Partagez | 
 

 On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Sam 7 Sep - 21:10


Musique d'inspiration

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
V. Hugo, Les contemplations


A peine arrivée dans cette ville, Marilyn ne s’y sent pas à l’aise. Alors qu’elle sait n’y être jamais venue, elle a l’impression d’en connaître quelques rues. La façade de son hôtel lui parle vaguement et parfois même elle trouve rapidement ce qu’elle cherche sans avoir à demander aux passants de lui indiquer son chemin. Le genre de chose qui est relativement déroutante dans une ville qui nous est théoriquement étrangère. L’idée de fuir est déjà venue à l’esprit de la demoiselle. Mais maintenant qu’elle a vendu la demeure dans laquelle elle vivait avec son époux à des kilomètres de là, elle n’a pas de quoi retomber sur ses pattes sans faire de frais.

Désireuse de sortir faire un tour en ville, la jeune femme quitte son hôtel vêtue d’une jolie robe noire et blanche ainsi que d’une jolie paire d’escarpins également noirs et un petit sac à main. Parée pour une petite virée en ville, la demoiselle s’engouffre dans une bouche de métro et rejoint sa rame, s’engouffrant dans l’appareil pour n’en sortir que quelques minutes plus tard, arrivée à destination dans le quartier de Downtown où elle a vu via internet qu’elle pourrait trouver un centre commercial dans lequel faire peut-être un peu de shopping. Est-il grand ? Y’at-il beaucoup de magasins de chaînes dedans ? La brunette espère en tout cas fortement qu’elle pourra y faire quelques bonnes affaires.

Sortant de la station de métro, le temps s’arrête alors que la jeune femme tombe nez-à-nez avec un homme au visage carré plutôt séduisant, qu’elle a manqué de percuter et qu’elle a l’impression de connaître déjà sans toutefois pouvoir mettre un nom ou un adjectif sur ce qu'il peut être pour elle. Où a-t-elle bien put le voir par le passé ? Ou a-t-elle croisé au cours de son existence un homme qui ressemblait simplement beaucoup à celui qui se dresse devant elle en cet instant et qui semble au moins aussi surpris de la voir qu’elle-même l’est de se retrouver face à lui. Sans comprendre pourquoi, la jeune femme sent son cœur s’emballer et battre la chamade.

Aucune parole ne peut sortir de la gorge de Marilyn qui se sent partagée entre l’envie de rester près de cet homme qui exerce sur elle cette espèce d’attraction, et l’envie de prendre ses jambes à son cou au contraire pour fuir justement cette situation qui lui fait ressentir tant de gêne. Pourquoi tout dans cette ville lui semble à ce point bizarre ? Pourquoi a-t-elle cette étrange sensation de déjà vu à chaque fois qu’elle tourne à l’angle d’une rue ? La russe ne comprend pas comment cela est possible. Et elle n’aime pas beaucoup voir l’homme qui lui fait face changer ainsi d’expression sur son visage. Que ce passe-t-il ? La belle a une impression si familière. Elle se sent brusquement en sécurité, elle qui ne fait confiance à personne. Mais en même temps elle se sent en danger, curieusement mal, sans pouvoir comprendre ce qui arrive. Ont-ils eut des maux avec cet homme, qu’elle aurait oublié ? Cela lui semble tellement absurde comme hypothèse ! Mais alors… Quoi ?


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Dim 8 Sep - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Sam 7 Sep - 23:07




Ekaterina & Alexandre
T'as vu ta tronche vieux, on dirait que t'as vu un fantôme. Oui... précisément!

Métro, boulot, dodo! Ma vie ressemble un peu à ça ces derniers temps. À croire que je suis le seul pédiatre de la ville. J'aime autant mon travail qu'au tout début, mais disons qu'en ce moment, j'ai tellement de rendez-vous que je suis plus que mort quand j'arrive à la maison. Mandy est compréhensive, mais c'est pour la petite que ça m'attriste. J'aimerais avoir un peu plus d'énergie pour m'amuser avec elle. J'ai de la chance, elle aussi le comprend.

J'aime pas prendre le métro. Puisque la voiture est au garage j'y suis obligé, mais j'aime pas. Malgré que je sois une personne de nature sociable, j'aime bien avoir ma bulle et dans ce genre d'endroit on ne peut pas. Tout le monde se bousculent et, faut l'avouer, ça ne sent pas très bon. Je garde tout de même le sourire, au moins, je peux me rendre au boulot.

