Partagez | 
 

 Yelena * Deambulation nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Yelena * Deambulation nocturne   Dim 19 Jan - 20:52

La nuit était tombée depuis peu mais Marilyn Parker était déjà couchée. Le programme télévisé n'avait rien d'intéressant ce soir et la jeune femme se sentait fatiguée ces derniers temps. Une bonne et longue nuit de sommeil lui ferait donc sûrement le plus grand bien. C'est ainsi qu'elle avait résonné à table en mangeant sa salade. Alors elle avait expédié les pâtes et le poulet, le yahourt et le fruits, pour aller plus rapidement sous la douche. Chaude, bien sûr. Puis elle était sortie, s'était empressée de se sécher et avait ensuite gagné sa chambre pour se glisser sous ses draps. Après avoir branché la petite veilleuse qui faisait alors un peu de lumière réconfortante pour la brune qui avait peur du noir depuis dix ans. Depuis qu'elle avait eut à subir des mois d'enfermement dans une pièce sans fenêtres. Rapidement Morphée avait emportait la jeune femme au pays merveilleux des songes. Mais ce qu'elle vit alors dans son esprit n'avait rien d'agréable.

Se réveillant en sursaut Marilyn sent des larmes glisser le long de ses joues. De ce cauchemar la jeune femme en a l'habitude. Une silhouette qui se découpe dans l'encadrement d'une porte. Elle sait que c'est Tristan qui vient la voir après sa maladie pour lui réapprendre son passé. Mais ce rêve l'angoisse toujours malgré tout et ce à chaque fois qu'il lui traverse l'esprit. Mais elle ne sait pas comment se debarasser tant de ce cauchemar que de cette peur qu'elle en a. Avant elle pensait que le temps ferait son affaire. Apparement le temps aime à se hâter lentement. Car ce cauchemar revient toujours aussi fréquemment.

La brune essaye de retrouver le sommeil mais n'y arrive pas alors en soupirant elle se lève, chausse ses pantoufles et se décide à faire un petit tour dehord histoire de se fatiguer, de grelotter et donc de revenir ensuite avec plaisir peut-être que cela l'aidera à mieux dormir. Ainsi enfile-t-elle un pull ainsi qu'un jean et un bon manteau par dessus pour sortir ensuite dans sa rue sans réel but si bien qu'elle  se laisse guider par ses pas sans trop faire attention à sa direction où au nom des rues. Ce qui n'est pas toujours prudent puisque elle arrive du côté des endroits mal-famés ce qui n'est jamais très prudent surtout pour une femme. Perdue dans ses pensées la jolie russe donne la vague impression d'avoir oublié tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Dim 9 Fév - 8:50

Encore une journée de travail qui n'en finissait pas. Nous étions sur les traces d'un trafic de drogue mais pas le moindre témoin ou suspect à se mettre sous la dent. Le patron était pour le moins désappointé et il rejetait sa mauvaise humeur sur tous les membres du bureau. Si bien que mon partenaire avait fini par proposer de faire une planque dans un des vieux quartiers de Los Angeles pour essayer d'avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Sauf que ce qu'il ignorait, c'était qu'en proposant cette idée, ce serait à lui de faire la planque. Et avec moi s'il vous plait. J'avais toujours détesté les planques de nuit. Être obligé de rester dans une voiture, sans bouger, à siroter du café pour rester éveillé, cela ne m’excitait guère. J'aurais de loin préféré me retrouver sur une scène de crime avec un cadavre froid que d'être obligé de rester immobile dans un habitacle avec mon partenaire. Oh, ce n'était pas mon partenaire le soucis, c'était l'inactivité que j'allais devoir subir pendant toute la nuit. Et après une journée de travail qui plus est. Moi je dis, préparé du café, j'allais en avoir besoin.

Après notre journée de travail officiel, mon partenaire et moi avions pris la direction du parking qui se trouvait sous les bureaux du FBI et avions pris une vieille voiture banalisée du FBI pour ne pas nous faire remarquer à bord d'un des 4X4 flambants neufs. Les sièges étaient défoncés et à peine avais je posé mes fesses dessus que j'avais déjà mal au dos. Et je ne vous raconte même pas l'odeur de renfermé qui régnait dans le véhicule. C'était juste insoutenable si bien que, hiver ou pas, nous avions roulé les fenêtres ouvertes pour essayer d'enlever l'odeur. Une fois dans le quartier ciblé par notre planque, nous avions refermé les fenêtres et nous étions installé un peu plus confortablement sur les sièges, si tout fois cela était possible.

Cela faisait maintenant plusieurs heures que nous étions installé là, dans une rue où l'on croisait prostituées et dealers. Mais aucun signe des membres du potentiel réseau. La nuit s'annonçait longue. J'allais proposer à mon partenaire de dormir pendant que je guettais quand j'aperçus une personne qui dénotait dans cette rue. Je sortis du véhicule et me dirigeais vers cette personne, que je ne voyais que de dos. Elle m'avait l'air perdu dans ses pensées et ne semblait pas s'être rendu compte de l'endroit où elle se trouvait.

"Excusez moi, vous semblez perdu, je peux vous aider?"


Je n'avais pas reconnu Marilyn Parker, ma meilleure amie. Si cela avait été le cas, soyez sur que je lui aurais dit de tout de suite rentré chez elle car c'était un endroit dangereux. Heureusement que j'avais été de planque dans cette rue sinon, dieu seul savait quel drame aurait pu arrivé à la jeune femme.

petit message:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Dim 9 Fév - 21:00

Elle marchait ainsi, sans but, dans les rues peu sûres de Los Angeles, guidée par des pensées qui ne la ravissaient en rien, par sa mémoire qui l’empêchait de dormir et lui faisait courir les rues les plus mal fréquentées de la ville. Elle risquait de faire un tas de mauvaise rencontre, à flâner dans de tels endroits. Mais perdue dans ses pensées elle ne s’en apercevait même pas. Comme sin son esprit ne pouvait plus songer à autre chose qu’à cette affaire, à Alexandre, à Ekaterina, à Mandy… et à elle évidemment, perdue dans ce bordel, perdue dans cette situation qu’elle ne comprenait pas vraiment ou qui en tout cas lui semblait à la fois si proche et si étrangère. Une voix pourtant, la tire de ses rêveries et la fait sursauter. Perdue dans cette nuit, elle ne reconnait tout d’abord pas la voix, alors qu’elle réalise dans quel quartier de la ville ses pas l’ont conduite. Alors bien sûr elle s’imagine un tas de scénario. Qui est derrière elle ? La jeune femme s’imagine tout et n’importe quoi. Déjà, elle se voit braquée et laissée pour morte, quelque chose dans ce genre là. Rien de bien glop. Du coup la brunette a peur de se retourner vers la fille qui vient de l’apostropher. Son cœur bat la chamade. Que va-t-il bien pouvoir se passer. De primes abords toutefois la voix n’a pas l’air menaçante. Mais il parait que l’on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Qu’il faut se méfier des inconnus, surtout ceux que l’on rencontre à la nuit tombée dans des quartiers réputés assez mal famés.

