Partagez | 
 

 Do you want to built a snowman? [Juan/finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 19 Jan - 16:39

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Une belle journée de repos m'attendait aujourd'hui. Enfin, ça, c'était ce que je pensais. Enfin, je n'avais pas mis le réveil ce matin et je m'étais donc réveillé quand Cyclone, mon chaton, c'était mis à miauler juste derrière la porte de ma chambre pour que je lui donne à manger. Réveillé, je décidais donc de me lever et de me préparer un bol de céréales alors que j'allumais la télé pour écouter les infos de la nuit. Rien à signaler si ce n'est que la neige était arrivée cette nuit, chose extrêmement rare dans la région en cette période de l'année. Mais comme quoi, dame nature était en plein dérèglement. Après avoir donné à manger à mon petit chat préféré, je n'en avais qu'un alors c'était facile, je filais sous la douche et m'y prélassait jusqu'à ce que mon ballon d'eau chaude ne soit vide. Autant vous dire que j'y étais resté une bonne demie heure. Et cela faisait le plus grand bien. Une sortie de la douche, je filais dans ma chambre pour m'habiller d'un pantalon noir et d'un pull à col roulé blanc.

Une fois prête, j'enfilais une paire de chaussure de neige et enfilais mon blouson beige non sans avoir au préalable enfilé mon holster contenant mon arme à feu et ma plaque du FBI. Je sortais toujours armé, on ne savait jamais ce qui allait arriver dans cette ville aux mains des gangs et de la mafia. Une fois prête, je quittais mon appartement et montais dans ma ford mondéo grise, direction le centre ville de Los Angeles. J'avais prévue de faire les boutiques et d'aller ensuite jusqu'à la plage. J'avais prévue d'acheter de nouvelles baskets pour le boulot et un nouveau jean, le mien ayant été déchiré lors d'une précédente enquête. Une fois mes achats faits, je pris donc la direction de la plage. La neige rendait le paysage assez étrange entre la mer et l'étendue blanche qui s'étendait à mes pieds. Je marchais sur la plage, regardant les surfs braver les vagues et les enfants courir sur la plage suivis par leurs parents. Je n'avais pas eu la chance de pouvoir courir sur la plage avec mes parents, mon père refusant toujours de nous accompagner quand ma mère et moi sortions. Si avant, cela m'avait étonné, je comprenais maintenant pourquoi il n'était jamais venu avec nous. Alors que je marchais toujours, j'entendis soudain appeler à l'aide depuis les vagues. Les surfeurs étaient tous partis sauf un qui semblait en difficultés dans les vagues. Le temps que je comprenne un jeune homme avait déjà ramené le surfeur sur la plage. Il fallait vite réchauffer le surfeur inconscient avant qu'il ne meurt d'hypothermie. J'enlevais mon blouson et recouvrit le surfeur alors que mon autre main se saisissait de mon téléphone pour appeler les pompiers. Une fois ceci fait, je me tournais vers l'inconnu.

"Bien joué. Il s'en sortira grâce à vous."
©flawless


Dernière édition par Yelena M. Adamovitch le Mer 2 Avr - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 19 Jan - 19:35

Juan était en repos aujourd’hui mais comme à chaque fois, il se disait qu’il allait mettre ce temps à profit pour enquêter sur sa mère afin d’avoir peut-être la possibilité de retrouver un jour son corps. Il ne s’attendait pas vraiment, en prenant sa douche ce matin-là, à vivre une aussi drôle journée que celle qui s’annonçait pourtant. Se douchant puis se séchant avant de filer se préparer à sortir, l’homme pensait vivre une journée pépère, sans évènement particuliers sauf peut-être la découvertes d’un indice capital dans sa course folle après le temps, contre l’homme qui a assassiné sa mère. Pour retrouver où ce connard a enterré le corps.

Fin prêt, vêtu d’un bon jean, d’un chaud manteau et de gants, l’homme se met en route vers les bureaux du FBI, son sac en main, plein de copies de documents chinés au fil de ses jours de congés. Il marche d’un bon pas et ne s’arrête que pour acheter un café au starbuck avant de reprendre sa marche, à pied. Il aimait marcher, c’était un fait. Il avait toujours été un grand sportif, sa mère le lui disait enfant, quand il ne cessait de courir, sauter, bouger, remuer. Elle avait parfois bien du mal à le suivre et quelques fois cela lui avait causé de grandes inquiétudes mais jamais Juan ne s’était décidé à s’assagir.

Il passait près de la plage lorsque des cris attirèrent son attention. Avisant un surfeur en mauvaise posture, l’homme ne réfléchit pas une seconde et se rapproche de l’eau, quitte ses sandale pour ne pas gêner son déplacement et pose son café dans le sable, sa valise sur la serviette d’une demoiselle venue lire là au calme. Hop, le voilà qui se jette déjà à l’eau. C’est froid, en cette saison, mais l’espagnol ne semble pas y prêter attention, les yeux rivés sur cet homme qu’il attrape à la taille quand celui-ci manque de se faire engloutir par les eaux. Le ramenant à bon port, Juan l’étend sur le sable et rapidement il est pris en charge par une jolie blonde qui le couvrit de son blouson avant d’appeler les pompiers tandis que la lectrice tendait une serviette au sauveteur du jour, pour lui permettre de se sécher alors que lui-même tremblait de tout son être en claquant des dents. L’eau était vraiment froide en cette saison et contrairement au surfeur – cela avait sûrement sauvé ce dernier – il n’avait pas de combinaison sur lui. Ses vêtements étant trempés, il devait en plus se déshabiller et s’exposer au vent, pour tenter de se sécher un peu. Et bien sûr il n’avait rien pour se changer. Ce n’était vraiment pas de chance comme on dit mais pour autant l’espagnol n’allait pas regretter d’avoir sauvé une vie, bien que cela implique qu’il soit maintenant coincé sur cette plage, sans solution pour rentrer discrètement chez lui. Dans une tenue pareille, tout Los Angeles allait le remarquer : la pire que poisse. Pourvu que les collègues ne se mettent pas à faire un reportage pour couronner le tout.

«- Oh je n’ai fait que mon devoir en tant qu’être humain mademoiselle… ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Lun 20 Jan - 14:45

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Sacré matinée moi je dis. Je pensais qu'elle allait être calme et se fut tout le contraire. J'étais sur la plage quand un surfeur c'était fait piéger par un océan déchaîné comme c'était souvent le cas en cette période de l'année. Jamais je n'aurais mis un pieds dans cet océan alors je trouvais ce surfeur légèrement taré pour avoir voulu faire du surf par un temps pareil. Surtout qu'elle devait être glacial. Et pour moi qui était très frileuse, c'était juste inimaginable de mettre ne serais ce qu'une phalange d'un doigt dans l'eau. Alors voir que quelqu'un était allé le secourir, je trouvais très courageux. Je ne sais pas si j'aurais eu le courage de le faire. Autant je pouvais garder contenance face à une arme blanche pointée sur moi comme cela fut le cas lors d'une de mes enquêtes, autant plonger dans l'eau froide me terrorisait. Une fois les deux hommes sortis de l'eau, j'avais enlevé mon blouson pour le glisser sur le corps frigorifié du surfeur pendant que le sauveur du jour se voyait offrir une serviette de bain. Je félicitais le sauveur qui me rétorqua qu'il n'avait que son devoir en sauvant la vie de cet homme mais je ne savais pas si j'aurais fait la même chose si j'avais été seule. Il me demanda comment je m'appelais sauf que les pompiers arrivèrent au même moment. C'était une équipe que je ne connaissais pas et ils furent ainsi interloqués de voir que je portais une arme sur moi. Mais ils remarquèrent assez vite mon insigne du FBI et ils ne me posèrent aucune question. Ils donnèrent une couverture de survie au surfeur, me permettant de remettre mon blouson ainsi qu'au sauveur dont j'ignorais toujours le nom. Ils chargèrent les deux hommes dans le camion de pompier direction l'hôpital pour qu'ils puissent se réchauffer correctement. Je ne fus pas autorisé à monter à leur suite alors je dus prendre mon véhicule pour aller jusqu'à l'hôpital.

Une fois que j'eus trouvé une place sur le parking, je me rendis à l'accueil pour demander où le jeune homme qui avait sauvé le surfeur avait été emmené. Après avoir eu son numéro de chambre, je me rendis donc au bon étage. Une fois devant la chambre, je me permis d'attendre avant de rentrer. C'est à dire que je frappais à la porte et attendit d'entendre un 'entrer' retentir dans la pièce. Je rentrais donc dans la pièce, un petit sourire aux lèvres.