Debout, journal en main, je lis en attendant mon moyen de transport. Je regarde à peine les gens autour de moi. Le bruit sourd d'un déplacement rapide en écho se fait entendre. Signe que le train est sur le point d'arriver. Les gens se rapprochent du bord, moi je préfère terminer mon article. De toute manière, je préfère laisser les bousculades pour entrer après.

J'avance à pas lents tentant de terminer les derniers mots de l'article. En baissant le journal, je me m'arrête direct. J'ai bien failli percuter quelqu'un, ou c'est elle qui m'a presque rentré dedans. Peu importe, la collision avait été évité. Je lève les yeux vers elle pour lui faire un petit sourire désolé.

KATE ?! Non... c'est impossible. Je dois halluciner. Je n'arrive plus à parler ni à bouger. Il n'y a aucune doute... Même après 10 ans, je reconnaitrais ce visage entre mille... ce regard... Une avalanche de sentiments m'envahit. De la colère, du soulagement, de la joie et même de l'amour. Je la croyais morte. Disparue. Que plus jamais je ne la retrouverais. Pourtant, elle est là. Debout devant moi avec l'air de se demander qui je suis. Pourquoi nous avait-elle abandonnés ?

Elle ne bouge pas non plus. J'ai du mal à tenir debout. Toutes les émotions que j'avais enfouis depuis les dix dernières années ressurgissaient en une explosion à l'intérieur de moi. Le métro est parti, mais je m'en moque. D'une voix faible, tremblante, j'inspire profondément en lui parlant, incapable de la quitter des yeux

- Ekaterina ? Comment.. comment c'est possible ?

Mes mains tremblent tellement que j'ai du mal à tenir mon journal qui tombe au sol. La centrale est complètement vide et le bruit du papier qui tombe raisonne dans toute la station.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Dim 8 Sep - 7:21


Immobiles, les deux amoureux s'observent sans rien dire jusqu'à ce que le brun se décidé enfin à prenre la parole. Ouvrant de grand yeux, Marilyn se sent quelque peu mal à l'aisé alors qu'il l'appelle par un autre nom. Alors malgré son air de déjà vu elle se dit qu'elle ne doit pas le connaître. Sinon il saurait que son nom à elle est le même qu'une certaine icône glamour du temps jadis. Mais comment le lui dire alors qu'il s'adresse à elle d'un ton plein d'espoir, la suppliant presque d'être cette jeune femme qu'il évoque. Mais ce n'est pas le cas et Lynch ne veut pas lui mentir : cela ferait plus de mal que de bien. Alors avec soin elle cherche ses mots.

"- Je... Vous... Vous devez faire erreur monsieur, je ne vois pas de qui vous parlez... En tout cas ce n'est pas de moi qu'il s'agit."

Et dans son esprit la belle est convaincue de ne pas être cette Ekaterina, même si le nom fait écho dans ses souvenirs. Pourtant c'est elle. Et l'homme peut le voir au tatouage sur son poignet, qui intrigue la demoiselle depuis dix ans. Il semble si désespéré. Cette femme devait être importante pour lui et la brune en éprouvé un pincement au cœur. Elle est même l'espace d'un instant, navrée de ne point être cette femme, de ne pas pouvoir soulager l'homme comme il semble en avoir besoin. C'est peut-être ça qui la retient au milieu de ce néant, la faisant continuer de fixer celui qu'elle prend pour un parfait inconnu.

"- Je suis désolé de vous décevoir... J'imagine que vous deviez beaucoup l'aimer. Que lui est-il arrivé ?" interroge la russe en toute innocence sans se douter un instant que c'est sur sa propre personne qu'elle s'informe. Et la voilà qui lance encore, sans se douter de ce que ses mots pourraient faire dans le cœur de l'homme. "Je suis Marilyn Parker. Et je comprend d'autant plus votre détresse que j'ai moi aussi perdu un proche il y a peu... Mon mari."

Le regard de la jeune femme s'embue de larmes alors qu’elle songe à cet homme que sa nouvelle existence lui a fait croire qu'elle aimait. Se ressaisissant toutefois, songeant que ce n'est pas le moment de s'apitoyer sur son propre sort, la jeune femme fixe de nouveau son regard dans celui de sa nouvelle connaissance, à qui elle adresse un sourire comme pour le soutenir. Sans se douter que toute son attitude fait peut-être, petit à petit, plus de dégâts qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Lun 9 Sep - 21:12




Ekaterina  & Alexandre
T'as vu ta tronche vieux, on dirait que t'as vu un fantôme. Oui... précisément!