Lentement, la brune se retourne, les yeux clos pour retarder le moment où elle devra voir, affronter la situation en face à face. Son cœur manque d’exploser dans sa poitrine alors qu’elle a peur. Pourtant, elle fait bientôt glisser ses doigts pour dégager sa vue. Ne reste alors plus de barrières que ses paupières closes qui finissent pas s’ouvrir pour découvrir un visage pour le moins inattendu. Marilyn s’attendait à tout, absolument tout. Sauf à tomber sur sa meilleure amie qui apparemment, devait faire de l’espionnage après son service. La brune ne savait pas trop car avec la blonde elles ne parlaient jamais de ces affaires. Pour que Yelena n’ai pas d’ennuis au FBI si quelqu’un apprenait qu’elle parlait de ses affaires avec ses amis hors du bureau, ce qui pouvait être considéré comme grave par certains.

«- Yelena ! Mon dieu comme tu m’as fais peur si tu savais ! J’ai crû que j’allais mourir sur le coup, tu n’a pas idée mais je me suis imaginé tout un tas de scénarios débiles pour la mise en scène de ma mort. Ce n’est pas bien de me faire connaître de telles frayeurs ! Un peu plus et je passais carrément l’arme à gauche ma chérie !» s’émouvoie la jolie Marilyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Sam 15 Fév - 5:37

Sacrée nuit qui s'annonçait. Mon partenaire dormait déjà à moitié quand je vis une jeune femme qui semblait perdu dans ce quartier pourri de Los Angeles. Autant vous dire que je réveillais Yuri en le prévenant que je sortais du véhicule banalisé pour aller aider quelqu'un. Une fois dans la rue, j'avançais jusqu'à la personne. Est ce que je m'attendais à trouver une amie ici? Pas le moins du monde. Aussi, je fus surprise quand, une fois la jeune femme en face de moi, je reconnus Marilyn, une bonne amie à moi, pour ne pas dire ma meilleure amie.  

"'Lyn?! Mais qu'est ce que tu fais là? C'est dangeureux comme coin!"


Elle voulait se faire tuer ou quoi? Parce que c'était ce qu'elle risquait en sortant dans ce genre d'endroit, seule surtout. Regardant autour de moi, je vis que nous étions observé par un homme qui ne m'inspirait pas confiance. Alors, attrapant le bras de ma meilleure amie, je lui fis parcourir les quelques mètres qui nous séparait du véhicule où Yuri nous attendait. Normalement, je n'avais pas le droit de faire cela mais je n'allais pas non plus laisser une amie à des ennuis certains. Faisant signe à Yuri de ne rien dire, je me tournais vers Marilyn.

"Je peux savoir ce que tu fais ici, dans un des quartiers les plus malfamés de Los Angeles?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Sam 15 Fév - 9:40

Yelena semble surprise de voir Marilyn, tout comme cette dernière fut surprise de se retrouver nez à nez avec la jeune femme agent du FBI. Pas tous les jours que l’on se perd dans un coin malfamé, pour se faire sauver par une amie qui nous prend alors pour une malade à trainer ici. Que fait-elle dans un tel coin ? Elle ne le sait pas. Pas le temps d’y réfléchir que Yelena l’entraine en direction du véhicule du F.B.I. Tient, elle a le droit ? Apparemment pas puisque son collègue veut protester mais que Yelena le fait taire avant de répéter sa question. Que fait-elle là. Finalement, Marilyn se décide à parler. Peut-être un peu intimidée par le fait que ce soit deux agents du F.B.I. même si l’une des deux est sa meilleure amie.

«- Je ne sais pas. Je n’arrivais pas à dormir alors je suis sorti. J’ai marché… oh je ne sais pas. Longtemps, ça c’est certain. J’étais perdue dans mes pensées tu sais, je pensais à cette histoire, là, avec cette fille. Ekaterina tu sais, je t’en ai déjà parlé. Bref. Je me suis endormie, j’ai fait… tu sais… mon cauchemar… Impossible de me rendormir après et puis… et puis voilà. Je suis sorti, j’ai pensé à elle, à cet Alexandre, à cette histoire comme quoi il est maintenant avec la meilleure amie de sa fiancé disparue, je trouve ça glauque bref… fin… voilà. C’est… c’est arrivé comme ça… Je me suis laissée emportée par mes pensées, par les récents évènements. »

Marilyn a soudainement envie de pleurer en parlant de tout ça, de son cauchemar. D’ailleurs les larmes ne tardent pas à naître aux coins de ses yeux et à couler sur ses joues. Elle se sent si perturbée par tout ce qui lui arrive ces derniers temps. Il faut dire que sa vie est loin d’être facile en ce moment, le ciel n’est ni bleu ni clément avec elle. S’en est déroutant. S’en est fragilisant. D’ailleurs la brune se sent fragile en cette seconde, elle a l’impression qu’un tout petit rien pourrait facilement la casser, la briser, l’anéantir. Plaçant ses mains devant ses yeux elle veut cacher les larmes qui l’assaillent tout à coup. Son cauchemar, son fichu cauchemar… Si seulement elle avait la possibilité de s’en débarrasser pour sûr elle n’hésiterait pas un seul instant, pas une seule seconde. Mais il reste, tenace, accroché à elle. Il lui colle aux basques, il lui colle à la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Ven 21 Fév - 4:42


Je n'arrivais pas à comprendre ce que ma meilleure amie  faisait dans ce quartier. Elle était folle de se promener ainsi, tard la nuit, dans un quartier peu fréquentable à cette période de la journée. Il aurait pu lui arriver des ennuis si je ne l'avais pas remarqué et emmener dans notre véhicule. D'ailleurs, cela ne fit pas plaisir à mon collègue qui essaya de protester avant que je ne le fasse taire d'un regard. Je demandais alors à 'Lyn ce qu'elle faisait dans cet endroit et elle me répondit alors qu'elle avait fait son cauchemar habituel. Elle n'avait pu se rendormir et avait donc marcher sans but jusqu'à ce quartier, à penser à une certaine Ekaterina et un certain Alexandre. Je ne connaissais ni l'un ni l'autre mais je savais que mon meilleure amie était le sosie de cette femme.

