Partagez | 
 

 Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Sam 18 Jan - 19:47

Les choses n’allaient pas vraiment bien pour Marilyn, depuis sa toute récente rencontre avec un jeune homme, Alexandre, qui avait pensé, en la voyant, avoir retrouvé son grand amour d’il y a des années, une demoiselle qui avait disparu. Pourquoi et comment, cela la jeune femme l’ignorait mais évidemment tout cela l’avait perturbé car l’homme lui avait montré une photographie de son Ekaterina et en effet, toutes deux se ressemblaient fort. Mais dans un même temps, la brune savait bien que malgré la ressemblance cette fille ne pouvait pas être elle puisque dix ans plus tôt, date où avait été prise la photo, la demoiselle était avec Tristan, à des kilomètres de Los Angeles. Toutefois, tout cela tracassait un peu la brune, davantage qu’elle ne l’aurai souhaité en tout cas et il lui fallait se changer les idées. Rapidement. Peut-être sortir courir un peu ? Ou pas en fait. Vu le froid qu’il fait dehors alors que l’hiver approche, la jeune femme n’en a pas vraiment envie. En revanche, peut-être qu’en se couvrant bien elle pourrait sortir un peu faire de nouveaux achats ? Plusieurs magasins du centre-ville pratiquant en ce moment même leurs soldes flottantes, c’était plus que jamais le moment. Non seulement elle s’occuperait l’esprit mais en prime elle ferait des affaires. Même si au fond le shopping sans les soldes ne faisait pas de différence aux yeux de la brune.

Sortant chaudement couverte de sa demeure, la jeune femme prend la direction du centre-ville à pied, une chanson de Keane s’échappant des écouteurs qu’elle a placés dans ses oreilles. Marchant vers les boutiques le cœur curieusement gros, la demoiselle se presse pour se vider plus vite l’esprit alors que sa longue marche lui donne bien trop l’occasion de réfléchir. Avec le décès de Tristan tout récemment et sa rencontre avec Alexandre qui l’intrigue puis celle avec Caleb, on ne peut pas dire que ces derniers temps son existence soit de tout repos.

Poussant la lourde porte d’une boutique Girly, la jeune femme entre dans un monde de féminité qui lui donne l’occasion de s’évader alors que son regard se pose sur les articles exposés. Quelques hauts sympas, des robes en laine, des vestes, des manteaux, des jeans… La brune se trouve dans cette boutique pour la première fois et son regard cherche à tout voir, tout découvrir de ces lieux. La voilà qui ne sait plus où donner de la tête. Et finalement son regard accroche un visage qu’elle a encore une fois, curieusement l’impression de connaître déjà alors que ce n’est pas possible. Mais plutôt que d’aborder cette personne, Marilyn préfère – elle ne sait pas pourquoi – se plonger dans la contemplation d’un haut, comme pour ne pas se faire remarquer par cette femme, comme si elle craignait leur rencontre.


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Dim 19 Jan - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Dim 19 Jan - 15:47

Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra

 
J'étais enfin de repos, j'avais demandé ma journée à mon patron, j'avais besoin de prendre l'air et surtout de réfléchir à tout ce que je venais d'apprendre. 10 ans sans nouvelles d'Ekaterina et là Alexandre était rentré hier soir à la maison. J'avais bien vu dans ses yeux que quelque chose n'allait pas, qu'est-ce qu'il lui était attiré. Il n'avait pas tenu bien longtemps pour m'annoncer cette nouvelle plus qu'explosif. Il avait cru tombé sur Ekaternia mais cette même femme s'appelait Marilyne. Comment deux personnes peuvent se ressembler autant, Alexandre connaissait bien Ekaterina et il ne pourrait pas se tromper. Je ne comprenais rien, j'avais discuté avec lui de longues minutes, voir des heures, en fait je ne sais même pas. Et quand on est partis se coucher, je n'ai dû dormir que 3 heures dans la nuit, entre cauchemars et ensuite remise en question pour finir avec d'autres questions qui me revenaient à l'esprit. Comment cela pouvait être possible de toute façon, si Ekaterina était de retour, elle serait tout de suite venu voir Alexandre pour lui expliquer ce qui s'tait passé et surtout pour venur voir Joy qui était sa fille. En tout cas j'étais totalement perdu et quand je me levais, assez tôt, je filais prendre une bonne petite douche en me demandant ce que j'allais faire aujourd'hui. J'avais besoin de prendre l'air, ça allait surement me faire du bien. Je finissais par enfiler un jogging pour aller courir un peu, de bon matin ça fait du bien. J'aime beaucoup ça, de toute façon je n'avais pas envie de rester à la maison. On va penser que j'essaye de fuir, j'avoue que oui, je fuyais un peu la maison, j'évitais Alexandre car si cette femme était vraiment Ekaterina, ça allait avoir beaucoup de conséquences. Des conséquences auquels je n'avais même pas pensé depuis que je m'étais mise avec Alexandre. Au bout de plusieurs questions à courir, je ne pensais plus à rien, juste courir, rien que sentir le vent frais sur mon visage me détendait.

