Partagez | 
 

 You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 8:38

© blend - Tumblr


Lucas C. Sedwick

CITATION

Fiche d'identité:
Informations Générales

Noms :
Sedwick
Prénoms :
Lucas Connor
Date de Naissance :
13 janvier 1980
Age :
34 ans
Lieu de Naissance :
Los Angeles.
Lieu de Résidence :
Los Angeles.
Métier/Études :
Ancien journaliste. Aujourd'hui impliqué dans différents trafiques.
Orientation Sexuelle :
Hétéro.
Statut Civil :
Veuf

Dossier Criminel

Arrestations ? :
Aucune.
Condamnation ? :
Aucune.
Drogues ? :
Oui, régulièrement.
Alcools ? :
Pareil.
Je veux être membre des :
Hors la loi.
Caractère et Caractéristiques:
Caractère

Pendant longtemps, Lucas a été un jeune homme charmant, gentil, serviable et même boute-en-train. Le genre à ne pas se prendre la tête pour un oui ou pour un non et à simplement vouloir profiter de la vie. Toujours le sourire aux lèvres, la plaisanterie facile et tout ce qui s'ensuit. Il était passionné par tout. Par la vie, l'amour, l'écriture, le journalisme, le monde, son histoire ... Tout.

Mais au cours de ces dix dernières années, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a changé du tout au tout. Renfermé sur lui même, froid, silencieux et observateur, il vit plutôt en reclus et peine à s'ouvrir aux autres. Il est pour le moins associable et n'apprécie que moyennement la compagnie humaine.
Il est très nerveux, également. Il sursaute au moindre bruit trop fort et pourtant, il s'implique lui même dans de mauvaises histoires la plupart du temps. Et ce, forcément à cause de la vie qu'il a mené au cours de ces dernières années.

Caractéristiques

• Il a plusieurs tatouages qu'il s'est fait faire entre ses 18 et ses 24 ans. Un sur chaque avant bras, un dans le dos et un sur une omoplate.
Il a une cicatrice du à une balle, qui lui traverse l'épaule, une cicatrice de dix centimètres de longueur qui traverse son flan de sa taille à son dos. Et enfin, quelques petites cicatrices sur les bras, restes de torture ...


Mon histoire

Écrivez ici l'histoire de votre personnage dans un minimum de 30 lignes!


A propos de moi:



Hello tout le monde ! Je m'appelle Elodie, mais les gens me surnomment Morphine. J'ai 23 ans. J'ai connu le forum grâce à facebook et je le trouve pas mal (bien que pas fan du css. Mais c'est juste mon avis. Et le design est top). Je serai présente tous les jours. En ce qui concerne le code, le voici : (do or die & rouge). Avant de conclure, je voudrais rajouter que j'adore ce personnage *-*.
Code:
Ϟ <em>Jared Leto</em> as <strong>Lucas C. Sedwick</strong>






Dernière édition par Lucas C. Sedwick le Dim 9 Mar - 13:31, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 8:38

© blend - Tumblr



Mon histoire

Raconter ma vie m'est assez compliqué, puisqu'il y a ma vie d'avant et ma vie d'après. Celle d'avant débute à ma naissance et prend fin à mes vingt quatre ans. Je ne garde que peu de souvenirs de ma première vie. Ma vie d'avant. Celle avec laquelle j'ai eus envie de renouer en revenant ici. J'ai surtout souvenir d'une personne, très précisément. La seule qui n'a jamais quitté mes pensées, mes souvenirs, mes rêves. Mais pour raconter mon histoire, je dois tout de même mentionner ce dont je me rappel, de ma première vie, pour commencer.

C'est en 1980 que l'histoire de Lucas Connor Sedwick débute. Je suis le fils d'un écrivain rêveur et d'une mère au foyer douce et aimante. Jack, bourré d'imagination, qui aime coucher des histoires toutes plus folles les unes que les autres, sur papier. Pendant que Cynthia élève leurs trois enfants. J'ai d'ailleurs un grand frère et une grande soeur et suis donc le petit dernier de la famille. Celui qui est le plus chouchouté et le plus dorloté et j'ai toujours adoré ça. Mes parents sont des personnes très ouvertes d'esprit, qui nous laissent une grande liberté. C'est ainsi que mon frère de décide de prendre une année sabbatique, à l'obtention de son bac, pour faire le tour du monde. Quand il revient, il décide de suivre des études de médecine pour être médecin dans l'armée. Quant à ma soeur, elle devient prof d'anglais en France. Et quelques années plus tard, je prends à mon tour une voie qui risque de m'éloigner souvent de chez nous, puisque je décide de devenir journaliste reporter. Ce que, encore une fois, mes parents acceptent sans hésiter. Ils me poussent même à aller jusqu'au bout de mes rêves, comme ils ont fait avec leurs deux premiers enfants.

