Partagez | 
 

 Allo maman bobo... ♣ Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Allo maman bobo... ♣ Connor   Mer 26 Mar - 14:04

Le monde nocturne a ce quelque chose d'étrange qui vous angoisse. C'est pour cela que le plus souvent la brunette préfère être, quand la nuit tombe, tranquillement chez elle. Elle s'y sent naturellement plus à l'aise. D'autant plus que la jeune femme n'est pas vraiment à son aise. Elle n'a pas vraiment confiance en l'humanité. Passé un temps elle ne faisait confiance qu'à quelques femmes et à Tristan, exclusivement. Puis elle était venue s'établir à Los Angeles, avait rencontré quelques garçons gentils, comme Scott, avec qui elle prenait plaisir à discuter, qu'elle aimait bien revoir. Il y en avait un surtout, Samuel, qui malgré les sept ans de moins qu'il avait par rapport à elle savait la comprendre. Il s'était démarqué des autres, était devenu son meilleur ami au fil des mois. Tout cela contribuerait tout de même à donner quelque peu confiance à la brunette qui avait souvent peur des choses. Tout cela à cause du traumatisme de l'enfermement, vécut il y a de cela presque onze ans maintenant. Pour sa maladie certes. Mais elle en avait souffert. C'était compliqué. Quoi qu'il en soit maintenant elle osait de plus en plus prendre des risques. Aussi ce soir, il était vingt-deux heure et elle était dans les rues de la ville. Elle cherchait un coin sympathique où entrer, pour faire des rencontres. Et alors qu'elle se décide enfin pour un établissement, elle voit que l'on fou dehors un jeune homme. Un jeune homme qui a l'air... pas dans son assiette en fait. Et c'est ce qui fait que la demoiselle décide finalement de ne pas entrer dans l'établissement, pour s'asseoir sur le trottoir, aux côtés du jeune homme qui vient de se faire jeter. Mais elle ne parle pas. Elle reste seulement là à lui montrer que s'il veut parler, deux oreilles sont là pour l'écouter, l'entendre. Ils ne se connaissent pas mais la demoiselle se sent capable à ne pas le juger.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Jeu 27 Mar - 13:26


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Cette soirée est un peu spéciale pour moi. Dans la mesure où je remets pour la première fois les pieds dans un bar depuis... de longues années. Tout simplement parce qu'à force de boire, j'ai fini par sombrer dans une spirale infernale qui m'a conduit face à la bassesse même de l'humanité. Depuis, je suis arrivé à me ranger. Et je n'ai plus touché une seule goutte d'alcool. J'avoue que parfois c'est frustrant. Surtout dans les moments difficiles. Mais jusque là, j'avais tenu le coup, quoi qu'il arrive. Jusque là, justement. Parce que ce soir, j'ai craqué. Ça fait déjà quelques semaines que je suis sortis de l'hôpital, après m'être fait poignardé. Et depuis ce jour, impossible de retrouver une once de bonne humeur. Bien que j'arrive à le feindre, je n'en peux plus. Alors ce soir là, je suis allé dans un bar. Et j'ai bu.
J'ai bu, j'ai bu, j'ai bu, encore et encore, jusqu'à ce que l'alcool ne fasse plus effet. Tout simplement parce que me organisme est saturé. Ma tête se vide progressivement. Je me mets à avoir un comportement inhabituel. Je suis pas un méchant bourré. Seulement j'exagère les choses dans cette situation. Et lorsque le barman a refusé de me servir, alors j'ai commencé à le supplier, à lui proposer de le soudoyer de diverses façons. Jusqu'au moment où il m'a attrapé par le col pour littéralement me jeter hors de son établissement, sur le trottoir. Il me dit que je suis complètement saoul et que je ferais mieux de rentrer chez moi. Alors je lui réponds qu'un Irlandais n'est jamais bourré. Comme si c'était vrai. Et je m'assieds sur le bord de la route, enlevant les petits morceaux de graviers et les saletés qui sont sur mes vêtements après ma chute.

Je reste assis là, sans bouger, à réfléchir à tout ce qui me passe par la tête sans vraiment prendre le temps de retenir la moindre information. Ah, il est beau, l'homme que je suis. Ah, toutes ces années d'abstinences qui se terminent comme ça, sur un rebord de trottoir, dans la nuit noire. Un homme seul à qui il ne reste plus rien. Ou presque. Mais tellement peu au final. Et c'est là qu'une femme arrive et s'assied à côté de moi. Elle ne dit rien. Elle se contente de rester là, inerte. Si ça se trouve, c'est peut-être une hallucination ? Il y a pas trente six façons de vérifier. Je lui tends donc la main.

" Si vous comptez rester, dites-moi au moins qui vous êtes. Moi c'est... "

Impossible de finir ma phrase car au même moment je tourne la tête sur le côté, pour vomir copieusement dans le caniveau. Plus cette soirée avance, et plus je me fais honte. Je pense que malgré tout ce qui m'est arrivé, je ne toucherai vraiment plus jamais à l'alcool après ça. Mais pour le moment, je m’essuie la bouche avec ma manche tout en me tournant vers la femme, sans même la regarder dans les yeux, laissant mon regard dans le vague. Et le goût acide de mes régurgitations de me brûle la gorge, rendant ma voix plus rauque qu'elle ne l'est d'habitude.

" Connor. Moi c'est Connor. "

Je baisse à nouveau la tête, regardant mes pieds, regardant le sol, et au final ne regardant rien de bien particulier. Je ne sais pas ce que je fais là. Je ne sais pas pourquoi tout ceci est arrivé, ni même comment. Ça s'est juste produit. Un point c'est tout. Alors je me demande pour quelle raison quelques larmes apparaissent dans mes yeux. Sans vraiment en chercher la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Jeu 27 Mar - 22:59

Au fond, la brunette ne sait pas vraiment ce qui la pousse à prendre place aux côtés de cet homme sur le trottoir. Après tout s'il a trop bût, s'il est ivre mort, c'est son problème à lui, la demoiselle n'a rien à voir là-dedans. Et pourtant la voilà qui sans un mot, s'installe auprès de cet homme comme si de par sa simple présence à ses côtés elle pouvait le faire aller mieux, effacer ce qu'il y avait de noir dans sa vie, ce qui le poussait à tant boire, au point de puer l'alcool et de vomir ses tripes sur le sol comme il le fait plus tard, après avoir demandé des présentation. C'est répugnant. Il s'essuie la bouche d'un revers de la manche, la jeune femme est loin d'apprécier cette vision. A vrai dire, la demoiselle se sent mal à l'aise et décide de se lever pour marcher un peu, s'éloigner de ces immondices surtout. Il donne son prénom. Elle n'a toujours pas donné le sien. C'est maintenant qu'elle se décide à le faire, prenant la parole tout en marchant toujours.

«- Marilyn. Je m’appelle Marilyn. Enchanté de te rencontrer Connor.»

La demoiselle répond tout en tournant le visage vers lui pour adresser à ce dernier un fin sourire avant de détourner de nouveau le regard pour ne pas risquer de voir ce qu'elle n'a clairement pas envie de voir. A la place elle préfère remarquer comme ce soir les étoiles sont belles et nombreuses, comme c'est un ravissement pour les yeux de les voir ainsi. C'est beaucoup mieux que de regarder le... Non, il ne faut même pas y penser, c'est tout autant horrible. Il faut que la brunette songe à autre chose pour se changer les idées mais elle ne sait pas trop comment elle peut y arriver. Évidemment, c'est toujours plus facile à dire qu'à faire, s'en est rageant. Mais quoi qu'il en soit elle va essayer de songer à autre chose. Pourquoi pas en essayant de connaître davantage ce jeune homme ? L'idée se fait très tentante pour la demoiselle qui décide finalement de mettre son plan à exécution en questionnant cet individu inconnu.