En tout cas, je savais ce que c'était que de vivre avec un cauchemar. J'étais également sujette à ce genre de rêve négatif. Mais alors qu'il était impossible de donner la cause du cauchemar que Marilyn vivait, il était facille de donner la cause du mien: j'avais tué ma mère et je revivais la scène pratiquement chaque nuit depuis mes cinq ans. J'avais l'impression de devenir folle à chaque nouveau cauchemar. Ils étaient exacerbés depuis que j'avais fait la rencontre du fils d'une des victimes de mon père: Juan Dos Santos. Depuis, mes cauchermars étaient plus fréquents. A une époque, je n'en avais pratiquement plus grâce à un psychiatre qui me prescrivait des somnifères. Mais je ne pouvais pas me permettre d'en reprendre maintenant que j'avais un métier. Parce que les somnifères avaient la fâcheuse tendance à me shooter pour la nuit mais également pour la journée. Je vis alors Marilyn se mettre à pleurer. Abandonnant la mission à mon partenaire, je dis à ce dernier que j'allais raccompagner la jeune femme jusqu'à chez elle. Une fois toute seule avec ma meilleure amie, je me surpris à lui faire une confidence.

"Tu sais, à moi aussi, il m'arrive de faire des cauchemars. Il y en a un qui remonte à vingt et un ans mais que je continue à faire."


Jamais encore je n'avais parlé de mes cauchemars à quelqu'un d'autre que mon oncle, ma tante ou mon ancien psychiatre. Si Marilyn voulait que je lui en parle, je lui en parlerais Je ne pouvais rien cacher à ma meilleure amie, rien. Même pas les crimes de mon père si elle venait à me poser la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Lun 24 Fév - 4:31

Marilyn était encore un peu sonnée par les récents évènements qu’elle avait eu à vivre. Son cauchemar lui donnait l’impression d’être encore là, tapis dans l’ombre et de n’attendre que sa somnolence pour se précipiter de nouveau sur elle, lui faire pousser des cris de frayeur atroces. La jeune femme était persuadée qu’il allait revenir, que sa peur cavalerait de même et qu’elle se réveillerait encore comme cela avait été le cas, le visage en sueur, le cœur battant la chamade. Si seulement elle avait un moyen de le contrecarrer, de lui nuire, la jeune femme le ferait. Mais elle ne parvient pas à se débarrasser de ces sombres images qui ne cessent jamais de l’assaillir, d’envahir son esprit. Pourra-t-elle un jour vivre sans avoir à subir un tel supplice que celui de ces images s’imposants à elle ? La demoiselle malheureusement en doute fort même si dans un même temps elle a une grande envie que cela arrive, bien sûr. Elle désire tant pouvoir un jour se repaître d’un tel repos, d’une telle aisance et d’une telle plaisance à vivre. D’une vie sans ennuis, sans ces sursauts chaque nuit, sans cette sueur sur son front, sans toute cette peur qui l’envahie si souvent.

Sans vraiment s’en rendre compte, Marilyn quitta le véhicule aux côtés de son amie, retrouvant la fraîcheur nocturne de la rue. Les deux femmes se mirent à marcher pour quitter ces lieux mal famées au plus vite, guère rassurées à l’idée d’y être seules et presque sans défense. Chemin faisant, Yelena décide de se confier, sur un point dont elle n’avait jamais parlé à sa meilleure amie. Elle faisait elle aussi un cauchemar. Depuis l’âge de ses cinq ans. Cet aveux ne manqua pas de surprendre la demoiselle : pour qu’un cauchemar perdure ainsi, c’est qu’il ne devait rien avoir de commun avec les cauchemars normaux que font les enfants. Yelena devait cacher depuis des années un lourd secret dont Marilyn avait l’impression aujourd’hui de la sentir prête à parler. Mais elle ne savait pas si elle-même était prête à accepter ce que son amie voulait dire. Toutefois, elle était certaine de pouvoir au moins l’entendre, d’autant plus qu’elle devait bien ça à sa plus chère et plus ancienne amie.

«- Tu veux m’en parler ?» questionne Marilyn d’une voix douce alors que toutes deux arrivent presque chez elle ; elles pourront ainsi discuter autour d’une bonne tasse de thé et au besoin, se remonter le moral avec du chocolat, la demoiselle avait quelques boites de ferrero rochers en réserve : elle en raffolait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mar 25 Fév - 14:29


Je comprenais que trop bien que Marilyn soit bouleversée par ses cauchemars. J'aurais aimé lui dire qu'il finirait par disparaître mais ce serait mentir. Comment voulez vous que je dise cela à ma meilleure amie alors que je vivais la même chose depuis vingt et un an? Tout bonnement impossible. Je ne me voyais pas lui mentir ainsi l'avais je faite sortir du véhicule et avais pris la direction de l'endroit où vivait Marilyn. Je n'allais pas la laisser rentrer seule alors qu'elle était bouleversée. Alors, j'en étais venu à parler de mon propre cauchemar à ma meilleure amie, pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas seule dans cet enfer. Mais j'avais peur. Peur de lui dire pourquoi je faisais ce cauchemar, de lui avouer qui j'étais réellement. Peur qu'elle ne me rejette, qu'elle ne me tourne le dos. C'était un risque que je ne voulais pas prendre. Et pourtant, je savais que si elle venait à me poser des questions, je ne pourrais pas lui mentir. Alors je croisais les doigts mentalement pour qu'elle ne me pose pas de question.

En route, elle me demanda si je voulais lui en parler. C'était une question à laquelle je ne savais pas répondre. Je savais qu'en parler à quelqu'un me ferait du bien mais en même temps, je ne voulais effrayer personne avec ma vie de famille effrayante à souhait, digne d'un film d'horreur. Et puis, nous étions arrivé chez 'Lyn. Une fois chez mon amie, j'ôtais ma veste et quittait mon holster avant de poser le tout dans la penderie. Oui, je faisais comme chez moi. En même temps, ce n'était pas la première fois que je venais chez Marilyn. Je m'installais sur le canapé et soupirais. Cela faisait du bien de se poser sur quelque chose de plus confortable qu'un siège de voiture. Je fis légèrement craquer mon dos avant de me tourner vers Marilyn.

"Tout à l'heure, tu m'as demandé si je voulais en parler... La question c'est plutôt est tu prête à m'entendre?"


Parce que j'étais capable d'en parler mais je ne savais pas si Marilyn était capable de m'entendre parler de mon père, de ma mère et du rôle morbide que j'avais eu dans la mort de cette dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Ven 28 Fév - 3:01

La demoiselle ne comprenait pas pourquoi son amie semblait si perturbée, lui demandait si elle était prête à l'écouter. Évidemment qu'elle l'était. Elle l'était toujours pour ses amis et donc, toujours pour la jeune femme qui lui faisait face, ce n'était même pas la peine de le demander. Bien sûr que Marilyn était prête à écouter les confidences de la jeune femme. Même si cela pouvait être dur à entendre – et la jeune femme se doutait bien que ça devait l'être autrement, son amie ne lui poserait probablement une question pareille, une question si sotte, si idiote – elle était prête à écouter et surtout entendre ce que son amie avait à lui dire. Cela lui ferait d'ailleurs probablement du bien d'en parler, de libérer son cœur et son esprit. Marilyn avait envie d'être cette épaule secourable pour la jeune femme. Après tout c'est son rôle de copine que d'être là dans ces moment là.