J'ai 20 ans quand je rencontre celle qui deviendra la femme de la vie. Du haut de ses dix huit ans, Mandy est celle de laquelle je tombe amoureux pour la première fois -et la dernière. Mais à l'époque, je l'ignore totalement-. Je l'aime. Je l'aime vraiment. Et on vit une relation tout ce qu'il y a de plus adorable. Ca marche très bien entre nous. Les gens trouvent qu'on va bien ensemble. Je le pense aussi. En quatre ans de relation, j'ai largement le temps d'envisager mon avenir ensemble. Je pense sans l'ombre d'une hésitation, que nous allons nous marier et avoir des enfants. Pour moi, il ne peut en aller autrement. C'est la logique même. Et même si on n'en parle pas plus que ça, je sais qu'elle pense pareil.

Malheureusement, des mauvaises choses arrivent tous les jours et pas qu'aux autres. Preuve en est ce qui m'est arrivé à moi. Et c'est là que ma vie d'avant prend fin. Je pars en mission reportage, à l'autre bout du monde. Je ne l'ai pas dis à Mandy, mais c'est le dernier reportage "chaud" que j'accepte. J'ai prévenu mon patron. Je ne veux plus quitter le sol américain. La raison est bien simple. A vingt quatre ans et en couple depuis des années avec une femme que j'aime vraiment, je pense qu'il est grand temps pour moi de me poser et de me montrer sérieux. Je compte bien la demander en mariage dès mon retour.  C'est évidemment une surprise que je vais lui faire. Mais cela n'arrivera jamais. Une fois les pieds posés sur le sol étranger, je gagne mon hôtel où je pose mes affaires et envois un message à celle que j'aime pour la prévenir que je suis bien arrivé. C'est le dernier message que je lui ai envoyé. La dernière fois que j'ai été dans cet hôtel. Le dernier souvenir que j'ai de cette vie là.