Au bout d'une bonne heure de course, je finissais par rentrée à la maison pour prendre encore une fois une douche rapide et je repartais de sitôt en contestant des achats que je devais faire. Alexandre ne me posait pas trop de questions, à quoi bon lui avouer ce qui me trottait dans la tête même si c'est vrai qu'on doit tout se dire quand on est en couple et encore plus une fois qu'on est fiancé. Je me baladais en ville tranquillement jusqu'à me rendre dans un magasin, c'était les soldes, autant en profiter un peu non, faire de bonnes affaires et pourquoi pas acheter des cadeaux pour Joy, elle adore quand je rentre à la maison avec des présents pour elle. Je finissais par lui trouver un beau petit roble et quelques hauts pas cher. J'étais contente de faire les magasins, un autre moyen pour me changer les idées. Puis je me trouvais une écharpe en laine et fausse fourrure, j'llais avoir bien chaud avec ça. Et alors que j'allais dans un autre rayon je l'ai voyais en fasse de moi, sous le choc je lâchais ce qu'il y avait entre mes mains en faisant un pas en arrière. C'était impossible, elle était vraiment là en face de moi. Je finissais par me mettre à genoux pour ramasser les affaires, qu'est-ce que j'allais faire maintenant? Fuir? Ou aller la voir? Au bout de quelques minutes je me rapprochais d'aller avec un petit sourire, mais dans mes yeux on pouvait y lire de la confusion.

-Bonjours... Désolé de vous déranger... J'ai l'impression de vous connaitre.




Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Dim 19 Jan - 17:44

On lui avait déjà dit ça. Ou quelque chose d’approchant. «J’ai l’impression de vous connaître ». Alexandre, puis Caleb… Maintenant cette femme, ça commençait à faire beaucoup. Le plus horrible était cette sensation de les avoir déjà vu, tout en étant incapable de se souvenir de où cela aurait pût se produire, de quand… Pas à Los Angeles puisqu’elle n’y était jamais venu. Mais cela commençait à faire beaucoup de gens qu’elle avait l’impression d’avoir déjà vu, dans une ville pourtant si grande. Curieux pour quelqu’un qui n’a pourtant aucun souvenir d’y être venu, d’y avoir vécu quelques temps. Et Tristan le lui aurai sûrement rappelé si elle avait vécu là. Dans un même temps, elle avait appris pour cette Ekaterina, qui semblait être le point central de cette affaire. Sûrement que c’était avec elle que cette blonde la confondait. Et comme elle ne pouvait pas être cette Ekaterina, elle n’avait probablement jamais vu Los Angeles et donc Tristan ne pouvait pas lui en parler. Ce qui n’expliquait en rien ses impressions de déjà vu, au final.

Que peut-on répondre à ça ? La vérité, probablement. Qu’on a aussi l’impression de la connaître mais qu’on ne sait pas de où ni de quand. Cette situation est perturbante. Cette ville l’est. Ces gens le sont, à la confondre avec Ekaterina. Cette sensation de déjà vu est encore plus perturbante que tout le reste. Lyn commence à se dire que les choses seraient bien plus simples si elle rentrait chez elle. Curieusement pourtant, un autre sentiment, plus profond, la convainc que sa place est ici, dans cette ville. Qu’elle doit y rester, sans qu’elle ne sache pour qu’elle raison. Comme si au plus profond de son être, vraiment tout au fond, elle savait pertinemment qu’elle n’était pas Marilyn. Comme si l’Ekaterina en elle s’éveillait doucement et commençait à se battre pour vivre, pour exister de nouveau.

«- Oh euh… Vous n’êtes pas la première à me le dire.» confesse finalement la brune, essayant d’avoir le plus de tact possible, se disant que peut-être cette femme était proche de cette Ekaterina dont elle ne cesse d’entendre parler depuis quelques jours. «Il semblerait que je euh… ressemble à une femme, qui vivait ici il y’a dix ans. C’est sûrement avec elle que vous me confondez car je ne suis jamais allé à Los Angeles avant de voyage. A moins que vous n’ayez, vous, voyagé en Amérique auquel cas cela justifierais que nous nous soyons potentiellement déjà vu ? Il est vrai que votre visage me semble très vaguement familier mais je ne saurai dire… Ni où, ni comment nous nous sommes connus.»