« Alors, comment ça va? Au fait, je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Yelena, Yelena Adamovitch. »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Lun 20 Jan - 18:12

Autour de lui, tout n’était qu’agitation pour l’homme en état d’hypothermie et plus personne n’accordait le moindre regard au jeune homme à moitié nu. Au fond c’était bien mieux comme ça, ça lui évitait d’avoir vraiment la honte de sa vie là, sur cette plage et dans les rues de cette ville par après. Mais sa pauvre serviette ne le réchauffait guère et il continuait de grelotter, d’autant plus qu’une petite brise s’élevait maintenant, balayant la lande de sable. Et puis quelqu’un se dépêcha de lui donner une couverture de survie dans laquelle le jeune homme pût s’enrouler pour se tenir un peu plus chaud. Et puis quand l’autre homme fut chargé dans le camion de pompier, on s’occupa d’y faire également monter Juan de sorte à ce qu’il soit emmené à l’hôpital pour des tests. Ce qui l’ennuyait profondément puisqu’il se sentait en parfaite santé et aurais bien préféré s’occuper de retrouver la trace du corps de sa mère. Mais il eut beau protester, le personnel médical ne changea pas d’avis à son sujet. Il fut donc contraint de s’installer dans le véhicule qui s’ébranla bientôt pour prendre la direction de l’hôpital le plus proche. Juan fut alors mit dans une chambre, pour que l’on puisse s’occuper de lui un peu plus tard, la priorité était pour le surfeur. Ce qui ne manquait pas de faire rager le jeune homme. De toute évidence son cas n’était pas grave et il aurait donc très bien pût s’en retourner pour faire ce qu’ils avaient à faire. Mais non, il avait fallu qu’on l’enquiquine, à vouloir le mettre dans cette chambre blanche, aseptisée, qui empestait l’odeur des médicaments et qui, avec ses murs blancs, donnait un drôle de sentiment de… perdition. Quelque chose comme ça.

Des coups frappées à sa portent tirent le jeune homme de ses rêveries solitaires et, se demandant de qui il peut bien s’agir, il invite la personne à entrer. Ce ne peut pas être un membre de l’équipe médicale puisque ces derniers n’auraient pas attendus pour entrer, ils ne se seraient même pas donné la peine de frapper. Non, c’est forcément quelqu’un d’autre. Mais la porte qui s’ouvre lui donne rapidement une réponse et c’est alors qu’il peut voir la blondinette de tout à l’heure, qui entre dans sa chambre. Sûrement s’est-elle trompée, elle devait vouloir voir le surfeur. Mais non. C’est bien à lui qu’elle semble vouloir parler. Et elle se présente. C’est vrai qu’il lui a plus ou moins demandé son nom tout à l’heure. Avec un sourire, le jeune homme se présente à son tour, après avoir gratifié la demoiselle d’un compliment sur son joli prénom. Après quoi il lui demande si par hasard elle ne serait pas russe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Mar 21 Jan - 4:52

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
J'avais horreur des hôpitaux. J'y étais allé plus d'une fois dans mon enfance, notamment le lendemain de la mort de ma mère et cela restait gravé dans ma mémoire. Alors les hôpitaux, moins j'y allais mieux je me portais. J'étais assez mal à l'aise mais pour aller rendre visite à mon bel inconnu, j'étais capable de supporter cela. L'infirmière à l'accueil eu la gentillesse de me donner le numéro de la chambre, assez rapidement d'ailleurs... Après que j'ai eu à lui montrer mon insigne d'agent du FBI... Soit disant je n'étais pas de la famille et je n'aurai donc pas à être dans cette chambre. Je m'en fichais, je voulais voir comment le héro se portais et repartir comme ci de rien n'était. Une fois donc devant la chambre, frappais et entrais quand le brun qui s'y trouvait m'autorisa à entrer.

Une fois dans la pièce, je me présentais avec un petit sourire. L'inconnu se présenta après m'avoir dit que j'avais un jolie prénom. Je ne pus m'empêcher de rire comme une vulgaire petite adolescente amoureuse avant de tiquer sur le nom de famille. Dos Santos... Pourquoi cela me disait il quelque chose, pourquoi ce nom de famille résonnait-il différemment dans mon cerveau? Juan me demanda si j'étais russe. Je regardais par la fenêtre et mes yeux se tournèrent d'eux même vers le brun.

« Je suis née et j'ai toujours vécu aux Etats-Unis. Mais ma mère a immigré aux Etats-Unis pendant la guerre froide. Alors je suis à moitié russe et moitié américaine. Mon père était américain, natif de Los Angeles oblige. »

Mais pas un mot de plus sur mon père. Je préférais de loin parler de ma mère mais mon père était un sujet sensible. Et soudain, le flash qui fait mal. Je me revoyais, petite fille de huit ans devant la télé, devant le procès très médiatisé de mon père avant que ma tante ne zappe. Mais j'entendais encore distinctement le nom des vingt trois victimes de mon père. Et le nom de Dos Santos résonna très clairement dans mon cerveau. Le destin avait quand même des moments sadiques. Je me retrouvais face à un membre de la famille d'une des victimes de mon père. Mon visage avait perdu toute sa couleur pour un magnifique blanc, limite cadavérique. Que faire, que dire? Je ne savais pas et c'était bien la première fois.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Mer 22 Jan - 18:13

Le jeune homme est couché, à attendre que l’on veuille bien s’occuper de lui, lorsque l’agent du FBI qu’il avait plus ou moins rencontré un peu plus tôt sur la plage toque à sa porte et entre, un grand sourire aux lèvres que Juan s’empresse de lui rendre, un peu charmant et charmeur. Après quoi il se présente à elle, après avoir glissé à l’attention de la demoiselle un compliment sur son prénom tant par sincérité que parce qu’il sait que les dames ne résistent pas dès lors qu’on les complimente, sur tout et n’importe quoi. La tenue, le prénom, la mise en beauté…

La demoiselle se présente quelque peu brièvement et la jeune homme remarque alors qu’il ne s’est absolument pas trompé quant à ses origines, la demoiselle est effectivement liée à la Russie, de par sa mère. Il en aurait mis sa main au feu. Mais si c’est la maman de la jeune femme qui est native du pays slave…. Comment se fait-il que la demoiselle, qui a pourtant de toute évidence connu son père, de ce qu’elle en comprend, porte un nom tout sauf américain ? Le jeune journaliste ne résiste pas à l’envie de poser cette question qui lui brûle tout à coup les lèvres.

«- Si je peux me permettre… je me suis douté que vous étiez russe à cause de votre nom de famille. Maintenant, si c’est votre mère qui était russe et votre père américain, pourquoi son nom de famille n’est-il pas plus représentatif de son pays ? Je vous avoue que j’ai bien du mal à comprendre… comment la chose est possible ? Je ne saisis pas bien l’enchainement des choses qui a été nécessaire pour que d’un père américain, vous héritiez d’un nom de famille plus slave que les patronymes slaves eux-mêmes…»

Mais la demoiselle a blêmit et le jeune homme s’arrête soudainement un peu inquiet, craignant que ce ne soit son flot de question qui rendre son interlocutrice si mal à l’aise alors que ce n’est pas ce qu’il souhaite et qu’il se trouve bien désolé tout à coup de la tournure qu’ont pris les choses. Le sujet de son père est-il donc si sensible que cela ? Juan peine à comprendre pourquoi. Mais s’il savait, le pauvre, nul doute qu’il tomberait des nues alors que ce qu’il cherche depuis si longtemps est justement devant son nez, à quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Jeu 23 Jan - 13:17

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
J'étais toujours devant la fenêtre, à essayer de reprendre contenance. Pourquoi le destin se moquait il ainsi de moi? Cela ne suffisait pas de savoir que mon père était toujours en vie, qu'il m'envoyait des lettres tous les mois, non, il avait fallut qu'il mette l'un des membres de la famille d'une victime de mon père sur mon chemin quelques jours après mon retour. C'était tout bonnement pas possible... Quel était la chance que je tombe sur lui alors que Los Angeles était une grande ville. Bon, mon père avait tué vingt deux femmes sans compter ma mère mais quand même... Bon arrêtons de penser à mon père et revenons au moment présent. En tout cas, le jeune homme est quelqu'un d'incroyable, très certainement un journaliste vu la vitesse à laquelle les questions arrivaient dans sa tête qui avait l'air bien remplie. Il tiqua quand je lui dit que c'était ma mère qui était russe et ne pus s'empêcher de me demander pourquoi je ne portais pas le nom de mon père. Zut, je m'étais piégée moi même. Pourquoi je ne lui avais pas dit que c'était mon père le russe... Parce que je ne savais pas mentir et que je n'aimais pas cela. Mais là, je me trouvais dans une situation on ne peut plus complexe. Mais j'étais forte pour me sortir de ce genre de situation. Même s'il allait falloir que je mente légèrement, je devrais m'en sortir sans perdre une plume.

« Vous êtes très perspicace... Votre métier de journaliste doit y être pour beaucoup, je me trompe? Toujours est il que mon père n'a pas une grande place dans ma vie. Je ne l'ai pas vu depuis vingt et un ans et je ne m'en porte pas plus mal. Il essaye de garder contact mais disons que je n'ai pas envie. Alors, plutôt que de garder son nom de famille, j'ai repris celui de ma mère à dix huit ans. »

Et s'il me demandait quel était le nom de famille de mon père, je faisais quoi? Parce que je ne voulais pas qu'il sache que j'étais la fille de l'homme qui avait tué un membre de sa famille, peut être une tante ou une cousine éloignée. Le fait qu'il puisse être l'enfant de la victime ne m'effleura pas l'esprit. Après tout, je n'étais pas très au courant de la vie des victimes de mon père. J'évitais un maximum de ne pas me poser de questions sur les victimes de mon père, je ne voulais pas me sentir monstrueuse en apprenant qu'il avait tué une mère, une épouse ou une fille. Même si je m'en doutais, l'apprendre rendait les choses trop réelles et je ne voulais pas être confrontée à la réalité. Pratiquement au même instant, le docteur entra dans la pièce pour ausculter Juan et je m'absentais de la pièce, obligée et en même temps heureuse de pouvoir le faire. Je me dirige vers la machine à café de l'étage pour me prendre une boisson chaude. Mais je tremblais tellement que je finis par me renverser du café sur moi. Pestant contre moi même, je passais aux toilettes pour essayer de nettoyer la tâche de café qui se trouvait sur mon pull. Un regard à la glace m'apprit que j'avais repris quelques couleurs depuis que j'étais sorti de la chambre de Juan.