Je cache difficilement ma déception quand cette femme qu'elle n'a aucune idée de qui je parle. Évidemment, comment cela aurait pu être possible ? Kate est morte. Pourtant... cette ressemblance. J'ai du mal à y croire. C'était exactement ce dont elle aurait ressemblé. Le même regard doux... les même lèvres pulpeuses... la même taille fille que j'avais si souvent enlacée.. On peut voir dans le visage de l'inconnue qu'elle est désolée. Pourquoi ? Au fond, elle ne sait pas non plus qui je suis. Pourquoi serait-elle désolée ?

Pourtant, elle reste là à me dévisager autant que moi je le fais. Mes pieds sont cloués au sol. Elle affirme ne pas être la femme que j'ai tant aimée, mais malgré ça, elle se questionne. Je n'ai pas envie de répondre. Je n'ai pas envie de dire que je l'aimais plus que je saurais le dire. Je n'ai pas envie d'ouvrir une blessure que j'ai tenté de refermer il y a longtemps déjà. Pourquoi veut-elle savoir ce qui lui est arrivé ? En quoi ça la concerne ? On dirait vraiment qu'elle cherche à trouver sa propre identité dans cette histoire, comme si elle ressentait qu'elle avait un rôle à y jouer. Peu à peu, la colère monte en moi. Pour qui elle se prend ?

- En quoi ça vous regarde ?

Il m'était insupportable de rester une seconde de plus dans cette situation. Les gens se regroupaient de plus en plus dans la station pour l'arrivée du prochain métro. Je dois prendre le prochain sinon je vais être en retard au boulot et ça ne m'ait encore jamais arrivé. Il est temps que je parte. Tout en détachant enfin me regard d'elle, je me penche pour ramasser le journal que j'avais laissé tomber. En me redressant, mon regard est attiré par son poignet. Je reste figé, incapable de me relever. Il n'y a aucun doute. Comment arrivait-elle à me faire une chose pareille ? Je me redresse noir de colère en attrapant son poignet un peu plus brusquement que je ne l'aurais voulu.

- Et ça c'est quoi hein ? Marilyn ? Tu te moques de moi ? Ma détresse.. ne prétends pas avoir la moindre idée de ce que j'ai vécu par ta faute. Tu nous abandonnes et maintenant tu fais comme si tu ne me connaissais pas en te faisant passer pour une autre ?

Je lâche enfin le poignet de la jeune femme mal à l'aise. Je n'avais pas l'habitude de m'emporter de la sorte, mais là, je ne contrôlais plus rien. Je ne savais même plus comment me sentir. Je la fixais, les yeux remplis de haine, mais tout autant remplis de soulagement de la voir en vie.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mar 10 Sep - 3:28

L’homme semble quelque peu en colère lorsque la jeune femme l’interroge au sujet de cette fameuse Ekaterina qu’il semble rechercher désespérément. C’est sûrement normal au fond, peut-être qu’elle-même réagirais de la même façon face à une personne un peu trop curieuse de découvrir comment la russe avait perdu son époux. Un peu trop curieuse comme elle-même en cet instant, qui ne bouge toujours pas pour laisser l’homme faire ce qu’il a à faire. Clouée sur place par quelque chose d’inexplicable. Comme si le monde tout entier voulait qu’il voit quelque chose, qu’il remarque un détail. Ce qui ne tarde pas à arriver alors que l’homme ramasse le journal qu’il avait fait tomber plus tôt en la rencontrant.

Lui saisissant le poignet, ivre d’une colère noire, l’inconnu fait mal à la brunette qui gémit, qui tente d’échapper à cette emprise. Est-il donc fou pour la traiter ainsi ? Il va lui broyer, pour sur ! Et il laisse échappée une flopée de mots qu’elle comprend plus ou moins sans toutefois savoir ce quoi il veut parler. La perte de l’être cher rend ce type complètement barjo et le cœur de l’eurasienne bat la chamade à une allure folle dans sa poitrine. La demoiselle a beau supplier disant qu'il lui fait mal, il n'arrête pas. Toutefois, quand il finit son flot de reproches, la poigne se desserre enfin et libère la demoiselle qui le regarde un peu pétrifiée. Son esprit voudrait courir mais ses jambes tremblantes ne peuvent plus guère la porter.