J'ai un mal de crâne pas croyable et la gorge sèche. Première constatation que je fais quand j'ouvre les yeux. Cligner des paupières me demande des efforts considérables. Je prends une lente inspiration, qui se transforme en râle douloureux. J'ai les poumons en feu, le visage qui me tire de partout et quelque chose coule sur ma lèvre. Quand j'y passe la langue, je reconnais le goût du sang. Je ferme un instant les yeux, inspire une fois et les rouvre. Difficilement, je lève la tête. Ca fait travailler des muscles endoloris. Je suis plongé dans une semi pénombre inquiétante et une fenêtre aux barreaux de fer, laisse entrer un halo lunaire dans la petite pièce. Quelques bruits de gouttes se font entendre et raisonne dans l'endroit confiné. L'air est froid et humide. J'ai la bouche pâteuse de n'avoir rien avalé depuis des lustres. Quelques bribes de souvenirs me reviennent en tête. Des bras qui m'encerclent, un sac foutu sur la tête, les mains ramenées dans le dos et bloquées par des cordes en nylon qui me cisaillent la peau. Je me suis un peu trop débattu, ce qui m'a valu un coup sur le crâne. C'est là que ça me lance le plus. "Alors, réveillé ?" Tonne une voix forte et grave, au fort accent étranger. Je tourne le regard vers une ouverture dans la pierre. Un homme se tient là, bras croisés sur le torse et épaule contre la roche grise. Dans son costume trois pièces, il est pour le moins élégant. Cigare aux lèvres et cheveux plaqués en arrière, il ressemble à un mafioso. Ce qu'il est sans doute maintenant que j'y pense. "Tu nous excuseras pour nos mauvaises manières. Mais nous voulions être certains que tu n'étais pas flic. C'est que tu n'es pas très causant." Ajoute-t-il sur un ton presque aimable, avant de s'approcher. J'ai le réflexe de vouloir me reculer mais je grogne de douleur quand mes muscles protestent et mes mains hurlent à l'agression, toujours parfaitement attachées dans le dos de la chaise sur laquelle je suis assis. "Tchut tchut tchut, doucement, tu vas te faire mal." Remarque-t-il avec toujours cette fausse amabilité. Bien qu'il ne tarde pas à rire, semblant se foutre royalement de moi. Il prend place sur une chaise en face de moi et tend une main pour m'attraper le menton et me forcer à tourner la tête, de sorte à ce qu'il puisse voir les traces de coups sur mon visage. Je n'ai même pas la force de lutter. "Bien. Maintenant que nous savons qui tu es, d'où tu viens et avec qui tu vis, tu te doutes bien qu'il est préférable pour toi de coopérer." Je ne suis pas assez idiot pour ne pas comprendre la menace dans la phrase "avec qui tu vis". Il parle de Mandy. Il me fait bien comprendre qu'il peut s'en prendre à elle si jamais je joue au con. Je ne pense pas avoir le moindre choix, donc. "Que voulez-vous ?" Je demande d'une voix enrouée à force d'avoir gardé le silence. Il comprend que je ne vais pas protester, que je suis prêt à tout pour protéger celle qui ne deviendra, de toute évidence, jamais ma femme. "Vois-tu, au départ, nous voulions demander une rançon à ton pays, toute simple. Mais nous avons enlevé un autre journaliste quelques jours avant toi. Et avons malheureusement été forcés de l'exécuter, parce que le gouvernement américain n'était pas assez réactif à notre goût. Tu étais donc parti pour suivre le même chemin que ton collègue." Il rit de bon coeur et ne s'arrête pas au fait que je ne réagisse personnellement pas du tout. Je crois que je préférerais qu'il me tue. Mais je crains que si je ne lui fasse une telle demande ou n'attente plus tard à ma vie, c'est Mandy qui le paiera. Alors je me tais et attend qu'il me dise ce qu'il veut de moi. "J'ai une fille. Anya. J'attends d'elle qu'elle ait un garçon qui pourra reprendre les rennes de ... Notre affaire familiale. Et qu'en attendant qu'il soit en âge, qu'elle puisse au moins trouver un homme qui occupera ce poste. Il s'avère qu'elle est très difficile en matière d'hommes et semble incapable de trouver chaussure à son pied." Il soupire et lève les yeux au ciel. J'affiche un sourire ironique, malgré la douleur que ça occasionne sur tout mon visage. "Ou elle est simplement moche et personne ne veut d'elle." J'ironise bien malgré moi. Et il me le fait regretter aussitôt, en m'envoyant sa paume en plein visage. Ma tête tourne à quatre vingt dix degrés et je crache du sang avant de tousser, cracher encore une fois, puis retrouver difficilement mon souffle. "Malheureusement pour moi, c'est toi qu'elle a choisi. Un américain. Quelle honte." Qu'il soupire en ignorant mes précédentes paroles. Je n'arrive pas à me révolter contre cette annonce. Je pense seulement à la douleur qui me traverse tout entier, de la tête aux pieds. Je préférerais mourir que d'être infidèle à Mandy. "Et puis ? Si j'accepte de lui accorder une chance ?" Je demande difficilement. Il rit. Puis retrouve instantanément son sérieux. "C'est elle qui va t'accorder la chance d'être ton épouse, si elle en décide ainsi, pauvre idiot. Il va s'en dire que si ce n'est pas le cas ... Celle qui t'attend aux Etats-Unis pourrait ne plus exister d'ici à ce que tu sois sorti de ce cachot."