J'avais soudain peur. S'il était réellement journaliste, il n'allait certainement pas me lâcher, tout comme le faisait une de ses collègues, Mandy Fitzgerald. Bon, en même temps, il pouvait faire ce qu'il voulait, nous n'étions que deux inconnus l'un envers l'autre. Mais il avait l'air tellement sympathique que cela m'ennuierais beaucoup de ne pas revoir Juan. Mais s'il venait à apprendre que j'étais la fille de l'homme qui avait fait disparaître un membre de sa famille. Alors que je sortais des toilettes, je vis le médecin qui avait ausculter Juan sortir de la chambre. Je ne lui posais aucune question, préférant avoir l'avis du jeune homme sur son propre état de santé. J'entrais dans la pièce et souris au jeune homme.

« Alors, on vous laisse sortir? »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Jeu 23 Jan - 19:40

Cette fille ne semblait pas vraiment dans son assiette maintenant et le jeune homme ne comprenait pas bien pourquoi, même si il se doutait bien qu’il avait touché une corde sensible en parlant du père de la demoiselle qui se révèle plutôt perspicace en balançant au visage de l’homme qu’il est journaliste. Et elle a fait le rapprochement si vite juste parce que les questions viennent rapidement à l’esprit du jeune homme ? Probablement. Mais cela ne voulait pas forcément dire qu’il était journaliste. Mais bon soit, la demoiselle a vu juste sur son compte. De fait il s’en veut, lui, de n’avoir pas été plus perspicace sur le coup du père de la jeune femme. Il aurait dût se douter que c’était pour cela que la demoiselle ne portait pas le nom de son père, il aurait dût comprendre sans qu’elle n‘ait besoin de le dire, qu’elle avait des différents avec son père. Le jeune homme se sent tout penaud et ne sait plus que dire alors. Il voudrait réparer son erreur mais ne peut pas revenir en arrière. Il se contente donc d’envoyer un petit sourire désolé à l’attention de cette fille, navrée de faire ressurgir dans son esprit des évènements qui semblent tout sauf réjouissant. C’est décidé, il va trouver le moyen de se racheter aux yeux de cette jolie blonde. Ils ne peuvent de toute façon pas se quitter comme ça, pas alors qu’elle a probablement, maintenant, une fort mauvaise image de lui. Peut-être le voit-elle comme un connard insensible qui n’hésite pas à faire souffrir ceux qu’il rencontre en posant des questions à la cons qui font du mal, et dont il pourrait trouver tout seul les réponses, sans avoir besoin de l’aide d’une tierce personne qui n’a de par ailleurs peut-être pas l’envie de parler de choses pareilles.

La blondinette quitte la pièce alors que le médecin entre pour examiner le jeune homme. Celui-ci est pressé de pouvoir sortir, de finir cette journée mieux qu’elle n’a commencé et surtout, en faisant ce qu’il avait prévu de faire ce matin-là en quittant sa demeure. Mais le médecin à peine sorti que la blonde est de retour dans la chambre. Tant mieux remarque, le jeune homme doit se faire pardonner son indélicatesse. Mais elle ne semble guère lui en vouloir puisqu’elle l’interroge pour savoir s’il a obtenu le droit de sortir.

«- Oui tout à fait. Et j’aurai déjà quitté les lieux si je n’avais pas une dernière chose à régler. Je vois que je vous ai fait du mal en évoquant un sujet de toute évidence assez sensible et pour me faire pardonner je voudrai…. Vous invitez à sortir, avec moi. Pour un dîner. Ce soir. Dans un restaurant de la ville. Je passerai vous prendre ce soir devant chez vous. Tout du moins si vous voulez bien sortir, évidemment.... je comprendrais que vous refusiez bien sûr, vous n’êtes pas obligé d’accepter évidemment. Mais je voudrai réellement me faire pardonner mademoiselle, de vous avoir peiné comme je l’ai fais… J’aurais dût comprendre seul que le sujet était sensible… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Lun 27 Jan - 14:11

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Le destin était décidément contre moi. J'avais toujours su que revenir à Los Angeles était un mauvaise idée mais à ce point... J'étais loin de m'en douter. En même temps, je n'avais pas pu refuser ma mutation, cela m'aurait certainement grillé au sein du FBI. Mais entre mon patron qui avait enquêté sur mon père, mademoiselle Fitzgerald qui voulait fouiller ma vie passé et maintenant monsieur Dos Santos qui se révélait être membre de la famille d'une des victimes... L'affaire de mon père ne cesserait jamais de me poursuivre. En même temps... Quoi en même temps?! J'avais le droit au bonheur, comme n'importe qui. Peu importais que mon père soit un tueur en série, je ne me définissais pas seulement comme sa fille. J'étais également un agent du FBI. Voilà qui était bien pour me définir, vous ne trouvez pas? Bref, toujours est il que le destin se plaisait à me jouer de mauvais tours. Mais j'allais lui retourner l'appareil un de ses jours, il allait voir. On ne se paye pas la tête d'une Adamovitch aussi facilement. Une fois le médecin dans la chambre, je n'avais pas demandé mon reste pour filer à l'anglaise en direction des toilettes. Ça m’ennuierait beaucoup que Juan, j'arrivais pas à l'appeler par son nom de famille c'était plus fort que moi, apprenne qui j'étais par un autre biais que celui des journaux à scandales. Parce qu'il risquait de prendre mal le fait que je le lui ais pas dit qui j'étais moi même, déjà qu'il allait mal prendre le fait que j'étais la fille du tueur qui lui avait enlevé un membre de sa famille... Et sur que quelque soit la façon dont il allait l'apprendre, j'allais le perdre. Alors autant ne pas trop s'attacher et rester distante, voire évasive dans ce que je disais. Ne pas s'attacher, voilà ce que j'avais décidé. Sauf que c'était plus facile à dire qu'à faire avec un jeune homme comme celui que j'avais rencontré. Il avait tout de l'homme agréable et facile à vivre même s'il ne fallait pas trop le chercher je pense. Après avoir repris quelques couleurs, je sortis des toilettes et repris la direction de la chambre du jeune homme.

Une fois dedans, je lui demandais si le médecin acceptait de le faire sortir. Il me dit donc que oui, qu'il avait l'autorisation de sortir mais qu'une chose le retenait. Je ne compris pas quoi tout de suite jusqu'à ce qu'il me dise qu'il était désolé de m'avoir rendu triste en parlant de mon père. Je secouais la tête et hochait la tête pour dire que ce n'était pas bien grave. Au moins, je n'avais pas eu de questions plus embarrassantes encore. Et là, ça aurait fait encore plus mal que le simple fait d'évoquer mon père. Juan continua sur sa lancée en disant qu'il m'invitait même au restaurant pour se faire pardonner. Il n'y avait rien à pardonner mais j'acceptais volontiers un restaurant. Parce que premièrement, j'avais pas envie de cuisiner ce soir et deuxièmement, cuisiner quoi, mon frigo était vide. Alors, allons y pour un restaurant. J'espérais juste que je ne venais pas de faire la pire erreur de toute ma vie... Mais normalement, y avait peu de risque que je croise quelqu'un que je connaisse. Sauf s'ils s'étaient mis dans la tête de me voir ce soir, ce dont je doutais fort. La seule personne qui pourrait avoir cette idée un peu, disons le, étrange, c'était Yuri, mon partenaire de travail. Mais je savais qu'il se couchait avec les poules celui là.

« J'accepte volontiers un restaurant. Venez, je vous raccompagne jusqu'à votre voiture, cela vous évitera d'avoir à marcher dans Los Angeles par le froid qu'il fait. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Récupérant mon blouson, je sortis de la chambre et attendis que Juan ne me suive. Une fois sorti de l'hôpital, direction ma voiture et ensuite, la plage. Je ne savais pas si Juan y était venu en voiture mais si c'était le cas, elle y serait resté. Une fois le jeune homme déposé et mon adresse écrite sur un papier bien rangé dans une de ses poches, je partis rejoindre mon propre appartement. L'après midi était déjà bien entamé mais les récents événements me mettaient mal à l'aise... Je sais pas quel était le rapport mais bon, hein voilà... Et ce soir, j'étais de sortie... Si ma tante apprenait avec qui je sortais, elle m'engueulerait et pas qu'un peu. Parce que sortir avec une des victimes de son père, c'était tout bonnement une mauvaise idée. Bah oui, il suffisait que je m'attache et si jamais mon identité était dévoilée, tout partirais en hummm, si vous voyez ce que je veux dire. Mais bon, évitons de penser au pire, cela vaudrait mieux. Et puis, cela pouvait également très bien se passer. Alors évitons de penser au pire quand le mieux pouvait tout à fait arriver. Une fois devant ma boite aux lettres, je récupérais mon courrier. C'était impressionnant comment mon père arrivait toujours à savoir où je me trouvais. J'avais droit à une lettre de lui tous les mois... Je ne la lisais jamais mais je la gardais dans une petite boite à chaussure, cachée sous le canapé de mon appartement. Je me refusais à lire ce qu'il m'écrivait, c'était plus fort que moi, je n'arrivais pas à lui pardonner ce qu'il avait fait et ce qu'il m'avait fait faire. Comment voulez vous pardonner un homme qui vous a fait tuer votre propre mère? Impossible. Enfin, sauf selon le psychologue à la noix que j'avais vu à dix huit ans. Pour lui, j'étais parfaitement capable de pardonner à mon meurtrier de père.