Encore une fois la jeune femme se sent un peu… bizarre, face à cette fille. C’est assez curieux d’être prise pour quelqu’un d’autre de cette manière-là, de façon si répétée. Et elle a beau dire qu’elle n’est pas Ekaterina, Marilyn a l’impression que l’on ne la croit guère. Et cette fille qui lui fait face ne la croit probablement pas plus que les autres. Comme elles étaient très proches, Mandy peut sûrement encore se souvenir du son de la voix de sa copine, de son accent russe et de quelques détails de son visage, comme par exemple ses grains de beautés. Alors elle ne peut que savoir que cette demoiselle face à elle est effectivement son amie disparue depuis si longtemps. Et la sincérité qui flamboie dans son regard trahie pourtant le fait que Marilyn croit très fermement être une autre que celle qu’elle est vraiment, que celle qu’elle est aux yeux de ses proches qu’elle retrouve peu à peu sans avoir conscience du lien qui l’unit à chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Lun 20 Jan - 4:29

Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra

 
J'ai une grande confiance envers Alexandre, je croirais toujours en ce qui me dit. Mais quand il était rentré pour me dire qu'il avait retrouvé Eka, en tout cas qu'il en était persuadé j'ai eu beaucoup de mal à y croire. Si Eka était de retour dans cette ville, elle serait venue nous voir, nous donner une explication sur sa disparition, en tout cas elle ne serait pas resté cachée. Mais là j'en avais la certitude, j'étais en face d'elle, bien face à moi, le même visage. Enfin elle avait changé un peu tout de même en 10 ans des choses changent chez nous. Mais c'était elle, j'avais tellement l'impression de revenir 10 ans en arrière quand on faisait les magasins, je me sentais tellement mal à l'aise. J'avais comme une envie de partir en courant pour me dire que tout est faux, que je n'ai eu qu'une hallucination. Mais non, je reste sur place et je me retrouve en quelques secondes face à elle en lui disant qu'il me semblait la connaitre. Elle ne semblait pas étonnée mais à la fois surprise car elle ne semblait pas me connaitre. Eka aurait déjà sauté dans mes bras comme une petite folle, non elle, cette femme qui lui ressemblait tellement ne bougeait pas. Elle se contentait de me répondre en me disant qu'elle n'avait jamais mis les pieds ici. Cela me faisait bien plus mal de me retrouver dans ce genre de situation. Je ne savais pas du tout ce qui était la plus dure, avoir toujours une penser pour ma meilleure amie qui a disparu et qui reviendra, ou retrouver face à cette femme qui lui ressemble tellement. Comme si que la vie voulait nous envoyer un message mais je ne comprenais rien. Je passais une main nerveuse dans mes cheveux car j'étais vraiment mal à l'aise.

-Oui vous ressemblez trait pour trait à ma meilleure amie qui a disparu il y a 10 ans. Donc j'ai été très surprise de vous voir. Vous lui ressemblez tellement. Mais si vous dites que vous n'êtes jamais venu ici, ça ne peut pas être vous. Enfin, si elle était vous, vous vous souviendrez de moi, ma meilleure amie et moi on se connaît depuis qu'on a 5 ans. Moi je suis toujours resté dans cette ville, en tout cas je ne suis pas partis si loin que ça. Je suis journaliste, peut-être que vous m'avez vu à la télé.

Mais qu'est-ce que je racontais, elle semblait me connaitre, mais c'était Eka, je pouvais le certifier. Oui je ne connaissais pas toute l'enfance d'Eka, sa mère aurait pu avoir une soeur jumelle et c'est une information que j'allais devoir vérifier au plus vite pour ne pas plus souffrir. Mais il y avait des différences entre les jumeaux, souvent quelques détails et là je n'en voyais aucune. Elle avait les mêmes yeux, le même accent qui m'avait tant surpris lors de notre première rencontre et surtout de grain de beauté sur son visage qui faisait tout son charme. Non je ne pouvais pas me tromper, c'était Eka. J'en avais le coeur qui accélérait de plus en plus et je ne me sentais pas bien. Mais je ne laissais rien paraître, je devais rester calme. Je devais découvrir la véritée, elle cherchait peut-être à se cacher, faire comme si qu'elle ne nous connaissait pas, mais j'allais trouver une faille et en tant que journaliste j'étais doué pour ça.

-Mais vous avez un accent qui me dis quelque chose, vous venez d'où?





Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Lun 20 Jan - 9:06

Cette fille semblait mal à l’aise. Autant qu’Alexandre Cornwell et Caleb Morgan lorsque la vie de la jeune femme avait croisé la route de celles de ces deux hommes. Et rapidement, cette blondinette confirme ce dont Marilyn se doute déjà : elle connaissait elle aussi cette fameuse Ekaterina. Et bien, cette fille devait être populaire à Los Angeles. Que pouvait-elle bien faire dans la vie ? Mystère et boule de gomme. Mais Lyn a bien envie d’en découvrir plus sur cette fille, même si toute cette histoire la met mal à l’aise. C’est vrai, cette fille lui ressemble tant et en même temps elles sont si différentes. Ekaterina a l’air très aimée, très entourée. Marilyn se sent d’autant plus seule. En ce qui la concerne, elle n’a plus personne. Pas de famille, peu d’amis… elle a toujours eut du mal à faire confiance aux gens, Tristan lui a dit que c’était pareil avant son problème. Maintenant que lui n’est plus là, la brune n’a plus de repères. Bref. Plus de famille, pas d’amis. Elle passera les fêtes de noël seule cette année, pour la première fois de sa vie. C’est triste, quand on y pense. D’être tant aimée et de disparaitre, de n’avoir rien et de rester. Non elles sont très différentes l’une de l’autre ça, Marilyn peut l’affirmer. Mais ce n’est pas cela qui calmera la peine de ces gens qui ont l’impression de perdre leur amie une seconde fois.

La blondinette qui fait face à Marilyn était la meilleure amie d’Ekaterina, une information qui ne manque pas de faire battre le cœur de Lyn plus rapidement. La pauvre. Et pauvre Alexandre aussi. Tout cela n’est pas de chance. Vraiment. Et la demoiselle est si désolée de causer involontairement toutes ces souffrances à ces personnes. Bien sûr elle ne pouvait pas savoir, lorsqu’elle était arrivée en ville. Mais bon… Que dire à cette femme pour apaiser sa peine ? Marilyn ne sait pas. La chose n’est pas simple. La demoiselle voudrait tant pouvoir calmer cette peine mais elle sait aussi qu’en essayant d’apaiser ces souffrances, elle pourrait les amplifier. Après tout, c’est elle le problème de tout ce petit monde.

«- Je suis désolé. Je ne sais pas quoi vous dire… J’ai rencontré son fiancé récemment. Je suis… désolé pour tout ce que je vous fais vivre, croyez bien que ce n’est… pas volontaire. Je suis russe, pourquoi ?» demande la demoiselle après avoir essayé de s’excuser, bien que cela ne change rien à toute cette situation et bien qu’elle n’ai rien fait de mal à proprement parler.

Mandy peut avoir l’impression que son amie se cache et se fait passer pour une autre mais Marilyn a l’air plus apeurée par ce qui lui arrive que résolue à protéger une quelconque identité secrète. C’est vrai que ce n’est pas plus évident pour eux de voir le sosie de leur amie disparu que pour elle d’être prise ainsi pour une autre, de provoquer du mal à quelqu’un presque à chaque fois qu’elle sort de chez elle. Ce n’est pas évident de vivre dans l’ombre d’une autre, surtout d’une autre que l’on a pas connu.

«- Si je puis faire quelque chose pour vous… pour apaiser…. La douleur. La votre, cette de son fiancé… Celle de sa fille aussi, je suppose… je… je me sens totalement inutile dans cette situation mais je… je n’aime pas savoir qu’à cause de moi de… mauvais souvenirs ? se ravivent… »
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Mar 21 Jan - 14:45

Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra

 

J'avais une grande confiance envers Alexandre et donc quand il m'a dit qu'il avait vu Eka ou du moins qu'il avait cru la voir, je l'avais tout de suite cru. Mais c'était tellement étrange, je m'étais faits tellement de films par rapport au retour d'Eka. J'aurais pensé qu'un jour elle serait venu frapper à la porte en demander de lui pardonner et elle nous aurait expliqué ce qu'il c'était passé ou du moins, j'aurais reçu un appel comme quoi on l'a retrouvé, qu'elle était à l'hôpital blessé un peu. Mais non, là elle se retrouvait en face de moi et se faisait appeler Marilyne et pourtant je suis tellement persuadé que c'est Eka, je ne me trompe pas, j'en suis sur. Mais elle semble si différente, Eka m'aurait reconnu, elle se serait souvenu de nos journées ensemble alors qu'on était inséparable. Je ne comprenais pas, comment je voulais faire pour surmonter cette épreuve. Heureusement je n'étais pas toute seule, j'avais Joy et Alexandre dans ma vie maintenant, je ne vivais pas toute seule. Mais le retour d'Eka remettait tout en question, ça voulait dire tellement de chose. Je n'étais pas idiote quand même, je savais bien qu'Eka avait une grande place dans le coeur d'Alexandre et donc son retour pouvait le perturber et tout remettre en doute. Rien que d'y penser me faisait un pincement au coeur. Et encore plus en voyant la femme en face de moi ne pas du tout ce souvenir de moi. J'aurais tellement voulu retrouver Eka ou du moins qu'elle se souvienne de moi, car je reste persuadé que c'est elle. Eka ne m'avait jamais parlé de soeur jumelle, elle aurait informé quand même. Je devais faire mes recherches au plus vite. Si elle avait eu une soeur jumelle, ça doit bien être marqué à l'hôpital dans lequel elle est née, même si sa mère avait abandonné l'enfant, je devais avoir des réponses et ne pas attendre des réponses de cette femme. Si Eka avait perdu la mémoire, on devait l'aider.