Il faut des semaines avant que chaque plaie sur mon corps, ne daigne se refermer tout à fait. Certaines, trop profondes, laissent des cicatrices qui ne disparaîtront sans doute jamais totalement. Mais ce qui compte le plus pour moi, c'est que Mandy soit saine et sauve et ne risque rien. Et le fait que ce soit ma future femme, celle que je n'aime et ne connais même pas, qui soigne mes blessures physiques, m'importe également peu. Elle n'est pas moche, contrairement à ce que j'ai pu affirmer pour me payer la gueule de son père. Mais elle ne m'attire pas. Parce que toutes mes pensées sont tournées vers la seule femme dont je suis amoureux. Elle le sait. Cette Anya connait parfaitement mon histoire et ça ne l’émeuve pas du tout. Elle pense que je vais finir par tomber amoureux d'elle. Elle pense que son père peut tout acheter, tout avoir, même un homme. Elle est persuadée que je vais finir par tomber amoureux d'elle. Je n'ai même plus la force de protester pour tenter de lui faire entendre raison. J'ai cessé de parler depuis des jours et ne sors plus de mon mutisme. Elle s'en fiche. Elle trouve que ça me donne un petit côté mystérieux et semble adorer ça. Tu parles. Je ne fais que la haïr chaque jour un peu plus. Et pourtant, quand je suis de nouveau sur pied, je n'ai d'autre choix que de l'épouser et de tomber dans les combines de son père. Trafiques de drogues, d'armes, de filles, meurtre, torture. En quelques mois, je suis forcé de faire une croix que mon passé, l'homme que j'ai été, qui j'ai aimé et sur tous mes souvenirs, pour ne pas tomber pour de bon, ne pas me laisser tout simplement crever. Plus d'une fois j'ai envisagé l'idée de faire un faux pas qui causerait "involontairement" ma mort. Mais à tous les coups, j'ai crains que mon beau père et patron, ne se doute du fait que mon actes était délibéré, et ne mette ses menaces à exécution. Il se méfie de toi, me garde à l'oeil, surveille le moindre de mes déplacements et le moindre de mes appels. Je ne tente donc rien. Jamais. Je me contente d'avancer et obéir. Obéir. Encore obéir.