Mais passons. Une fois la lettre rangée avec les autres, je pris le temps de boire un petit verre d'un soda très connu avant d'aller chercher les vêtements que je portais pour ma virée au restaurant. J'hésitais entre un tailleur dévoilant mes longues jambes et une robe longue mais bustier... J'avais peur que le tailleur ne soit trop court pour un repas tout ce qu'il y a de plus amical. Alors mon choix fut pour la robe bustier. C'était une robe blanche avec une ceinture à nœud noire. Elle était serrée sur le haut du corps mais tout évasé à partir de la ceinture et elle formait des petits volants. Un peu une robe à la Marilyn Monroe. Et pour couronner ma tenue, une paire de chaussures à talons compensés avec les lacets qui remontaient sur les mollets. Je n'aurais pas été dans un restaurant juste pour un dîner, je crois qu'on aurait pu croire que je sortais en boite de nuit. Mais pas le temps de traîner, je devais encore prendre ma douche et me préparer. Si bien que je fus limite prête quand arriva l'heure du rendez vous que Juan m'avait fixé pour que je sois devant mon immeuble. Jetant un coup d'oeil par une de mes fenêtre, je vis une voiture qui devait sûrement être la sienne arrêté devant mon immeuble. Zut, malgré tout, j'étais quand même en retard. Attrapant ma doudoune au vol, je me dépêchais de descendre. Je dévalais les escaliers en essayant de ne pas tomber. Je n'avais pas pris l'ascenseur, il mettait dix fois trop de temps à monter et à descendre. Arrivée devant la voiture, je vis qu'il s'agissait bel et bien de Juan. Je montais à côté de lui.

« Pardon, désolé pour le retard. »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Lun 27 Jan - 19:30

Le cours des événements était réellement très étrange. Jamais Juan ne se serait imaginé vivre une journée aussi forte en émotions. Et encore il ignorait le secret que gardait la jeune femme qu'il avait rencontré et à qui il semblait avoir fait du mal. Heureusement à vrai dire autrement le cours de l'histoire que le destin leur dessine en aurait été tout chamboulé. Juan ignorait qui était le père de la jolie Yelena. Et c'était peut-être mieux comme ça. Car il avait envie de revoir cette fille. Pour cela il fallait qu'il s'y attache avant de découvrir la vérité. Ce serait dur à encaisser bien sûr. Mais s'il la connaissait ce serait peut-être plus simple. Le jeune homme sourie à cette fille qui lui semble sympathique, à des lieux de se douter du lien qui les rapproche involontairement l'un de l'autre. Il lui emboite le pas et quitte la chambre, se disant que les ennuis sont derrière lui. En tout cas il peut déguerpir de cet hôpital et ça c'est une bonne nouvelle. Autant le dire tout de suite le jeune homme n'aime pas vraiment ce genre d'endroits qui sent les médicaments et la mort. Pas à proprement parler mais quand même. Une de ses tantes est morte dans un tel établissement. Depuis le jeune homme a un peu la trouille de ce genre d'endroits. Bien sûr c'est idiot. On le lui a déjà fait remarquer mais qu'importe ça ne change rien à son affaire, à son ressentie. Il a déjà essayé de se dire que ceux qui quittent l'hôpital vivants sont bien plus nombreux que ceux qui le quittent mort. Ce qui n'a jamais aidé à ce qu'il s'y sente plus à l'aise. Il a besoin de sortir vite, de prendre l'air. De laisser derrière lui l'odeur médicamenteuse de ces couloirs. Enfin le grand hall d'accueil se dessine devant lui. Quelques pas de plus et le voilà dehors. Aussitôt il hume l'air et il lui semble qu'immédiatement, il respire bien mieux qu'avant. Ce n'est qu'une illusion mais c'est tout de même drôlement bon. Il s'arrache pourtant à tout ça de sorte à rejoindre la dénommée Yelena qui parlait donc de le reconduire. Pourquoi pas. C'est vrai que rentrer chez lui à pied, cela représente une sacrée trotte. Il pourrait tout à fait le faire mais après ce temps perdu en rattraper n'était pas une mauvaise idée. Alors le jeune homme décide d’accepter la proposition de la demoiselle. Après tout, ça leur permettra de passer un peu plus de temps ensemble et le jeune homme en a curieusement très envie.

Déposé à la plage, Juan se retrouve seul avec ses pensées. Il y a un tas de choses qu’il ne doit pas oublier pour être fin prêt pour ce soir. Déjà, réserver une table dans l’un des meilleurs restaurants de la ville. Puis mener sa voiture au lavage avant de rentrer chez lui afin de se laver à con tour. Ensuite regarder sur internet comment atteindre l’adresse de la jeune femme, monter en voiture, passer acheter des fleurs avant la fermeture et enfin, prendre la route conduisant à la demeure de la jolie Yelena. Cela en faisait tout un programme ! Il n’avait pas une minute à perdre car l’après-midi était bien entamé maintenant. Du coup, ce n’est pas en marchant que le jeune homme rentre chez lui mais en courant. En se moquant bien de ce que l’on pourra penser de lui. Il court après le temps, espérant en gagner alors qu’il a le sentiment de n’en avoir déjà que trop perdu. Fichue hospitalisation. Tout ça pour rien en plus. Heureusement ceci dit et puis il vaut mieux ça que son contraire mais bon… Juan s’en serait bien passé. Soit, il doit faire avec et n’a pas trop le choix. Il est de toute façon impossible de revenir en arrière. En revanche, s’il n’est pas possible d’améliorer le passé il est encore tant de se créer un beau futur. Pour cela le jeune journaliste a vraiment, vraiment besoin de se presser. Sans trop se poser de question, se presser simplement. Vite vite, il aperçoit le commencement de son quartier au loin et presse l’allure. Qu’elle course. Il n’est vraiment pas du tout habitué à pratiquer du sport et ce sprint est très douloureux pour lui, qui a des points de côtés tout à coup. Mais enfin, le voilà dans le quartier. Rapidement il parvient à atteindre sa rue. Une petite accélération et le voilà devant son immeuble. Ouvrant le portail il entre et se dirige directement vers le garage pour prendre le volant de son véhicule afin de commencer la liste des choses qu’il doit encore faire. Mais avant d’allumer le contact, l’homme appelle d’abord un restaurant chic qui a essuyé un désistement et qui peut donc prendre sa réservation, pour son plus grand bonheur.

Enfin, l’homme peut se faire couler un bon bain chaud dans lequel il prend soin de mettre du bain moussant. Ce sera reposant, il peut bien s’accorder ce répit avant de s’habiller et de reprendre la route pour acheter les fleurs et aller chercher la demoiselle. D’après ses calculs il est encore parfaitement dans les temps et ne se presse donc guère, pouvant s’accorder le luxe de ce bain reposant qu’il a, au fond, largement mérité au cours des dernières heures écoulées car il n’a pas chaumé. Entre deux, il a fait un peu de rangement dans son appartement au cas où il inviterait la jeune femme à finir la soirée autour d’un dernier verre. Autant qu’elle entre dans un appartement propre et pas dans une porcherie sans nom qui aurait sûrement tendance à la faire fuir, comme le font généralement les filles quand elles découvrent un jeune homme un peu « bordélique ». Parce qu’elles ont peur, en s’engageant dans une relation avec ce genre de type, d’être condamnées à ranger des culottes et des chausses sales sans arrêt. Bon, même si Juan et Yelena sont encore loin d’être sur le point d’entamer une relation mais bon. Il avait tout de même préféré ranger, pour faire une première bonne impression si jamais il y avait besoin. Déjà l’heure de sortir. L’homme se hâte de quitter l’eau qu’il évacue en retirant le bouchon puis il s’enroule dans une serviette et prend soin de se sécher délicatement avant de ranger la salle de bain pour rejoindre ensuite sa chambre où il se choisit une tenue, composé d’un pantalon couleur blue jean un peu foncé et d’une élégante chemise noire. Puis il se peigne et quitte son domicile, satisfait. Un tour de clé dans le verrou, le voilà déjà au garage. Et au volant de son véhicule il se lance dans le dédale des rues de Los Angeles, pour arriver chez Yelena qui a un peu de retard mais qui, quand elle arrive, fait sensation.

«- Cela valait le coup d’attendre. Vous êtes splendide mademoiselle Adamovitch ! » répond l’homme qui l’attendait à l’extérieur de la voiture avant de lui ouvrir la portière d’u air galant.

Le jeune homme contourne la voiture et vient se réinstaller au volant. Se réinsérer dans la circulation n’est pas aisé mais Juan y parvient et tout en roulant, il fait la conversation à sa douce compagne. Enfin, le véhicule se gare devant un bâtiment chic et Juan descend de voiture pour aller ouvrir la porte à sa partenaire de soirée. Il espère que le choix du restaurant lui plaira et avance vers celui-ci. Une fois à l’accueil il demande la réservation au nom de Dos Santos et un serveur les guide tout deux à une table joliment décorée, surplombée d’un lustre.

«- J’espère que le lieux vous conviendra. J’ai entendu dire qu’ici les mets sont un véritable délice et j’espère que vous serez de cet avis, Mademoiselle Adamovitch.» déclare l’homme un tantinet séducteur, peut-être un poil trop pour le coup.