Je continuais de la regarder alors qu'elle me disait qu'elle avait rencontré Alexandre en l'appelant son fiancé, je faisais un petit sourire. Oui c'était son fiancé mais maintenant c'était le mien. Et instinctivement je venais regarder ma bague au doigt. Une bague tellement belle. Je voyais bien que la femme était mal à l'aise, elle ne souhaitait pas du tout nous faire de mal , je le savais bien même si c'est vrai que parfois la violence pouvait être gratuite, mais je voyais la sincérité dans son regard.

-Alexandre... Oui il m'a parlé de vous quand il est rentré le soir à la maison. Je l'ai cru, mais vous voir en face de moi et encore plus choquant. Il ne faut pas être désolé, vous n'y êtes pour rien. C'est juste qu'on ne s'y attendait pas. Vous lui ressemblez tellement. Elle aussi était russe.

Cela faisait trop de points communs en fait, entre le physique et maintenant les mêmes origines, ça ne pouvait pas être du hasard, c'était impossible. Puis elle lui ressemblait jusqu'aux moindres détails. Je ne sais plus du tout quoi croire, c'était Eka, mais pourquoi se faire passer pour quelqu'un d'autre, surtout que je lisais bien dans ces yeux qu'elle était apeurée. Je passais ma main dans mes cheveux.

-Cette douleur sera toujours en nous, que vous soyez là ou non. On pense tous les jours à elle et on s'entre aider. Alexandre n'est plus tout seul avec sa fille, je l'aide maintenant. Donc on reste unis quand l'un de nous à une baisse de moral. Vous ne pouvez rien faire, vous n'y êtes pour rien. Mais je peux vous poser une question? Avez-vous une petite cicatrice à la cheville, une toute petite?

Oui je voulais cette réponse, au moins je serais fixé une bonne fois pour toutes. Une cicatrice ne pouvait pas être sur deux personnes. Je me souviens très bien du jour où Eka et moi on est tombé sur du verre et elle c'était ouvert la cheville, depuis elle avait une petite cicatrice.







Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Mar 21 Jan - 19:17

Marilyn ne saurait pas expliquer ce qui lui arrive mais la réponse que lui fait cette inconnue la dérange beaucoup plus qu’elle ne le devrait. Alors que cette blonde lui répond qu’Alexandre lui avait parlé de leur rencontre en rentrant à la maison, une petite voix au plus profond de son être se manifeste. Une petite voix qui pose des questions comme « comment ça à la maison ? Qu’est-ce que ça veut dire ça ?» et Lyn se sent mal pour cette Ekaterina sans trop comprendre ce qui se passe, sans comprendre qu’au plus profond de son être, la fameuse Ekaterina est ébranlée par ce qu’elle apprend. Elle ne comprend pas tout, elle se pose des questions. Elle imagine des hypothèses, des scénarios. Dans son esprit, Lyn s’imagine qu’elle se fait ces réflexions toute seule. La vérité est que c’est l’autre elle qui la guide en cet instant, qui contrôle les pensées, les interrogations – même celles que la brune manque de poser à la blonde qui lui fait face – tout, en fin de compte. Marilyn ne comprend pas pourquoi subitement elle se sent si mal à l’aise de ces confessions, alors qu’au fond cette affaire ne la regarde quasiment pas. Pourtant elle a l’impression qu’elle va défaillir. Peut-être à cause des récentes émotions. C’est ce qu’elle essaie de se dire pour expliquer tout ça. Même si elle sait très bien que c’est assez léger comme explication, elle s’y raccroche aveuglément, parce que c’est la seule qui tient la route.

«- Oh euh je… Elle était russe aussi ?»

Marilyn devient presque blême de cette inexplicable situation. Parce que même pour elle, ça commence à faire beaucoup trop de point commun. Et pourtant, malgré cela, elle ne doute pas un instant des propos de Tristan. Elle ne voit pas pourquoi il lui aurait mentit, ni comment il aurait pu à ce point lui raboter la mémoire pour la modifier. Non, non à ses yeux c’est impossible à faire, encore plus pour lui. Cela ne lui ressemblait absolument pas, elle en était presque certaine. Justement, ce presque devrait l’inquiéter. Mais elle préfère ne pas y penser davantage. Elle va finir folle à force, complètement barge.