«- Alors Connor racontez moi, voulez-vous ? » Questionne la demoiselle avec beaucoup de douceur, avant de reprendre la parole. « Vous voulez bien me parler de vous ? Et puis,me dire ce qui est arrivé, comment vous avez fait pour en arriver là ? Cela vous ferait peut-être du bien d'en parler... »


Désolé que ce soit si court par rapport à toi mais... dodo dodo T_T
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 13 Avr - 7:24


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Je reste là, assis sur le bord du trottoir, le regard aussi vide que l'est le flux de mes pensées. Ou même mon estomac à présent. J'ai horreur de vomir. De voir quelqu'un vomir comme de moi-même y passer. Mais je ne fais rien. Je ne bouge pas, restant à ma place. Dans le caniveau. Et je me dégoûte à peu près autant que la jeune femme à mes côtés est dégoûtée de me voir. Elle se lève d'ailleurs. J'imagine qu'elle compte s'en aller. Qui ne le ferait pas après une telle vision d'horreur ? Alors si elle le faisait, je ne lui en voudrai pas. Je ne suis pas en état d'en vouloir à quelqu'un d'autre que moi-même en ce moment, donc il n'y a rien à craindre de ce côté là. Puis soudain je me rends compte que les pas de la femme qui dit s'appeler Marilyn, au lieu de simplement s'éloigner, reviennent toujours vers moi. Je ne comprends pas vraiment ce qu'il se passe dans mon dos, alors je me retourne.
Lorsque le monde redevient enfin assez net, j'observe la jeune femme qui lève les yeux au ciel, admirant les étoiles. J'en fais de même, pour me changer les idées. L'espace de quelques instants, je reste émerveillé devant le firmament, la bouche grande ouverte. Puis le ciel semble s'effondrer, et le temps de me rendre compte que c'est en fait moi qui perds l'équilibre, ma tête heurte le sol. Je me relève alors en vitesse, avec un manque cruel de grâce qui n'a rien d'étonnant étant donné mon état actuel, et alors que je m'apprête à nouveau à tomber par terre, dans un fracas sans doute plus grand que le précédent, j'attrape le bras de Marilyn pour me stabiliser. À ce moment précis, les paroles qu'elle a prononcée à mon attention arrivent à mon cerveau. J'ai bien dû mettre une ou deux minutes avant de capter, j'imagine. Ce qui me donne une encore plus mauvaise image de moi-même.

" Désolé. Je... Vous voulez que je vous dise quoi déjà ? Ah, oui. Je suis entré dans ce bar, je me suis bourré la gueule, je me suis fais viré par le patron, et voilà comment j'en suis arrivé là. Mais de toutes façons, vous inquiétez pas ma p'tite dame. Je le mérite hein, je... je suis un homme mauvais. Un égoïste.  Et il a bien raison de plus me donner de nouvelles ! "

Sur ces mots, je lâche le bras de Marilyn, qui me permettait de me maintenir en équilibre, et je recommence à tituber. Je tombe presque en trébuchant sur un vieux mégot de cigarette. Heureusement pour moi, j'arrive à me rattraper en posant les mains sur un mur. Je me retourne dans la foulée, appuyant mon dos et ma tête contre la brique froide, glissant le long de la paroi pour me retrouver à nouveau assis, les jambes ramenées vers moi. Je m'arrête un instant de respirer, le regard perdu dans le vide, avant de reprendre mon souffle. Je lève doucement la tête vers la jeune femme qui, pour d'obscures raisons, est toujours présente sur le trottoir, sans doute en train de se moquer du ballet de l'homme ivre que je suis; la même danse ridicule qui m'avait amenée du caniveau à ce mur.

" Ne soyez pas enchantée de me connaître. Je fais du mal à tous ceux que je rencontre. Et je vous mérite pas. Et je mérite pas mes amis. Et je le mérite pas lui, et je... "

Sans savoir pourquoi, mais sans pouvoir me contrôler, je me mets à pleurer toutes les larmes de mon corps, comme je ne l'ai pas fait depuis longtemps. J'ai bien conscience du piteux état dans lequel je suis. Mais c'est actuellement le cadet de mes soucis. Tout ce que je voudrais, c'est arrêter de creuser. Parce que je suis déjà au fond. Il n'y a rien d'autre. Juste le sort que je mérite. Le juste retour des choses, après tout le mal que j'ai pu faire. J'avais un brillant avenir. Mais j'ai préféré le gâcher. Je me suis relevé. Uniquement pour mieux retomber. Et là, maintenant, je n'ai plus la force, plus l'envie de recommencer tout ça. Il ne me reste qu'assez de ressources pour une dernière prière, adressée entre deux pleurs à qui voudrait bien l'entendre. À qui pourrait bien l'entendre. Car noyé dans les larmes, le message ne saurait être clair que pour ceux qui passent à proximité de moi. Mais qui n'a pas déjà changé de trottoir en me voyant ainsi ?

" Laissez-moi crever en paix. "
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 13 Avr - 18:54

La jeune femme ne comprend pas vraiment ce que l'homme lui raconte alors qu'il explique avoir beaucoup bût. Mais de ça, la demoiselle s'en doute ce n'est pas vraiment la peine qu'il le lui dise. Ce n'est pas de cela que la brunette veut que l'homme lui parle mais de ce qu'il a vécut dans sa vie pour en arriver là. Elle ne sait pas ce qui est arrivé mais elle se sent triste pour lui, c'est forcément quelque chose de mauvais pour en arriver à ça, à se saouler de cette manière pour ensuite cracher ses tripes dans le caniveau. Elle se sent peinée pour lui et dans un second temps en fait, cet inconnu la fait rire, à l'appeler ma petite dame. Pour l'attrister de nouveau une seconde plus tard en disant qu'il mérite ce qui lui arrive et qu'un homme, apparemment, a bien raison de ne plus lui donner de nouvelles. Ah. Qui est cet homme pour Connor ? La jeune russe l'ignore totalement. En attendant il ne semble pas à la demoiselle que qui que ce soit mérite de se trouver un soir dans un état comme cet homme là et bien que la brune fasse très peu confiance aux garçons, ni même à l'Homme avec un grand H, ayant apprit à faire confiance uniquement à son époux.

L'homme lâche le bras de la jeune femme qu'il a attrapé quelques minutes auparavant. Il titube un tantinet et tombe presque alors qu'il trébuche sur un bête petit mégot de cigarette. La brune se précipite pour essayer de le retenir mais n'y parvient pas. Pas à temps. Il se rattrape de toute façon à un mur et se retourne pour appuyer sa tête contre la brique et se laisse glisser le long de ce dernier si bien qu'il finit par être assit, se recroquevillant. La brune s'assoit à ses côtés, à suffisamment bonne distance tout de même pour ne pas risquer de se faire vomir dessus si l'homme a de nouveau envie de dégobiller. En attendant le jeune homme a balbutié des mots qui font de la peine à la jeune femme. Du mal à tout ceux qu'il rencontre, vraiment ? C'est triste d'entendre quelque chose comme ça. La demoiselle veut lui remonter le moral, maintenant.

"- Et bien pour le moment vous ne m'avez pas fait de mal et je ne crois que ce que je vois. Alors je reste." répond doucement la brune avec un sourire, posant sa main sur celle de l'homme, doucement, pour l'aider à se calmer, à retrouver un peu de paix. Mais l'homme éclate en sanglots. Le cœur de la brune se déchire alors qu'elle échoue dans sa tentative de le calmer, de lui apporter le réconfort, de lui apporter un peu de quiétude et de paix.

L'homme demande à ce que la brunette le laisse crever en pais mais cette dernière n'en a pas l'intention, en aucun cas. Au lieu de se lever et de quitter les lieux, au lieu de rentrer dans un bar pour vivre sa soirée comme elle l'avait imaginée de prime abord, la demoiselle reste auprès de cet homme qu'elle ne connait même pas et qu'elle a pourtant follement envie d'aider, consciente que ce dernier est en proie à la folie, à des démons plus puissants que la seule âme humaine et que pour s'en sortir il a seulement besoin que l'on arrête sa route auprès de la sienne pour lui tendre la main, lui apporter au moins un soir un peu d'attention, lui accorder un peu de temps, celui de se confier, de dire ce qu'il a sur le cœur. La jeune femme est là pour lui, prête à lui laisser le temps de parler, de se confier.

"- Racontez-moi ce qui vous est arrivé. S'il vous plaît... Je pourrai peut-être vous aider..." propose la demoiselle, essayant de décider ainsi le jeune homme à parler, à libérer son âme et son cœur, ses épaules, du poids qui semble les écraser, du poids qu'elle veut bien l'aider à porter si toute fois l'homme est d'accord pour partager son soucis avec la demoiselle. Si toutefois il accepte de se faire aider par la jeune femme pour porter ses angoisses.