«- Je n’ai abandonné personne ! Je ne vous connais pas. Ekaterina est un nom qui me parle tout juste et je ne me souviens pas d’en avoir connue une dans mon existence. Votre visage me semble familier et pourtant je sais que je ne vous connais pas. Je ne sais pas ce que veux dire ce tatouage je…» la voix de la jeune femme est tremblante alors que cette dernière tente de s’expliquer auprès de cet homme. «Je ne sais pas ce qu’il représente, ce qu’il veux dire. Je me pose la question depuis des années déjà… Comme s’il était là depuis toujours mais que je ne savais pas pourquoi.» et la voilà qui, un peut paumée, laisse couler une larme sur sa joue fardée.

Le regard de Marilyn exprime clairement la peur que la folie de cet homme lui inspire. Si elle peut comprendre qu’il soit malheureux d’avoir perdu un être cher – comme elle-même l’est en ayant perdu l’homme qu’elle pense lui être indispensable – la demoiselle ne s’explique pas, en revanche, qu’il puisse se montrer violent comme cela avec une dame, encore plus si il pense que c’est cette dont il a connu la compagnie. Quel homme amoureux maltraiterait ainsi sa belle ? Lyn ne se l’explique pas. Et ce regard… ce regard haineux et soulagé, ce regard qui la met mal à l’aise. Pourquoi est-il donc tant persuadé qu’elle est Ekaterina quand elle sait très bien, elle, qu’elle ne l’est pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mar 10 Sep - 13:29




Ekaterina  & Alexandre
T'as vu ta tronche vieux, on dirait que t'as vu un fantôme. Oui... précisément!

Je la regarde, complètement vide, perdu. Moi-même je ne me reconnais plus. La souffrance que je ressens en ce moment est sans nom. J'ai l'impression de revivre encore une fois sa perte. Elle se trouve là devant moi, refusant d'admettre la réalité. Il y a dix ans, je l'ai perdue physiquement, maintenant je la perdais de coeur et d'âme. J'ai pour la première fois, la réalité sous les yeux. Elle était partie de son plein gré... elle avait refait sa vie ailleurs, avec d'autres gens... une autre famille. Ça peut sembler étrange, mais le fait de penser qu'elle était morte, m'avait aidé à traverser tout ça. J'espérais de tout mes forces qu'elle revienne, mais là... de savoir qu'elle était partie sachant qu'elle ne reviendrait pas. C'était trop dur à supporter.

Je recule d'un pas totalement déboussolé. Le nouveau métro reprend son itinéraire pendant que je reste là incapable d'assimiler ce qui m'arrive. Lentement, les mains tremblantes, je sors mon porte monnaie qui se trouve dans la poche intérieur de ma veste. Avec maladresse, je sors une petite photo. On voyait très bien ce qu'elle représentait malgré les bords et les pliures dû au temps qui avait passé. C'était un magnifique portrait avec Ekaterina qui tenait Joy dans ses bras. Moi, un peu plus grand qu'elle, je me tiens légèrement à l'arrière les bras autour de sa taille fine. Nos visages reflètent le bonheur. Au moment de cette photo, jamais je ne me serais douté de ce qui allait arriver quelques jours plus tard... le moment où la chance a tourné...

- Tiens... garde là. Tu as décidé de mettre une croix sur nous et d'avoir tourné la page. Il est temps pour moi d'en faire autant.

Je lui tend la photo et rassemble tout le courage qui me reste pour avancer, pour m'éloigner d'elle. Je retourne chez moi, pas de boulot pour moi aujourd'hui j'en serais incapable. Je dois retrouver ma famille... du moins... celle qui reconnait mon existence..


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mar 10 Sep - 15:27

Le jeune homme semble désemparé face aux dires de la demoiselle qui sent son coeur battre la chamade. Elle est désolé de lui infliger cela, vraiment. Mais elle n'est pas Ekaterina et ne peut pas l'être simplement pour lui éviter ces tourments. Même si cela lui fait de la peine de le voir ainsi qui recule d'un pas avant de sortir un portefeuille et une photo. Et le voilà qui lui donne l'image en disant que si elle a tourné la page il est temps pour lui de faire de même.