Dodo *_*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Jeu 30 Jan - 18:06

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
J'espérais que la soirée se passerait bien. Normalement, il ne devrait pas y avoir de problèmes mais on ne savait jamais qui on pouvait croiser dans Los Angeles. En tout cas, je m'étais préparée pour sortir au restaurant avec le jeune homme que j'avais rencontré dans la journée. Il avait sauvé la vie d'un surfeur et cela lui avait valu un petit tour à l'hôpital. Je l'y avais rejoint et nous avions discuté. Malheureusement, j'avais également appris qu'un horrible lien nous unissait: mon père avait tué un membre de sa famille. Cela avait été un réel choc pour moi de l'apprendre. Car même si je savais que les victimes de mon père avait de la famille, il y avait une sacré différence entre le savoir et l'apprendre. Juan m'avait donné l'impression de remarquer mon malaise, impression qui c'était confirmé quand il m'avait invité au restaurant pour se faire pardonner. Il n'y avait rien à pardonner. Enfin si mais pas dans le sens où le jeune homme pensait. C'était plutôt à moi de m'excuser pour ce que le jeune homme avait subi à cause de mon père. Mais je ne pourrais jamais lui dire ça. Cela reviendrait à lui dévoiler ma réelle identité et j'étais persuadé que jamais il ne voudrait me reparler après ça.

J'étais donc rentré chez moi en pensant à tout cela et je m'étais vidée la tête avec une bonne douche. Je m'étais ensuite préparée en mettant une belle robe bustier et en laçant ma paire de chaussures. Le temps de préparer un petit sac et la voiture du jeune homme se garait déjà devant chez moi. Je n'étais pas la reine de la ponctualité même quand je devais aller travailler. Je descendis rapidement les cinq étages qui me séparaient de Juan et je montais dans sa voiture pendant que le jeune homme me tenais galamment la portière. Je m'excusais platement de mon retard et je ne pus m'empêcher de rougir devant le compliment du journaliste. Pas sur qu'il serait le même s'il savait qui j'étais réellement. Le trajet jusqu'au restaurant vu rapide et animé d'une belle conversation entre mon conducteur et moi même. Il finit par se garer devant un très beau restaurant. J'en avais entendu parler mais n'avais jamais eu l'occasion d'y manger. Suivant Juan, je m'installais en face de lui à une très belle table. L'endroit était magnifique. Je ne pus m'empêcher de glousser devant la phrase de mon cavalier. Je me faisais l'effet d'une adolescente en plein flirt, ce qui ne me ressemblais pas en temps normal. J'étais plutôt froide et distante et non pas comme j'étais là.

« Je vous en prie, appelez moi yelena. Et j'ai entendu un grand bien de ce restaurant à mon arrivée ici. »

Le serveur qui nous avait installé revint alors avec les cartes et nous laissa choisir. Pour ma part, j'eus du mal à me décider. C'était très nouvelle cuisine et j'étais plutôt du genre à aimer les bon vieux hamburgers-frites. Mais j'allais bien trouver quelque chose à manger. Mon choix s'arrêta alors sur la salade du chef: salade, lardons et toast au fromage de chèvre ainsi qu'une bouteille de vin. Mais là, je laissais Juan décider, je ne m'y connaissais absolument pas en vin. Une fois la commande passée et débarrassée de ma carte, je posais une question à Juan, question qui me brulait les lèvres.

« Alors dites moi, pourquoi être devenu journaliste? »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Ven 31 Jan - 8:24

Juan n’était pas peu fier de son choix de restaurant pour la soirée. Il espérait bien séduire, ou tout du moins impressionner la jolie Yelena Adamovitch, rencontrée le matin même au cours d’un accident. Ou plutôt à cause d’un accident, au cours duquel d’ailleurs il avait eut à sauver la vie d’un homme, sous les yeux de la jolie blonde. Il espérait que la demoiselle ne le verrait pas comme un héro constamment après cela, car elle risquerait d’être fortement déçue par la vérité : il n’en était pas un et était loin de l’être. Hors le jeune homme avait constaté qu’une femme, aussi jolie soit-elle… surtout si elle est jolie en fait, prend vite la poudre d’escampette si un homme les déçois. Peut-être parce qu’elles ont cette conviction que, parce qu’elles sont jolies, elles n’auront aucun mal à trouver mieux ailleurs. Foutaises. Elles veulent toutes le prince charmant, sans réaliser qu’aucun être humain ‘na été doté du don de perfection. Pas même elle, qui se déchirent à la recherche de l’homme le plus vertueux, quand en elles-mêmes elles ne valent pas souvent mieux que les hommes qu’elles rencontrent. Mais Juan espère que cette fille aux cheveux d’or, au parfum si entêtant, lui prouvera le contraire ou tout du moins, évincera de son esprit tout ces soucis de sexe, de genre. Au fond, homme comme femme, personne n’est bien différent.

Elle se faisait attendre, désirer. Mais l’espagnol était certain que c’était pour la bonne cause, que lorsqu’elle paraitrait enfin, après plusieurs minutes de retard et de longues heures de préparation il en était presque certain, au point de gager la survie de sa main au feu, elle serait resplendissante, époustouflante de charme. Elle le fut. Et quoique l’espagnol ne nourrisse aucune arrière-pensée quand à cette jeune femme et leur fin de soirée, il fut d’usage et de bon ton, à ses yeux, d’offrir à la pétillante demoiselle un compliment oh combien mérité. Après quoi il ouvrit la portière comme un galant, pour permettre à la délicate jeune femme – quoique agent du F.B.I – de monter dans le véhicule et prendre place sur le siège à son aise, de sorte à ce qu’elle n’ait pas à froisser la jolie robe qu’elle avait choisie pour l’occasion, un tantinet virginale. Puis il contourna de nouveau le véhicule et prit place. Chemin faisant ils discutèrent de choses et d’autres, alors que le jeune homme essayait de distraire la demoiselle, de la faire rire. Il parait que les filles adorent qu’on les fasse rire : l’espagnol manie cette arme tant bien que mal, de fait. Ils arrivèrent rapidement au restaurant où l’homme indiqua sa réservation. On les conduisit alors à une table et assez maladroitement, Juan tenta de relancer leur conversation, avec l’effet d’être un parfait crétin, dans cette situation. Et Yelena renchérit, cherchant à le connaître davantage. Il ignorait comme sa réponse allait pouvoir choquer la jeune femme face à lui car bien sûr il ne soupçonnait pas un seul instant, contrairement à cette jolie blonde, le lien qui les unissait l’un à l’autre.

«- Et bien, pour informer les gens d’une part, je n’aime pas tellement le journalisme que je qualifierai d’un peu ripoux, qui se contente de balancer des informations, celles que la police veut bien donner. Je veux dire ce qu’il en est, que mes lecteurs sachent. Et puis… ainsi j’ai accès aux dossiers du F.B.I… J’espère que cela me permettra de retrouver…. Le corps de ma mère. Je m’intéresse au dossier Dos Santos. Il est censé être terminé, clos. Le meurtrier est sous les verrous mais… il n’y a pas de corps. C’est cela que je cherche réellement en étant journaliste. Je veux la retrouver, honorer sa mémoire… lui offrir des funérailles décentes. Mais ne parlons pas de cela ce soir mademoiselle voulez-vous ? Ce n’est pas un sujet très heureux pour un rendez-vous.» répond-t-il l’œil humide, le cœur battant. Un peu perturbé et ému.



Je code ce soir au pc Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 9 Fév - 11:07

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Mais quand apprendrais je à fermer ma grande bouche? Nan parce que j'enchainais connerie sur connerie là. A l'hôpital et maintenant, en lui demandant pourquoi il avait voulu devenir journaliste. C'est ainsi que j'appris qui était réellement Juan Dos Santos... Le fils de la femme que mon père avait assassiné. Il ne devait avoir que cinq ans environ quand elle avait disparu. Car le corps n'avait jamais été retrouvé. Un réel drame pour un petit garçon. Drame que j'avais vécu un an après, quand ma mère avait été assassiné. Enfin, ce n'était pas réellement la même chose. Il n'avais pas tué sa mère alors que j'avais tué la mienne. A un an d'intervalle, nous avions perdu notre figure maternelle. Mais Juan pouvait être en partie content: il lui restait son père. Car j'avais perdu et ma mère et mon père à cause de l'affaire Morgewood. Mais de cela, je ne pouvais pas en parler à Juan. Bah non, il serait profondément blessé d'apprendre que j'étais la fille de l'homme qui avait tué sa mère et avait dissimulé son corps, aujourd'hui encore introuvable. Car si mon père savait faire une chose, c'était caché les cadavres. Mais allez savoir pourquoi, ils avaient pratiquement tous été retrouvés sauf celui de Madame Dos Santos.

Mais je ne me sentais plus trop dans mon assiette maintenant. Ma tête me faisait mal, je voyais légèrement trouble et mes mains étaient victimes de tremblements que je n'arrivais pas à contrôler. Tout laissait penser que j'allais être victime d'une crise de panique d'ici peu de temps. M'excusant auprès de Juan, je filais assez rapidement aux toilettes mais pas trop non plus pour ne pas attirer l'attention. Une fois dans une des cabines, je baissais le couvercle et m'assis dessus, la tête entre les mains. Je maudissais mon père, le destin... Tout ce que je pouvais maudire y passait. Pourquoi avait il fallut que je me retrouve sur la route du fils d'une des victimes de mon père? Bon, j'avais en partie de la chance, les journalistes de l'époque n'avait que peu parler de la petite Yelena Morgewood, fille du tueur en série. Mais j'étais quand même très nerveuse depuis mon retour à Los Angeles, et encore plus depuis que l'une des collègues du jeune homme c'était mis en tête de prouver que j'étais moi. Oui, c'était assez paradoxal, je vous l'accorde. Mais rassurez vous, je ne comptais pas lui faciliter la tâche. Je tenais à rester loin des affaires de mon père, aujourd'hui encore en prison depuis que sa peine de mort avait été transformé en peine de prison à vie pour bonne conduite. Beaucoup de famille de victimes avaient manifesté contre cette décision et je les comprenais que trop bien. Moi aussi j'aurais préféré voir mon père mort que de le savoir encore en vie même s'il était enfermé.