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Jeu 8 Mai - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Lun 14 Avr - 14:28


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Toutes les larmes de mon corps se déversent une à une, et je ne sais même pas pourquoi. Pourtant, je tente tant bien que mal de les arrêter. Mais rien n'y fait. Si bien que finalement, je me laisse aller entièrement. Je me fiche du regard des gens qui passent devant moi. Je me fiche de ce à quoi je peux bien ressembler en cet instant. J'ai juste l'impression que dans le moment le plus difficile de ma vie, ce que j'ai de plus précieux est en train de me filer entre les doigts. Et que je laisse les choses se dérouler ainsi. Je n'en ai pas la moindre envie pourtant. Mais depuis quand a-t-on tout ce que l'on veut rien que par le simple fait d'y penser ? Seulement celui ou celle qui détient la réponse à cette question est sans aucun doute capable de me faire arrêter de pleurer comme un enfant. De m'apitoyer sur mon sort. Et encore faut-il que la réponse me convienne...
Je continue donc de déverser mon flot de larmes, malgré Marilyn qui vient une première fois me tenir compagnie en me disant quelques mots pour me réconforter. Comme quoi je ne lui ai pas fait de mal à elle. Si seulement elle savait ! Ça commence toujours comme ça avec moi. D'abord c'est bien, on s'amuse, on rigole, et ensuite, je mens, je me cache, je me défile dès que la moindre once d'une éventuelle responsabilité supplémentaire se montre à moi. Et je ne vois pas pourquoi les choses changeraient du jour au lendemain. Bien qu'elles aient déjà fait ça, assez récemment. Seulement, tout m'est tombé dessus en même temps. Si bien que mes années de sobriétés ont volé en éclats en moins d'une heure. Qu'on ne vienne pas me dire après ça que la volonté est plus forte que tout. Parce que c'est faux. Un mensonge de plus. Bien que pour une fois, ce n'est pas moi qui le prononce.

Au bout de quelques minutes passées à pleurer, je finis miraculeusement par me calmer. Même si je pense plutôt que je n'ai plus assez d'eau en moi pour verser ne serait-ce qu'une larme de plus. Alors je m'essuie le visage avec les mains. J'ai chaud. Très chaud. Je suis certainement incroyablement rouge. Je respire donc profondément, levant la tête vers le ciel, en l'appuyant toujours contre le mur derrière moi. Les paroles de Marilyn résonnent dans ma tête. Je ne comprends pas pourquoi elle est toujours là. Mais elle a certainement raison. Et en plus, elle ne me connait pas. Comment pourrait-elle me juger ? Je lui raconte donc la source de tous mes problèmes du moment. Ou tout du moins j'essaye.

" J'ai été agressé il y a quelques temps. Maintenant, j'ai une cicatrice. Et j'ai peur qu'il la voit. Je ne sais pas comment il va réagir. Je ne lui ai rien dit. Je ne veux pas l'embêter avec tout ça. Il en a pas besoin. Je préfère quand il sourit. "

À cette pensée, je me mets moi-même à sourire légèrement. Je repense à nos moments ensemble. J'aurais bien besoin de lui maintenant. Mais je ne sais pas comment il prendrait tout ça. Je ne sais même pas pourquoi je m'inquiète pour ça. Peut-être que c'est lui qui s'inquiète ? Par ma faute. Parce que je ne veux pas qu'il se mette dans tous ses états. C'est vraiment pas simple. Après ça je me demande encore pourquoi je me suis remis à boire abondamment. Comme beaucoup de monde, je cherche à noyer mes problèmes dans l'alcool. Mais ça ne marche pas. Je le sais pourtant. Je le sais.

" Mais plus le temps passe, moins il est heureux. Il ne m'appelle plus. Même si je ne le fais pas non plus. J'ai peur d'aggraver les choses si jamais je lui disais ça maintenant. Il me reprocherait de l'avoir fait attendre. Et quand il verra ma cicatrice... "

Ma respiration devint soudain plus saccadée. Plus rapide. Je ne sais pas pourquoi je raconte tout ça à une inconnue. Mais étrangement, en le faisant, j'ai l'impression que les choses deviennent plus clair dans mon esprit. Peut-être qu'en continuant, j'arriverai à une conclusion qui me permettra de savoir enfin quoi faire. Parce que je refuse de continuer à vivre comme ça éternellement. Pas encore une fois. J'ai déjà donné. Je ne veux plus. Non. Plus jamais.

" Je ne veux pas le voir triste. Il me rend heureux. Enfin, les rares fois où on se voit. Mais je ne sais pas ce que je dois faire. C'est compliqué. Parce que... parce que le truc avec Scott, c'est que je l'aime. "

Mon visage se fige alors que je fais face à la jeune femme à mes côtés. Pourquoi est-ce que j'ai dit ça ? Est-ce que c'est cette sensation qui me donne d'étranges impressions à chaque fois ? J'en sais rien. Mais ce qui est certain, c'est que je raconte vraiment n'importe quoi. Enfin, je crois. Et si c'est bien la vérité, je l'aurais sans doute oublié dès demain. Je devrais être triste. Cependant, bizarrement, je n'arrive pas à réfléchir. Je n'arrive plus à penser à rien. J'espère que Marilyn sera capable de donner quelques réponses aux questions que je me pose...
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Lun 14 Avr - 21:02

Le jeune homme a l’air si malheureux, si déprimé, si désespéré même que s’en est on ne peut plus touchant et naturellement cela donne l’envie à Marilyn d’intervenir de sorte à lui apporter son aide, de l’aider à avancer, à se calmer, à aller mieux. Mais pour ça encore a-t-elle besoin de comprendre ce qui arrive, ce qu’il s’est passé pour que le jeune homme en arrive à ça, à ce stade de désespoir, à ce niveau, à vouloir se bourrer la gueule tout seul dans les bras jusqu’à cracher ses tripes sur le trottoir. Pour faire quelque chose la brune doit d’abord comprendre ce que vie le jeune homme, ce qui lui arrive, pour pouvoir juger de sa situation et du meilleur comportement à adopter. Mais elle est loin de se douter que les larmes du jeune homme son causées en partie par son ami Scott avec qui elle est toutefois en froid depuis la soirée foireuse de la saint-valentin. Mais c’est vrai aussi qu’ils ne se sont jamais trop connus. Et qu’on ne peut pas vraiment dire qu’ils soient de très bons amis. Ils se connaissent et s’entendent plutôt bien en fait, tout simplement.

L’homme révèle avoir été agressé ce qui ne rassure pas tellement la demoiselle car cela veut dire que les rues des environs ne sont potentiellement pas très sûres, pas très bien fréquentées. Elle qui est déjà d’un naturel bien craintif cette perspective n’est pas faite pour la rassurer. Elle espère alors ne pas faire de mauvaises rencontres en rentrant chez elle à la fin de cette soirée, qu’elle n’avait pas tellement imaginé ainsi à vrai dire et qui se révélait être pour le moins surprenante. Dire que la demoiselle voulait sortir affronter ses peurs et faire des rencontres, elle n’en avait finalement fait qu’une seule. Et qui n’était pas forcément des plus joyeuses en tout cas l’homme n’avait pas l’air très enclin à se faire aider, à lier une amitié mais la demoiselle n’avait pas dans l’idée d’abandonner, à vrai dire. Il allait donc probablement devoir faire avec.

«- Mais êtes-vous bien certain que vous l’embêteriez à lui parler de cela ? S’il est d’un naturel à vous porter de l’intérêt alors il faudrait peut-être ne pas trop hésiter ? » S’enquit la demoiselle désireuse d’apporter son aide à cette pauvre âme en perdition qui ne demande qu’à être secourue même si c’est de manière inconsciente : s’il ne le voulait pas il ne confierait pas tout cela à la demoiselle qui n’est qu’une parfaite inconnue en fin de compte.

Ah oui tout de suite si l’autre ne semble pas heureux la situation est forcément un petit peu plus délicate et la demoiselle n’ayant connue d’autre histoire d’amour que celle qu’elle a eut avec son mari, de ce qu’elle en sache, elle n’est pas des mieux placées pour venir en aide à cet homme qui aurait bien besoin de gagner un peu de confiance en lui. Même si l’autre garçon ne l’a pas encore rappelé ce n’est pas forcément dramatique, le jeune homme avait peut-être un dîner de famille, un nouvel entrainement pour l’équipe de basket…

Voilà un homme bien perdu dans ses sentiments et dans les messages codés par le corps, la gestuelle, de celui qu’il aime. Et la pauvre Marilyn qui ne sait pas trop comment lui venir en aide, sinon de proposer les basiques en fin de compte.