Une famille heureuse qui sourit à l'objectif. C'est vrai que la femme sur la photo lui ressemble énormément. Mais les photos de son époux prouvent bien que, en 2003, elle était à des kilomètres de là. L'homme fait demi tour alors que la jeune femme continu de regarder l'image. Sortant une photo de 2002, celle de son soit-disant mariage. Ces deux femmes se ressemblent, oui, quoique le sourire est différent sur les deux images. C'est vrai que son sourire n' jamais ressemblé à celui des photos de son époux. En revanche cette inconnue sur la photo de l'homme... Le sourire est très semblable. Mais Marilyn rejette l'idée qu'elle puisse être ces deux femmes à la fois : c'est impossible. Et la voilà qui court alors à la suite de l'homme pour lui rendre la photographie.

"- Vous devriez garder ce cliché pour votre enfant. Parce que moi... Je ne suis pas Ekaterina. Je n'ai pas eut d'enfant et ne suis jamais allé à Los Angeles avant maintenant. Regardez cette photo de mon mariage datée de 2002. Vous voyez ? Je suis Marilyn Parker née Williams, native du Nevada. Je... Je suis vraiment désolé monsieur mais... Vous me confondez vraiment avec une autre. J'admet que la ressemblance est.. Incroyable. Mais nous sommes deux personnes différentes."

Sauf que l'une est morte et l'autre à pris sa place à la longue à force d'entendre cette histoire, soit-disant la sienne. Un cas psychologique certes. Mais elle n'y peut rien. Ekaterina aurait sûrement préférée ne pas être arrachée à sa famille. Et au fond de ce corps perdu, il y a toujours cette femme quelque part qui n'attend que de revenir à la lumière.

"- Je suis Marilyn. C'est ce qu'il disait toujours. Il répétait sans cesse. "Marilyn, Marilyn, Marilyn." Je ne sais pas pourquoi. Parce que je sais bien qui je suis."

Faux. Mais comment le comprendre quand on vit persuadé d'être une autre personne ? Quoiqu'il en soit l'homme ne peut pas manquer de voir la sincérité dans les yeux de Lyn : elle est convaincue d'être une autre et ce n'est pas sa faute.


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Mer 11 Sep - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mar 10 Sep - 15:48




Ekaterina  & Alexandre
T'as vu ta tronche vieux, on dirait que t'as vu un fantôme. Oui... précisément!

J'arrête de marcher. Pourquoi elle continu de me pourchasser ? Elle ne se rend pas compte du mal qu'elle me fait ? Ou peut-être que si et elle s'en réjouie. Non... Kate n'était pas comme ça. Elle n'aurait jamais blesser quelqu'un délibérément. Elle était si douce, si tendre... Qu'est-ce qui a bien pu se passer ? J'ai l'impression de me retrouver en plein coeur d'un film de science fiction. Suis-je tombé dans un monde parallèle ? Je dois encore dormir et tout ça est un cauchemar. Pourquoi je ne me réveille pas ? Je vous en prie, réveillez moi que ce calvaire cesse. Malheureusement, quand je me retourne pour la regarder encore une fois je réalise que ce n'est pas un cauchemar. Tout ce qui se passe est bien réel.

- Pourquoi tu ressens autant le besoin de te justifier ou de me convaincre ? Qu'est-ce que ça peut te faire ou pas ce que je crois ? Ça fait 10 ans que je m'illusionne, je ne suis plus à ça de près. Tu récites ton histoire comme on réciterait des fiches mémoires apprises par coeur pour une présentation. Sauf que moi je ne suis pas un auditoire quelconque Kate...

Je ne voulais pas regarder cette photo, mais c'est plus fort que moi. Je dois avouer que je suis surprise de voir la ressemblance entre la femme de l'image et Ekaterina. À mes yeux pourtant, la différence est flagrante. Je relève les yeux en fronçant les sourcils. La jeune femme semblait réellement croire que c'était elle.

- Je ne connais pas la femme sur cette photo. Elle s'appelle peut-être Marilyn, mais une chose est sûre, ce n'est pas toi.

Le doute s'empare de mon esprit. À moins d'être une actrice hors pair, la brunette semble réellement perdue aussi. Dans mes souvenirs, Kate n'a jamais vraiment eu ce talent pour jouer la comédie. Et pourquoi cherche-t-elle autant à me convaincre. Si elle en aurait rien à faire... elle partirait simplement. Alors pourquoi tout ce jeu ? Serait-il possible que... ?