Reprenant le contrôle de mes nerfs, je sortis des toilettes et me passais un peu d'eau sur le visage. Me regardant dans la glace, je ne vis que peu de signe du combat intérieur qui se livrait en moi. Mes yeux étaient légèrement rougis à cause des larmes qui avaient menacé de couler et mes joues n'étaient que légèrement rosées, alors qu'elles arboraient généralement un beau rose pâle. J'étais de nouveau livide. En même temps, j'avais subit deux chocs émotionnels puissants coup sur coup, à quelques heures d'intervalles. Sortant des toiletes, je retournais à la table du jeune homme, essayant d'empêcher mes mains de trembler. Et je décidais alors de changer de sujet... Mais lequel? Parce que je ne connaissais quasiment pas le jeune homme et je ne savais pas de quoi lui parler.

« Alors, dites moi... Vous aimez le sport? »

C'était le seul sujet qui me vint à l'esprit. Il devait être sportif pour être journaliste. Enfin, je disais ça mais si cela se trouvait, c'était loin d'être le cas et je me trompais lourdement. Peut être qu'il détestais le sport et n'en faisait pas. Et que s'il était aussi mince et musclé, c'était juste parce que la nature l'avait gâtée... Possible. M'enfin, je ne savais pas. Je disais cela pour essayer de faire plus ample connaissance avec le jeune homme que j'avais rencontré ce matin. Déjà, de ce que je savais, c'était un jeune homme agréable à vivre, drôle et souriant. Et il me plaisait beaucoup. Tant par le physique que parce que j'entre-aperçevais de son caractère.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 9 Fév - 21:45

Il ne saurait dire pourquoi mais la blondinette qui lui fait fasse se comporte vraiment d’une drôle de façon par moment, sans qu’il ne puisse bien évidemment en comprendre la raison où le sens. Que peut-elle bien avoir pour trembler comme elle le fait, alors qu’ils parlent seulement de ce qu’il fait dans la vie, de son job de journalisme. Ils étaient dans un endroit très très chic et la jeune femme ne semblait pas aller bien ce qui inquiétait quelque peu Juan qui la dévisageait en cherchant à comprendre ce qui lui arrivait. Assez inquiet dans un même temps, il était prêt à appeler les pompiers en cas de problème qui s’aggraverait. Ferait-elle une sévère allergie à quelque chose de présent entre ces murs ? Le journaliste commence un peu à paniquer, surtout qu’elle se lève et l’abandon e pour courir aux toilettes, le laissant en plan et passablement interloqué. Qu’elle journée. Qu’elle soirée ! Tout semblait aller de travers, même quand il n’aspirait qu’à passer un peu de bon temps en compagnie d’une charmant jeune femme dont il venait tout juste de faire la connaissance. Comme si le ciel se déchainait contre lui aujourd’hui en lui envoyant tout ce qu’il pouvait y avoir de moments les plus désagréables dans une journée.

Patiemment, le regard perdu dans le vague, le jeune homme attend que la blondinette revienne, s’inquiétant en trouvant qu’elle met trop de temps à revenir. Il lui faut un long moment, quand même, avant de la voir réapparaitre alors qu’il se levait pour venir voir si tout se passait bien pour elle, ce qui ne semblait pas être le cas au vu de son absence prolongée. Pourtant quand il la croisa elle ne semblait pas aller trop mal. Même si il était évident que ce n’était pas non plus la grande forme pour elle. Quelque chose la tracassait sûrement mais ne la connaissant pas le brun était mal placé pour le découvrir ; Il allait essayer bien sûr puisque qui ne tente rien n’a rien, mais doutait fortement de réussir à pousser l’agent du FBI à se confier à lui. A vrai dire elle semblait réticente à lui parler d’elle-même, comme si elle voulait cacher quelque chose.

La demoiselle reprend place face au journaliste qui tente de reprendre le cours normal que les choses avaient avant que tout ne s’envole un peu en éclat, même si il ne comprend toujours pas ce qui a prit la demoiselle pour que cette dernière soit la victime d’un comportement comme celui qu’elle a eut. Tout cela est vraiment très curieux aux yeux du jeune homme. Cela sent l’affaire louche à plein nez. Mais comme la jeune femme l’interroge pour découvrir si il aime ou non le sport, il na guère de temps pour réfléchir encore au problème dont elle a été la victime.

« Tout dépend le sport dont il est question mademoiselle. Et vous-même est-ce que vous aimez le sport ? Je suppose qu’au FBI vous devez en faire souvent mais est-ce que vous aimez ça, c‘est autre chose !»



Dodoooooooo codage demain Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Sam 15 Fév - 10:30

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Mon dieu, mais dans quelle galère je venais de me fourrer? Enfin, c'était plutôt le destin qui m'avait mis dans cette situation dont je ne savais pas comment me sortir. J'avais légèrement fuit la table où je me trouvais avec Juan en apprenant qu'il était le fils d'une des victimes de mon père. En même temps, il me fallait du temps pour digérer cette information. Et même si, quand j'étais sortie, je ne m'étais pas encore remise du choc, cela ne se voyait plus vraiment à quel point cette information m'avait choqué. Une fois de retout à table, je ne fis aucun commentaire sur ce que Juan m'avait appris. En même temps, je pouvais comprendre que cela soit un sujet sensible, le corps de madame Dos Santos n'ayant jamais été retrouvé. Enfin bon, passons à autre chose voulez vous? Je demandais alors au jeune homme en face de moi s'il aimait le sport et il me répondit que cela dépendait du sport. Il me demanda alors si jamais ça.

"Vous n'avez pas tord. Entre en faire et aimer ça, il y a pas mal de différence. Disons que je préfère le regarder à la télé plutôt que d'en faire."

Bon, je ne répondais pas totalement à sa question. J'avais appris à être évasive dans mes réponses, ne voulant pas donner trop d'éléments aux journalistes pour qu'ils évitent d'aller fouiller dans ma vie. Même si là, c'était plus un réflexe qu'une volonté de moi d'être évasive. Je ne voyais pas le jeune homme aller fouiller dans ma vie. Après, je pouvais me tromper. Alors que j'allais de nouveau lui poser une question, le serveur nous apporta nos plats. La décoration dans l'assiette était magnifique mais ce qui comptait réellement pour moi, c'était que le plat soit bon. Je n'étais pas très nouvelle cuisine mais j'allais peut être le devenir si le restaurant avait des plats aussi bon que la déco était belle. Prenant une bouchée de mon plat, je ne pus avoir qu'un soupire de bien être. Ma salade était divine.

"J'espère que votre plat est bon. Parce que le mien est sublime. Excellent choix de restaurant. Cela risque de devenir ma cantine avec le temps."
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 16 Fév - 11:25

La soirée serait peut-être agréable mais en attendant le pauvre homme ne comprenait rien au trouble qui semblait habiter la jeune blondinette. Mais bon, guère le temps d’essayer de le comprendre, l’agent du FBI le lance sur le sujet de la pratique sportive. Bon. C’est un sujet de discussion comme un autre après tout et si elle veut parler de ça et bien pourquoi pas. Il lui répond donc, signifiant que tout dépend surtout du sport dont il est question, il est vrai qu’il ne les aime pas tous de même niveau. Puis, une fois qu’il lui a répondu, il décide tout naturellement de renvoyer la question à celle qui vient de la luit poser et elle-même ne semble pas être une grande sportive de ce qu’il comprend de la réponse qu’elle lui fait. Il l’aurait, à vrai dire, un peu parié. Les filles n’aiment généralement pas transpirer et sentir le bouquetin.

Les assiettes se déposent devant les deux jeunes gens et le jeune commence par repaître sa vue de la splendide décoration qu’il a alors sous les yeux. Les restaurants gastronomiques, il fallait toujours respecter un code très strict : volume, texture, couleur. Pour ravir le client par le regard tout d’abord, éveiller sa gourmandise aux délices qu’il va découvrir après avoir plongé la fourchette dans le plat. Yelena semblait plus impatiente car déjà, elle disait que le plat était délicieux et espérait qu’il en soit de même pour la pièce de viande du jeune homme. Son entrée, une assiette norvégienne était ceci dit qi belle, qu’il ne doutait pas une seule seconde que ses papilles allaient s’en régaler et en redemander. Mais la pièce de viande qu’il aurait ensuite en guise de plat ferait sûrement tout autant honneur à sa gourmandise.

«- Bon appétit mademoiselle Adamovitch.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Ven 21 Fév - 5:02

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Le choc initial était passé. Je m'étais faite à l'idée que l'homme en face de moi soit le fils d'une des victimes de mon père. J'avais donc décidé de changer de sujet en parlant de sport. Je n'étais pas une grande sportive sauf quand il s'agissait de courir pour mon footing hebdomadaire, pour garder la forme qu'un agent du FBI se doit d'avoir. Au même instant, le serveur arriva avec nos plats et je dois dire que rien qu'au visuel, ma salade avait l'air divine. Et ce se confirma dés que j'eus pris une bouchée. Le poulet était bien cuit sans pour autant être trop sec, un pur régal. Le jeune homme me souhaita un bon appétit et je le lui retournais, persuadé que je ne finirais pas sur ma faim ce soir. Tout était bon, aussi bien mon plat que le vin choisit par mon nouvel ami. En tout cas, j'aurais bien mangé ce soir, chose relativement rare avec moi. De mes années d'ados, j'avais gardé une prédisposition à l'anorexie et il n'était pas rare que je ne mange rien certains soirs. Et sur que je me priverais de petit déjeuner demain matin pour compenser le petit écart de ce soir.

