafieuse se permettait de critiquer mon travail, tout autant que ma discrétion. Bon, certes j'avais pris certaines mauvaises habitudes à force d'être dans ce métier. Notamment une légère tendance à avoir trop confiance en moi. Ce qui, en ce moment, commençait à me retomber dessus. Assez violemment, je dois dire. Mais là n'était pas la question. J'avais d'autres chats à fouetter. Des affaires plus urgentes sur le feu. Des questions qui attendaient des réponses. Tout comme cette jeune fille qui recula d'un grand pas avant de continuer son discours. Parce qu'elle était loin d'avoir fini de me raconter sa vie...

Croisant les bras, j'écoutai ce que mon bourreau avait encore à me dire. Comme quoi je me trompai. Que je n'aurais jamais dû trahir la mafia, et ce genre de choses. En fait, au départ, j'étais bien content qu'elle me parle. Parce que comme ça, au moins, je gagnai du temps. Mais plus ledit temps passait, et plus j'avais juste envie de partir, comme ça, en la laissant en plan. C'était certainement ce que je devais faire pour garder la vie sauve, sauf que plus elle parlait, et plus je voulais en placer une. Lui répondre. Lui dire tout ce que je pensais de toute cette histoire. Et je ne savais même pas pourquoi. Sans doute pour continuer de gagner du temps. Même si, à vrai dire, discuter encore et encore commençait à m'ennuyer. À force de me sortir de situations délicates grâce à ça, je commençai à tourner en rond, niveau excuses bidons. Alors, lorsque la mafieuse en eut fini, je me fis un plaisir de prendre à mon tour la parole, glissant mes mains dans mes poches tout en me balançant légèrement d'avant en arrière sur mes talons et mes pointes de pieds.

" Waw, un malfrat qui utilise un faux nom ! Quelle révélation ! Quelle découverte ! Et toutes ces histoires de trahisons... Je ne suis pas marié avec vous, si ? Je pense que vous ne saisissez pas bien la chose, en fait. Vous voyez, je travaille contre vous, c'est un fait. Mais c'est le marché qui est comme ça. Pourquoi vous n'achetez pas les informations que j'ai sur vos ennemis ? Faites donc un peu comme moi, et profitez de la situation ! Et, pour avoir moi-même mes propres règles de morale, je vous conseillerais de changer les vôtres. Elles datent de quand ? Des années trente ? Les choses ont changé, ma belle. Il faut suivre, ou on se fait doubler. Alors... on pourrait peut-être retravailler ensemble ? Maintenant. Et tout ce que je demande, c'est d'être payé ce que j'aurais dû pour mon contrat précédent, que vous et vos patrons ne semblez pas avoir vraiment apprécié... "

Stoppant mon mouvement de balancier, je retirai mes mains de mes poches, les posant sur mes hanches. J'attendais une réponse de la part de mon interlocutrice. Qu'elle soit positive ou négative. Je ne voulais juste pas qu'elle lève à nouveau son flingue sur moi. Parce que si c'était le cas, j'étais persuadé que cette fois, elle n'hésiterait pas une seule seconde à tirer. Ce qui signerait à coup sûr mon arrêt de mort. Encore plus dans la position dans laquelle j'étais. Mettant bien mon torse en avant. Avec mon cœur qui battait à tout rompre.
Je tentai de ne pas respirer trop vite. De me calmer. Cette fois, j'avais une chance sur deux de réussir à partir de cet endroit en vie. Et mon ton condescendant, lors de mes dernières paroles, n'était pas là pour faire tourner les choses en ma faveur. Malgré tout, je gardai espoir, déjà prêt à bondir sur le côté pour éviter la balle, ou tout du moins, me la prendre autre part que dans un organe vital...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Sam 31 Mai - 10:05


Kendall & Connor-Tell me, would you kill to save a life ?