«- Et vous savez ce qu’il éprouve pour vous ? Il faudrait peut-être prendre le temps de lui parler de tout ça, de tout ce que vous avez sur le cœur vous savez… »


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Jeu 8 Mai - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Sam 26 Avr - 11:19


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Assis, l'air perdu, et ce pas seulement à cause de l'alcool, j'écoute à peine ce que peut bien me dire Marilyn. Je ne fais que me répéter mes propres paroles dans ma tête, les chuchotant parfois pour être bien sûr de ce que j'ai prononcé. Mais ça ne change pas. C'est toujours la même chose. J'ai déballé ça à une parfaite inconnue, avant même d'en avoir parlé au principal concerné. Avant même de me rendre compte moi-même que c'est ce que je ressens pour Scott. Mais s'il s'agit vraiment d'amour, pourquoi ça me fait si mal ? Pourquoi j'ai peur de le regarder en face ? De lui dire qui je suis vraiment ? Pourquoi je me contente de passer chez lui, de dormir dans ses bras, avant de rentrer à mon appartement le lendemain matin, parfois sans attendre qu'il ne se réveille ? Je ne suis pas expert en la matière, mais ça, c'est pas de l'amour. Alors je ne comprends pas bien ce qui vient de me passer par la tête, pourquoi je me mets à penser à ça. De faire même plus, en fait. D'en parler. Comme ça. Enfin, c'est à une parfaite inconnue, donc les choses auraient pu être bien pires. Mais tout de même, je ne peux pas m'empêcher de me poser des questions sur ma santé mentale.

Lorsque mon regard finit par retrouver les yeux de la jeune femme à mes côtés, je ne sais pas trop quoi lui répondre. En fait, je ne connais pas vraiment Scott. Enfin, d'une certaine façon, si, mais je veux dire qu'en général, cet homme est un véritable mystère pour moi. Autant concernant ce qu'il est que ce que je ressens pour lui. Alors je ne sais pas si je l'embêterais vraiment avec mes problèmes. Sans doute que oui, j'imagine. Après tout, il n'a pas que ça à faire que de s'occuper de moi comme si j'étais un enfant, ou bien un petit chien apeuré. Et quant à l'intérêt qu'il me porte... J'en sais rien. J'en sais vraiment rien. Je n'arrive même pas à savoir quand je suis sobre, alors bourré comme je suis, je ne vais pas aller bien loin dans mon raisonnement ! Pourtant, je n'arrive pas à me retirer mes paroles de la tête. Et Marilyn vient en plus me demander si jamais Scott ressent la même chose pour moi. Comment je le saurai !? Je ne lui ai jamais demandé. Je ne sais même pas si je suis amoureux de lui, ou bien si c'est juste physique entre nous ! Je ne sais pas ce que je veux, ni même ce qu'il veut ! Alors, fixant la jeune femme, l'air complètement désemparé, je lui fais part de mes doutes.

" Je ne sais pas si je l'embêterais. Je ne sais pas ce qu'il pense de moi. S'il m'aime. On... on n'est pas dans une relation... Oui, on n'est pas dans une relation où on parle beaucoup, vous voyez. On pense plutôt au présent. Enfin, je pense plutôt au présent. Lui, je ne sais pas. De toutes façons, ça collera jamais entre nous alors... "

Soupirant un grand coup, je me remets peu à peu de mes émotions. Je tente de me vider la tête de toute pensée, quelle qu'elle soit. Pourtant, il reste toujours une image dont je n'arrive pas à me débarrasser. Un visage souriant que je ne veux pas oublier. Pour rien au monde. Alors pourquoi est-ce que j'essaye quand même de le faire, en cet instant ? Sans doute parce que je suis trop saoul pour bien me rendre compte de ce que je suis en train de faire. Appuyant à nouveau ma tête contre le mur, je ferme les yeux, gardant en mémoire cette unique image, souriant progressivement au fur et à mesure que je la visualise avec plus de netteté. Et je me détends, relâchant tous mes muscles, respirant lentement, presque sur le point de m'endormir. J'en oublie mes problèmes. J'en oublie Marilyn, qui se tient toujours à mes côtés. J'aurais envie de la remercier d'être là pour m'aider à faire le tri dans mon esprit. Enfin, en un sens. Mais le seul mot qui sort de ma bouche ne ressemble pas vraiment à un remerciement, à vrai dire. Et ce n'est pas faute d'avoir voulu essayer de dire quelque chose qui serait au moins passé pour un merci.

" Scott... "
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Lun 28 Avr - 14:33

L’homme à qui la jeune femme s’adresse semble pour le moins perdu et presque désespéré par sa situation que la brunette le presse de lui expliquer de sorte à pouvoir peut-être lui venir en aide, sait-on jamais. Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle peut faire pour cet homme en fin de compte, n’ayant jamais eut à sa connaissance, de problèmes de cœur. Elle en a probablement eût. Mais elle n’a plus de parents pour lui en parler, elle n’a plus personne pour lui raconter toutes ces choses là et comme son aimé ne les connaissait pas, il n’avait pas eût les moyens de lui en parler de temps de son vivant. Désormais il était trop tard pour qu’il puisse lui rappeler quoi que ce soit. De là où il est, l’homme ne peut plus grand-chose pour son épouse, pour sa veuve.

L’homme ne semble pas avoir les moyens de s’expliquer correctement sur sa situation avec le dénommé Scott tant il semble perturbé mais ce n’est pas pour autant que la demoiselle ne comprend pas ce qu’il veut dire. Disons qu’elle saisit ce qui est l’essentiel des propos de son interlocuteur. De toute évidence son interlocuteur entretient avec l’autre homme dont il est question dans cette affaire une relation plus physique qu’autre chose, si elle comprend bien ce qu’il essaye de dire de par ses propos, quand il dit être dans une relation mais une relation où ils ne se parlent pas beaucoup si bien qu’il ne sait pas ce que ressent l’autre garçon, s’il le dérangerait à vouloir avoir une conversation avec lui.

«- Pourquoi cela devrait-il ne jamais coller entre vous ?» questionne la brunette un peu surprise par le côté si défaitiste et presque fataliste de son interlocuteur qui donne l’impression de baisser les bras au lieu de se battre pour cet amour.

L’homme ne répond plus et semble se plonger dans ses pensées, laissant de côté la brunette qui n’ose plus rien dire de fait, de peur de le déranger, de peur de troubler ses réflexions alors que c’est peut-être important, peut-être la clé qui va résoudre les problèmes de ce garçon même si dans le fond la jeune femme ne croit pas trop à la possibilité que cet homme soit en train de se battre pour son amour non. Ses réflexions sont probablement plus défaitistes qu’autre chose, ce qui désole un peu la brunette. Qui de son côté cherche le moyen de donner la pêche au jeune homme. Le moyen de lui donner envie de se battre pour ce qu’il ressent.

Un mot sort de la bouche de l’interlocuteur de la jeune femme. Le prénom de l’amant de ce dernier, quasiment soupiré. Bon, ok, la tâche pour la brunette promet d’être ardue mais cela ne semble pas relever de l’impossible, elle devrait pouvoir réussir à rendre le sourire à cet homme. Ou tout du moins réussir à le faire avancer. Le tout est de trouver, pour commencer, une bonne méthode pour parvenir à ses fins.

«- Et donc comment vous sentez-vous en présence de cet homme ? Vous devriez peut-être, selon, essayer de lui parler dès ce soir, cela vous soulagerait sûrement…»


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Jeu 8 Mai - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Jeu 8 Mai - 8:03


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Ne pensant plus à rien, je sombre peu à peu dans le sommeil. Le bruit des quelques voitures qui filent dans la rue se fait de plus en plus lointain. La lumière qui passe au travers de mes paupières closes s'atténue de plus en plus. Je m'apprête à passer la nuit assis sur un trottoir, comme je le mérite certainement pour beaucoup de choses que j'ai faites auparavant. Et que je continue de faire, d'ailleurs. Mais malgré cela, je me sens bien. Étrangement heureux. Parce que j'ai encore cette image de Scott en tête. Et les souvenirs qui y sont associés. Malheureusement, il y en a des bons, et des mauvais. Parce que je ne lui ai rien dit. Parce que je ne cesse jamais de lui mentir. À lui, qui doit être la personne qui le mérite le moins au monde. Alors pourquoi est-ce que je fais quand même ça ? Pourquoi je le torture ? Pourquoi je me torture, moi ?