La demoiselle fait entrer la blonde dans son appartement et l'invite à prendre place dans le canapé avant de faire chauffer de l'eau pour du thé, qui les réchauffera sûrement après avoir affronté les fraîches températures nocturnes. Elles en ont bien besoin alors que la jolie Marilyn se sent presque transie par le froid qu'elle vient de subir. Puis elle pose le service à thé sur la table, la théière fumante. Elle sert la blonde, lui offre le sucre puis disparaît et revient avec une boite de rochers, qui ravira sûrement la demoiselle surtout si ses confidences sont vraiment si horribles que cela à dire, à dévoiler. Comme le pressent la jeune femme. Yelena aura sûrement besoin de chocolat pour se remettre de ses émotions : le chocolat est après tout le meilleur ami des femmes, c'est bien connu. Même si bien sûr, toutes le détestent subitement au moment de monter sur la balance : les filles sont de mauvaises amies, hypocrites quelques fois avec leurs meilleurs alliés.

«- Vas-y ma chérie, je t'écoute...»
sourit la demoiselle.


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Dim 2 Mar - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Ven 28 Fév - 8:50


J'avais peur, j'étais terrorisé même. Pas à cause de ce que j'allais dire mais plus à cause de comment ma meilleure amie allait réagir. Parce que ce que j'allais lui dire n'était pas facile à digérer. Nous arrivons rapidement chez la jeune femme. Enlevant ma veste, Marilyn me fait asseoir sur le canapé. Puis, ma meilleure amie part faire du thé dans sa cuisine pendant que je me met à mon aise sur le canapé. C'est à dire que j'avais enlevé mes chaussures et que je m'étais installé en position foetale mais toute droite, pas couché sur le canapé. La jeune femme finit par revenir avec une théière fumante. Elle m'en sert une tasse avant de me proposer du sucre. J'en pris deux morceaux que je fis plonger dans ma tasse avant de remuer avec ma petite cuillère pour que les cristaux de sucre soient bien réparti. Puis, Marilyn reparti pour revenir avec des rochers, mon péché mignon. En même temps, les rochers, c'était du chocolat et le chocolat, je ne lui résistais pas. Elle s'installa à côté de moi et me proposa de commencer mon récit. Je bus une gorgée de mon thé qui me brûla légèrement la gorge. Je posais la tasse sur la table basse avant de refermer mes bras sur mes genoux.

"Tout remonte à mes cinq ans... Et même avant. Quand on c'est connu, je t'ai dit que mes parents étaient morts... C'est en partie faux. Ma mère est morte mais mon père est toujours vivant. Mais dans mon cœur et dans mon esprit, il est comme mort... Je ne sais pas comment t'expliquer... Il y a vingt six ans, quand je suis venu au monde, mon père a pété les plombs et il a fait des choses... Horribles. Officiellement, son nombre de victime est de vingt une femmes, toutes brunes aux yeux marrons... Je dis bien officiellement car le FBI n'est toujours pas sur que mon père ne soit pas l'un des tueurs en série les plus prolifiques des Etats-Unis. Il s'appelait... S'appelle plutôt Michel Morgewood. Tu as certainement entendu parlé de ce tueur en série quand tu es arrivé... Et bien, c'est mon père. Actuellement, il est toujours en prison. Mais il m'envoie une lettre tous les mois depuis mes dix huit ans."

Pas un mot sur le fait que j'étais une meurtrière. Je ne me sentais pas encore prête pour en parler à Marilyn. Tout simplement parce que c'était une blessure trop profonde et pas encore refermée. Autant j'acceptais que mon père soit un tueur en série autant j'avais plus de mal quand il s'agissait du fait que j'ai tué ma propre mère. Je repris ma tasse de thé et la but d'une seule traite. Elle avait eu le temps de légèrement refroidir pendant mon récit. Je pris également un rocher que je dévorais. C'était la première fois que je parlais de mon père à quelqu'un d'autre que ma tante, mon oncle ou le psychologue qui m'avait suivit pendant ma puberté. Retrouvant ma position foetale, je baissais la tête pour la poser sur mes genoux avant de commencer un léger mouvement de balancier. Je me balançais légèrement d'avant en arrière, les yeux fixés sur le plancher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Sam 1 Mar - 15:10

Marilyn était évidemment toute ouïe pour entendre ce que son amie avait à lui dire. Mais cette dernière prit d'abord le temps de boire une gorgée de son thé. Comme si elle voulait gagner un peu de temps ou se donner quelques minutes pour prendre son courage à deux mains. Ce long silence inquiète quelque peu la jeune femme ne manque pas de prendre place juste à côté de son amie pour la prendre dans ses bras, la consoler si besoin est. Puis Yelena commence à parler de son histoire et dès les premiers mots Marilyn est très surprise. Très surprise de découvrir que son amie lui a mentit au sujet de la morte de ses parents même si bien sur au fur et à mesure de ses propos elle comprend mieux pourquoi Yelena considère depuis des années que son père est mort. Et le nom de ce dernier parle curieusement à la jeune femme. Même si elle ne sait plus quand elle en a entendu parler. Elle ne se souvient guère des conversations de Mandy et elle-même au sujet de ce criminel que la blonde étudiait dans le cadre de ses études de journalisme. Donc, elle ne sait plus où elle a déjà entendu parler de ce type mais savoir qu'il ne s'en est toujours pris qu'aux jeunes femmes brunes aux yeux marrons n'est pas une information très rassurante en soit aux yeux de la demoiselle dans la mesure où elle est la meilleure amie de la fille de l'assassin et qu'elle ressemble trait pour trait à la description des victimes que lui a brièvement fait Yelena. Rien de rassurant en soit. Mais comme il purge sa peine et qu'il est donc en prison à vie la jeune femme n'a théoriquement pas quand chose à craindre de cet homme. Mais savoir qu'il continue à envoyer des lettres à sa fille, qui n'en semble pas ravie, la choque. Il cherche quoi ? Il imagine que la jeune femme pourra un jour lui pardonner ses actes ? Il pense vraiment que la demoiselle pourra un jour vivre avec ça, venir le voir en prison comme si de rien n'était ?! À croire qu'il n'avait pas compris que pour sa fille il était un homme mort...