*Si c'était comme ça qu'il comptait s'en sortir, il employait une très mauvaise technique. Critiquer la mafia dans la position dans laquelle il se trouvait c'était ... culotté. Même si évidement, cela n'arrangeait pas du tout son cas aux yeux de l'italienne. Pendant son petit speech, elle prit le temps de consulter son portable pour connaitre l'heure. Déjà dix minutes qu'ils tapaient causette. Il était bien gentil et charmant, mais l'Alestra avait d'autres chats à fouetter, notamment sa librairie. Elle avait un inventaire qui l'attendait, et a vrai dire, cette perspective l'enchantait beaucoup plus que de devoir achever un homme.*

"Écoutez, Monsieur Hartwell ou qui que vous soyez, j'en ai rien à foutre que vous travailliez pour plusieurs personnes, y comprit des gens qui en veulent à la MIA. Sincèrement, cette histoire me fait vraiment chier et croyez moi, j'ai vraiment essayer de refiler ce job à quelqu'un d'autre. Bon, je vous en veux un peu quand même parce que vous avez failli faire tuer quelqu'un que mon clan, mais entre nous j'aurais pas fondu en larmes telles une veuve éplorée."

*Elle soupira d'un air las, fit bouger le pistolet qu'elle tenait toujours dans sa main et l'observa.*

"Honnêtement si j'étais à vôtre place, je ferais certainement la même chose. Peut-être de manière plus discrète. Mais les règles de morales ne changent pas comme ça. Vous savez, c'est comme une marque, inscrite au fer rouge sur votre peau. Vous êtes à votre propre compte, vous êtes libres. Quand vous faîtes partie d'une organisation, c'est totalement différent. Je pourrais vous donner cet argent mais je devrais vous tuer juste après. A quoi bon ?"

*Haussant les épaules, elle lui fit un sourire désolé et pointa son arme sur lui. Elle enleva de nouveau la sécurité mais au dernière moment, au moment ou son doigt poussa sur la gâchette, elle abaissa rapidement le flingue en direction de sa moto, et plus précisément une de ses roues. La balle érafla la caoutchouc et fit exploser la roue. Son regard se posa une nouvelle fois sur l'homme devant elle, mais ne pointa pas l'arme sur lui. Elle abaissa légèrement le bras.*

"Je vais réitérer ma question, une dernière volonté ?"

*A vrai dire, elle n'avait pas prévu de tirer sur la moto, mais peut-être cela lui ferait-il prendre conscience qu'il n'allait pas s'en sortir comme ça, et que l'italienne n'était pas une faible chose qui ne serait pas capable de l’exécuter. Non pas qu'elle en avait spécialement envie mais c'était soit elle, soit lui. Le choix était vite fait.*

©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Mar 1 Juil - 12:11


Tell me, would you


kill to save a life ?

Kendall & Connor

Tic. Tac. Tic. Tac. Chaque seconde qui passait était une de plus que je vivais, et une de moins avant, à n'en pas douter, mon imminent décès. Cette femme en avait marre. Marre de cette situation. Marre, visiblement, de ses patrons. Marre de m'entendre parler. Et, par dessus tout, marre de perdre son temps. Comme je la comprenais, sur ce point ! Dans la mesure où j'avais prévu de prendre le reste de la journée pour moi. Il suffisait juste que je passe chercher la deuxième partie de ma rémunération, puis que je retourne à ma petite vie tranquille. Mais au lieu de ça, je me retrouvai à discuter avec une femme qui, aussi belle fut-elle, pointait un flingue sur moi. Encore. J'avais vraiment l'impression que l'on s'acharnait contre moi. Cependant, dans ce moment délicat, là n'était pas la question. En réalité, tout le problème résidait dans la stratégie que j'allais mettre en œuvre pour m'en sortir. Quelle stratégie, au juste ? Justement, c'est là que ça coince...

Je souriais légèrement à la remarque de la jeune mafieuse. Elle aurait fait comme moi. Fantastique ! Eh bien moi j'aurais fait comme elle ! Enfin, non. J'aurais été bien plus subtil. Bien que certains diront que j'aurais été bien plus lâche. Quoi qu'il en soit, je croisai de nouveau les bras, écoutant mon bourreau. Elle ne semblait pas prête à me laisser tranquille. Même si, selon ses propres dires, ça ne lui faisait pas vraiment plaisir d'être là. Et encore moins pour faire le sale boulot. En tous cas, une chose était certaine, elle adorait pointer des armes à tout va, et sur tout le monde. Parce que son bras qui se leva de nouveau me fit légèrement rester bouche bée devant la mafieuse. Mais heureusement, tous mes muscles se bandèrent soudain à l'unisson. Et lorsque le coup partit enfin, je fis un bond sur le côté, m'écartant le plus possible de la trajectoire de la balle. Mes yeux se fermèrent, et mes mains se levèrent pour protéger mon visage...