Alors que mon sourire s'efface peu à peu, je rouvre les yeux. Je ne veux plus m'endormir. Je n'en suis plus capable. Pas avec ce que je peux bien avoir à l'esprit en cet instant. C'est donc un peu hésitant que je me tourne vers Marilyn. J'ai du mal à la fixer. À la regarder droit dans les yeux. Je vois flou. Comme si elle bougeait, de droite à gauche, de gauche à droite, sans jamais s'arrêter. Je tente donc de suivre son mouvement. Enfin, le mouvement que l'alcool me fait imaginer qu'elle est en train de faire, pour être plus précis. Mais pour le moment, mon ivresse est bien le cadet de mes soucis. Tout ce qui compte, c'est que je trouve des réponses à mes questions. Même si je ne sais pas comment faire. Marilyn non plus, apparemment. Je me dis ça parce qu'elle ne fait que m'interroger, encore et encore, et que je n'ai pas l'impression qu'elle cherche à m'aider. Ou peut-être bien que ça marche. J'en sais rien. En tous cas je lui réponds, calmement, sur un ton neutre.

" On n'est pas pareils lui et moi. Il est sincère. Gentil. Et en retour je passe mon temps à lui mentir. Pour le protéger, certes. Pour qu'il ne s'inquiète pas. Mais il ne mérite pas ça. Et moi je ne le mérite pas. Voilà pourquoi ça collera jamais entre nous. Et ce même si... "

Je fais une courte pause, me demandant ce que pourrais bien dire à cette femme. Même si quoi ? Même si je l'aime ? Même s'il est la personne à laquelle je tiens le plus au monde ? Même si en sa compagnie je me sens moi-même ? Certainement un mélange de tout ça en même temps. Mais j'hésite à en parler. Surtout que je risque de faire une bêtise. D'aller tout lui raconter, à lui. De tout gâcher. En particulier s'il ne pense pas la même chose que moi. S'il me voit juste comme un homme avec qui il passe du bon temps. Mais dans ce cas, pourquoi serait-il si froid envers moi ? Rien que parce que je ne le contacte pas en ce moment. En fait le problème c'est qu'aucun de nous deux ne veut se lancer dans quelque chose qu'il pourrait par la suite regretter. Sauf que si on n'essaye pas, c'est le fait de ne pas avoir fait le grand saut que l'on va regretter pour le restant de nos jours !

" Même si je crois que je l'aime. Parce qu'avec lui, j'oublie tous mes problèmes. Je peux enfin être un minimum heureux. Sauf que je ne suis pas sûr que ce soit ça l'amour. J'y connais rien, moi. Et... Et vous avez raison. Il faut que je le vois. Je vais aller lui parler. Tout de suite ! "

L'air plus déterminé que jamais, je me lève difficilement, titubant sur le trottoir, dans la direction de la maison de Scott. M'appuyant contre les murs pour ne pas tomber, je ne prends même pas la peine de me retourner vers Marilyn pour lui dire un mot. Et, en parlant de dire un mot à quelqu'un, j'imagine qu'il faut bien que je prévienne mon amant de mon arrivée. À cette heure tardive, il risque de mal le prendre si je débarque à l'improviste. C'est donc en faisant une pause, adossé contre une vitrine de magasin, que je prends mon téléphone, tapant lentement un message à l'attention du jeune homme. Et une fois que c'est fait, je range mon portable, avant de reprendre ma route. Ce qui est, dans mon état, un véritable périple. Je suis incapable d'aligner deux pas sans trébucher. Je marche de travers, m'accrochant à ce que je peux pour ne pas m'effondrer. Seulement, au bout d'un moment, je m'écroule tout de même sur le trottoir. Même si je n'ai rien, à part une légère douleur due au choc, je reste allongé, avant de crier au beau milieu de la rue.

" Marilyn ! Venez m'aider ! Il faut que j'y aille ! Ça ne peut plus attendre ! Aidez-moi s'il vous plait ! "
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Sam 10 Mai - 15:40

L’envie de sortir de la jolie Marilyn, son envie de sortir en ville, de faire des rencontres, prenait décidément une drôle de tournure suite à sa rencontre avec un curieux personnage un peu trop bourré pour être lucide. La demoiselle écoute ses peines de cœur, se fait le bureau des lamentations pour cet homme qu’elle écoute et qu’elle essaye tant bien  que mal de consoler quoi qu’elle soit contrainte de se rendre à l’évidence, de voir comme c’est difficile. En fait plus elle essaie de le rassurer et plus elle a l’impression que l’homme émet une vive opposition. En tout cas il semblerait qu’il cache certaines choses à son cher et tendre, apparemment pour le protéger. Ah ? Et quel genre de choses se permet-il de cacher à celui qui compte à ses yeux et qui le rend ainsi fou en ce jour ? D’un naturel quelque peu curieux et comme elle a la fâcheuse manie de vouloir se mêler de ce qui ne la regarde pas, de temps à autres , la demoiselle ne peut pas s’empêcher de se montrer quelque peu curieuse au sujet de ces secrets même si elle se doute bien que, si l’homme n’en a pas parlé à Scott, il ne lui en parlera pas à elle, tout naturellement. Est-ce donc si grave que cela comme secret ? La jeune femme à vrai dire est loin de se douter de ce que fais cet homme pour occuper ses journées, de ce qu’il fait comme activité. Le moins que l’on puisse en dire c’est que ce n’est pas vraiment joli-joli. Et même si la brunette brûle d’envie de poser la question à son interlocuteur elle s’en empêche finalement, se disant que cela ne sert à rien de toute façon puisque cet homme ne lui causera pas plus en détails de ce genre de soucis.

La demoiselle questionne le jeune  homme, se disant que ce n’est pas à elle de dire de quoi il retourne mais à lui de faire le cheminement adéquat dans son esprit. Et si elle ne peut pas lui dire de but en blanc ce qu’il peut ou doit faire, elle peut en tout cas lui apporter une main secourable en l’aidant à se faire sa réflexion, à suivre le cours de celle-ci même si évidemment avec les vapeurs d’alcool qui ennuagent l’esprit de son interlocuteur la chose n’est pas vraiment facile. Pourtant l’homme finit par se lever, très difficilement bien entendu, en baragouinant que la jeune femme a raison et qu’il doit aller voir Scott, qu’il y va de ce pas. Toujours assise la demoiselle le regarde faire pour voir comment il s’en sort et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne se déplace pas de manière très… pas de manière très… Il chancelle un peu et en prime il tape un texto, apparemment, ce qui n‘est pas pour faciliter sa progression. Se levant, Marilyn marche vers lui pour le rattraper, à vive allure. Elle l’atteint comme il tombe au sol et il ne semble pas se rendre compte qu’elle est juste à côté de lui puisque il l’appelle d’une voix tonitruante pour la faire venir à lui. Alors la jeune femme se place de sorte à pouvoir lui apporter une aide pour se relever.

«- Prenez appuie sur moi.»

Bon et maintenant qu’on l’a décidé à aller voir ce Scott on fait comment pour le conduire jusque chez l’homme quand on est venu à pied, qu’il ne peut pas marcher et qu’à minuit pille les transports en communs vont s’arrêter, ne leur permettant ainsi pas de rentrer chez eux. Et bien, on donne rendez-vous à ce Scott non ? Mais d’un autre côté est-ce que ce ne serait pas, en fin de compte, une bonne idée de ne lui parler que demain ? Parce que dans l’état où il est, Connor n’a pas vraiment l’esprit suffisamment conscient pour s’engager dans ce genre de discussion non ? Mais d’un autre côté il est vrai que cela lui donne du courage comme ça, non ?  

«- Attendez, est-ce que l’on ne pourrait pas plutôt donner rendez-vous à Scott ? Ou alors ne serait-il pas plus judicieux de ne le voir que demain parce que… Vous êtes assez… dans un sale état.»
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 25 Mai - 7:23


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Mon esprit, loin de devenir plus clair, loin de trier mes idées dans une logique rationnelle, ne fait que développer une sorte d'obsession pour un but unique. Un objectif qui, bien que louable, ne devrait pas se voir achevé dans mon état actuel. Pourtant, je ne fais plus que penser à ça. Je me vois déjà chez Scott, devant sa porte, attendant qu'il m'ouvre. Et lorsque, enfin, il me fait entrer, je me jette dans ses bras pour lui dire tout ce que j'aurais déjà dû lui dire depuis longtemps. Pour le serrer contre moi comme jamais. Pour le couvrir de baisers comme jamais. En fin de compte, je me vois déjà lui donner uniquement ce qu'il mérite vraiment. Parce que soudain j'en ai envie. J'en ai assez de me cacher. Assez de lui mentir. Assez de nous priver d'un bonheur qui nous tend les bras. Car je suis heureux avec Scott, et je crois bien qu'il l'est aussi avec moi. Pourquoi devrions-nous alors compliquer les choses ?