«- Oui vous pouvez…»

L’inconnue demande à poser une question à la jeune femme, celle-ci n’y voit pas d’objection. Pourquoi répondrait-elle non ? Il n’y a aucune raison à cela. Donc la demoiselle accepte d’écouter et de répondre à la question de cette fille. Même si l’interrogation, une fois formulée, laisse Marilyn pantoise. A-t-elle une cicatrice au niveau de la cheville ? Qu’elle question à la con. Pourquoi cette femme la lui pose ? Est-ce que… Est-ce que cette Ekaterina en avait une aussi ? Non, surement que non. Cette demoiselle s’est peut-être simplement jouée d’elle. Peut-être qu’elle a vu la cicatrice et qu’elle veut perturber Marilyn comme elle-même les perturbe par sa présence, c’est sûrement ça.

«- Oui j’en ai une… Juste là.» Marilyn la montre du doigt. «Je me souviens à peu près de ce qui s’est passé. C’est probablement l’un de mes seuls souvenirs. Le docteur m’avait dit que c’était parce qu’il était marquant. J’étais avec une fille… probablement une très bonne amie parce que dans mon souvenir on riait. J’ai voulu… retrouver cette fille après mais Tristan ne savait pas de qui il s’agissait et dans mon souvenir elle est toujours de dos. Le docteur dit aussi que c’est normal, qu’il est probable que ce soit mon esprit qui la masque à cause du traumatisme de mon accident. C’est un souvenir flou en fait. Bref, nous avions brisé du verre. Le pot de confiture que nous voulions mettre sur nos crêpes. Le pot est tombé et s’est brisé. Mon amie et moi-même sommes tombées aussi. J’en ai gardé cette cicatrice.»
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Mer 22 Jan - 17:14

Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra

 

Je ne savais plus du tout quoi penser, dans ma tête c'était vraiment le bordel général. J'avais cette confiance envers Alex, normal vu qu'il me comble de bonheur depuis maintenant 7 ans. Donc oui je lui fais confiance, j'ai appris à lui ouvrir le coeur et je me suis laissé comber. Je ne pensais pas tomber amoureuse une nouvelle fois, mais lui m'avait prouvé le contraire, on c'était prouver qu'on pouvait tourner la page ensemble, en ce soutenant. Mais c'est vrai que je soir où il était venu me dire qu'il avait cru voir Eka, ce n'était pas le manque de confiance en lui, mais je ne savais pas quoi y penser. Eka de retour en ville et qui ne vient même pas mais maintenant j'étais bien face à elle, je ne savais pas du tout quoi penser, on dirait tellement elle, trait pour trait, le même accent, les mêmes origines. Comment ne pas être perdu après ça. Je comprenais mieux la réaction d'Alexandre. Et là cette femme me montrait bien qu'elle n'était pas cette Eka, mais comment pouvait elle nous dire ça. C'était impossible, c'était elle, j'en étais persuadé. Je le sentais au fond de moi et il y avait beaucoup trop de coïncidences. Je passais ma main dans mes cheveux toujours mal à l'aise.

-Oui elle est russe aussi, c'est pour ça que je suis un peu perturbé.

Je ne savais plus du tout quoi penser, est ce que c'était une bonne solution de faire ressurgir le passé. C'est vrai, souvent je me demandais comment Eka aurait réagi si elle nous retrouvait là, moi qui vivais maintenant avec Alexandre, fiancé avec lui et sa fille qui me considérait comme sa mère. Je ne savais pas du tout comment elle aurait pu le prendre, c'était tellement étrange comme situation. Et encore plus maintenant que je me retrouvais face à elle ou sa jumelle. Je savais très bien quand Eka me mentait, on se connaissait depuis qu'on était tout petites, donc à force on avait réussi à découvrir nos points faibles, on pouvait se confier. Je savais quand elle allait mal, quand elle me mentait ou encore quand elle me cachait quelque chose. Mais là je ne lisais qu'une seule chose dans ses yeux, de la peur et de l'incompréhension, elle semblait si perturbée, autant que moi. Je venais donc lui poser quelques questions, car oui, je voulais en avoir le coeur net, je voulais avoir des réponses. Je ne pouvais pas rester comme ça en me posant tant de questions. Donc je cherchais quelques points communs en plus sur les deux filles. Et là encore une fois c'était le choc, j'en avais la certitude, c'était Eka que j'avais en face de moi. Des jumelles ne pouvaient pas se faire une même blessure. Je baissais les yeux en jouant avec ma bague de fiançailles comme à chaque fois que j'étais mal à l'aise. Si je lui disais qu'Eka avait la même, elle sera encore plus perturbée.

-Vous êtes comme moi, les chutes tu les collectionnes non? Mais... Il vous est arrivé quoi pour ne pas vous en souvenir?

Pour une fois je ne lui posais pas des questions par rapport à Eka, elle me montrait bien qu'elle avait perdu plusieurs de ses souvenirs, c'était étrange, qu'est-ce qu'il lui était arrivé. C'était tellement dur quand on perd tout souvenir, moi je sais que je ne le supporterais pas.

-Enfin je suis un peu trop curieuse, ça ne me regarde pas. Pardon!







Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Mer 22 Jan - 17:39

«- Oh non ne vous excusez pas, vous n’avez pas besoin de le faire ne vous inquiétez pas. C’est plutôt à moi de vous demander pardon pour le mal que je vous cause bien malgré moi. Je… je ne comprends guère ce tour du destin qui veux que croise votre route à tous, mademoiselle. Je suis vraiment navrée de la tournure que prend mon séjour à Los Angeles. Je ne dirais pas que j’ai envie d’en partir mais il est vrai que j’y ai pensé, après avoir rencontré coup sur coup deux personnes m’ayant pris pour votre meilleure amie, dont l’un était donc son fiancé. Mais mon mari est enterré ici alors je ne peux guère quitter la ville. Nous sommes, enfin nous étions, mariés depuis 2001. »

Ainsi la brune révèle à sa copine qu’elle a été mariée, ou du moins qu’elle s’est crût mariée à un homme aujourd’hui mort, qui a été assassiné. Assassiné par un homme qui précisément, habite la belle ville, pas si tranquille que ça, de Los Angeles. Un homme que la demoiselle a entre-aperçu, grâce à la web-cam encore allumée de Tristan lorsqu’il a été descendu. Un homme recherché par la police, un homme que recherche la meilleure amie de Marilyn, Yelena Adamovitch, elle aussi à Los Angeles. Un homme qui est son grand but dans sa carrière, celui qu’elle veut attraper à tout prix, l’épine dans son pied. Mais il y a un couac dans la révélation puisque Ekaterina est disparue depuis moins de temps que ça, depuis le mois d’Aout 2003. Et pourtant, pourtant Mandy a la preuve par A + B que la fille devant elle est bien Ekaterina. Et dans le regard de la jeune femme, elle peut voir comme cette dernière se croit sincère en racontant les mensonges qu’un homme sans scrupules, à qui elle s’est crût mariée, lui a raconté. Pourquoi a-t-elle précisé l’année de leur mariage ? Elle l’ignore totalement. Comme si le destin voulait envoyer un message à Mandy. Comme si le destin voulait faire comprendre à ceux qui ont aimé et aiment encore Ekaterina qu’elle a souffert, beaucoup souffert, dix-huit mois durant, dans la pénombre d’une pièce sans fenêtre, avec pour seule sortie, de petites dans le toit pour permettre la respiration de la jeune femme. Comme si le destin, enfin, voulait faire comprendre qu’Ekaterina avait été perdue par la perfidie de l’homme mais que malgré tout, elle était encore là quelque part à sommeiller en attendant de pouvoir retrouver sa liberté.

«- Oh non je ne suis pas si maladroite que cela, même si je fais parfois de fort jolies chutes.»

La blondinette face à elle vient de la tutoyer, avant de reprendre le vouvoiement mais la jeune femme ne s’en formalise pas une seconde, même si elles ne se connaissent pas. Marilyn n’est pas vraiment de la vieille école non plus, il faut dire. Même s’il est vrai que sur le coup, elle s’est trouvée un peu surprise d’entendre cette fille s’adresser à elle ainsi, presque intimement.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Jeu 23 Jan - 16:03

Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra

 

Cette situation me surprenait, et moi qui voulais me changer les idées en faisant les magasins, j'avais tout loupé. Heureusement que Joy n'était pas venu avec moi, d'habitude on faisait toujours les magasins ensemble, on adorait ça. Rien que toutes les deux à se faire toute belle et dépenser de l'argent, autant en profiter un peu non. Puis ça faisait plaisir à Joy, donc oui, j'étais contente qu'elle ne soit pas avec moi, je ne sais pas ce que j'aurais pu lui dire alors que j'étais mal à l'aise. Cette femme, Marilyne qui semblait aussi perturbé que moi et pourtant ce n'est pas elle qui a perdu son amie dans une disparition, elle ne sait pas à quel point ça peut surprendre et mettre mal à l'aise. Elle me demandait pardon, c'était touchant car je voyais bien qu'elle ne souhaitait vraiment pas me faire du mal en arrivant dans ma vie alors qu'elle ne semblait pas du tout me connaitre. Et là elle me disait une phrase encore plus surprenante, son mari? Donc elle a été marié pendant ses 10 années. Avec ce qu'elle me disait, elle était marié avec cet homme depuis 2001 et Eka avait disparu depuis 2003, donc ça n'allait pas ensemble, ce n'était pas normal. Je ne comprenais vraiment rien, j'étais à la fois perturbé mais tellement persuader que c'était Eka que j'avais en face de moi. Est-ce que j'étais en train juste de me faire un film pour avoir l'espoir de retrouver ma meilleure amie. Je me voilais la face c'était sur et ça me faisait mal au coeur en fait. J'étais vraiment mal à l'aise.