Je n'étais pas mort. Comment je pouvais bien le savoir ? Tout simplement parce que j'avais entendu la détonation de l'arme de la jeune femme. Or, à la distance à laquelle elle se trouvait par rapport à moi, j'aurais été par terre, baignant dans mon propre sang, avant même de savoir que l'on venait tout juste de me tirer dessus, mettant ainsi fin à mes jours. Rouvrant donc les yeux, légèrement tremblant, je jetai un coup d’œil à ma moto, dont l'un des pneus venait d'éclater. Et dire que ça aurait très bien pu être moi, à sa place... J'en étais encore tout retourné. Mais mes yeux revinrent rapidement sur mon bourreau, alors que le flingue revenait dans ma direction, et qu'à nouveau mes dernières volontés m'étaient demandées. En fait, en y regardant de plus près, le canon ne pointait pas sur moi. Je devais commencer à devenir fou, pour m'imaginer ce genre de choses. Ou alors j'avais vraiment peur...

" Ma... Ma dernière volonté ? Eh bien... "

Levant un peu les mains en l'air, je fixai la jeune femme. Je n'arrivai pas à réfléchir. À aligner la moindre pensée cohérente dans un raisonnement logique. Et pourtant je m'y forçai. Je me concentrai sur cette tache, et uniquement elle. À la fin, j'en oubliai même ce que je cherchai à faire. Mais l'image du flingue dirigé vers mon crâne me revint alors en mémoire. Bien qu'elle ne fût pas réellement efficace pour me faire trouver une idée intelligente. Une idée, j'en avais en effet une. Intelligente... pas tellement. Alors je la gardai pour moi, tout en continuant de faire marcher mes méninges à vitesse grand V. Mais malheureusement pour moi, l'urgence de la situation me poussa à agir de la façon la plus stupide qui soit, laissant ainsi s'échapper des dernières paroles d'anthologie qui, à coup sûr, resteront gravées dans les annales ! Le tout avec le ton naïf de celui qui y croit. À ce point là, j'en étais à avoir envie de me la coller moi-même dans la tête, cette balle...

" ... Laissez-moi la vie sauve. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Dim 19 Oct - 7:51


Kendall & Connor ❧ Tell me, would you kill to save a life ?


*Ça, l'italienne ne l'avait pas prévu. Elle s'attendait à peu près à toutes les réactions possibles et inimaginable, mais certainement pas une réponse comme celle là. Il aurait pu se mettre à genoux et lui baiser les pieds, faire une crise de larme, rire gras et tourner le dos, l'insulter, la frapper .. Bref, des réactions typiques d'un citoyen lambda devant une situation pareille. Or, lui, il se contentait d'une réponse logique, et intelligente. Et ça, ça déconcerta la brune. Tellement, qu'elle finit par baisser son arme, qu'elle pointait encore sur lui.

Elle commença par hausser un sourcil, puis par ouvrir la bouche, comme si elle voulait dire quelque chose. Mais rien ne sortit et elle la referma aussitôt. Tout aurait pu être tellement plus simple s'il s'était contenté de s'écraser, ou de s'enfuir. Elle aurait tiré sans aucun remord. Quoique s'il eut été de dos, Kendall n'aurait pas tirer. C'était un point d'honneur qu'elle s'était fixé. Non, elle se serait contenté de prendre sa voiture, de le poursuivre et puis de le renverser gentiment, ni vu ni connu.
A la place, l'italienne se retrouvait là, devant lui, ne sachant quoi dire.
Dans les films, la victime se met à genoux, supplie un peu et puis finit par accepter son sort et demande simplement qu'on aille dire à sa femme et ses enfants qu'ils les aime. Pas de bol pour elle, au cinéma, jamais ce genre de réaction arrive.*

"Vous ... Vous avez un sacré culot quand même. Je viens vous dire que je dois vous tuer, et là, vous me demandez en guise de dernière volonté de vous laissez la vie sauve."