Trois ans après notre mariage, Anya tombe enceinte. Et c'est sans doute parce que j'ai prié très fort, qu'elle fait une fausse couche. Six ans plus tard, nouvelle grossesse, nouvelle fausse couche. Son père ne décolère pas.  C'est elle qu'il tient pour responsable de ces grossesses ratées et j'en suis soulagé. A aucun moment il ne pense à vouloir changer de beau fils -ce qui signifierait sans doute ma mort- et j'en suis infiniment soulagé. De plus, il semblerait qu'il commence enfin à me faire confiance et même à m'apprécier. "Ma fille n'est qu'une putain d'incapable. Si je ne l'aimais pas autant, je te conseillerais de l'abandonner à son triste sort ! Elle n'est bonne à rien !" Tonne-t-il pour la énième fois depuis des jours. Je ne réponds rien. j'ai cessé de demander ma libération, dès le départ.  Au lieu de parler, je porte mon verre d'alcool à mes lèvres. C'est ce qui me permet de tenir debout. L'alcool et les drogues qui me passent sous le nez tous les jours, allant d'un trafiquant à un passeur qui apportera ces merdes dans tous les pays du monde, à d'autres trafiquants. Evidemment que je n'aime pas cette vie là. Mais je n'ai pas le choix. Et je le sais. J'ai vu plus d'horreurs qu'une personne normale au cours d'une vie entière. Je suis maintenant rôdé. Rien ne me fait peur. Rien ne compte plus pour moi désormais. Quand je pense à Mandy, je me dis qu'elle doit m'avoir oublié désormais et être heureuse dans les bras d'un autre. Depuis le temps, je me suis mis en tête que ce serait une très bonne chose pour elle et que si c'était le cas, j'en serais heureux. "Ces bonnes femmes ... Toutes des putains d'salopes." Je l'entend grogner encore une fois. Puis je le vois dégainer une paille et de la coke. L'instant d'après, il s'enfile dans le nez une quantité impressionnante de poudre blanche. "C'est peut-être un peu t..." Je commence. Mais m'arrête quand son front heurte brutalement le bureau. Est-ce qu'il est mort ? Quel con. Je me lève, m'approche et tâte sa gorge à la recherche d'un pouls. Non il n'est pas mort. Je ne suis pas soulagé, pas déçu non plus. Je m'en fous simplement. Je me suis fais à l'idée de cette vie depuis une putain d'éternité au moins. Ca fait neuf ans que je vis ça. A quoi bon  vouloir changer quoi que ce soit maintenant, hein ? Tant pis après tout. Et pourtant, quand mon regard rencontre une arme dotée d'un silencieux, posée sur une caisse un peu plus loin, je ne prends guère le temps de réfléchir. Je m'approche, m'empare de l'arme et reviens vers mon beau père. C'est sans aucun sentiment que je pose le canon de l'arme contre sa tempe et tire. C'est salissant mais silencieux. Je récupère un mouchoir blanc pour faire disparaître mes empreintes de sur l'arme et la place dans sa main. Je nettoie le verre dans lequel j'ai bu et quitte tout simplement la pièce. Je connais par coeur la villa de l'homme. C'est donc sans mal que je trouve la salle dans laquelle se trouvent les écrans et enregistrements des caméras. Je fais disparaître toutes celles qui indiquent que je suis passé le voir aujourd'hui et quitte la villa une fois toutes les caméras arrêtées. Le soir même, le suicide de ce richissime et dangereux homme, est annoncé dans les médias. Je ne fais pas mine d'être surpris, enjoué, terrifié ou triste, quand "j'apprends" la nouvelle. Je suis un homme sans émotion, sans sentiment, rien. Et tout le monde le sait aux alentours. Mon épouse pleure la mort de son père. Ou elle pleure ma prochaine disparition. Parce qu'elle le sait et l'a toujours su. Je n'ai jamais été attaché à elle. "C'est fini n'est-ce pas ?" Me demande-t-elle quelques jours plus tard, alors que je suis en train de retomber, douloureusement, des effets dévastateurs d'une énième drogue que je me suis enfilée. "Quoi ?" Je soupire doucement en me laissant tomber dans le fond de mon fauteuil, yeux cernés posés sur son visage. "Nous. Notre mariage. Tu vas partir n'est-ce pas ? Maintenant que mon père est mort, qui va te retenir ?" Je ricane doucement. "Moi. Pourquoi partirais-je ? Je n'ai plus rien, nulle part." "Il y avait cette femme ... Cette ... Mandy. Tu ..." "Ta gueule !" Je tonne en me redressant et en la fusillant du regard. Mais je suis affaiblis par la tonne de trucs pas très bons pour la santé que j'avale à longueur de journée. Et retombe donc dans le fond de mon fauteuil, sérieusement fatigué. "T'as raison, j'vais partir. Bientôt ..." Je marmonne doucement avant de la regarder tourner les talons. Je me redresse une nouvelle fois, attrape la bouteille de bière qui traîne là et la fini en quelques longues gorgées. Avant de me lever et partir à sa suite. Quand je la rejoins dans la pièce, elle est au téléphone. Elle a tout juste le temps  de dire "ce n'était pas un suicide", que j'enroule un bras autour de son cou et flanque le canon d'un flingue contre sa tempe. Elle sursaute et je souffle un "shhh" presque doux à son oreille. Elle s'excuse auprès de son interlocuteur en affirmant qu'elle regrette ce qu'elle vient de dire et qu'elle est chamboulée par la mort de son père. Avant de raccrocher. Je vérifie que la ligne est bien coupée. "Et maintenant ?" Demande-t-elle d'une voix tremblante. "Maintenant tu vas me suivre. Gentiment." Je réponds d'une voix presque douce, avant de l'entraîner en direction du salon. Je la force à prendre place dans le canapé et lui tend quelques pilules d'ecstasy, ainsi qu'un verre de vodka. "Tu sais que je ne peux pas. j'ai arrêté toutes les drogues et j'ai un traitement méd..." "Je sais." Je la coupe presque gentiment, en prenant place dans le fauteuil qui lui fait face. Enfin, la lumière se fait dans son esprit. C'est à son tour. Cette fois ci ça ne sera officiellement pas un suicide. Juste une rechute qui lui aura coûté la vie.  Elle verse quelques larmes, qui ne me font aucunement capituler. "Je t'aime ..." Je lui réponds par un "bonne nuit" avant qu'elle ne porte les pilules à sa bouche et ne les avale avec une gorgée d'alcool.

Un an plus tard, je ne sais plus qui je suis ni qui je veux être. Les poches pleines de billets -façon de parler pour désigner mes comptes en banque- j'abandonne cette vie derrière moi. Mais pour aller où et faire quoi ? Difficile à dire. J'ai fini par mettre mes affaires en ordre et annoncer mon départ. Il n'y a plus de menace véritable sur moi et c'est sans réelle crainte, que je regagne les Etats-Unis. Ma vie d'avant, si l'on puis dire. Je ne suis pourtant pas certain de retrouver quoi que ce soit. Mon retour est assez bizarre. J'ai le réflexe d'aller voir les flics. De leur dire qui je suis. Et puis je retrouve ma famille. Je ne ressens rien en les voyant. Dix ans. Je ne les ais pas oublié. Pas vraiment du moins. Mais je ne suis plus le même. Et je me suis forgé une telle carapace, que je n'arrive pas à être réjouis ou ému de ces retrouvailles. Je ne ressens ... Plus rien.