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mar 10 Sep - 16:39

Alors que l'homme regarde la photo la jeune femme l'observe sans dire un mot, attendant qu'il admette que la ressemblance est frappante mais que la demoiselle qui lui fait face est effectivement celle qui montre une photo de mariage et non pas celle qui sourit sur une vieille photo en tenant son enfant dans les bras. Mais ce n'est pas ce que dit l'inconnu en relevant le visage. Pour lui elle n'est pas la mariée de sa photo. N'importe quoi. La russe soit-disant américaine ne tarde pas d'ailleurs à lui faire savoir ce qu'elle pense de son jugement.

"- Vous racontez n'importe quoi ! Évidemment que c'est moi sur cette photo !"

La jeune femme semble quelque peu courroucée de voir que l'homme ne la prend pas au sérieux quand elle dit être Lyn. Après tout elle est la mieux placée pour savoir qui elle est non ? Ce qui pousse l'inconnu est évidemment la peine mais tout de même cela n'excuse pas le comportement qu'il adopte à essayer de lui faire dire par tout les moyens qu'elle est la femme qu'il cherche.

"- J'ai été amnésique et il m'a tout raconté. Il m'attaquerai redis qui j'étais et tout ce que J'avais vécut. Il m'a rendu tout mes souvenirs. Il m'a montré nos photos. Je sais de nouveau qui je suis grâce à lui."

L'excuse que le jeune homme lui avait mis dans la tête, là aussi, pour justifier leurs longues séances dans la pénombre où il lui parlait de leur vie avant "l'accident". Bien sûr au fond de son être la demoiselle sait que son histoire est pleine de couacs. Mais elle a tellement peur de perdre tout ses repères en reconnaissant qu'il y a effectivement quelques problèmes. Perdue, on peut dire que l'homme qui lui a fait subir un tel lavage de cerveau a vraiment bien travaillé. Et complètement dépendante de lui au cours de toutes ces années, Lyn se sent perdue sans lui pour l'aider à avancer, sans lui pour la réconforter, pour lui rappeler qui elle est. Le doute s'est emparé d'elle une seconde face aux photos. Mais ce serait trop dingue comme histoire. Et surtout pourquoi un tel mensonge ? Et toutes ces photos d'où sortiraient-elles ?


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Mer 11 Sep - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mer 11 Sep - 14:35




Ekaterina  & Alexandre
T'as vu ta tronche vieux, on dirait que t'as vu un fantôme. Oui... précisément!

- Je ne sais pas si tu t'en rends compte, mais tu tentes de te convaincre toi-même..

Le doute m'empêche de partir. Pas le doute du fait que la femme qui se tenait devant moi ne serait pas Ekaterina, mais le doute de la personne qu'elle croit être. Il y avait de la peur dans le regard de mon amour perdu. Elle refusait de voir la réalité en face. Oh mon tendre amour qu'est-ce qui a bien pu t'arriver ? Qu'est-ce que cet homme a bien pu te faire pour que tu ne saches plus qui tu es ? Je fais un pas vers elle. Les larmes aux yeux, je la regarde essayant de chercher la moindre parcelle d'espoir.

- Tu n'as jamais pensé que ce qu'il t'a raconté pouvait ne pas être la vérité ?

Cette idée me rendait malade, mais en même temps elle me remplissait d'espoir. Je n'ose imaginer tout ce qu'elle a pu vivre, mais le simple fait de penser qu'elle ne nous avait pas abandonné par choix, me redonnait espoir, me redonnait envie de sourire. C'est alors que l'image de Mandy me vient en tête. J'ai refais ma vie, tout comme Kate avait refait la sienne. Au fond, qu'est-ce que ça changerait que ce soit réellement elle à part que je sache qu'elle est toujours en vie ? Joy n'est même pas au courant que sa mère biologique n'est pas la femme qui s'occupe d'elle tous les jours. À quoi bon me créer des faux espoirs ? En fait, tout ça n'est qu'un cauchemar. Je soupire en baissant les yeux.

- Excusez-moi Marilyn. Je n'aurais pas du insister. Vous avez raison, cette femme que l'ai beaucoup aimé, mais c'est du passé. J'ai eu un choc à voir votre ressemblance. Pardonnez moi de ma brutalité, je ne suis pas comme ça généralement. Je vous souhaite de passer une belle journée...