*Les mains sur les hanches, elle fixa l'homme d'un oeil consterné. Oui, elle lui en voulait, parce qu'il la mettait dans le doute. Une dernière volonté était une dernière volonté, et généralement, le bourreau, dans sa grande bonté, la réalisait, histoire de se dédouaner de lui avoir ôté la vie. Si elle le tuait, certes, ça ne changerait rien, personne ne saurait ces derniers mots, sauf elle. Dans l'autre cas, elle allait passer pour une faible jeune femme enrôlait de force dans la mafia. Même si une partie de cette phrase demeurait vraie, le début l'était moins. Et puis, c'était aussi une question d'honneur. Comment la MIA allait-elle paraître si l'histoire s'ébruitait ?*

"Soit vous êtes suicidaire, soit inconscient."

*Dans les deux cas, il devait avoir un sérieux problème psychologique. Ou alors ... Ou alors il tenait vraiment à la vie, quitte à faire n'importe quoi. Même si la situation embarrassait quelque peu l'Alestra, cela devenait amusant. Mais elle ne l'aurait dit à voix haute pour rien au monde. La brunette finit par croiser les bras sur sa poitrine, et fit mine de réfléchir.*

"Partons de cette hypothèse, qui est que je respecte votre dernière volonté. Qu'est-ce que ça m'apporte ?"

*Parce qu'après tout, les problèmes, c'est elle qui allait les avoir. Lui, il allait reprendre sa petite vie banale d'Hors-la-loi à la botte des autres. Et si ce n'était pas elle qui le tuait, il y avait fort à parier que quelqu'un d'autre allait lui retomber dessus.*

©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Dim 26 Oct - 7:17


Tell me, would you


kill to save a life ?

Kendall & Connor

Je dû faire preuve d'une retenue incroyable pour ne pas ouvrir de grands yeux ronds quand la jeune Italienne baissa son arme. Comme quoi raconter n'importe quoi peut aussi fonctionner... Mais il ne fallait pas que je me repose sur mes lauriers. J'étais encore et toujours en sursis, et mon bourreau l'avait bien compris. Et ce malgré sa surprise. Malgré tout, un léger sourire apparut sur mon visage. Sourire que je ne pus empêcher de laisser s'élargir au fur et à mesure que mon espérance de vie s'allongeait. Mais en même temps, mon cœur ne cessait de battre à toute vitesse. Mes tempes allaient exploser. Et pas à cause d'une balle, mais plutôt de la pression de mon sang... Je gardai donc les mains en l'air, histoire d'essayer de ne pas trop faire avancer les choses. Je devais y aller pas à pas. Une seule erreur, et tout allait être terminé. Définitivement, cette fois-ci.

Suicidaire ou inconscient ? Excellente question. Désespéré serait plus adéquat. Mais je n'étais pas en position de force. Loin de là, même. Alors autant me la fermer jusqu'à ce que l'on m'autorise à parler. Je pouvais bien supporter ça, non ? Une petite concession de temps en temps ne fait pas de mal. En particulier quant elle permet de rester en vie. Quoi qu'il en soit, la jeune mafieuse commençait à douter. Bon point pour moi. Certes, je n'allais pas repartir d'ici en dansant après m'être fait une nouvelle amie. Mais au moins j'avais une chance supplémentaire de pouvoir fuir. Je pris donc le temps de bien réfléchir à ma prochaine réponse. Tout en écoutant mon intuition. C'est vrai. Qu'est-ce que ma raison m'avait apportée, jusque là ? La promesse d'une balle entre les deux yeux. Ma stupidité, quant à elle, me gardait visiblement en vie... En conclusion, on peut supposer que la sélection naturelle favorise les simples d'esprit...

" Vous avouerez que ma demande était tout de même légitime ? Mais passons à autre chose. En admettant que vous acceptiez, eh bien pour commencer, vous aurez un mort de moins sur la conscience. Un cadavre de moins à planquer. Un allié de plus. Qu'avez-vous à faire d'un allié qui vous trahi, me direz-vous ? Laissez-moi vous répondre. "