Je rêvasse sur le trottoir quand Marilyn s'approche de moi pour m'aider à me relever. Prenant appui sur elle, je n'arrive cependant pas à tenir debout sans son aide. Je reste donc accroché à son épaule pour ne pas me retrouver à nouveau au sol. Je regarde un peu partout autour de moi, comme si j'étais perdu, mais sans vraiment l'être, d'un autre côté. Jusqu'à ce que la jeune femme m'adresse encore une fois la parole. Selon elle, il serait plus judicieux, étant donné la situation, que je donne rendez-vous à Scott, ou tout du moins que je n'aille pas le voir dans mon état actuel. Mais à peine ces mots me parviennent-ils aux oreilles que je m'écarte de Marilyn, de deux ou trois pas chancelants. La dévisageant d'un air presque choqué, je commence à me demander, par pure paranoïa due à l'alcool, si elle ne chercherait pas, par hasard, à m'éloigner de mon amant. Si elle ne cherche pas à me dire que je ne devrais pas lui dire la vérité. Et c'est pendant que j'ouvre la bouche pour parler que mon portable sonne légèrement, indiquant par là l'arrivée d'un nouveau message.

Sortant difficilement mon téléphone de ma poche, je lis le texto, en provenance de Scott. Rien qu'à la vue de son numéro, mon cœur s'emballe et un sourire radieux s'étire sur mon visage. Mes doigts tremblent au moment d'ouvrir le message afin d'en dévoiler son contenu. Et je fais bien d'en appréhender le texte, car à sa lecture, mon sourire disparaît, pour laisser place à une gorge sèche ainsi qu'une envie de pleurer grandissante. Scott ne veut pas me voir. Pas maintenant. Alors, rangeant mon portable, je lève les yeux vers Marilyn, affichant une tête de chien battu, comme si... comme si je venais d'apprendre la mort d'un de mes proches. Ce n'est pas le cas, bien évidemment, mais je me sens mal. J'ai l'impression que je fais tout de travers. Que je n'arrange rien à la situation. Bien au contraire même. Tout ce que je veux, c'est être heureux. Et rendre Scott heureux. Je n'aurais jamais dû recommencer à boire. Jamais dû lui mentir. Jamais dû ne pas lui donner de nouvelles.

" Je veux rentrer chez moi. "

Une voix rauque. Monocorde. Un air réellement perdu. Il n'y a rien de plus à ajouter. C'est fini. J'abandonne. J'irai voir Scott demain à la première heure. Et peu importe si j'ai une migraine qui me fait souffrir jusqu'aux orteils. Je me lèverai, et j'irai le voir. Par amour. Enfin, je crois. Je ne sais plus ce que je dois croire. Ce que je dois penser de tout ça. Je ne sais rien. Je viens tout juste de retourner à la case départ. Un homme seul. Ivre. Sans rien dans la vie à quoi il pourrait se raccrocher. Alors, tête baissée, je commence à tituber dans la direction de mon domicile. Les mains dans les poches, je ne fais même plus attention à Marilyn. Encore une fois. Je daigne tout de même lui jeter un regard triste avant de continuer ma route, pas à pas, lentement, très lentement. Il ne manquerait plus que j'ai un accident. Mais peut-être qu'en fin de compte, je le mérite. Je mérite de partir comme ça. Sans que quiconque ne me pleure. Au moins, je ne blesserai plus jamais personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 25 Mai - 9:44

La soirée part en cacahuète alors que la demoiselle dit à son interlocuteur qu'il n'est peut-être pas très judicieux d'aller maintenant chez Scott dans la mesure où le jeune homme est dans un brave état. Non il vaux peut-être mieux que l'homme attende le lendemain ou qu'il donne rendez-vous au jeune homme s'il souhaite parler tout de suite, la brunette pourrait jouer les intermédiaires. Mais le téléphone du jeune homme sonne et brise le silence nocturne, la brunette laisse alors le jeune homme lire les mots qui sont écrit dans son message mais comme il fait une drôle de tête au fur et à mesure la jeune femme en conclue que malheureusement les nouvelles ne sont pas très bonnes. Mais elle n'ose pourtant pas interroger l'homme à ce sujet dans un premier temps. Puis comme il lui lance un regard désespéré de fin du monde elle se décide sauf que l'homme demande juste à rentrer chez lui et commence à partir, titubant légèrement. La jeune femme ne sait pas où il habite et elle n'est pas bien rassurée à l'idée de devoir ensuite rentrer seule chez elle et elle ne connait pas ce jeune homme aussi, peut-être que le ramener à sa maison à elle ne serait pas prudent. Néanmoins elle rattrape le jeune homme et sans se démonter, le ramène dans la clarté devant le bar. Subtilement ou pas, elle dérobe le téléphone de l'homme et cherche dans son répertoire le numéro de Scott.

"- Bonsoir, je suis Marilyn. je suis désolée de vous déranger à cette heure tardive mais je bsuis en compagnie de Connor qui ne va pas bien, vraiment pas bien. Il veut rentrer chez lui mais je ne peut le reconduire et euh... je en sais pas où il vit. Enfin euh voilà, je voulais savoir si vous pourriez venir pour éventuellement le raccompagner, comme il m'a parlé de vous..." explique la demoiselle quand l'homme répond au téléphone. "Je vous envoie les coordonnées du bar par téléphone ?"


Tu me dis si tu veux que je modifie des trucs. :3 Et je pense que si c'est ok pour toi on devrait peut-être demander à Scott si il veut participer pour la fin du topic :3
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Ven 30 Mai - 12:48

La journée de merde que je venais de me taper. Horrible, maishorrible. D’abord, j’ai eu des problèmes avec ma maison de disques, un souci de communication. Mon agent n’a pas comprit ce que je lui avais demandé et le truc a viré en queue de poisson. Trois heures, c’est le temps que ça a prit pour tout remettre en ordre. Alors, bien sûr, j’ai été en retard au studio pour une autre séance d’enregistrement pour mon prochain album. Et le stagiaire qui était là a enchaîné erreur sur erreur… Ensuite, j’ai eu droit à une visite surprise de ma mère alors que venais tout juste d’enfin rentrer chez moi. Elle s’est invitée à souper alors il a fallut que je cuisine au lieu de simplement me faire livrer une pizza comme j’en avais envie. Quand elle est partie, il était onze heures et j’étais plus déprimé que jamais. Elle a cet effet-là sur les gens ma maman. Finalement, vers une heure trente, j’ai réussis à m’endormir quand Tobby a finalement arrêter de gémir dans son sommeil. Pour me réveiller ce qui ne me semblait que quelques secondes plus tard, mon téléphone vibrant sur mon bureau en illuminant la pièce à intervalles réguliers.

Je garde mon téléphone près de moi la nuit au cas où un collaborateur ou mes parents devraient m’appeler. N’empêche, c’était mieux d’être un appel important vu l’humeur de chien qui était la mienne. J’ai étendu le bras et attrapé mon cellulaire, plissant les yeux pour ne pas être aveuglé par la soudaine lumière que l’appareil dirigeait vers mes yeux fatigués. C’était Connor. Un instant, j’ai été tenté de jeter le téléphone plus loin et de me rendormir, mais j’ai cédé à la curiosité et ai ouvert le message. J’ai vraiment voulu jeter le téléphone sur le mur ensuite. Il était sérieux ? Il ne me donne aucune nouvelle durant des semaines et veut soudainement me voir à cette heure-là ? Il n’y a absolument rien qui soit assez important pour justifier cela, rien. Niet. Nada. C’est ce que je lui répondis, plus ou moins, avant de lui proposer de passer demain, lorsqu’il ferait jour, à une heure décente.

Je reposai le téléphone sur mon bureau, me tournant et me retournant dans mon lit. Et avec tout ça, je n’étais plus capable de dormir maintenant ! J’étais inquiet, peut-être avait-il un problème ? J’étais furieux, peut-être voulait-il seulement me baiser avant de disparaitre durant plusieurs semaines à nouveau ? Je me sentais coupable, la soirée avec Adam me revenant en mémoire. J’ai faillit hurler de rage quand mon téléphone s’est mit à vibrer en continu, indiquant un appel entrant. Si c’avait été Connor, je ne sais pas ce que j’aurais fait. Mais c’était Marilyn. Ciel, mais qu’est-ce que tout le monde me voulait aujourd’hui ?