Le reste du repas fut calme et je me surpris même à sourire et à rire comme s'il n'y avait aucun lien morbide entre le jeune homme et moi. Mon plat principal fut une tarte au chèvre avec des morceaux de thon, un pur délice. Et le dessert, j'avais joué ma gourmande en commandant une mousse au chocolat. Je ne pouvais pas résister au chocolat et encore moins aux mousses de chocolat quand elles étaient faites maisons. En tout cas, une chose était sur, pas de petit déjeuner demain matin. Et même, rien qu'une petite salade pour le repas du midi. J'eus un peu de mal à finir ma mousse mais je n'en laissais finalement aucune miette. Une fois l'addition payée, je remontais dans la voiture du jeune homme.

"Merci pour cette soirée."

Je me penchais même pour l'embrasser sur la joue. J'étais très décontractée, peu habituer à boire du vin comme je l'avais fait ce soir. J'étais pompette mais pas non plus au point de sauter sur le premier jeune homme qui passait dans le coin.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 23 Fév - 6:32

Le saumon était fumé maison et le jeune homme ne douta pas un seul instant qu’il ne fut pas fumé ici-même, fumé maison. Les arômes qui envahirent sa bouche à la première bouchée étaient divins et il regretta presque de ne pas avoir davantage de tranches dans son assiette. Trois, c’était trop peu. Mais il y avait aussi un peu de Saint-Jacques et de crevettes poêlées, qui seraient sûrement délicieuses d’autant qu’elles s’accompagnaient d’une petite crème blanche dans laquelle les saucer. De plus, il pouvait remarquer que le tout avait été agrémenté d’aneth. Le jeune homme se régala avec cette assiette, appréciant tout particulièrement le caviar aux œufs de lump qu’il tartina sur de petits toasts qui agrémentaient cette copieuse entrée. Il était gourmand et gourmet et ne se privait absolument pas. Il n’avait pas besoin de se mettre à la diète, son physique lui convenait bien comme il l’était, c’était à son humble avis le principal.

La viande arriva ensuite. Côte de bœuf-frite pour le jeune homme. Avec des frites maison, un plat est toujours bon. Evidemment, quand ils viennent dans ce genre de lieux les gens ont du mal à commander un plat si simple et c’était au goût du jeune homme une grossière erreur car c’était bien sûr bien meilleur à manger dans ce genre de lieux, avec une viande cuite à la perfection, comme demandée par le client et des frites craquantes, bien blondes, bien dorées. Bien grasses. De celles que l’on voudrait manger avec les doigts mais que, par politesses et parce que l’on est en galante compagnie, on n’ose pas.

Une assiette de gourmandise pour le dessert, au chocolat évidemment. Sur ce point il semble qu’il s’accorde avec la jeune femme qui lui faisait face, elle-même ayant choisi une mousse. Un dessert plus léger que le moelleux au chocolat – chocolat liégeois – religieuse au chocolat du jeune homme. Plus diététique, plus féminin, si on veut. Malgré tout le plus agréable dans ce repas était bien la compagnie de la demoiselle qui le remercia plus tard pour cette soirée. Avec un sourire, l’homme alluma le contact et commença à conduire pour ramener la jolie blonde chez elle.

«- Je dois vous confesser Mademoiselle Adamovitch que j’ai passé auprès de vous une merveilleuse soirée et j’espère avoir un jour encore, l’occasion de vous inviter.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Mar 25 Fév - 12:51

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
La soirée avait été parfaite. J'étais détendue et de bonne humeur, ce qui était plutôt rare avec moi. J'étais plutôt du genre bougonne et renfermée. Peut être parce que le vin m'aidait à me détendre ou parce que le jeune homme arrivait à me détendre. Je ne savais pas encore et peut être même ne le saurais je jamais. Toujours est il qu'après le repas, je remerciais Juan de m'avoir invité à cette soirée. J'avais vraiment passé une super soirée, loin de celles que j'avais d'habitude, dans mon petit appartement à roder toute seule. Une fois dans la voiture, je bouclais ma ceinture et regardais la route pendant que Juan conduisait. Je restais silencieuse pendant tout le trajet, plongé dans mes pensées. Je ne voyais pas la route et je ne repris contact avec la réalité que lorsque la voiture s'arrêta devant mon immeuble. J'avais vraiment un peu trop bu ce soir. Peut être même m'étais je endormi dans la voiture. En tout cas, cela allait mieux maintenant. J'avais repris contact avec la réalité et je ne me sentais plus dans les vapes comme au moment où j'étais sorti du restaurant. M'étirant, j'enlevais ma ceinture en remerciant le jeune homme pour la belle soirée que j'avais passé. Je sortis de la voiture avant de faire quelques pas. Et soudain, je ne me sentais pas l'envie de rentrer seule dans mon appartement. Je me retournais vers la voiture et toquais à la vitre. Une fois celle si baisse, je passais la tête par l'ouverture.

"Allez vous garer et venez me rejoindre. Je vous interdis de refuser."

Attendant qu'il me rejoigne, j'ouvris la porte de l'immeuble et attendais le jeune homme. Une fois celui-ci près de moi, je pris la direction de mon appartement. Une fois dans ce dernier, je posais ma veste sur le canapé avant de faire un tour dans la cuisine américaine, juste séparé du salon/salle à manger par un plan de travail. J'avais quelques alcool mais je ne savais pas ce que Juan aimait boire.

"Alors, je peux vous proposer... Bah pas grand chose... Vous aimez les cocktail, rassurez moi..."
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Ven 28 Fév - 3:20

Il n'avait pas d'autres choix, il devait monter puisque la demoiselle ne semblait pas vouloir qu'il refuse. A vrai dire il n'en avait pas envie non plus, il faut bien le dire. Quoi qu'il en soit le jeune homme alla donc se garer un peu plus loin avant de revenir devant chez la blondinette qui l'invite à entrer dans sa demeure. Il la suit alors un peu intimidé, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs et s'installe dans le canapé alors que la jeune femme parle de cocktails. A vrai dire après tout le vin qu'ils viennent de boire au restaurant le jeune homme n'est pas certain que boire encore soit une excellente idée.

«- A vrai dire... Je me contenterais d'un verre d'eau si vous le voulez bien. A moins que vous n'ayez quelque chose qui ressemble à du soda light.»

Le journaliste répond très poliment comme pour mieux se faire pardonner de refuser de toucher à l'alcool que propose l'agent du FBI. Après tout le jeune homme a encore de la route après pour rentrer chez lui, en prime et il aimerait donc bien éviter de se retrouver contrôlé positif par les policiers. Avec eux on ne sait jamais et surtout, ont est jamais trop prudent. Il ne savait pas vraiment à qu'elle heure il allait repartir, ni si à vrai dire la demoiselle allait le laisser s'en tirer si facilement alors il aimait mieux prévenir que guérir.

«- C'est joli chez toi... Qui a fait la décoration ?»

Le compliment du jeune homme est sincère, il aime beaucoup le cachet de la demeure de la blondinette et se demande qui a bien pût meubler cet appartement, ne sachant trop dire si c'est la demoiselle elle-même où si elle a fait appel à quelqu'un pour ses travaux dits d'architecture intérieure. En tout cas pour sa part le jeune homme aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Sam 1 Mar - 11:32

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
J'étais très contente de ma soirée. Cela faisait des années que je ne m'étais pas autant amusée avec quelqu'un. Quelque chose d'encore plus fascinant quand on savait le lien qui me liait à Juan. Il m'a raccompagna jsuqu'à chez moi et je finis par lui proposer de venir boire un dernier verre chez moi. Une fois qu'il fut garé, nous montâmes tous les deux jusqu'à mon appartement. Je permis au jeune homme de s'installer sur le canapé pendant que j'allais voir ce que j'avais à lui offrir. Quand je lui proposais un cocktail, Juan refusa gentiment en me demandant un verre d'eau ou de soda light. En même temps, je le comprenais. Nous avions déjà bu une belle bouteille de vin au restaurant et si le jeune homme voulait rentrer chez lui sans soucis, il fallait mieux rester sage. Alors je sortis une bouteille de soda light ainsi que deux verres avant de les remplir tous les deux. Une fois les deux verres remplis, la jeune femme vint s'installer à côté du jeune homme et lui tendit son verre. Elle sourit face au compliment de Juan sur son intérieur.

"Merci. J'ai reçu l'aide de ma tante qui est architecte d'intérieur. Cette appartement ressemble un peu à celui que j'avais à Washington avant ma mutation ici alors j'ai juste eu à remettre les meubles comme ils étaient là bas."