Petite pause dans ma prise de parole. Autant pour moi que pour mon auditrice. Je respirai profondément, tout en commençant à baisser les mains dans un geste d'arcs de cercles. Il fallait à tout prix éviter les malentendus. Tout comme les mouvements brusques. Je regardai un peu partout autour de moi. J'essayais de trouver une échappatoire. Un plan B. J'avais déjà épuisé toutes mes portes de sorties, et là, j'étais vraiment dans mes retranchements. J'aurais pu sortir mon arme, oui. Cependant, est-ce que j'aurais été plus rapide que mon bourreau ? C'était une question à laquelle je devais répondre avant de faire quoi que ce soit. Mais mes possibilités étaient limitées. Mon moyen le plus rapide de fuir, à présent, était de voler la voiture de la mafieuse. Ce qui allait m'obliger à frapper la jeune femme. Chose que je détesterais faire. Alors posant de nouveau mes yeux sur le visage angélique posté à quelques mètres de moi, je continuai.

" Vous aurez toutes mes infos. Mais pas mes sources. Et je ferai partie de votre... organisation. Par conséquent, l'ensemble de mes contrats sera dédié à l'établissement de votre contrôle total sur cette ville. Du Nord au Sud. De l'Est à l'Ouest. Et vous me paierez selon votre bon vouloir. "

Je souriais toujours. Mais plus comme un stupide bienheureux. Plutôt comme un homme d'affaire, charmeur et sûr de lui. Je sentais au fond de moi que je revenais dans la course. J'oubliai l'argent manquant de ma paye. Rejoindre un gang n'avait jamais fait partie de mes projets. Mais face à ce que je traversai en ce moment, peut-être était-ce une bonne solution pour rester en vie ? Le monde ne cesse d'évoluer. Il faut s'adapter.

" Le monde ne cesse d'évoluer, vous savez ? Il faut s'adapter. Et le plus vite sera le mieux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Sam 20 Déc - 17:45


Kendall & Connor ❧ Tell me, would you kill to save a life ?


*L'italienne pencha légèrement la tête sur le côté, signifiant qu'elle était prête à entendre ses arguments. Non pas qu'elle allait accepter sa proposition, cela représenterait trop de risque pour elle. Mais peut-être le laissa t-elle parler parce qu'il l'amusait. Et c'était sûrement réciproque. Kendall croisa les bras sur sa poitrine, haussant un sourcil devant le toupet du garçon. Comment pouvait-il penser qu'elle allait lui faire confiance ? Après tout, c'était parce qu'il jouait trop de double-jeu qu'ils étaient tout les deux là. Et d'un coup, il se rangerait uniquement du côté de la MIA ? L'Alestra trouvait cela un peu gros, mais pour sauver sa peau, il semblait être près à beaucoup de chose, ce qui n'était pas sans déplaire à la demoiselle. D'autant plus qu'il venait de lui dire qu'il souhaitait intégrer la mafia ...*

"Vous m'en voyez ravie, Monsieur ... Peut importe votre nom. Vous devez savoir qu'intégrer une organisation de ce genre ne se limite pas à un simple bout de papier signé et à des paroles. Sachez aussi que vous ne pouvez pas la quitter quand vous avez marre, et que vous voulez voir d'autres horizon. Vous serez sous contrôle permanent, certainement suivit vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, vous n'aurez aucun répit, et certainement, on vous donnera les tâches les plus ingrates qui soient ... "

*Le ton qu'elle avait employé tout au long de son petit discours était sarcastique. Il devait certainement le savoir, mais peut avait-il besoin de l'entendre pour se rendre compte lui même de la bêtise de ses mots.*

"Des gens comme vous, prêts à fournir des informations à la MIA, il y en a des dizaines chaque jours qui viennent lécher les pieds du boss. Généralement, soit ils font bien leur boulot et ils sont récompensés, soit ... ils finissent sous terre. Peut-être même qu'il y en a un sous vos pieds."

*Elle avait dit ça sans vraiment savoir si c'était la vérité, mais ce n'était pas impossible. Peut-être paniquerait-il. Ce qui serait assez amusant à voir pour la jeune italienne. Mais toute cette conversation finit par la lasser. La seule chose qu'elle avait envie de faire, c'était de rentrer chez elle, ou à sa librairie. Dans un endroit ou elle n'avait pas à endosser ce rôle de la personne qui tient l'arme du bon côté.*

"Le monde change et évolue, mais ce sont toujours les mêmes personnes qui le dirige, et les mêmes choses qui le font tourner. Vous dîtes qu'il faut s'adapter ... Mais en ce moment, c'est vous qui devez vous adapter pour sauver votre peau. Au final, votre 'deal', il n'arrange uniquement que vous ... Nous, à part faire rentrer dans nos rangs un ancien "double agent", si je puis vous appeler comme ça, on y gagne pas franchement grand chose ...
Et si je vous sauve la peau, il va falloir trouver une bien meilleure raison, parce qu'à ce moment là, je joue ma vie également. Et la risquer pour quelqu'un comme vous, ça ne me tente absolument pas. "




©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Lun 29 Déc - 6:05


Tell me, would you


kill to save a life ?