"- Mon dieu ma chérie... Je suis tellement désolé..." murmure Marilyn les larmes aux yeux avant de se taire. Que dire de plus en pareille circonstances ? Que dire de plus face à de tels aveux ? Aucun mot ne pourrait de toute façon effacer les attrocités commises par le père de Yelena. "Comment tu fais pour... Pour vivre avec ça ? Je t'admire, vraiment. Tu ne sais même pas à quel point..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Dim 2 Mar - 10:13


Je m'étais laissé allé dans les bras de ma meilleure amie quand cette dernière m'avait pris dans ses bras. En tout cas, au fut et à mesure de mon récit, les mots sortaient plus facilement que je ne le pensais. Et puis, Marilyn ne semblait pas vouloir que je m'éloigne d'elle à cause des actes de mon père et cela me rassurais. Après tout, ce dernier était en prison et, même si Marilyn était le genre de femmes que mon père aimait tuer, elle devait surement se rassurer en se disant qu'il était en prison pour toute sa vie. Je finis mon récit, les larmes aux yeux. J'avais beau savoir que tout était fini, je ne pouvais m'empêcher de me sentir peiner pour toutes les femmes que mon père avait tué, triste pour toutes ses familles qu'il avait détruite. Marilyn prit la parole pour dire qu'elle était désolé. Je haussais les épaules, pour lui faire comprendre qu'elle n'y était pour rien. Elle ajouta que j'étais forte pour supporter de vivre avec cela. Enfin, ce n'était pas dit ainsi mais c'était comme cela que je le prenais. Elle me demanda comment je faisais pour vivre avec cela... Je ne vivais pas, je survivais...

"Marilyn... Je ne vis pas. Je ne peux pas vivre en sachant que mon père a tué des femmes peu de temps après ma naissance. Je survis plus que je ne vis. Plus jeune, je ne voulais même plus survivre. J'ai pratiquement tout essayé pour que ma souffrance mentale cesse à jamais. Mais à chaque fois, ma tante et mon oncle était là pour me protéger. Alors, j'ai du quitter Los Angeles pour essayer de réapprendre à vivre. Mais depuis mon retour... Je regrette d'avoir survécu. Surtout depuis que je le connais, lui."

En disant lui, je parlais de Juan Dos Santos, un jeune homme que j'avais rencontré quelques jours plus tôt. Il c'était révélé être un jeune homme très agréable et très gentil. Peut être qu'en le connaissant un peu plus, nous aurions pu construire quelque chose comme une amitié voire peut être même plus. Mais savoir qu'il était le fils d'une des victimes de mon père m'avait coupé toute envie. Non pas qu'il soit coupable de se ressentit mais comment voulez vous que nous construisions quelque chose en sachant que j'étais en partie responsable des malheurs qui lui avait enlevé sa mère. Glissant mes mains dans mes manches, comme une petite fille, je traçais du bout des doigts les lignes des cicatrices qui barraient mes deux poignets. Je posais ma tête sur l'épaule de Marilyn, fermant un court instant les yeux, souhaitant m'éloigner de tout cet enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Dim 2 Mar - 14:29

La jeune femme aux cheveux blonds couleur du soleil ne semblait pas aller très bien, c’est le moins que l’on puisse en dire. Marilyn se sentait impuissante face à cette douleur qui parcourait son amie, qui animait le cœur de cette dernière. Que pouvait-elle faire pour adoucir la peine de la jeune femme ? Être simplement là près d’elle n’était peut-être pas vraiment suffisant mais dans un même temps, il était bien difficile de faire mieux puisque bien évidemment, rien ne pouvait effacer les crimes commis par le père de la demoiselle qui pleure entre les bras de sa copine bien décidée à ne pas l’abandonner. Elle la berce un peu entre ses bras et le silence s’installe entre les deux femmes. Que dire en de telles circonstances ? Pas grand-chose, parce qu’il n’y a rien à dire, rien qui puisse vraiment apaiser la douleur. Marilyn en a bien conscience en cet instant, auprès de cette amie à la dérive.

«- Tout ira bien Yelena, je te le promets.»

Marilyn est certaine que les choses s’arrangeront pour la blondinette, que Juan dos Santos, dont elle lui a déjà parlé ne la tiendra pas responsable de ce que son père a fait puisque bien évidemment, Yelena n’a jamais voulu que tout cela arrive. Bien sûr elle ignore complètement que son amie a elle-même tuée sa mère, sous l’influence de son père. A vrai dire elle ne sait même pas comment est morte la concernée. Mais son esprit imagine tout à coup la chose. Le père de la blonde qui tuerait la mère de cette dernière. Etait-elle brune aux yeux marrons ? La jeune femme ne le savait pas vraiment. Mais elle n’osait pas le demander à sa copine qui était déjà chamboulée et dont elle comprenait mieux maintenant, les cicatrices qu’elle portait aux poignets et sur lesquelles, pour ne pas la bouleverser, Marilyn n’avait jamais posé de questions. Pourtant, après quelques minutes, elle se décide à interroger son amie.

«- Yelena, est-ce que... c'est lui qui l'a fait ? Pour ta mère ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Lun 3 Mar - 14:10


Mes larmes ne semblaient pas vouloir s'arrêter de couler. Tous les sentiments que l'on peut bien éprouver pendant ce genre de moment défilaient en moi: Tristesse, détresse, idées noires... Heureusement que Marilyn était toujours près de moi parce que sinon, je crois que j'aurais déjà coulé. Et Fitzgerald qui attendait ce genre d'aveux depuis que je l'avais rencontré. Elle aurait été verte de découvrir que j'en avais parlé à ma meilleure amie et pas à elle. En même temps, en en parlant à Marilyn, je ne prenais pas le risque de retrouver mon histoire en gros titre sur le journal de Los Angeles. J'aurais aimé pouvoir croire ma meilleure amie, croire que tout irait bien mais je ne pouvais pas, je n'y arrivais pas. Je ne pouvais me résoudre à penser que mon passé ne me rattraperait jamais. Le silence s'installa entre ma meilleure amie et moi, silence qui fut rompu par une question qui fit redoubler mes larmes. Non, pas ça, tout sauf ça. Je ne pouvais pas lui raconter que j'étais une meurtrière. Reposant la tasse vide sur la table basse, je remarquais que mes mains s'étaient mises à trembler violemment. J'étais même surprise d'avoir pu reposer la tasse sans la faire tomber. J'avais des flashs dans mon esprit: j'étais dans ma chambre, couchée, quand mon père ouvrit la porte pour me demander de le suivre. Nouveau flash: je plongeais le couteau dans la poitrine de ma propre mère. Encore un flash: moi, les mains couvertes de sang et en pyjama allant à l'école. Levant les mains devant mes yeux, j'eus l'impression que le sang était revenu et qu'il était frais. Une hallucination donné par ma crise d'angoisse.