Elle était avec Connor et il n’allait pas bien. J’ai aussitôt sentit l’inquiétude me crisper l’estomac et la fureur réchauffer mes entrailles tandis que la culbabilité jouait avec mes nerfs. Il était bourré ? Alors, il me dérangeait en plein milieu de la nuit –du matin plutôt –parce qu’il était bourré ? Il se décidait enfin à me parler que quand il était ivre ? Et maintenant, j’allais devoir aller le chercher. Et le garder chez moi. Parce que j’ignore complètement où il habite et il ne sera probablement pas en état de me guider. Et j’allais devoir faire de mon mieux pour éviter toute conversation avec lui, quoi qu’il s’endormirait probablement aussitôt qu’il poserait la tête sur l’oreiller.

-Donne-moi l’adresse du bar, je soupirai en sentant que je le regretterais.

Après l’avoir noté, je lui ai dit au revoir et j’ai sauté hors de mon lit. J’enfilai un jeans et attrapai ma veste en cuir sans prendre la peine de mettre un chandail. Comme je passai la porte de la maison, je retournai sur mes pas pour prendre mon téléphone et le papier sur lequel j’ai noté l’adresse du bar. Je pris ma voiture et roulai, un peu plus vite que supposé, vers le bar. Voilà où j’en suis, sur cette rue, à chercher le bar à pied, ma voiture garée un peu plus loin. Je le trouve enfin, mais je ne les vois pas, où sont-ils ? Ils n’ont pas l’air d’être à l’intérieur… Ils sont mieux de ne pas être partit ailleurs, parce que j’en ferai une vraie syncope.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Ven 30 Mai - 13:32

Au bout du téléphone il y avait sa voix, lasse et quelque peu… étrange. LA voix de ceux, ou plutôt de celui, qui fait quelque chose à contre cœur, la demoiselle le sent. Elle est désolée de le déranger ainsi, de cette façon là au milieu de la nuit. Mais Connor a besoin d’aide et elle-même ne se sent pas véritablement en état de venir efficacement à sa rescousse. Elle sait qu’elle a besoin d’aide et appeler donc le Scott dont il lui a parlé tout au long de leur discussion lui semble être une bonne chose à faire en espérant toutefois que ça ne foute pas la merde entre eux d’eux, elle y pense après coup. Sauf que la nuit, les rues pas très sûres, la solitude, le trajet ensuite pour rentrer chez elle… La demoiselle a beaucoup trop peur de tout ça, on ne peut pas reprocher à une femme d’avoir peur, de craindre pour sa vie, de se sentir trop faible, trop fragile, un agneau, une proie pour les ombres de la nuit. N’est-ce pas ?

Raccrochant de sa conversation avec l’autre homme, la brunette se tourne de nouveau vers Connor qu’elle veut rassurer, tout du moins va-t-elle essayer d’y parvenir mais ce n’est pas forcément gagné. Cela bien entendu après avoir envoyé un texto au jeune homme d’avec qui elle vient de raccrocher, de manière à indiquer l’adresse du bar pour que l’homme puisse les rejoindre. Il n’y a plus qu’à attendre maintenant que l’autre jeune homme arrive et la brune ignore encore si ce Scott est celui qu’elle connait ou non. Mais c’est très possible dans la mesure où il est homosexuel. Et ce doit être le cas du Scott de Connor, tout du moins la demoiselle l’espère pour ce dernier, dans la mesure où il est amoureux de l’homme en question. D’ailleurs que fait ce dernier ? La brune commence à trouver le temps long et l’homme n’arrive pas mais une voiture qui roule au pas attire son attention. Alors agitant les bras en essayant de voir le chauffeur, elle espère arrêter ce dernier et naturellement, qu’il soit Scott.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 29 Juin - 6:22


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

La solitude. C'est le sentiment que je ressens tout d'un coup, tandis que je marche lentement, à moitié de travers, titubant sur le trottoir. La tête baissée. Les mains dans les poches. Je n'ai plus envie de rien. Juste de rentrer chez moi, et de me reposer. Oublier cette soirée. Oublier ma rechute. Oublier Scott. Pourtant, bien que j'arrive parfaitement à faire abstraction du désastre que représente cette nuit pour ma vie et pour mes années de sobriété, je suis tout bonnement incapable d'effacer Scott de mon esprit, aussi imbibé d'alcool ce dernier puisse-t-il être. Je continue donc ma marche, lentement, jetant de temps à autre un coup d’œil à Marilyn, qui semble s'inquiéter. À un moment, elle fait un signe à une voiture. Personnellement, ça ne m'intéresse pas vraiment. Ce doit être un ami à elle qui vient la chercher, rien de plus. Alors je soupire profondément, reprenant ma route d'un pas incertain.

Arrivé au coin de la rue, je me dis que j'ai oublié quelque chose. Une chose importante. Alors je m'arrête, m'appuyant contre un mur, tout en essayant de connecter mes derniers neurones encore en fonction afin de trouver ce que je cherche. Je passe donc une bonne minute à me mordre la langue, les yeux fermés, pour me rappeler de cette chose importante. Mais rien n'y fait ! Pas moyen de retrouver la moindre bribe de souvenir de ce que peut bien être ce... ce truc. Je me décide donc à faire le chemin inverse, en direction de Marilyn, en espérant que, comme ça, tout va me revenir en mémoire. C'est un peu le principe de la clé perdue. Lorsqu'on perd son trousseau, on le cherche en refaisant le chemin qu'on a fait, jusqu'à ce qu'on mette la main sur l'objet tant désiré. Seulement, plus je me rapproche de la jeune femme, plus je me surprends à observer un homme, marchant non loin du bar duquel je me suis fais sauvagement virer...

Cet homme me fait penser à quelqu'un. Sa démarche. Sa posture. Sa carrure. Son visage. Son si beau visage... Oh mon Dieu ! Scott ! Le Scott ! Mon Scott ! Mais qu'est-ce qu'il fait là ? Pourquoi est-ce qu'il se balade, pile à cet endroit, alors qu'il vient de me dire, au téléphone, qu'il était en train de dormir ? Peut-être que... Peut-être que c'est lui, l'ami de Marilyn ? Celui à qui elle faisait signe, quelques minutes plus tôt. Alors comme ça ils se connaissent ? Quelles-sont les chances, exactement, pour que ça arrive ? Oh, eh puis on s'en fou. L'important, c'est qu'il soit là. L'important, c'est que je coure le rejoindre, malgré ma façon de me déplacer plus que bancale, et non dénuée de la grâce d'un hippopotame sous morphine. Bon, au final, j'arrive quand même au niveau de Scott. Mais je m'écroule dans ses bras, le faisant s'effondrer sur le sol, avec le poids de mon propre corps le maintenant par terre.

Je me fiche bien d'être allongé sur mon amant, sur un trottoir, au beau milieu de la nuit. Je suis avec lui, et c'est tout ce qui compte. Rien d'autre. Je le serre donc dans mes bras, aussi fort que possible, appuyant ma tête contre son torse, les yeux fermés, tout sourire, et le cœur battant à cent à l'heure. Je relève un peu la tête au bout de quelques secondes, pour prendre le visage du jeune homme dans mes mains, avant de l'embrasser, presque violemment. Enfin, je me relève, pour me jeter dans les bras de Marilyn. À ce moment là, je me souviens enfin de ce que j'avais oublié. Alors je fouille mon manteau, à la recherche d'un papier et d'un stylo. J'écris mon numéro de téléphone ainsi que mon nom au dos d'un vieux ticket de caisse, avant de le tendre à la jeune femme qui m'a tenue compagnie ce soir, en lui souriant largement.