Kendall & Connor

Tout se passait pour le mieux. Je gagnais du temps. Je n'étais certes pas encore sauvé, mais apparemment la belle italienne avait plus envie de taper la discute avec moi plutôt que de me mettre du plomb dans la tête. Et en un certain sens, ce n'était pas pour me déplaire. J'avais été stupide. Cette bêtise m'avait sauvé. Cependant, dès lors que j'avais abattu ma dernière carte, il ne restait plus aucune protection entre le flingue et moi. J'étais à nu devant la jeune femme. Et j'aurais largement préféré que ce fût de façon littérale. Il faut dire ce qui est. Petite mine innocente. Tenue sexy... La mafia d'aujourd'hui n'avait plus rien à voir avec celle d'hier. Ce qui était bien heureux pour moi. Avant, j'aurais déjà été six pieds sous terre, une balle dans la nuque, après avoir contemplé une dernière fois Los Angeles, à genoux aux pieds du panneau géant Hollywood.

Je commençai à sourire à la réponse de mon bourreau. J'étais satisfait. Mais bien rapidement, mon rictus s'effaça au moment où je saisis le sarcasme dans la voix de l'Italienne. Je me retins de déglutir, reprenant peur. Mon cœur se remit à battre un peu plus vite. Malgré tout je restai calme à l'extérieur. Un calme froid. Silencieux. Je ne bougeai pas d'un pouce. Je tâchai seulement de réfléchir à ce que je pourrai bien dire par la suite. Dire ou faire, d'ailleurs. Après tout, je porte toujours une arme sur moi. D'un geste vif je serais en mesure d'attraper mon revolver, de le pointer sur ma geôlière, et, à défaut de la tuer, la blesser suffisamment pour prendre la fuite. Comment, d'ailleurs ? Ma moto n'avait plus qu'une roue. Si j'allais jusqu'au bout de ce plan, il aurait fallut que je vole la voiture de cette femme. Donc je devais lui tirer une balle au bon endroit, histoire de lui faire passer l'envie d'en faire autant avec moi.

Soupirant un peu, je continuai d'écouter le point de vue de la mafieuse en ce qui concernait mon idée. Ma proposition. Sans doute ma dernière chance de régler cette affaire pacifiquement. Il était vrai que j'étais, dans ma situation, prêt à me vendre corps et âme dans le seul et unique but de garder la vie sauve. Mais avais-je tort de réagir ainsi ? Elle en aurait sans doute fait de même, malgré cette espèce de fierté qui se dégageait d'elle, propre aux membres des mafias, peu importe leur nationalité. Et pour avoir travaillé avec et contre ces organisations, j'étais bien placé pour en savoir beaucoup sur le fonctionnement de ce sentiment d'appartenance que je n'avais jamais fait que simuler. Quoi qu'il en fût, j'attendis un moment avant d'oser répondre à la jeune femme. Mon ton était beaucoup plus assuré. Presque provocateur, à vrai dire. Bien malgré moi, soit dit en passant.

" Vous ne voulez pas que je vous rejoigne, mais vous ne voulez visiblement pas me tuer ! Vous cherchez à me faire peur uniquement pour vous rassurer vous, on dirait ! Enfin bref. Passons. Ce que l'on peut faire, c'est que vous me laissez partir. Soit je deviens un de vos contacts, soit je fais en sorte que vous n'entendiez plus jamais parler de moi. Quant à vos patrons... "