"Ce n'est pas lui, ce n'est pas mon père... C'est moi, moi et moi seule... J'ai tué ma mère..."

Prenant ma tête entre mes mains, je m'arrachais de l'étreinte de Marilyn pour me pelotonner dans un coin du canapé. L'aveu qui allait faire voler notre amitié. Certes, je n'étais qu'en partie responsable de la mort de ma mère vu que j'avais été manipulé mentalement par mon père. Mais allez expliquer cela à une petite fille de 5 ans... J'étais persuadé que si le gêne de tueur de mon père n'avait pas été en moi, jamais je n'aurais tué ma mère. Mes mains se crispèrent dans mes cheveux alors que les larmes ravageaient toujours mes joues. Marilyn connaissait maintenant toute ma sordide histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Lun 3 Mar - 19:22

La révélation que lui faisait son amie ne manqua pas de secouer la demoiselle. Yelena avait elle-même tué sa mère, du haut de ces cinq ans. Elle n’a pas précisé son âge mais elle a l’air bouleversé et un peu plus tôt, elle a dit à son amie qu’elle faisait le même cauchemar depuis des années, depuis vingt-et-un ans. Peut-être donc depuis cette nuit là qui ne devait plus, depuis, quitter son esprit. Comment vivre, ou plutôt survivre, pour le coup, avec quelque chose de si atroce sur les épaules ? Marilyn peine a comprendre comme son amie peu encore être vivante après avoir vécut un truc comme ça. Pour sûr, elle-même n’aurait jamais supporté que quelque chose de si atroce lui arrive. Elle n’aurait jamais vécut avec ça, impossible. Et cela l’inquiétait quelque peu, lui donnait encore bien plus envie d’être là pour son amie, à ses côtés au quotidien pour lui permettre d’avancer, de ne pas regarder en arrière. Lyn est un peu choquée de cet aveu mais elle se dit que sa copine n’y est probablement pour rien. A cinq ans, on ne pense pas à tuer sa maman. Non, on a pas de telles idées, ce n’est pas possible. C’est donc que quelqu’un ou quelque chose l’a contrainte à le faire. Pas difficile de comprendre alors que c’est le père de la demoiselle, alors fillette, qui avait dût lui faire commettre un acte si abominable. Et il lui envoyait des lettres ? La brune se sentait en rage. Non pas contre Yelena bien entendu mais contre ce type. Cet espère de sale connard qui était encore vivant après tout ce qu’il avait fait. Ce genre de type ne méritait rien d’autre que la chaise électrique et la jolie russe ne comprenait pas comment il était possible que le compte de ce criminel ne soit pas déjà réglé. C’était abominable et injuste de penser qu’il continuait de vivre – enfermé certes mais il vivait quand même, alors qu’il avait détruit tant de vies.

«Yelena… Je… Je ne sais pas quoi te dire. Sinon… que je suis certaine que ce qui est arrivé… n’est pas de ta faute. Ne crois pas que… ne crois pas que parce que tu es la fille d’un monstre, tu es comme lui ne crois surtout pas ça, parce que tu es l’une des meilleures personnes que je connaisse et tu n’a pas le droit de te déprécier à ce point c’est moi qui te le dis…»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mar 4 Mar - 11:29


Je n'arrivais pas à croire que j'avais tout raconté à Marilyn. Cette dernière devait me prendre pour un monstre et se demander pourquoi j'étais encore libre après ce que j'avais fait à ma propre mère. Moi même, je ne comprenais pas comment cela pouvait être possible. Le rapport des experts faisait bien état de mes propres empruntes sur le manche du couteau que les enquêteurs avaient retrouvés enfoncé dans la poitrine de ma mère. Et pourtant, je n'avais pas été poursuivit pour meurtre. Peut être parce qu'à cinq ans, on ne peut être jugé responsable de ses actes. En tout cas, plus d'une fois j'avais voulu mourir à cause de tout cela mais, à chaque fois, mon oncle ou ma tante arrivait et me sauvait. Je leur en avais longtemps voulu et, aujourd'hui encore, une partie de moi même leur en voulait toujours, comme pouvait en témoigner les traces de scarifications sur mes poignets.

Marilyn reprit la parole et eut une espèce de monologue censé me remonter le moral. Bon, elle ne semblait pas me considérer comme un monstre, elle m'annonça même le contraireen ajoutant que le monstre, c'était mon père, et que le fait que je sois sa fille ne voulait pas dire que j'étais moi aussi un monstre. J'eus un faible sourire avant qu'elle ne me dise que j'étais quelqu'un de bien. Quittant ma position prostrée dans un coin du canapé, je me glissais à nouveau dans ses bras avant de poser ma tête sur son épaule.

"Dis, ça te dérange si je t'emprunte ton canapé ce soir? J'ai pas super envie de dormir seule..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mar 4 Mar - 22:16

«- Non. Bien sûr que non, ça ne me dérange pas.»

Marilyn comprend parfaitement ce que son amie peu ressentir en cet instant, comme elle comprend parfaitement que la demoiselle puisse n’avoir aucune espère d’envie de se retrouver toute seule chez elle et face à ses démons. Evidemment que la jeune femme peu rester ici, évidemment que sa meilleure amie est prête à lui faire asile. Et s’il le faut, si Yelena en a besoin, ou si elle en a envie, elles peuvent même dormir ensemble, dans la même chambre, dans le même lit, lovée l’une contre l’autre. Pour soutenir son amie et lui permettre de ne pas perdre pied, Lyn est prête à faire pas mal de chose si il le faut. Comme une mère le ferait pour son enfant qui se voit victime de cauchemar, Marilyn est prête à passer la nuit auprès de son amie en espérant lui apporter la force nécessaire pour pouvoir se relever, pour aller bientôt mieux. Car après tout, c’est un peu de sa faute ce qui arrive à son amie. Si seulement elle ne lui avait pas parlé de son cauchemar, cette dernière n’aurait pas eût à parler du sien et n’aurait donc pas été fragilisé par cet aveux. De fait Marilyn se sent un peu responsable de cette peine qui a envahit le cœur de son amie même si au fond d’elle-même, au fond de son cœur, la jolie russe se doute bien que ces aveux ont enlevé un certain poids des frêles épaules des Yelena, lui permettant ainsi d’être soulagée, quelque part, des mauvaises choses que la vie a voulu qu’elle rencontre. Parler lui a permit, quelque part, de se libérer et en général ça fait beaucoup de bien, de pouvoir confier ce que l’on a sur le cœur, ce qui nous ronge constamment.