Dernière édition par Lucas C. Sedwick le Sam 15 Mar - 17:03, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 8:50

Encore merci!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 I love you I love you I love you I love you I love you I love you                           
Je suis trop contente.
Hâte de lire ton histoire!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 8:51

merci à toi d'avoir crée un tel scénario, surtout                        
Revenir en haut Aller en bas
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 9:08

Bienvenue ^^
Bonne chance pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 9:10

merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 9:33

Bienvenue ^^
Han Jared *.* J'adore ce chanteur et son groupe est juste... *Bave*

Bref, encore bienvenue et bonne chance pour ta fichette ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 9:34

je suis tellement d'accord avec toi     
merci bien   
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 9:35

Mais tout est parfais chez lui, ses films, donc groupe hannnn ^^^^
En totu cas tu me réjouie =)
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 9:36

En tant qu'acteur il est zlkjrklqgn !! (Son rôle dans Dallas Buyers Club est une tuerie, pour ceux qui l'ont vu      )
Revenir en haut Aller en bas
Mafia Italo-AméricaineMafia Italo-Américaine
avatar
Kendall Alestra
Date d'inscription : 23/02/2014
Messages : 380

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 10:29

Bienvenue *-* J'ai hâte de voir la suite de ta fiche ! (surtout en ayant Jared fucking perfect Leto en avatar *___*)
Si jamais t'as besoin de quelque chose ou que tu as des questions surtout n'hésites pas *-*

_________________
    Be without fear in the face of your enemies.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 10:33

Merci beaucoup beaucoup *-*
et toi avec la magnifique Emilia *O*
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 10:56

Bienvenue beau jeune homme (nan je ne suis pas psychopathe siffle)
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 11:01

Le simple fait que tu précises que tu ne l'es pas, m'inquiète beaucoup XD Pire après lecture de ton profil   

merci quand même   
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 11:01

Bienvenue ici ^^ ! Dis-donc, tu en fais une heureuse :p ! Bon courage pour ta fiche !

Si tu as des questions, n'hésite pas ! Le staff est là !
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 11:04

oh ben j'espère bien oui   

merci beaucoup et sans souci   
Revenir en haut Aller en bas
Fallen AngelsFallen Angels
avatar
Cassidy S. Mandrake
Date d'inscription : 05/09/2011
Messages : 803

Mon profil
Avatar:

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 12:00

Bienvenue ♥

Effectivement, tu en fais une heureuse!! Alex va être jaloux Surprised

Bonne chance pour ta fiche et comme les autres l'ont si bien dit, si tu as besoin de quoi que ce soit, le Staff est là

_________________
- it's where my demons hide -
♪ Tu chasses les anges qui passent. C´est la peur du silence. Cette nuit la vie ta repris, la meilleure des amies. Une photo en souvenir. Une larme, un soupir. De cette nuit qui s´achève, elle te rejoint dans tes rêves ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lawar.forumactif.fr
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 12:03

merci beaucoup    
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:04

Bienvenue sur le forum ^^

Morphine, je crois que je te connais XD Apple spring ou alors la scénarithèque nan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hors la loiHors la loi
avatar
Connor O'Donnell
Date d'inscription : 26/06/2013
Messages : 234

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:09

J'arrive un peu après les effusions de joie et certainement les cris hystériques, mais ça ne change rien à mon message : bienvenu parmi nous, et bonne chance Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:33

merci beaucoup à tous les deux *o*

Marilyn, je suis à pas mal d'endroits x) dont la scénarithèque ouais ^^
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:40

Daccodac ^^ et je crois que tu avais mosquées Connor dans un répertoire quand j'ai pubé sur le facebook de la scenaritheque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:46

j'ai pas compris là XD le scéna j'en n'ai vu la pub nulle part si c'est ce que tu dis ^^ j'ai vu une pub pour le fo ^^
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:52

En fait ça date de fin Janvier je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   Dim 2 Mar - 14:53

ah ouais non c'était pas moi x)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick   

Revenir en haut Aller en bas
 

You were the love of my life the darkness the light || Lucas Connor Sedwick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Where is love there is life [HOT]
» City Life sur Macbook ?
» city life edition 2008
» [Half-Life] Jumping Aera
» Half Life 2 Survivor vers 1 & 2 (Taito Type-X+)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Vieilles Présentations-