J'entends le métro au loin. Il faut que je quitte cette station, que je m'éloigne de cette situation qui tourne à l'irréel. Je veux rentrer à la maison et serrer Joy dans mes bras. Je veux oublier cette journée et faire comme si elle n'était jamais arrivé. Je croyais vraiment qu'un jour la chance allait tourner. Si cette chance est de me ramener ma tendre moitié avec ses souvenirs en moins, je préfère passer mon tour. C'était si beau... jamais je ne serais capable de l'oublier.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mer 11 Sep - 15:45

Au fond de son cœur, Marilyn sait que le jeune homme qui est face à elle a raison de dire qu'elle tente de se persuader que tout les mots de son époux étaient la vérité. Au fond de son cœur elle sait qu'elle n'a jamais cherché à trop interroger son époux sur les détails dérangeants des histoire qu'il racontait. Mais l'hypothèse de l'inconnu, comme quoi son époux lui mentait peut-être est intolérable pour la brunette. De quel droit se permet-il de juger un homme qu'il n'a pas connu et qui a couvert d'amour la jeune femme ? Pour qui se prend-il donc pour avancer pareilles sornettes ? Mais alors qu'elle veut faire part de son courroux à l'homme ce dernier l'arrête en l'appelant Marilyn et disant qu'il s'est trompé avant de tourner les talons.

La jeune femme le regarde s'éloigner sans bouger avant de tourner elle-même les talons les yeux rivés sur le sol. Cette rencontre la tracasseries. Pourquoi son prénom lui semblait-il si bizarre dans la bouche de l'inconnu ? La demoiselle l'ignore et curieusement cela la perturbe beaucoup. Toute cette histoire est contrariante à vrai dire. Et la voilà qui rebrousse tout à coup chemin pour retrouver cet interlocuteur. Mais il est loin déjà et la demoiselle est contrainte de le chercher. L'appercevant un peu plus loin elle court plus vite pour le rattraper en lui demandant de l'attendre. Arrivant devant lui toute essoufflée elle se stoppe et reprend sa respiration avant de l'interroger.

"- Je ne comprend pas. Il m'aimait. Pourquoi m'aurait-il mentit ?"

L'homme a reconnu son erreur mais la jeune femme passe outre, ajoutant.

"- Mon prénom semble sonner si bizarrement venant de vous..." confesse la demoiselle en plongeant son regard dans celui de l'inconnu.

Tout à coup, la jeune femme se trouve sujette à une envie quelque peu déconcertante qu'elle essaye de réprimer sans y parvenir. Se rapprochant encore de l'homme, le regard perdu dans celui de ce dernier, elle enroulements ses bras autours de son cou et rapproche ses lèvres de celles de l'inconnu. Et voilà ces deux bouches qui s'unissent sous l'influence de la jeune femme, passionnément. Et quand les deux se séparent, Marilyn a les joues pivoine. Se rependant en excuses elle balbutie.

"- Oh mon dieu. Je suis désolé... Je... Je ne sais pas... Ce qui m'a prit. J'ai eut terriblement envie d'un coup comme ça. Un peu comme si je n'étais pas moi pendant quelques secondes !"


Dernière édition par Marilyn P. Parker le Mer 11 Sep - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mer 11 Sep - 16:49




Ekaterina  & Alexandre
T'as vu ta tronche vieux, on dirait que t'as vu un fantôme. Oui... précisément!

Je continue d'avance de plus en plus vite comme si j'essayais de fuir les émotions qui m'envahissaient. Les gens marchent autour de moi, mais je ne les vois pas, je ne vois plus rien. Le paysage tourne à m'en donner mal au coeur. Tout est embrouillé et ce n'est pas seulement à cause des larmes qui se battent pour sortir. J'ai besoin de trouver un repère, de retrouver les bras de ma famille recomposée. Tout est flou. Tout, à l'exception de la silhouette qui se pose devant moi, essoufflée.

Pourquoi me pourchasse-t-elle ? Je veux que tout ça s'arrête. Je n'en peux plus qu'on creuse sans cesse dans cette blessure que je pensais refermée. Pourquoi lui aurait-il menti ? Ce n'est pas à moi à répondre à ça. Tout ce que je sais, c'est qu'une partie de moi m'a été enlevé il y a 10 ans et que malgré le fait qu'elle se trouve maintenant devant moi, je la sens encore plus loin de moi qu'avant.