" Merci. Vraiment, merci. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, appelez-moi. Sans hésiter. "

Retournant auprès de Scott, je l'attrape par un bras pour l'aider à se relever. Cependant, mon équilibre instable ne me permet que de tenter cette action, sans grand succès, bien évidemment. Au moins, la scène a le mérite d'être comique, j'imagine... Mais je m'en fou royalement. Maintenant que Scotty est là, je retrouve largement goût à la vie. Et ce aussi en grande partie grâce à Marilyn. Je suis souriant, heureux, des étoiles pleins les yeux. Là, j'ai vraiment l'air ivre. Le parfait joyeux bourré ! Mais tant que mon amant est là, avec moi, je dois dire que ça me va très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 29 Juin - 9:05

Cette nuit est drôlement bizarre et la demoiselle n'a plus très envie d'aller s'amuser, faire la fête. Elle reste auprès de Connor, elle qui voulait faire de nouvelles rencontres. Tout en attendant l'arrivée de Scott et comme elle fait de grands signes à un véhicule, elle remarque que Connor se fait la malle. Sauf qu'il revient sur ses pas avant même que la brune ne se soit mise à le suivre. Parfait, surtout que la voiture s'arrête et qu'un jeune homme en descend. Alors ça... Le Scott de Connor est le Scott que Marilyn a rencontré en boite il y a des semaines de cela. Et elle est heureuse de le revoir, sauf qu'elle n'a pas le temps de trop le lui dire, comme Connor se jette sur le nouvel arrivant, au point de le faire tomber par terre. La brune rit de tout cela et envisage de quitter les lieux , pour laisser aux deux jeunes hommes le loisir de discuter. Sauf que son acolyte nocturne revient la voir, un ticket de caisse à la main. Avec son numéro dessus. Le prenant, la demoiselle l'enregistre dans son téléphone puis jette un regard au jeune couple qui se retrouve. Un sourire aux lèvres la jolie russe tourne les talons et s'éloigne en se disant qu'elle ne peu plus rien faire pour Connor maintenant et que c'est de Scott qu'il a besoin. Rapidement, la demoiselle se déplace dans les rues de la ville, rapidement elle arrive devant sa porte qu'elle ouvre, puis elle entre chez elle. Posant ses affaires à leur place la jeune femme se démaquille ensuite, s'offre le luxe d'une bonne douche comme elle croit sentir l'alcool, puis elle se glisse dans son lit et rejoint rapidement le pays des rêves, dormant pour une fois d'un long et profond sommeil réparateur.



/Désolé de partir si vite mais je ne vois pas d'autre réaction possible pour Lyn. N'hésitez pas à me mp si jamais vous voulez un autre rp ou si cette réponse ne vous convient pas ^^\
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Jeu 3 Juil - 11:52

Voilà Marilyn. Enfin, je l’ai trouvée ! Je sors de la voiture et lui fais un bref câlin, un peu court et sec, malheureusement. Je suis de trop mauvaise humeur pour les effusions d’affection. Elle me pointe la direction dans laquelle se trouve Connor et je me tourne. Ce n’est pas un mec bourré que je vois, mais un véritable ivrogne qui s’avance en titubant vers moi. Beaucoup trop vite pour que ce soit prudent. Comment se fait-il qu’il n’ait pas encore sombré dans un coma éthylique vu son état ? J’ai comme l’impression qu’il n’a pas seulement bu un verre ou deux…

Je marche vers lui, parce que pour éviter qu’il ne s’écroule sous les roues d’une voiture, autant faire la moitié du chemin et réduire la distance qu’il aura à parcourir. Je m’apprête à l’apostropher plutôt froidement, mais il me tombe carrément dessus et m’entraîne au sol avec lui. Aïe. Il me serre contre lui avec un sourire béat sur le visage. Je le laisse faire sans rien dire, sans rien faire. Je ne l’encouragerai pas. C’est marrant comme il semble content de me voir, l’effet de l’alcool sans aucun doute. Il se relève tout aussi abruptement et se jette sur Marilyn pour faire je ne sais quoi.

Je m’assis simplement sur le béton froid et lui jette un regard noir lorsqu’il revient m’aider à me relever. J’ignore son aide, me remets sur mes pieds et essuie la saleté de sur mon jeans. Je referme ma veste sur mon torse ; j’ai froid, j’aurais dû prendre le temps de mettre un chandail. J’aurais dû rester couché, oui ! Mais non, j’accours comme un gentil petit chien après qu’il m’ait ignoré durant des semaines. Je suis vraiment pathétique.

Du coin de l’œil, je vois Marilyn s’en aller simplement et carrément. Et ben… Au revoir. J’imagine que je n’ai plus trop le choix de me le coltiner maintenant. Je soupire et fiche mes mains dans mes poches. D’un pas vif, je me dirige vers ma voiture qui n’est qu’à deux pas de là où nous sommes en sortant mes clefs.

-Allez, ramène-toi, je grogne à Connor.

Je lui tourne le dos et déverrouille les portières. Si j’évite de trop le regarder ou de trop lui parler, je devrais m’en sortir plutôt bien. Je le ramène chez moi, le fais dormir sur le canapé avec le chien et demain il fiche le camp à la première heure. Ensuite, je ne répondrai plus jamais à ses messages textes ou ses coups de téléphones. J’espère bien en tout cas. Pourquoi je le ramène réellement chez moi ce soir ? C’est par inquiétude. S’il doit être malade et qu’il est tout seul… Je devrais n’en avoir rien à faire, bon sang ! Mais non, encore une fois je démontre à quel point je peux être pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   Dim 13 Juil - 6:16


Allô maman bobo...

Marilyn & Connor

Malgré mes efforts, Scott reste au sol. Du moins jusqu'à ce qu'il ne se lève tout seul. Quant à moi, je reste là à le regarder avec admiration. Je tourne seulement la tête vers Marilyn lorsqu'elle s'en va sans un mot. Je dois dire que même si je suis heureux de revoir mon Scotty, laisser cette jeune femme, qui vient tout juste de beaucoup m'aider, seule, me fait me sentir un peu mal. Après tout, elle a passé sa soirée avec moi. Elle a accepté de m'entendre me plaindre, de me voir à l’œuvre dans un état que j'aurais préféré ne jamais retrouver. Alors la voir partir, comme ça, sans demander son reste, me fait me sentir vraiment mal. Et cette fois ça n'a rien à voir avec les nombreux verres que j'ai descendu ce soir ! Non. Je me sens juste coupable de la laisser seule. Surtout qu'elle, justement, m'avait évité ce genre de soirée. Cependant, j'oublie rapidement Marilyn, trop vite même, tandis qu'elle tourne au coin de la rue, disparaissant dans l'obscurité de la nuit.

Je fais de nouveau face à Scott, renouant alors avec mon sourire. Lui ne semble pourtant aussi ravi que moi... J'imagine que vu l'heure, il devait être en train de dormir. Je l'ai donc dérangé. Je m'en veux d'un certain côté, mais je compte bien me rattraper ! Je le suis donc, titubant, dans sa voiture, malgré ses légers grognements. Une fois assis à la place du mort, j'attache difficilement ma ceinture, avant de poser mes yeux sur le jeune homme durant tout le trajet jusque chez lui. Je ne fais pas que poser mes yeux sur lui d'ailleurs, car ma main vient doucement caresser sa cuisse, dans un doux geste de remerciement. Il s'occupe de moi. Tellement bien. Je veux en faire autant pour lui. Je veux qu'il puisse compter sur moi. Qu'il me fasse confiance. Je veux plus que du sexe, avec Scott. Parce que, sans se mentir, jusque là nos rencontres duraient seulement une nuit. De longues nuits d'insomnies, certes, mais ça ne change rien à la situation.

Nous arrivons finalement à destination. Sans un mot, je descends de la voiture, suivant mon amant jusque dans son domicile, que je connais maintenant par cœur. J'enlève mon blouson, tentant de l'accrocher à un porte-manteau, mais il a bougé au dernier moment. Tant pis. Mon blouson ne tombera pas plus bas... Je m'attaque alors à mes chaussures, les retirant avec encore plus de difficulté. Sans parler de mes chaussettes... Je me dirige ensuite vers le canapé. Je sais que j'y passerai la nuit. Pas à cause de l'humeur de Scott. Mais plutôt parce que je ne suis pas capable d'aller plus loin. Je détache ma ceinture, baissant mon pantalon. Je retire ensuite ma chemise, laissant le tout par terre. M'approchant de Scott, je passe mes bras autour de son cou, me collant à lui, et le regardant droit dans les yeux. Je viens prendre ses lèvres, l'embrassant aussi longuement que tendrement, avant de reculer légèrement ma tête.

" Je t'aime, Scott. "

Sur ces mots plus sincères que jamais, je dépose un dernier léger baiser sur les lèvres de mon amant, me reculant pour m'affaler sur le canapé, m'allongeant sur le dos. À peine mes yeux sont-ils fermés que je m'endors, ronflant légèrement. Mais un large sourire étire mon visage, accompagné, un peu avant que je ne sombre dans un profond sommeil, d'un murmure supplémentaire.

" Je t'aime tellement... "
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Allo maman bobo... ♣ Connor   

Revenir en haut Aller en bas
 

Allo maman bobo... ♣ Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Allo maman bobo ♫ - Absynthe [& Squatteurs ♥]
» un petit bobo
» Ma présentation, maman gateau
» Maman les p'tits bateaux...
» MAMAN, J'AI RATE L'AVION ! - HOME ALONE (THQ) 1990-1992
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-