HRP : Je vais dodo vu l'heure. Je fais Juan demain le plus tôt possible ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Sam 8 Mar - 10:02


Je me sentais étrangement bien maintenant que tout était sorti. Peut être le fait d'en avoir parler à quelqu'un y était pour beaucoup. En tout cas, Marilyn accepta que je dorme chez elle ce soir. Je n'avais aucune envie de passer la soirée seule ou du moins, ce qu'il restait de la nuit. J'eus un faible sourire, ainsi installer dans les bras de ma meilleure amie. Je savais que jamais cette dernière ne m'aurait laissé retourner chez moi après ce qu'il venait de se passer. Mais j'avais préféré demander que de m'imposer. Ce n'était pas dans mes habitudes de m'imposer ainsi, je préférais de loin demander. Et il m'arrivait parfois de refuser de rester quelque part alors qu'on m'invitait. C'était dans mes habitudes, j'avais été élevé comme ça. C'était le meilleur moyen de protéger ma véritable identité. Je commençais à sentir mes yeux se fermer mais je devais encore tenir. Parce que voilà, dormir tout de suite serait synonymes de cauchemars. Alors, je levais un peu les yeux vers Marilyn.

"Tu sais quoi? Merci de m'avoir écouter."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Dim 9 Mar - 8:53

La demoiselle la remercie pour avoir écouté ce qu’elle avait à dire mais évidemment c’est tout naturel. Une amie cela sert à ça. A écouter ce que l’on a à dire, à écouter ce que l’on a sur le cœur. Et Marilyn se serait reproché de n’avoir pas accomplie cette tâche essentielle du rôle d’une amie. Non, ce n’était pas possible qu’elle ne soutienne pas Yelena pendant ces moments difficiles. Elle devait la soutenir, l‘aider, l’écouter, l’épauler. Bien sûr. Ne pas le faire ce serait moche. Elle sourit à sa copine. Elle a l’air d’aller un peu mieux. Lyn prend sa tasse et la porte à ses lèvres. Le thè est assez tiède maintenant si bien qu’elle le termine d’une traite. Après quoi elle se lève du canapé, pour se dégourdir un peu les jambes. Elle n’aime pas rester trop longtemps assise. Elle sourit à Yelena tout en se mettant à marcher dans la salle. Cela fait du bien. E dire qu’elle était censé dormir. Rien de tout cela ne serait arrivé si ses cauchemars ne l’avaient pas réveillé. Pour une fois qu’ils se sont montrés plutôt utiles ceux là ! C’est limite comme si la jeune femme allait remercier son esprit de ‘lavoir réveillé. Peut-être que rien arrivait par hasard. Enfin bref.

«- Que voudrais-tu faire maintenant ?»

La jeune femme sourit à sa meilleure amie. Elles devraient faire quelque chose pour s’occuper car à vrai dire Marilyn n’a plus tellement envie de dormir. A voir si Yelena a envie de faire quelque chose ou non, Marilyn est prête à la suivre si elle veut. Tout dépend de ce que la jeune femme désire. Lyn lui adresse un fin sourire pour la pousser à dire ce qu’elle a envie de faire, elle n’a pas à avoir peur, Lyn peut tout entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mer 2 Avr - 12:06

Tout cela m'avait épuisé et pourtant, je savais que je n'arriverai pas à trouver le sommeil avant un long moment. Déjà parce que j'avais trop pleuré pour trouver le sommeil sans craindre un cauchemar et puis, j'étais pas chez moi, dans mon lit... Alors quand Marilyn me demanda ce que je voulais faire maintenant, je lui en fus reconnaissante. Je n'aurais pas à me tourner et retourner dans mon lit en sachant que je risquerai de trouver un sommeil agité. Tout en réfléchissant, j'observais ma meilleure amie qui avait commencé à faire les cent pas dans la pièce. J'avais bien des idées mais aucune ne me plaisait alors aucun risque qu'elles plaisent à Marilyn. Il n'aurait pas été super tard et j'aurais apprécié la musique techno, je lui aurais proposé une virée en boite de nuit mais bon, la musique qui vous hurle dans les oreilles, c'était pas le pieds pour parler ou être au calme. Et puis, j'eus une super idée.

"Rassures moi... Tu aimes toujours autant les films à l'eau de rose? Car je m'en ferais bien un avec un pot de crème glacée. "

Oui, j'aimais les films d'amour bien nian nian et dégoulinants de guimauves à souhaits. Cela me permettait de m'éloigner de ma vie pourrie et de rêver au jour où je rencontrerai le prince charmant. Même si c'était pas près d'arriver si vous voulez mon avis. Qui voudrait de la fille d'un tueur en série? Pas tout le monde en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mer 2 Avr - 21:06

Si elle aime toujours les films à l’eau de rose ? Qu’elle fille n’aimerait pas ça ? Marilyn est une véritable fan de ce genre de choses, elle n’est clairement pas prête à abandonner ça, à se détourner de ces histoires d’amour filmés. Oh non. Pas prête de ne plus aimer s’évader de la sorte devant la télévision. Elle adresse donc un sourire à son amie et va ouvrir l’armoire contenant les DVD. Elle a une jolie collection c’est le cas de le dire et tout est rangé par genre. Les drames avec les drames, les comédies avec les comédies. Et sur une étagère, la plus en hauteur, c’est la place pour les favoris. Shame, Gladiator, Inglourious basterds, la rafle, un long dimanche de fiançaille, Apocalypse Hitler… C’est là que l’n retrouve tout les films préférés de la demoiselle. D’ailleurs, elle prend deux CD qu’elle montre à son amie, un grand sourire scotché sur ses lèvres, alors qu’elle demande à l’agent du FBI de faire un choix entre les deux œuvres l’un étant le splendide The Notebook, l’autre étant Match Point. Les deux d’ailleurs contiennent une scène sous la pluie qui pour l’un comme pour l’autre font toujours beaucoup pleurer la demoiselle. A tel point que s’en est presque flippant quand on y pense. Parce que c’est du genre à vraiment la faire pleurer, c’est-à-dire comme une madeleine.

«- Alors, lequel ? Sinon j’ai aussi The Holidays !»

Dans ses favoris aussi évidement. Comment ne pas aimer une comédie romantique avec des acteurs aussi drôles que ceux qui composent le casting et notamment Jude Law que la brunette trouve toujours trop craquant dans ce film. Non pas physiquement quoi qu’il ne soit pas laid non, mais surtout psychologiquement. Car c’est toute la dimension morale des personnages qui plait ou déplait à la brunette dans les films qu’elle regarde et elle n’aime pas voir qu’un personnage manque parfois de relief, de saveur, d’intérêt.