Au moment où j'en arrive à vouloir lui dire de me laisser tranquille et d'aller chercher ses réponses ailleurs, elle s'approche et glisse ses bras autour de mon cou. Mon corps se fige, pire qu'une statut de glace. Mais qu'est-ce qu'elle fait ? Son visage s'approche. Non non non.. Ne fais pas ça. Ses lèvres touchent aux miennes. Une partie de moi voudrait la repousser brutalement lui hurlant qu'elle n'a pas le droit de m'infliger une telle souffrance, mais l'autre partie, plus forte encore, se laisse guider par le geste de ma douce. Quelques secondes seulement, mais je sens mon coeur valser. Il n'y avait plus de doute dans mon esprit. C'était elle.

Elle se détache de moi, je suis aussi perdue qu'elle. Comment lui faire comprendre ? Au fond, je ne sais même pas si ça serait une bonne idée qu'elle se souvienne. Est-ce qu'elle serait capable de supporter la vérité ? Ou serait-elle mieux de rester la confortabilité de ce qu'elle croit être la vérité ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Je n'arrive pas à cesser de la regarder.

- Au contraire.. tu as été toi pendant ces quelques secondes... Je ne peux pas te forcer à accepter tout ça. Peut-être qu'un jour tu en auras assez d'avoir tant de questions et si peu de réponses. Sauf que je dois me protéger, je dois protéger ma famille.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 04/09/2013
Messages : 632

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   Mer 11 Sep - 17:24

«- Je… Non, non, non… C’est tellement insensé. Ce n’était pas moi. Ce n’est pas possible, pas possible… Cela ne se peut… Ce serait trop… complètement… fou.»

Une nouvelle larme glisse sur la joue de la demoiselle qui se sent perdue, déchirée entre deux hommes qui prétendent tout deux la connaître sous deux identités différentes. Et chacun a des preuves tangibles pour prouver ses dires. Les photos ne peuvent mentir après tout, n’est ce pas ? Pas quand elles sortent tout droit de chez un stand de tirage de photo d’après une pellicule, comme c’est le cas pour les deux images qu’elle a vu.

«- Votre famille ?» tique tout de même la demoiselle alors que ces propos sonnent bizarre à son oreille. Une jalousie inexplicable nait dans son cœur alors qu’une part d’elle se bat férocement contre l’autre pour surgir, sans pouvoir toutefois prendre le dessus. «Je croyais que vous aviez aimé cette femme comme un fou. Mais vous avez tout de même refait votre vie ?» questionne la demoiselle en le scrutant.

Mais tout cela ne la regarde pas au fond et, alors que Marilyn l’emporte encore une fois que Ekaterina, la brunette préfère s’excuser auprès de son interlocuteur, le rouge de nouveau sur ses joues.

«- Je suis navrée je ne devrais pas poser ce genre de questions. Après tout ce n’est pas mes affaires et vous êtes bien libre de faire ce que vous voulez même si vous ne savez pas ce qu’est devenu cette fille qui vous aime peut-être toujours, qui ne vous as pas oublié et qui souffre peut-être quelque part.»

A moins qu’elle ne soit morte. Mais cela, la demoiselle ne le dit pas. Aussi il est possible que la chère et tendre de l’homme qui lui fait face soit décédée. Elle semble le réaliser tout à coup. Elle se sent tellement bizarre à vrai dire, de découvrir que cet homme a refait sa vie alors qu’il en aime une autre. Pourquoi réagit-elle de cette façon alors qu’elle n’est pas cette pauvre Ekaterina, elle n’en sait rien. Par solidarité féminine peut-être.

«- J’espère simplement que vous avez eut la franchise d’avouer à votre nouvelle épouse que vous aimez toujours autant la femme que vous avez perdu et que vous la lui préférez. A tel point que parfois vous prenez des inconnues pour elle dans la rue.»

Sur ces mots, la demoiselle tourne les talons et entre dans le métro dont les portes se referment juste derrière elle. Collée à la vitre, le cœur battant, elle regarde l’homme s’éloigner, ne devenir plus qu’un point sur le quai. Séparés, une seconde fois. Et tellement plus éloignés l'un de l'autre que la première fois, des causes de cette dispute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» On s'était dit rendez-vous dans dix ans... [Alexandre]
» rendez-vous dans 10 ans .
» Dans l’attente d’un rendez-vous officiel
» ♪ J'ai rendez-vous, dans un sous-sol avec des fous, qui vivent la guitare à la main, du soir au matin
» Les rendez vous de l' Histoire : Koursk
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles War :: Corbeille :: Cimetière des RPs-