Soudain je me rappelai qu'elle avait en effet quelqu'un au-dessus d'elle qui avait pris la décision de m'abattre. Cependant, je n'avais pas eu le temps de me demander ce que l'Italienne pourrait bien aller lui, ou leur, raconter. Sans doute parce que, jusque là, cela m'importait peu. Je fis donc en sorte que mon silence un peu trop brusque passe pour une sorte de... de suspense. Intense ? Je n'en ai pas la moindre idée. Tout ce qui comptait était que mon bourreau soit pendu à mes lèvres et s'imagine que j'avais bel et bien pensé à tout avant d'ouvrir ma bouche. Ce qui relevait du miracle, dans ce cas bien précis. Après tout, un peu plus tôt, j'avais joué les héros en pensant pouvoir m'en sortir aussi facilement... Je me secouai donc intérieurement, fixant la mafieuse droit dans les yeux. J'avais mon idée. Peut-être allait-elle enfin me sauver ? Dans le cas contraire, je me verrais obligé de faire usage de ma propre arme à feu. Ce dont je n'avais aucunement l'envie...

" Vous n'aurez qu'à leur dire que vous avez trouvé judicieux de me suivre pour en apprendre plus sur mes méthodes et sur vos ennemis. Faites-le réellement, ou ne le faites pas, mais sachez que si vous me prenez en filature, ce serait agréable, pour une fois, d'être suivi par une si charmante espionne... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   Mar 24 Fév - 7:24


Kendall & Connor ❧ Tell me,would you kill to save a life ?


*Les mots du brun atteignirent l'italienne bien plus que ce qu'elle n'avait pensé. Parce qu'il disait la vérité, certainement. Oui, il était clair qu'elle n'avait pas envie de le tuer, et que leur petite conversation lui servait à retarder l'échéance. La question était, à la fin, en serait-elle capable ? D'appuyer sur la gâchette en le regardant droit dans les yeux ? On l'avait intégré à la MIA parce que c'était sa famille, et pour la protéger aussi. Mais dans ce cas, c'était l'inverse. Et elle ne pouvait pas sortir de cet enfer, non, parce que justement, s'appeler Alestra imposait des responsabilité. Mais ... Mais aujourd'hui, elle avait peut-être devant ses yeux l'occasion parfaite pour montrer qu'elle n'était pas un parfait petit toutou, comme sa cousine Zara. Non, elle allait tirer son épingle du jeu, et profiter de sa position dans les deux cas.

Son bras se rebaissa définitivement, le laissant reposer le long de son corps. Son index se dégagea de la gâchette et elle remit le cran de sûreté en place. Malgré tout, elle garde l'arme à la main, mieux valait se méfier tout de même.*

"Et vous auriez des choses intéressantes à faire découvrir si on vous suivait ?"

*La réponse à cette question importait peu, c'était juste une façade, pour lui montrer que finalement, il avait une véritable chance de sortir. Heureusement pour lui, il était tombé sur elle. De toute façon, s'il ne mourrait pas aujourd'hui, ce serait un autre jour. Si la MIA l'avait repéré, il en serait de même pour d'autres organisations s'il amusait à jouer ce double jeu à tout va.*

"Imaginons que je vous propose un deal. Je vous laisse la vie sauve et vous ... vous travaillez pour moi. Pas pour la MIA. Juste pour moi. Je me débrouille pour faire croire que je vous ai bel et bien tué et puis vous continuez vos petites manigances, de manière discrète bien entendue. En contrepartie vous me donnait des informations sur certains de vos ... clients."

*Kendall tentait d'avoir un ton sûr et un regard assez dur. Elle n'avait pas envie que son nouveau plan tombe à l'eau. Dans quel cas, elle se retrouverait à devoir faire ce qui était initialement prévu. Car prendre le risque de le laisser en vie était celui de faire de la MIA une mafia vulnérable, qui laissait la vie sauve à des traitres.*

"Vous avez intérêt à réfléchir vite à cette proposition, parce qu'elle prend fin dans ... 5 minutes, exactement."

*Pour lui prouver qu'elle était sérieuse, elle resserra l'emprise de sa main autour de l'arme.*

©flawless

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tell me, would you kill to save a life ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me, would you kill to save a life ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» « How to save a life » ▬ Naveen
» Nicotine and alcohol saved my life ❦ Odessa
» La technocratie… ?
» Siggy ϟ be strange will save my life
» Nathanael ✁ save your life.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: South L.A. :: Crenshaw :: Quartier industriel désaffecté-