J'étais assez bavarde, l'effet du vin n'était pas encore totalement dissipé et cela me rendait bavarde, plus que je n'était en temps normal. Espérons juste que je n'allais pas dire de bêtises qui pourraient me mettre dans les problèmes jusqu'au cou. Mais pour l'instant, j'avais encore ma langue sous contrôle. Dans tous les sens du terme si vous voyez ce que je veux dire. Bon, par contre, le cerveau déconnait, comme vous pouvez le remarquer. Je ne tenais pas l'alcool étant peu habitué à en boire. Souvenir de mes cinq premières années de vie certainement. Je bus une gorgée de mon soda alors qu'un blanc s'installait entre le jeune homme et moi. Je n'avais aucune idée de quoi dire... Comme quoi mon cerveau ne savait pas ce qu'il savait.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Sam 1 Mar - 18:48

Yelena semblait avoir de la famille et en être proche. En même temps tout le monde ne perdait pas tragiquement un membre de sa famille dans un accident... Si tant est bien sur que l'on considère que croiser la route d'un tueur en série fasse partit de la catégorie des accidents de la vie quotidienne. Mouais. Quoiqu'il en soit Juan était heureux de constater que la demoiselle avait des gens sur qui compter auprès d'elle. Mais il lui semblait qu'elle était peut-être du genre un peu nostalgique. C'est ce qui sembla en tout cas ressortir de ses propos sur Washington. Comme si la jolie blondinette regrettait d'avoir quitté cette ville. Comme si elle regrettait d'avoir quitté cette ville, cette vie qu'elle avait, loin de Los Angeles. N'etait-elle alorq pas heureuse ici ? C'est ce que se mit à croire le jeune homme mais il ne savait pas vraiment comment la questionner à ce sujet puisque bien sûr il n'avait aucune envie de la vexer, aucune envie de lui faire du mal. Pourtant il se jette rapidement à l'eau.

"Excusez-moi. Ma question est peut-être un peu indiscrête mais... Est-ce que vous regrettez votre vie à Washington ?"

Sa question sera-t-elle mal percut ? Le jeune homme espère que non. Son but n'est pas de froisser la demoiselle, de s'attirer ses foudres. Il porte son verre de soda light à ses lèvres de sorte à en boire une gorgée avant de reposer le verre sur la table basse quis lui fait face. Et même si la blondinette ne se vexer pas des mots du jeune homme, aura-t-elle l'envie de répondre à sa question, de se lancée sur ce sujet ? Difficile à dire. Mais Juan l'espère bien car en prime cela leur donnera l'opportunité non-négligeable de chasser le silence qui s'est installé entre eux depuis quelques instants et que ni la jeune femme ni le jeune homme ne semblait jusque là en mesure de faire cesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 2 Mar - 10:46

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
La question du jeune homme me prit de court. Je m'attendais à tout sauf à cela. Est ce que je regrettais ma vie à Washington? Peut être. Je ne savais pas à vrai dire. Tout ce que je savais, c'était que ma vie là bas était bien plus facile que ma vie à Los Angeles, où je devais faire attention à ma façon d'agir, ma façon de parler, à ce que je disais pour ne pas être reconnu par les quelques vieilles personnes qui m'avaient connus quand j'étais enfant. Ce n'était pas une vie à vrai dire. Je bus une gorgée de mon verre avant de regarder du coin de l’œil le jeune homme. J'eus un faible sourire avant de lui répondre.

"C'est une excellente question à laquelle je ne saurais répondre. J'ai quitté Los Angeles il y a huit ans et je ne m'attendais à y être mutée. Alors peut être que ma vie à Washington me manque mais en même temps, il y a tellement de chose à faire à Los Angeles que je n'ai pas le temps pour la nostalgie."

Un demi mensonge à vrai dire. Cela dépendait des jours à vrai dire. Il m'arrivait de ne pas penser à mon ancienne vie à Washington mais certains jours où je me sentais déprimée, je ressassai les vieux souvenirs comme on regarde un vieil album de famille. Mais en même temps, le passé ne peut être changé alors je préférais parfois plutôt penser à mon avenir qui lui, n'attend que son écriture. Je terminais mon verre d'une traite avant de le poser sur la table basse. J'enlevais ma paire de chaussure avant de poser mes pieds sur le canapé, les genoux contre ma poitrine, comme souvent quand j'étais seule et que je réfléchissais. Mais là, je n'étais pas seule et je ne réfléchissais pas vraiment.

"Mais bon, le passé n'est pas toujours bon à se souvenir..."

Et ce n'était certainement pas le jeune homme qui allait me contredire.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 38

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Dim 2 Mar - 20:55

La blondinette ne semblait pas vraiment avoir envie de parler de Washington. Soudainement elle semblait très très secrète et évidemment, Juan ne pouvait pas comprendre pourquoi, puisqu'il ignorait les raisons qui avaient conduits la demoiselle à quitter Los Angeles pour Washington avant de finalement revenir ici où elle ne semblait pas forcément être au mieux de sa forme. Mais il n'ose pas la questionner davantage à ce sujet puisque de toute façon elle ne semble pas avoir envie de s'épandre là dessus, ce qu'il peut comprendre. Lui-même n'apprécierait pas vraiment d'avoir à perler de sa mère et il se sentirait encore plus mal s'il avait l'impression d'y être contraint par son interlocutrice, en l’occurrence. Et il ne veut pas, de ce fait, lui imposer quelque chose alors que lui-même n'aimerais pas qu'elle le fasse. Mais du coup le voilà qui ne sait plus vraiment que dire à la demoiselle. Le silence de nouveau prend place entre eux et le jeune homme ne sait comment le détruire. Alors il se contente de se taire, les yeux se perdant dans son verre aussi bien que si il cherchait le moyen de s'y noyer, d'y disparaître pour ne plus se sentir gêner de ne rien dire. De ce silence qui persiste entre eux. Juan se sent un peu stupide dans cette situation et ne sait pas comment s'en défaire. A vrai dire, son sujet de conversation si vite évincé par la blondinette l'a quelque peu refroidis. De quoi peut-il bien parler maintenant ? Il a beau chercher un sujet à lancer, il n'en trouve pour le moment aucun qui le satisfasse. Aucun qu'il ait envie de lancer. L'interroger sur son boulot ? Pourquoi pas après tout, elle fait un métier intérressant et qui peut potentiellement servir au jeune homme pour sa mère même si, vu l'âge de cette femme, elle n'a probablement jamais travaillé sur l'affaire Morgewood...

«- Et euh... votre travail, ça vous plaît ?»


Dernière édition par Juan E. dos Santos le Mer 5 Mar - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forces de l'ordreForces de l'ordre
avatar
Yelena M. Adamovitch
Date d'inscription : 17/01/2014
Messages : 279

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   Mar 4 Mar - 10:58

Juan & Yelena
Do you want to built a snowman?
Le silence se réinstalla entre le jeune homme et moi. Je ne comprenais pas comment une si bonne soirée avait pu tourner si mal... Enfin mal. Je me comprenais quand je disais cela. Je ne voulais pas dire que je m'ennuyais mais plutôt que je me sentais mal à l'aise. Et le fait de parler du passé ne m'aidait pas à me détendre. Après tout, je devais faire attention à ce que je disais pour éviter que Juan ne comprenne qui j'étais réellement. J'étais persuadé que jamais le jeune homme n’accepterait de continuer à me voir en sachant que mon père avait tué sa mère. En tout cas, je ne savais pas si j'aurais accepté de revoir le jeune homme si les rôles avaient été inversé. Enfin, je disais cela, je ne disais rien. Parce que j'étais incapable de dire comment j'aurai réagi si le jeune homme m'avait avoué être le fils de l'homme qui avait assassiné froidement ma mère après l'avoir torturé. Je pense que je le prendrais mal mais cela serait il une raison pour couper les ponts? Je ne pense pas et même, je ne l'espérais pas. Car si le jeune homme décidait que c'était une raison suffisante pour ne plus me revoir, je n'aurais donc aucune occasion de repasser une soirée avec lui et cela aurait été dommage car je l'aimais bien ce Juan moi. Soudain, le jeune homme se remit à parler, me demandant si mon métier me plaisait. J'eus un grand sourire.

"Si mon métier me plait? Je l'adore. Bon, beaucoup vous diront que c'est un métier prenant, morbide et parfois même dégradant ou dangereux, ce qui n'est pas faux pour ce dernier... Mais cela est détruit quand on permet de dire à une famille que le tueur d'une personne aimée à été arrêté et qu'il devra répondre de ses crimes."

Bon, malheureusement, il arrivait que le criminel soit un membre de sa propre famille... Je l'avais vécu deux fois: une fois avec mon père et une autre fois face à un homme qui étranglait des femmes et qui avait tué sa propre femme. J'avais été sur l'enquête quand j'étais encore au bureau de Washington et j'avais bien faillit y passer. Une stupide erreur du débutant. J'avais voulu rendre un ordinateur portable sans savoir que je me jetais dans la gueule du loup et il avait fallut un appel de mon supérieur pour que je comprenne. Enfin bon, bref. Rien que de parler de mon métier, je retrouvais ma bonne humeur. Oui, cela faisait un peu, beaucoup, schizophrène. Mais j'aimais mon métier et cela se voyait. Savoir que je pouvais racheter la faute de mon père avait été la principale cause de mon envie d'entrer au FBI mais j'y avais découvert d'autres raisons, des raisons que je n'aurais pu découvrir seule. Arrêter les criminels était devenu une passion.

"Et vous, vous aimez votre métier?"
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Do you want to built a snowman? [Juan/finish]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you want to built a snowman? [Juan/finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» imperial star destroyers scratch built
» [Vente] Armée "Slaanesh" pleine de Juan Diaz
» [Boutique] BUILD.A.BEAR "Nounours" (Vélizy2).
» Taille de mon Monolithe jugement dernier Scratchbuilt
» Un cadeau par jour!
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-