"- Je vais nous chercher des bonbons ! Tu installe le DVD ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Ah    Jeu 3 Avr - 6:27


J'avais demandé à ma meilleure amie si elle aimait toujours autant les films à l'eau de rose. Et vu son sourire, cela avait été une question débile. En même temps, quelle fille n'aimait pas les films romantiques bien dégoulinants de guimauve? Pas moi. J'en étais fan et même mieux, les quelques soirées télé que je me faisais et sortie ciné, c'était pour ce genre de film. Bien, j'aimais également les films d'horreur mais pour se détendre, c'était pas le mieux. Alors j'avais proposé un film romantique et Marilyn m'en avait sorti deux: The Notebook ou Match point. J'étais peut être une fan de Woody Allen mais face à un si bon film qu'est The Notebook, il ne valait rien. Marilyn connaissait mes goûts en matière de film et j'avais du mal à croire qu'elle ose me demander si je voulais regarder The Notebook... Off course que je voulais regarder ce merveilleux film de Nick Cassavetes. Je lui pris le DVD des mains et eus un grand sourire. Elle me demanda d'installer le DVD pendant qu'elle allait chercher des bonbons. Ah bah, elle n'avait pas de crème glacée... Dommage. Mais je me contenterais des bonbons pas de soucis là dessus. Le DVD fut rapidement installé et j'allais m'installer sur le canapé, les pieds sous moi après avoir enlevé mes chaussures. J'attendis que Marilyn soit revenu pour lancer le DVD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Jeu 3 Avr - 9:13

Question débile, quel film Yelena préfère entre the notebook et match point ? En fait, quoique la jeune femme pose vraiment cette question elle a déjà en tête une petite idée de la réponse que son amie va lui faire. Réponse qui n e tarde pas alors que la romantique bondit sur le film de Casavetes, comme son amie s’y attendait en fin de compte. Il faut dire que l’œuvre de Woody Allen est moins guimauve que cet autre que la demoiselle propose à son amie. En souriant, elle laisse cette dernière installer le film et se dirige donc vers la cuisine pour préparer un plateau télé digne de ce nom. Enfin un plateau télé du soir, du soir bien tardif.

Pendant que sur le gaz elle fait fondre un peu de chocolat, pour pouvoir tremper des bonbons dedans, Marilyn répartit dans ses coupelles des schtroumph, des dragibus, des biscuits fourrés au chocolat, des fraises tagada, des rotulos parce qu’elle adore ça, des crocofile, des bouteilles de coca cola. Et les petit serpentins de chez Lutty qui piquent, piquent la bouche. Oh ce plateau télé le mérite bien ! Et il serait bien vide si Lyn ne pensait pas à y mettre des oursons en guimauve, des oursons, des bananes toutes jaunes… La demoiselle a toujours ce qu’il faut pour ce genre de moment. Vite vite, elle sort le chocolat de son feu et le verse dans une coupe où elles auront de la facilité à tremper les bonbons. Et elle sort de la cuisine en tenant cette merveille qu’elle pose sur la table basse du salon pour le présenter à son amie. On peut dire qu’elles sont gâtées ! En plus la jeune femme n’a pas oublié, bien entendu, de mettre les petits cœurs rouges avec la mousse blanche dessous. Et les sucettes de bébé, les tarentules… un vrai gouter d’enfants pour deux adultes qui ont besoin de réconfort. C’est partit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mar 15 Avr - 10:38


J'étais contente de la tournure que la soirée semblait prendre. Je pense que, au lieu de nous séparer, mon récit nous avait rapproché. Une réelle amitié ne meurt pas quand on apprend l'enfer dans lequel l'un des deux à vécu, elle en sort plutôt renforcé. Du moins, je l'espérait. Je pensais à cela, assise sur le canapé, à regarder le menu du film passer en boucle, attendant le bon moment pour lancer le film. Ce moment, se serait l'arrivée de Marilyn avec un plateau télé assez tardif. Mais je devais vous avouer que mon repas du soir me semblait bien lointain au vu de cette soirée à rebondissement. Alors j'espérais qu'elle avait fait un bon gros choix dans ce qu'elle allait me proposer car j'avais faim.

Ma meilleure amie finit par revenir avec une fondue au chocolat et tout plein de bonbons divers et variés. J'aurais été un homme ou homosexuelle, je l'aurais épousé. Parce que franchement, elle était parfaite. Enfin... Comme meilleure amie, elle était deux niveaux au dessus des autres. Après, comme compagne, je ne savais pas, je ne vivais pas avec elle. Mais si elle était aussi bonne compagne que meilleure amie... Il allait falloir que son futur petit ami soit au niveau... Si elle voulait remplacer son époux bien entendu. Parce que si elle ne voulait pas, la question ne se posait même pas. Une fois que 'Lyn eut installé le plateau repas sur la table basse, je lançais le film et commençait à manger, trempant les bonbons dans le chocolat. Dieu que c'était bon et que ça remontait le moral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   Mar 15 Avr - 20:36

Après les confidences de son amie Yelena, la jolie Marilyn se doutait bien que pour la jeune profiler du FBI ça ne devait pas aller bien fort et elle se disait donc qu’une fondue au chocolat était ce qu’il y avait de mieux à faire dans la mesure où il est bien connu que dans ce genre de situations le meilleur ami de la femme est toujours le chocolat. Qui leur faire prendre beaucoup de kilos en trop pourtant, c’est vrai, mais qu’elles continuent néanmoins à manger preuve que ça ne doit pas leur faire si peur que ça en fin de compte. Il faut dire que l’appel du chocolat est souvent bien plus fort, qu’il prime sur la volonté le plus souvent. Parce que l’appel du chocolat est comme qui dirait totalement sournois et qu’il vous prend par les sentiments, il sait comme vous êtes faibles face à un morceau de noir, de au lait, aux amandes, blanc… Enfin pour sa part Marilyn déteste le chocolat blanc qui n’est pour elle pas vraiment du chocolat mais soit.

Posant le tout sur la table, Marilyn invite son amie à se servir alors que celle dernière lance le film. Ramenant la table vers le canapé pour que ce soit plus facile d’attraper les bonbons en restant lovés dans le canapé, Marilyn s’installe ensuite assise sur son canapé, les genoux ramenés contre sa poitrine alors qu’elle regarde The Notebook qui démarre donc pour de bon à l’écran. Et elle sait déjà que comme d’habitude, elle va pleurer tout le long de ce film parce que ce dernier la fait toujours pleurer comme une madeleine. Yelena n’a pas choisi un film très drôle mais comment lui en vouloir quand on adore soit-même les films à l’eau de rose dégoulinant de guimauve bien rose, bien tendre, bien niaise ?

Rapidement une larme roule sur la joue de la joli Marilyn, devant la beauté de ce film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Yelena * Deambulation nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yelena * Deambulation nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» schéma nocturne
» Samedi 19 Juin - Nocturne Zombies : Death Camp - Belcodène
» Micromania Games Show (nocturne)
» Demyx,la mélopée nocturne
» Chevauchée nocturne[RP non libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-