-Vous n'avez pas à vous excuser, vous n'y êtes vraiment pour rien. C'est moi, j'ai vraiment cru tombé sur ma meilleure amie qui me manque tellement. Vous n'avez pas choisi de lui ressembler j'en suis sur. Je suis désolé pour votre mari, ça ne doit pas du tout être facile. Je comprends que vous vouliez rester ici et c'est normal. Je ferais exactement la même chose si un jour je perdais quelqu'un que j'aime.


C'est vrai que je ne supporterais pas de me retrouver toute seule loin d'Alexandre et de Joy. On fondait une vraie petite famille et j'étais tellement heureuse auprès d'eux. Donc en perdre un me serais insupportable. Enfin je ne voulais pas penser à ça. Même si c'est vrai que là je ne pensais qu'à une seule chose, retrouvé Alexandre et resté dans ses bras. C'est vrai qu'il avait ce don pour me rassurer à chaque fois qu'il me prenait dans ses bras. Ce n'était pas Marilyne que j'avais en face de moi, je devais me le persuader, même si c'était plus facile à dire qu'à faire. Je faisais un petit sourire alors qu'elle me disait qu'elle faisait de belles chutes aussi.

-Toutes les chutes que j'ai faits les plus mémorables étaient avec Ekaterina. On en faisait des belles, entre les courses poursuites à la piscine, une de nous finissait toujours par glisser. Ou sinon je m'amusais à la porter sur mon dos, on n'arrivait jamais jusqu'à la chambre debout. Enfin... Elle me manque. Je pense qu'on fait tous de belles chutes. Enfin je ne pense pas vous déranger plus, je suis désolé...

C'est vrai que la situation était toujours aussi étrange et il n'y avait rien à faire pour arranger les choses. Elle me disait ne pas être Marilyne, qu'elle était mariée avec un autre homme depuis bien avant sa disparition et voir dans ses yeux la viser et ce côté si mal à l'aise. Enfin tellement de choses qui pouvaient me persuader que j'avais tort, mais même avec ses informations je n'arrivais pas à y croire. Je voulais vraiment des réponses.






Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   Jeu 23 Jan - 18:47

La situation devenait vraiment gênante et compliquée. Marilyn commençait à éprouver l’irrépressible envie de fuir les lieux. Elle ne savait pas trop mais… Son instinct lui disait de partir, qu’elle ne devait pas rester là. Après tout elle causait la peine de la jeune femme qui lui faisait face. Inutile donc de lui imposer davantage sa présence. Lyn est loin de se douter que, il y onze ans de ça, elle est déjà entrée dans cette boutique, avec la jeune blonde. Elles avaient alors vingt ans et voulaient faire les soldes. Qu’est-ce qu’elles avaient rient alors ! Les deux jeunes femmes s’étaient amusées à tout essayer pour créer le look le plus ridicule. Cela avait été une bonne après-midi et l’appareil photo de la jolie brune s’était rapidement rempli de clichés tous plus loufoques les uns que les autres. Elles avaient terminé la journée en mangeant des crêpes pour le gouter avant de rentrer chez Mandy afin de finir la soirée devant un film, un pot de glace entre leurs mains. Non, la brune ignore tout ça. Elle voit simplement la peine de cette fille qui lui fait face, alors qu’elle parle de sa meilleure amie, qu’elle vient de confondre avec Lyn.

«- Je vois… C’est important les souvenirs… quand il ne reste que ça. Je voudrai tellement me souvenirs vous savez de.. Mes amis d’enfance… Ou mes parents. Je… Leurs visages sont très flous dans mon esprit. Si flous que je ne parviens même plus à vraiment les distinguer… Je… Ils… ils sont mort avant que j’ai mon problème et… Je n’ai jamais vu de photo d’eux.» Lyn a les larmes aux yeux. Des parents c’est importants. La jeune femme en a. Simplement, elle l’ignore totalement. Des parents avec qui Mandy est peut-être en contact, puisqu’elle les a bien connus. Des parents qui connaissent peut-être sa petite Joy, quand la monstruosité humaine la lui a arrachée. «Je crois… je crois que… que je vais y aller mademoiselle je… Je ne me sens pas très bien et je vois que vous… que vous ne semblez pas vous portez bien mieux que moi alors… Je vais vous laisser finir vos achats. Je crois que… il va y avoir une petite heureuse ce soir ? » A voir la taille des vêtements que la blonde a dans la main, c’est l’évidence même que ce n’est pas pour elle. Puis Marilyn s’éloigne et quitte la boutique, toute remuée d’avoir pensé aux parents qu’elle n’a pas, remuée de cette rencontre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Et, en une fraction de secondes, tout un monde s'effondra. {Mandy - Flashback 2013}
» ben un peu comme tout le monde... il passe de l'orange au vert, le nez clignote et ensuite, retour à
» Bonjour tout le monde !!
» "demat" a tout le monde
» Salut tout l'monde
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-